Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 25 novembre 2017 - 03:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Histoire de l'Amiga - année 1990
(Article écrit par David Brunet - avril 2008)


1990 : Amiga de deuxième génération

Avec la nouvelle décennie qui commençait, Commodore se devait de mettre à jour sa plate-forme Amiga. Cela fut fait non seulement pour sa machine haut de gamme mais aussi pour son système d'exploitation.

L'A3000, la nouvelle bête Amiga

La famille Amiga continua de s'agrandir avec la présentation publique, au SICOB 90, de l'Amiga 3000 le 24 avril 1990 et sa disponibilité en juin. Ce dernier incorporait des améliorations très attendues comme une technologie entièrement 32 bits, la gestion du SCSI et une mise à niveau du processeur. L'A3000 fut le premier Amiga basé sur le 68030 (16 MHz puis plus tard 25), bien que ce processeur ait déjà été utilisé dans les cartes accélératrices A2630 pour Amiga 2000/2500. Mais avec sa conception entièrement 32 bits, l'Amiga 3000 était mieux enclin à utiliser cette nouvelle puissance. Cette machine fut conçue par Dave Haynie, Greg Berlin, Hedley Davis et Scott Schaeffer.

Du côté de l'affichage, les améliorations étaient également appréciables. Un nouveau jeu de composants graphiques, l'ECS (pour Enhanced Chip Set) fit son arrivée. C'était une version améliorée du précédent jeu de composants, alors renommé en "OCS" (Original Chip Set). L'ECS comprenait notamment deux nouvelles puces (surnommées "Super Agnus" et "Super Denise") qui permettaient d'afficher de meilleures résolutions et de gérer jusqu'à 2 Mo de mémoire Chip (l'A3000 ne fut cependant livré qu'avec 1 Mo de mémoire Chip). Par exemple, avec le mode Super Haute Résolution, on pouvait pour la première fois sur un ordinateur personnel atteindre une résolution de 1440 pixels de large sur un écran. Le confort visuel pour toutes sortes d'applications (graphiques, bureautiques...) s'en trouva amélioré grâce aux nouveaux modes d'écran Euro, A2024, Multiscan et Super72. Par contre, le nombre maximal de couleurs était identique à celui de l'OCS : palette de 4096 couleurs et mode basse résolution EHB à 64 couleurs. L'autre avancée en matière graphique fut l'intégration d'un doubleur de fréquence et d'un désentrelaceur. Cela permit de brancher la machine sur des écrans standards VGA pour afficher les modes PAL/NTSC natifs.

A3000
L'A3000

L'Amiga 3000 disposait d'une panoplie intéressante de ports d'extension comme quatre ports Zorro III (version 32 bits du Zorro II), deux ports ISA (inactifs) et d'un emplacement pour carte fille processeur. Et comme Motorola avait annoncé en janvier le développement du 68040, certains rêvaient déjà d'une extension pour le dernier né de Commodore. En fait, Commodore avait déjà une carte prototype à base de 68040 (conçue par Scott Schaeffer) mais le propriétaire de l'Amiga devait attendre la permission de Motorola pour montrer le processeur, chose qui fut octroyée dans un premier temps puis retirée par la suite. Le 68040 ne fut disponible qu'en fin d'année 1990 et les premières cartes accélératrices n'arrivèrent donc que dans le courant 1991.

Le marché visé de l'Amiga 3000 fut celui des professionnels. Les prix s'échelonnaient entre 3299 $ (pour la version à 16 MHz et disque dur de 40 Mo) jusqu'à 4699 $ (pour la version à 25 MHz et un disque dur de 100 Mo), ce qui en faisait le modèle Amiga le plus cher. Enfin, dans une optique pour pousser les ventes, Commodore offrit 999 $ aux utilisateurs d'Amiga 1000 pour les encourager à acquérir un nouveau modèle. Mais cette offre fut organisée en mars, soit avant l'annonce de l'A3000, donc les Amiga concernés furent des... A2000. La raison de cette offre fut que l'Amiga 1000 ne serait plus en mesure d'utiliser les améliorations prévues à l'avenir, il était devenu officiellement obsolète, au grand désarroi de ses utilisateurs fidèles.

