Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 29 janvier 2023 - 17:50  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Histoire de l'Amiga - année 1985
(Article écrit par David Brunet - avril 2008, mis à jour en novembre 2022)


1985 : en avance sur son temps

Après trois ans de développement dont un sous l'égide de Commodore, l'Amiga pouvait enfin être lancé commercialement. L'année 1985 vit ainsi l'arrivée du premier Amiga de l'histoire dans un marché informatique bien moins avancé technologiquement que lui.

La guerre Atari ST/Amiga commence vraiment

Alors que Commodore concentrait ses efforts sur l'Amiga, Atari, contrôlé par Jack Tramiel depuis juillet 1984, n'avait pas abandonné son objectif de dominer le marché des micro-ordinateurs 16 bits. À l'aide de matériels et de logiciels prêts à l'emploi, la société construisit alors sa propre plate-forme 16/32 bits, l'Atari ST, en un temps record. L'accord pour s'octroyer les puces spécifiques Amiga avait capoté l'année précédente et les premiers modèles d'Atari ST (260ST et 520ST) apparurent plusieurs semaines avant l'Amiga.

Atari 520ST
L'Atari 520ST

Techniquement, l'Atari ST était équipé de composants de qualité plus faible par rapport à l'Amiga (moins de couleurs, moins de fonctions). Mais son niveau technique (68000 à 8 MHz, écran 320x240 en 16 couleurs, 512 ko de mémoire...) était supérieur aux autres ordinateurs de cette période et il connut un vif succès. De plus, sa conception simple le rendit bien meilleur marché et plus facile à fabriquer. Les nouvelles machines de Jack Tramiel utilisaient un portage 68k du système d'exploitation CP/M, sur lequel fut intégré l'interface utilisateur GEM. Le résultat donna un système d'exploitation relativement intuitif mais monotâche et à l'aspect verdâtre peu attrayant. Ce choix fut motivé par le fait qu'Atari voulait à l'origine utiliser Windows de Microsoft mais ce dernier ne put finaliser son système d'exploitation à temps pour le lancement de l'Atari 520ST.

GEM
Le GEM

L'Amiga et son système d'exploitation n'étaient pas encore assez développés pour être présentés publiquement au salon CES de janvier 1985 et Commodore ne pu qu'assister impuissant à la façon dont Jack Tramiel et Atari lui vola la vedette. Jack Tramiel réussit ainsi à se venger de son ancienne entreprise, Commodore, en sortant en premier une nouvelle plate-forme 16/32 bits. Cette rancoeur entre personnes et entreprises allait déboucher sur une véritable guerre des ordinateurs. L'Amiga avait déjà un grand concurrent.

Dans une entrevue pour Retrogamer en 2014, RJ Mical parla ainsi de l'arrivée de l'Atari ST :
"La rivalité entre l'Atari ST et l'Amiga était quelque chose qui existait dans la presse et qui apparaît souvent dans les livres d'histoire, mais de notre point de vue, nous n'avions pas l'impression de leur faire concurrence. Nous connaissions les ingénieurs de l'Atari ST et certains d'entre eux étaient vraiment de bons amis. Ils ont eu un départ tardif comparé à nous et ils travaillaient contre la montre. Ils ont travaillé incroyablement fort, en étant actifs 24 heures sur 24, et ils ont fait un travail spectaculaire. Ils ont sorti un ordinateur presque compétitif. C'était un effort formidable, mais je ne l'ai jamais considéré comme une menace."
Quand Jack Tramiel fut évincé de la direction de Commodore au début de 1984, Marshall Smith le remplaça à son poste. Il réunit une jeune équipe autour de lui, composée de personnes ayant été choisie dans des entreprises comme Coca Cola et Apple. Marshall Smith était un spécialiste de la fabrication et de la finance, âgé de 54 ans et doté d'une vaste expérience dans la rude et difficile industrie sidérurgique (ancien président et directeur général de Thyssen-Bornemisza). Il n'était pas affolé plus que cela par la concurrence de l'Atari ST. Il déclara dans un entretien pour Commodore User :
"il n'y a tout simplement aucune comparaison [entre l'Amiga et] l'Atari ST. N'importe qui peut prendre un processeur Motorola à 8 dollars et construire une machine autour, mais elle ne peut pas faire la moitié des choses que l'Amiga peut faire... elle ne peut pas faire de multitâche. Le son, la couleur et les graphismes de l'Amiga sont meilleurs à tous les égards"
Marshall SMith
Marshall Smith