Le potentiel "multimédia" de l'A3000 fut rapidement mis en avant par Commodore. Le constructeur proposa à la vente une configuration dans ce sens : la Station Multimedia. Celle-ci regroupait un Amiga 3000, un genlock, un écran de 21 pouces, un lecteur de vidéodisque Pioneer et le logiciel AmigaVision, le tout pour un prix de 39 900 FF HT. Les marchés visés étaient les musées, les salons et l'enseignement. Les ventes de ce genre de configuration furent confidentielles. La machine était basée sur des vidéodisques Pioneer (30 cm de diamètre), un format en perte de vitesse par rapport au CD-ROM de Philips et Sony.

Workbench/Kickstart 2

La version 2.0 du Workbench/Kickstart fut une grande mise à jour du système. Développée depuis 1989 (sous le numéro de version "1.4"), elle fut livrée en même temps que les Amiga 3000. L'interface du Workbench fut redessinée et parut plus professionnelle avec ses teintes noires, bleues et grises, et son aspect 3D pour les bordures de fenêtres. De plus, l'utilisateur pouvait enfin utiliser des résolutions d'écran autres que celles du PAL (640x256) ou du NTSC (640x200). Le terme "AmigaOS" fut parfois utilisé pour désigner le nom du système d'exploitation Amiga mais Commodore continua à le mentionner en tant que "Workbench/Kickstart" dans ses publicités ou bien "Amiga Release 2", dans les documentations.

Workbench/Kickstart 2
Le Workbench 2

Toujours du côté de l'aspect, ce nouvel AmigaOS apporta la bibliothèque Gadtools qui permit de standardiser l'apparence des applications (avec l'utilisation de boutons et menus prédessinés). De nombreuses nouvelles notions firent leur apparition comme les écrans publics (les applications étaient maintenant capables de créer des écrans pouvant être partagés avec d'autres applications), AmigaGuide (un outil pour lire des documents hypertextes), les Commodités (programmes contrôlant les saisies au clavier et à la souris), ARexx (un langage de script issu d'IBM) et bien plus encore. Le Workbench vit ses menus complètement réorganisés et étoffés de nouvelles options (figer le contenu des fenêtres, vue des fichiers sans icône...). Enfin, pour des raisons de performance, la plupart des portions de code écrites en BCPL furent recodées en C ou en assembleur.

Le Kickstart fut lui aussi mis à jour. L'Amiga 3000 gérait à la fois le Kickstart physique en ROM et le Kickstart contenu en fichier sur disquette. La version du Kickstart fut la 2.0 mais certains Amiga 3000 furent commercialisés avec une ROM 1.4. AmigaOS 2.0 fut suivi rapidement de mises à jour mineures en interne (2.01, 2.02, 2.03) pour corriger quelques bogues. Les anciens modèles de la gamme ne purent, toutefois, pas profiter de ce nouveau système. Il fallut attendre 1991 et la venue d'AmigaOS 2.04 et de son Kickstart associé pour que toute la famille Amiga puisse passer à la version supérieure.

Nouveaux matériels en vue

Au salon Consumer Electronics Show de janvier 1990, Commodore présenta succinctement à des développeurs le prototype d'une nouvelle machine dite "interactive", basée sur l'Amiga 500 avec 1 Mo de mémoire et un lecteur de CD. Plus d'informations furent révélées par Nolan Bushnell, fondateur d'Atari, récente recrue de Commodore et chef de ce projet, lors du CES d'été : la machine se nommait CDTV (pour Commodore Dynamic Total Vision) et était la première machine destinée expressément au multimédia. Toute vêtue de noir, comme ce fut le cas des matériels Hi-Fi, elle pouvait lire des CD, afficher du texte, visionner des images, émettre des sons, le tout géré via une télécommande infra-rouge. Un millier de prototypes de CDTV furent installés, fin 1990, chez des particuliers au Royaume-Uni afin de jauger l'intérêt de cette nouvelle machine. Son développement se poursuivit tout au long de l'année 1990 grâce notamment à Carl Sassenrath, programmeur Amiga de la première heure qui travaillait pour Commodore en tant qu'ingénieur indépendant.

Carl Sassenrath décrivit ainsi son action dans le projet CDTV, dans une entrevue pour Obligement :
"En 1989, j'ai pris avec beaucoup de sérieux le potentiel du CD et du multimédia, et j'ai été contacté par Commodore pour aider à concevoir le CDTV. J'ai dirigé la partie système logiciel du projet et j'ai également écrit tout le code relatif au CD, aussi bien les outils pour créer et tester le contenu du CD."
Le marché n'attendit cependant pas l'arrivée du CDTV pour voir apparaître un lecteur de CD. La firme Xetec proposa le sien, le CDx-650 (en version interne et externe) en toute fin d'année. Pour marquer le coup de cette révolution en matière de stockage de masse, Xetec livra avec ses lecteurs le CD Fish & More, une compilation de toutes les disquettes de la collection Fish disponible à cette date, soit plus de 400 Mo de données. Une première.

CDx-650
Le CDx-650

L'exemple du modèle de machine sans amélioration en 1990 fut sans conteste l'A1500. Ce fut une idée de Commodore Royaume-Uni qui fut réservé pour le marché national. Malgré son nom, il s'agissait bien d'un Amiga 2000 mais équipé de deux lecteurs de disquette internes et de 1 Mo de mémoire Chip. Aucune autre modification de l'Amiga 2000 n'avait été faite sur ce modèle, qui restait donc avec un petit processeur 68000 à 7,09/7,16 MHz. L'arrivée de cet Amiga sans innovation fut peut-être due à la présence d'un produit de Checkmate Digital nommé "A1500". Commodore voulait peut-être se réapproprier ce nom.

Amiga 1500
L'Amiga 1500 de Commodore (photo de Fabrice Sivaro)

La société américaine NewTek sortit son très attendu Video Toaster pour Amiga, après plusieurs années de développement. Ce produit était une combinaison de matériels et de logiciels (dont le modeleur LightWave 3D et le logiciel de dessin 24 bits Toaster Paint) pour l'édition et la production de vidéo pour les ordinateurs personnels. Cette sortie plaça le Video Toaster comme équipement incontournable pour le marché de la vidéo, concurrençant les studios professionnels pour seulement une fraction de leur prix.

Video Toaster
Le Video Toaster

A la sortie de l'Amiga 3000, Commodore enregistrait encore beaucoup de ventes d'A2500/30. Les utilisateurs friands de vidéo (et de Video Toaster) souhaitaient avoir un grand boîtier style A2000 plutôt que celui confiné de l'Amiga 3000. La solution vint de l'A2631, une carte fille qui donnait à l'A2000 quasiment toutes les puces spécifiques du tout nouveau modèle Amiga. Ainsi, la carte incluait un processeur 68030 à 25 MHz, un coprocesseur arithmétique 68882, un contrôleur SCSI-2 et les nouvelles puces Buster, Ramsey et DMAC. Mais l'exécutif de Commodore ne permit jamais à l'équipe de développeurs de terminer le prototype. Commodore commercialisa malgré tout d'autres cartes, cette fois-ci dédiées au réseau, comme l'A2060 (Arcnet) et l'A2065 (Ethernet). La première fut une reprise/amélioration de la carte Arcnet Controller d'Ameristar Technologies sortie deux ans auparavant. Hydra Systems et ASDG tentèrent eux aussi de produire des cartes réseau, respectivement avec l'AmigaNet et la LAN Rover, mais leurs performances étaient nettement inférieures à celles des cartes de Commodore. Le propriétaire de l'Amiga s'intéressa enfin aux cartes série et parallèle avec l'A2232, une carte pour Zorro II comprenant huit ports série. L'A2232 pouvait aussi s'installer en plusieurs exemplaires (jusqu'à cinq) sur une même machine offrant ainsi un total de 36 ports série.