Les dernières touches du développement Amiga

En ce début d'année 1985, de nombreux éléments du système d'exploitation restaient à faire ou à être peaufinés. Par exemple, Intuition (l'interface utilisateur et le système de fenêtres/menus), qui était prévu à l'origine pour être entièrement piloté à la souris, prit du temps pour être intégré à un système d'exploitation complet. Le noyau, Exec, était lui presque terminé. Le plus gros du travail fut celui porté sur CAOS (Commodore-Amiga Operating System), qui s'occupait notamment de gérer les disquettes, et qui fonctionnait par-dessus le noyau Exec. Les bases de la conception de CAOS furent définies par Carl Sassenrath en 1983 mais une grande partie de son développement fut sous-traitée à une société tierce. Et lorsque cette dernière apprit qu'Amiga Inc. fut rachetée par Commodore, elle voulut revoir à la hausse sa contribution financière. Commodore tenta de négocier mais cela échoua.

En février 1985, afin de trouver une alternative et de tenir les délais, Commodore-Amiga rappela la société britannique MetaComCo qui lui avait rendu visite en novembre 1984 pour présenter son système d'exploitation Tripos (TRIvial Portable Operating System). MetaComco reçu le feu vert et Tripos fut ainsi porté sur Amiga en trois semaines seulement, grâce à sa portabilité BCPL (bien que le noyau était écrit en code 68000 pour des raisons d'efficacité). Tim King de MetaComco fit la démonstration de Tripos, à la fin du mois de février 1985, sur la troisième révision de l'Amiga 1000. Il se souvint que lors de cette présentation, il se détourna de l'écran pour constater que toute l'équipe Amiga était réunie pour applaudir ; le matériel était soudainement devenu un véritable ordinateur et le système d'exploitation existant (CAOS) fut abandonné. Le travail de transformation de Tripos en AmigaDOS commença.

Commodore paya 35 000 dollars pour ce travail, qui, dans un premier temps, ne devait être qu'une preuve de faisabilité. Tripos, conçu par le Dr Martin Richards au milieu des années 1970, avait beaucoup des caractéristiques de CAOS mais fut un remplaçant de qualité inférieure, notamment au niveau de l'optimisation du code source (développé en BCPL, l'ancêtre du C) et de ses possibilités (pistage des ressources, gestion mémoire...). MetaComCo insista pour qu'une interface de ligne de commande sous-jacente soit toujours disponible en tant qu'interface pour les programmeurs et pour les utilisateurs plus expérimentés. Ainsi, même si les résultats étaient assez loin des espérances de Jay Miner et de son équipe, le retard du système d'exploitation fut limité.

Tim King
Tim King

Le 17 mars 1985, Commodore-Amiga Inc. enregistra la nom de "Workbench". Ce nom qui signifie "atelier" allait devenir le nom du système d'exploitation bien que dans la réalité, il n'était que la partie utilisée en tant que bureau ou gestionnaire de fichiers.

En ce qui concerne le logo de l'Amiga, on aurait pu croire qu'il était tout trouver avec la Boing Ball. Mais Commodore décida de l'ignorer et d'utiliser une encoche arc-en-ciel, afin de représenter le nombre de couleurs que l'Amiga pouvait afficher, par opposition au logo multicolore d'Apple de l'époque.