A2631
L'A2631 jamais terminé

Le 68030, qui avait fait son entrée l'année précédente, était toujours privilégié par les constructeurs. Avec la Mega-Midget Racer de Computer System Associates, tous les modèles Amiga purent profiter de ce processeur. La carte, qui s'enfichait sur le socle du 68000, disposait d'un 68030 cadencé jusqu'à 38 MHz, soit plus rapidement que le nouvel A3000. Mais c'est Ronin/IMtronics qui alla le plus loin en révisant sa carte Hurricane 2800 (version Mk2), pour A2000, en proposant un 68030 et un 68882 à 50 MHz. IMtronics, toujours lui, en association avec Daniel Instruments construisit par ailleurs la Stormbringer H530, une carte pour A2000 mais aussi A500 qui disposait également de 68030 et 68882 jusqu'à 50 MHz.

Si les puces graphiques de l'Amiga faisaient des miracles pour les jeux, les démos et le multimédia, elles étaient relativement limitées pour l'affichage de hautes résolutions. X-Pert Computer Services et Viona Development développèrent ainsi la Visiona, une carte graphique dotée de 2 à 4 Mo de mémoire vidéo et capable d'afficher des écrans 1024x1024 en 16 et 24 bits (True Color) ! Le Workbench, les applications bureautiques et graphiques, gérées via le système EGS, étaient littéralement transformées. Malheureusement, sa commercialisation semble avoir été confidentielle.

Du côté des contrôleurs SCSI et IDE, les sorties ne diminuèrent pas. On notait au moins un nouveau contrôleur par mois et le marché, déjà bien pourvu, était proche de la surdose : ALF 3 de Elaborate Bytes (premier contrôleur SCSI-2 pour Amiga), Dataflyer 2000 d'Expansion Systems, FastCard Plus de Xetec, Evolution 500/2000 de MacroSystem, etc. envahirent le marché. Mais c'est sans doute Great Valley Products qui fabriqua le meilleur contrôleur SCSI, avec son Impact A2000-HC Series II (et ses variantes A2000-HC+8 et A500 HD8+). Kukpe, le productif constructeur allemand, eut la bonne idée d'inclure un changeur de Kickstart à sa carte SCSI (nommée Golem SCSI II, en version pour A500), permettant d'y loger quelque cinq versions différentes de ROM. Enfin, les contrôleurs IDE n'étaient pas en reste avec l'AdIDE 40 de ICD, l'Arriba HD de Gigatron ou le D-RAM 500 de Combitec. Le but étant naturellement de pouvoir brancher un disque dur mais certains modèles ajoutèrent même un peu de mémoire supplémentaire.

Visiona Golem SCSI
La Visiona (photo d'Andreas Glaubitt) et la Golem SCSI II (photo de Christian Janoff)

Les utilisateurs intéressés pour étendre leur A500 avaient l'occasion de le faire avec le Bodega Bay, un gros boîtier métallique conçu par California Access. Le boîtier incorporait des ports Zorro II et ISA, une baie 3,5", deux baies 5,25" et une alimentation plus puissante. Avec ce Bodega Bay, l'A500 ressemblait presque à un A2000 (il manquait cependant les ports processeur et vidéo). Checkmate Digital mis sur le marché un autre "A1500", qui n'avait rien à voir avec celui de Commodore. Le sien se présentait sous la forme d'un A500 recarossé dans un boîtier plat et un clavier séparé. Son intérêt était limité sauf pour ceux qui désiraient étendre ce modèle d'Amiga. Plus palpitant, la firme australienne Phoenix Microtechnologies développa carrément une nouvelle carte mère destinée à remplacer celle de l'A1000 : le Phoenix Board. Elle disposait de ports Zorro II, d'un port vidéo et du Kickstart 1.3, en plus du matériel d'origine de l'A1000. Les puces Paula, Denise, et CIA ainsi que le processeur 68000 devaient néanmoins être repris de l'A1000. Ce Phoenix pouvait être considéré comme le premier Amiga non fabriqué par Commodore-Amiga.

Golem SCSI
La carte mère Phoenix

Dans le domaine de l'émulation matérielle, l'année 1989 avait vu arriver l'intéressante carte A2286AT de Commodore, autorisant l'émulation d'un PC 286. Cette année, Commodore compléta sa gamme avec la A2088T, une carte d'émulation pour l'entrée de gamme, dotée d'un processeur NEC V20 (compatible Intel 8088) cadencé entre 4,77 et 9,54 MHz. La société allemande Vortex s'essaya également dans ce domaine avec l'ATonce, carte articulée autour d'un 80286 à 7,2 MHz, et installable sur A500. Kolff Computer Supplies fit de même avec sa Power PC Board, une carte d'émulation PC bon marché pour Amiga 500. L'émulation d'autres ordinateurs comme le Commodore 64 et l'Atari ST fut possible grâce à QuesTronix, qui mit sur le marché l'A64, un boîtier se branchant sur le port parallèle et permettait d'émuler un C64, et à Combitec/MacroSystem, avec sa carte Medusa. Celle-ci avait une vitesse très proche d'un véritable Atari ST et disposait d'une bonne compatibilité sauf avec quelques programmes utilisant directement le matériel de cet ordinateur.

Le premier système de reconnaissance vocale pour Amiga, le VoRecOne, débarqua en 1990. Conçu par la société Impulse, ce paquetage matériel/logiciel était ainsi capable de reconnaître la voix de l'utilisateur et de réaliser des opérations en conséquence. Sa fiabilité pas optimale empêchait toutefois son utilisation dans des applications scientifiques, mais c'était un très beau jouet pour les amigaïstes amateurs. Une autre "première" fut introduite par Applied Engineering : le lecteur de disquette 3,5" haute densité pour Amiga. Son produit, l'AEHD, pouvait lire des disquettes haute densité jusqu'à 1,52 Mo de données, tout en étant compatible avec les disquettes double densité classiques.

Enfin, deux matériels extrêmement populaires firent leur entrée en 1990. Il s'agissait du TechnoSound Turbo, un échantillonneur 8 bits aux capacités MIDI de chez New Dimensions, et l'Action Replay, un périphérique pour bidouilleurs mis au point par le britannique Datel Electronics. L'Action Replay permettait de geler le fonctionnement de la machine (A500 ou A1000) et de réaliser diverses choses comme montrer et modifier les registres, sauver la mémoire de l'ordinateur sur disque, récupérer les données audio et graphique, etc. Les amateurs de triches pour les jeux se l'arrachèrent. Des versions moins abouties de ce genre de matériel avaient d'ailleurs été introduites sur Amiga un an auparavant avec le Pro Access (réalisé par les mêmes auteurs que l'Action Replay) et le Nordic Power de Data & Electronics.

Action Replay
Action Replay

Un marché logiciel dynamique

Le potentiel multimédia de l'Amiga et sa compatibilité vidéo avaient poussé quelques sociétés à se spécialiser dans ce secteur. Une entreprise norvégienne du nom de Digital Vision perça peu à peu et lança en 1990 l'un de ses produits pour le multimédia : Scala. Ce programme très ergonomique pouvait gérer le genlock et commença à entrer dans les studios de télévision. Même chose pour AHA! Software/Gold Disk avec HyperBook ou bien Imsatt Corporation et son logiciel AmigaVision qui simplifiait la création de présentations audiovisuelles interactives. Ce logiciel fut d'ailleurs inclut avec tout achat d'Amiga 3000.