Entre juin et août 1985, des versions de test de la ROM Kickstart apparurent comme la version 0.6, puis la 0.7 (avec divers périphériques logiques ou bibliothèques en révision 27 comme exec, timer, trackdisk, gameport, graphics, dos, etc.) et la 0.9.

AmigaDOS 29.2 0.9
AmigaDOS version 29.2 issu du Kickstart/Workbench 0.9

L'ordinateur Amiga poursuivait lui aussi son peaufinage au cours du premier semestre 1985. Des centaines de machines de développement (Amiga Development System) furent produites et une bonne partie fut envoyée à des développeurs tiers. Elles ressemblaient de plus en plus à une machine commercialisable. Par exemple, le boîtier noir en acier et le clavier en bois des premières séries laissèrent leur place à du plastique gris plus accueillant. C'est Howard Stolz, concepteur industriel chez Commodore, qui créa ce boîtier en plastique, et David Morse eut l'idée d'implanter un ingénieux système de "garage" permettant au clavier de se loger sous la machine. La mémoire de ces machines de développement passa, elle, de 128 ko (plus 128 ko dans l'extension frontale) à 256 ko (plus 256 ko dans l'extension frontale). L'Amiga Development System avec le numéro de série D-638 fut envoyé par Commodore à Hewlett-Packard, mais ce dernier décida de ne pas s'engager dans l'Amiga et revendit peu de temps après son prototype à Larry Blakesley, un ingénieur du Colorado. Ce dernier fut ainsi l'une des seules personnes de la planète à posséder personnellement un Amiga à ce moment-là (en dehors des employés de Commodore).

Howard Stolz
Howard Stolz, le concepteur du boîtier

En mai 1985, un ajout pas si anodin que cela fut réalisé sur l'Amiga : un thème musical fut inclus lors du démarrage de la machine. Cela permettait de tester par la même occasion l'audio de la machine à chaque démarrage. Ce thème fut l'oeuvre de Siegfried W. Bleher. Le même mois, Rick Geiger fut nommé directeur général de Commodore-Amiga Inc., un ingénieur qui travailla sur divers projets (dont une carte MS-DOS) et qui faisait le lien entre Commodore et l'équipe Amiga.

Les derniers mois avant le lancement de l'Amiga furent mis à profit par Jay Miner pour finaliser la documentation technique et logicielle. Il eut également une idée originale pour saluer ses collègues : il souhaita voir la signature des 51 employés d'Amiga Inc. et des ingénieurs de Commodore gravée sur la face intérieure du boîtier de la machine. La "signature" de Joe Pillow (la place réservée au Lorraine dans l'avion pour le CES de janvier 1984) et de Mitchie (la chienne de Jay Miner) furent également de la partie.

Signatures Amiga
Les signatures sur la face intérieure de l'Amiga

Amiga Team 1985
L'équipe Amiga en 1985

Les mois de développement se succédaient et rien de concret n'était perçu de l'extérieur. En même temps que le cours de l'action de Commodore, la direction de la société et son président plongèrent également, du moins aux yeux du monde extérieur, et les spéculations sur l'avenir de Commodore se multiplièrent. En mai 1985, le New York Magazine parla ouvertement d'une possible faillite et décrivait l'Amiga comme le dernier espoir de l'entreprise en difficulté. En juin 1985, la situation financière de Commodore s'aggrava de façon dramatique. Les dépréciations des stocks s'élevaient à elles seules à 63 millions de dollars. Le deuxième trimestre se solda par une perte record de 124 millions de dollars et la société n'était plus en mesure de faire face à ses obligations et de servir les échéances de remboursement dans les délais impartis.

Rebelotte au salon CES de juin 1985 à Chicago : alors qu'Atari annonça fièrement la livraison officielle de son Atari 520ST aux États-Unis à partir du 8 juillet 1985, l'Amiga était une fois de plus absent du salon, au grand étonnement de la presse spécialisée et surtout de la concurrence. Commodore mit plutôt l'accent sur le lancement commercial du C128 et renvoya toutes les demandes concernant l'Amiga à un événement de presse à New York le mois suivant.

Les développeurs de Los Gatos travaillèrent 24 heures sur 24 comme des fous sur Intuition (l'interface utilisateur graphique) et AmigaDOS tout au long du mois de juin 1985. Commodore ordonna à certains de ses meilleurs ingénieurs logiciels de se rendre en Californie, à la demande de l'équipe Amiga, afin de stabilisé le système d'exploitation. Et le 15 juillet, l'équipe de développement décida que le code était dans un état présentable, ouf...

Lancement du Commodore Amiga

Pour le lancement de l'Amiga, Commodore avait prévu de réaliser une cérémonie spéciale. Stephen Greenberg, le chef des relations publiques de Commodore souhaitait inviter un artiste pop pour cette cérémonie de lancement. Il connaissait personnellement Andy Warhol, un artiste et écrivain d'avant-garde, et ce dernier fut intéressé par cette idée. Le 14 juin 1985, Andy Warhol arriva au siège de Commodore (au Seagram Building) et Donald Greenbaum, le directeur financier de l'entreprise, lui donna un prototype de la machine et un logiciel de dessin. Selon Donald Greenbaum, "Andy Warhol fut captivé par ce nouveau média et il passa beaucoup plus de temps avec nous que prévu". La machine n'était pas encore commercialisée, il s'agissait d'un prototype et d'un logiciel (ProPaint) en version bêta. Andy Warhol fut emballé par la machine et appris à maîtriser le logiciel et aussi la souris, un périphérique peu utilisé à l'époque.

Donald Greenbaum
Donald Greenbaum

Le 15 juillet 1985, Island Graphics, les développeurs du logiciel de dessin Graphicraft (dont ProPaint devait en être une variante "professionnelle"), précipita la sortie d'une nouvelle version de leur programme qui corrigeait les quelques bogues qui entravaient la progression d'Andy Warhol. On était alors a une semaine seulement de la date prévue de la cérémonie. Donald Greenbaum se souvient de certains dessins affichés sur l'écran de l'artiste : un portrait de Marylin Monroe, des autoportraits, un signe de dollar, etc. Andy Warhol donna une disquette à Donald Greenbaum qui contenait neuf de ses dessins, qui devaient être transmis à la branche commerciale de Commodore. Les outils et logiciels fournis par Commodore à Andy Warhol lui furent ensuite utiles pour la photographie numérique, la capture vidéo, l'édition d'animations et la composition audio, des domaines limités à l'époque mais Andy Warhol les adopta très tôt et fut, sans doute, le premier artiste majeur à explorer les capacités des ordinateurs.

Ainsi, onze mois après le rachat d'Amiga Inc., Commodore dévoila le produit de cette union. L'Amiga 1000 (qui était également nommé "Commodore Amiga" ou bien simplement "Amiga") fut présenté au Lincoln Center à New York le 23 juillet 1985 lors d'une cérémonie grandiose et très bien préparée.

Amiga
L'Amiga 1000

Des démonstrations furent notamment faites par Robert Pariseau, l'un des ingénieurs de l'Amiga, et elles furent de genre multiple : affichage des 4096 couleurs simultanées, affichage d'une image (un babouin) dans une définition de 640x400, remplissage de couleur dans un triangle (sans passer par le processeur, mais avec l'aide des coprocesseurs pour une vitesse optimale), démonstration de collision de sprites, introduction au multitâche (création de deux graphiques simultanés issus de mêmes données numériques), interprétation d'une musique à partir du clavier (l'Amiga qui se transformait ainsi en piano), écoute de la synthèse vocale, émulation d'un IBM PC sous DOS (via le premier émulateur PC sur Amiga : Amiga Transformer, bien que très lent), etc. pour finir sur la démo de la Boing Ball montrée un an auparavant. L'Amiga réunissait, en une seule machine grand public, certaines des meilleures technologies informatiques.