Scala
Scala

Les efforts ne se relâchèrent pas sur le front de la bureautique, même si l'Amiga avait un peu de retard sur les plates-formes PC et Mac. Les traitements de texte parvinrent à une qualité honorable avec par exemple la nouvelle version 2.0 d'Excellence! de Micro-Systems Software, plus rapide et moins plantogène, ou bien la version 5.0 du toujours professionnel mais peu accueillant WordPerfect. Ce dernier incorporait la possibilité de gérer les fichiers WordPerfect sur PC et crédibilisait en quelque sorte l'Amiga dans ce domaine. Cette crédibilité n'était pourtant pas à démontrer en matière de PAO puisque les logiciels PageStream 2 de SoftLogik, PageSetter 2 et Professional Page 2 de Gold Disk assuraient déjà de grands services. Gold Disk, toujours lui, proposa une seconde version de Professional Draw, son logiciel de dessin vectoriel : tous les points faibles de son prédécesseur avaient disparu, ce qui rendait le domaine du dessin vectoriel enfin utilisable sur Amiga. L'impression graphique connut également une forte amélioration avec l'arrivée de TurboPrint Professional, un gestionnaire d'impression aux énormes possibilités concocté par les Allemands d'IrseeSoft. Ce logiciel rendait obsolètes les pilotes d'imprimantes fournis avec le Workbench. Enfin, The Disc Company mit sur le marché InfoFile (un gestionnaire de base de données simple et relativement puissant qui autorisait la gestion des sons, des graphismes et des textes) alors que Jonathan Potter proposa en shareware Directory Opus (un gestionnaire de fichiers facilitant la vie des utilisateurs Amiga et promis à un bel avenir, même s'il n'était pas encore au niveau de son concurrent Disk Master).

Comme mentionné plus haut, le domaine graphique reçut un allié de poids cette année en la personne de LightWave 3D. Ce logiciel de modélisation et de rendu 3D, conçu par NewTek, révolutionna le genre en proposant de nouvelles options et une prise en main aisée. Les Finlandais de chez Activa Software proposèrent, eux, Real 3D, un logiciel 3D également pourvu de fonctions à la pointe comme les opérations booléennes (qui devinrent un standard dans la modélisation 3D), le placage de relief et le placage animé. Octree Software présenta aussi son logiciel de modélisation 3D en la personne de Caligari, un cran en dessous des deux programmes précédents mais qui, au final, se révéla être un produit très réussi et facile d'emploi.

De son côté, la société française Tecsoft mit au point Mixator, un logiciel de manipulation et de conversion d'images qui gérait, pour la première fois, des images en 16 millions de couleurs sur un Amiga de base. Ce logiciel était surtout utile aux fanas de 3D dont les sorties graphiques atteignaient le 24 bits. Lake Forrest Logic s'engouffra aussi dans le traitement d'images 24 bits avec Macro Paint, son logiciel de dessin, qui proposait en plus une compatibilité avec le Dynamic Hi-Res, le nouveau standard graphique de NewTek. Enfin, lancé en début d'année par ASDG, le logiciel Art Department se fit une place parmi les meilleurs de sa catégorie du traitement graphique. Il permettait de traiter pour la première fois des images en 24 bits !

Le fait d'être plus facile d'utilisation fut également de mise pour pas mal d'autres logiciels. Par exemple, dans le secteur austère de la programmation, aux côtés des nouveaux ASM-One de Gram Data et autre SAS C 5 de SAS Institute, un langage étonnamment accessible apparut. Nommé AMOS, il fut créé par François Lionet dont la version originelle débuta sur Atari sous le nom de STOS.

Côté audio, l'échantillonnage fut également de plus en plus accessible grâce à Deluxe Sound 3 et au logiciel fourni avec l'appareil TechnoSound Turbo. De plus, un freeware nommé Protracker séduisit les nombreux adeptes de la création de modules musicaux multipistes. Conçu par le groupe Amiga Freelancers (Lars Hamre et son frère Anders), Protracker s'imposa peu à peu comme le véritable successeur de Soundtracker, sorti trois ans auparavant. Il fut plus populaire que MED, de Teijo Kinnunen, malgré l'arrivée de sa nouvelle version améliorée 2.0 dotée de nombreuses fonctions et d'une compatibilité MIDI. Les premières versions de Bars&Pipes, de Blue Ribbon Bakery, arrivèrent fin 1989/début 1990. Ce logiciel, qui était présenté comme le premier environnement de musique orientée objet, tranchait dans ses habitudes d'utilisation avec les autres logiciels de création musicale.