Démonstration Démonstration

Pour ce lancement, Commodore avait donc embauché Andy Warhol mais aussi Deborah Harry, la chanteuse du groupe de rock américain Blondie, afin de démontrer les capacités graphiques de leur nouvelle machine. Andy Warhol utilisa une version encore en développement de ProPaint pour numériser et coloriser un portrait de Deborah Harry. Ils furent accompagnés par un morceau entièrement synthétisé par Roger Powell et Mike Boom, l'auteur de Musicraft. La présence d'Andy Warhol lors du lancement était un message envoyé au public pour lui dire qu'il s'agissait d'une machine très sophistiquée mais accessible, qui pouvait servir d'outil pour la créativité.

Démonstration Démonstration
Andy Warhol travaillant sur un graphisme

Malgré une situation financière préoccupante, les banques de Commodore approuvèrent le lancement de l'Amiga en accordant à Commodore un budget de 40 millions de dollars pour la commercialisation et la publicité.

Robert Trukenbrod fut recruté par Commodore en tant que vice-président du secteur commercial. Le premier grand projet de Robert Trukenbrod chez Commodore fut la campagne publicitaire pour le lancement de l'Amiga. Pour ce faire, il engagea l'agence de publicité Ted Bates Advertising de New York, qui travailla sur un spot télévisé d'une minute, qui devait être diffusé pour la première fois le soir du 23 septembre 1985. Ted Bates Advertising réserva plusieurs créneaux pour le meilleur temps d'antenne, entre autres pendant Deux Flics à Miami et The Tonight Show avec Johnny Carson. A l'autre bout des États-Unis, à Los Gatos, toute l'équipe Amiga attendait avec impatience la première du spot, après deux voire trois années de travail harassant :

Publicité Amiga
Publicité TV pour l'Amiga 1000 en 1985 (vidéo) prônant des valeurs d'antan
pour promouvoir une "super-machine futuriste avec 4096 couleurs"


Mais ce spot à l'ambiance incolore et morose rendit muets les ingénieurs Amiga. Robert J. Mical se souvint des réactions au sein de l'équipe : "Quel que soit le but de cette publicité télévisée, elle n'a certainement pas fait de la publicité pour notre ordinateur". Sans doute que l'agence de publicité voulait positionner l'Amiga comme un concurrent du Macintosh, et prit comme modèle le spot TV d'Apple "1984".

Une autre campagne publicitaire était prévue en parallèle, mais cette fois dans les magazines papiers. On pouvait lire&bsp;:

Publicité Amiga Publicité Amiga

Cette publicité se concentrait sur l'utilisation de motifs nostalgiques et des tons sépia, avec des mentions comme un "avantage injuste", autrement dit pas extraordinaire pour un ordinateur extraordinaire. Jay Miner exprima sa colère à propos de cette campagne publicitaire complètement ratée dans une entrevue pour Amiga User International : "Je ne peux pas vous dire à quel point je suis en colère de voir comment l'Amiga a été traité. Les publicités qu'ils avaient étaient absolument horribles. Des vieux hommes se transformant en bébés et des enfants concourant dans des voitures de course. C'était épouvantable."

En coulisse, l'attente fut longue pour la sortie de l'Amiga. La raison en était toujours la même : finir le système d'exploitation. Celui-ci fut d'ailleurs encore retravaillé les semaines après la présentation du Lincoln Center, ce qui poussa la date de commercialisation de l'Amiga à septembre 1985.

Une technologie avant-gardiste

Il était difficile de décrire l'avance prise par l'Amiga comparé aux autres systèmes. Ils étaient tous monotâches. Apple avait une interface graphique, mais elle était limitée par un affichage sur moniteur noir et blanc. De leur côté, les PC étaient toujours basés sur DOS, un horrible système en mode texte, avec une palette de 16 couleurs maximum et un système sonore préhistorique (avec de simples "bip"). La société Microsoft avait tout juste annoncé et fait des démonstrations de Windows 1.0, un système d'exploitation avec une interface utilisateur graphique, mais toujours monotâche.