LightWave Protracker
LightWave 3D et Protracker

Le marché des jeux sur Amiga était toujours aussi dynamique, avec environ 600 jeux commercialisés. Mais avec l'afflux des productions shareware et freeware, encore plus de titres débarquèrent en 1990. Le groupe de développeurs Bitmap Brothers confirma son talent avec la sortie de deux illustres jeux nommés Speedball 2 (sport futuriste) et Cadaver (action/aventure). L'éditeur Anco publia la simulation de football Kick Off 2, dont le premier opus avait été commercialisé un an plus tôt, et sa variante Player Manager, une simulation de management. Ces deux jeux furent programmés par le populaire Dino Dini et devinrent des références dans leur genre. Shadow Of The Beast 2, la suite de la techniquement très impressionnante première version, apparu. Bien que sa jouabilité ait été revue, son niveau technique ne progressa pas. Mais une équipe française du nom d'Ordilogic Systems releva le défi de Shadow Of The Beast et tenta de faire mieux : le résultat fut Unreal, un jeu de plates-formes/action entrecoupé de séquences de shoot'em up. Ses graphismes à tomber par terre en fit le plus beau jeu de son époque.

L'année 1990 fut aussi le premier grand succès des Anglais de Magnetic Fields avec la course Lotus Esprit Turbo Challenge. La sensation de vitesse, l'animation fluide et la possibilité d'y jouer à deux en fit une référence. Prince Of Persia, le jeu d'action/aventure développé par Jordan Mechner pendant près de 4 ans, connut aussi une version Amiga qui débarqua en 1990. L'animation légendaire de son personnage via une technique rotoscopique, en fit un jeu très fluide. De son côté, la société américaine Kesmai créa Air Warrior, le premier jeu multijoueur/multi-plateforme en ligne. Pas moins de 50 joueurs pouvaient s'affronter, par modem interposés, dans cette simulation de vol. Le prix élevé du réseau (10 $ l'heure) et la diffusion très modérée des modems réservaient cependant ce jeu à de rares chanceux. Enfin, les éditeurs de grande renommée comme Cinemaware, Electronic Arts et MicroProse alimentaient toujours le marché avec des produits de qualité comme Wings, TV Sports Basketball ou Powermonger (créé par Bullfrog).

Kick Off 2 Speedball 2
Kick Off 2 et Speedball 2

Malgré tout, les éditeurs ne prirent pas en compte les capacités des gros Amiga pour y adapter des jeux. Ils continuaient à publier des titres pour les Amiga équipés du minimum : un 68000, le jeu de composants OCS et pas de disque dur. Ainsi, ils pouvaient maximiser les ventes et les proposer également sur le marché, en baisse, de l'Atari ST et celui émergeant de la nouvelle console 16 bits de Sega, la Mega Drive.

Ce n'est pas le meilleur qui gagne

Fin 1990, 29% des foyers américains étaient équipés d'un micro-ordinateur. Malheureusement, la majorité était faite de PC sous DOS ou Windows. La version 3.0 de ce dernier sortit cette année et connut d'ailleurs une fulgurante réussite commerciale avec 2,75 millions d'exemplaires écoulés à travers le monde, et ce malgré une notable absence de qualité. John Sculley, PDG d'Apple, déclara ainsi que "dans ce monde, ce n'est pas le meilleur qui gagne". Cette phrase, initialement destinée pour sa firme, résonna également chez les partisans de l'Amiga : les ventes de clones de PC battaient tout le monde.

Avec ses deux millions d'unités en fin d'année, l'Amiga était encore solidement ancré dans ses secteurs privilégiés comme le graphisme, la vidéo et surtout le jeu grâce au modèle Amiga 500 dont le prix devint très abordable. Mais même ce secteur ludique n'était pas une garantie de survie car l'arrivée des consoles 16 bits de Sega et Nintendo bousculèrent l'Amiga au niveau des jeux vidéo. Mais avec des logiciels comme LightWave 3D et Scala, l'ouverture vers les domaines plus professionnels, la création 3D et le multimédia, s'en trouva grandit.


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Année précédente : 1989] / [Année suivante : 1991]