System 2.1
System 2.1 d'Apple (MacOS 2.1)

Son jeu de puces spécialisées (Agnus, Denise, Paula) était conçu pour traiter certaines données et ainsi décharger le processeur 68000. Paula gérait l'audio sur quatre voies stéréo et de qualité remarquable. Denise (anciennement Daphne) s'occupait de l'affichage graphique : 32 couleurs en résolution 320x200, 4096 couleurs en mode HAM6, gestion de multiples résolutions (dont celles entrelacées qui permettaient de doubler le nombre de ligne, malgré un scintillement peu gracieux). Enfin, Agnus contrôlait la mémoire qui était matérialisée sous deux formes : la mémoire Chip et la mémoire Fast. La première des deux était accessible pour le processeur et les puces spécialisées. La mémoire Fast était, elle, disponible uniquement pour le processeur et extensible à 8 Mo. Agnus incluait également 25 canaux DMA et deux fonctions très efficaces : le Blitter et le Copper. Le Blitter avait la faculté de déplacer de gros blocs mémoires de façon très rapide alors que le Copper était spécialisé dans la manipulation graphique (sprites, registres de couleurs...). Avec les capacités de ses puces propriétaires, l'Amiga était au-dessus du lot.

Denise, Agnus, Paula
Les puces spécialisées Denise, Agnus et Paula sur la carte mère de l'Amiga 1000

L'Amiga avait également une autre carte dans sa manche : il était compatible avec la TV et pouvait être utilisé pour le titrage vidéo. Une tâche que le Mac et le PC ne pouvaient pas faire. Cela attira de nombreux clients dont Electronic Arts qui devint l'éditeur le plus actif de la plate-forme. Trip Hawkins, le patron de cette société, annonça : "L'Amiga va révolutionner l'industrie de l'ordinateur familial. C'est le premier ordinateur domestique qui dispose de tout ce que vous voulez pour toutes les principales utilisation d'un ordinateur familial, comme l'éducation, le divertissement et la bureautique. Les applications que nous sommes en train de développer sur Amiga vont vous couper le souffle. Nous pensons que l'Amiga, grâce à sa puissance, son audio et ses graphismes incomparables, donnera à Electronic Arts et à toute l'industrie un très bel avenir !".

Trip Hawkins
Trip Hawkins de chez Electronic Arts

Electronic Arts
Les développeurs d'Electronic Arts. A l'arrière : Mike Wallace, Dan Silva, Eddie Dombrowser, John MacMillan, Steve Hayes, Jerry Morrison, David Maynard.
Devant : Dave Boulton, Glenn Tenney, Jeff Johannigman, Anne Westfall, Jon Freeman, Steve Shaw.
Assis sur la table : Bob Campbell, Greg Riker.


Le système d'exploitation était fourni sur trois disquettes. La première était le "Kickstart" qui devait être lancé en premier pour initialiser la machine, la deuxième était le "Workbench" (le bureau ou gestionnaire de fichiers) et la troisième, "Extras", renfermait quelques programmes additionnels comme ABasic, un interpréteur de langage BASIC. D'après Tim King de MetaComCo, ABasiC fut inclut sur les premières disquettes Kickstart car l'interpréteur BASIC commandé par Commodore à Microsoft n'était pas prêt. Le BASIC de MetaComCo avait été produit pour Digital Research DR-DOS et s'appelait DR-Basic, il était écrit en BCPL et était donc facile à porter sur Amiga. Commodore voulait un produit de Microsoft pour montrer que c'était une "vraie machine d'entreprise" et non un jouet. De son côté, Microsoft, à l'instar d'Ashton-Tate et de Lotus, n'était au départ pas très intéressé pour convertir leurs applications sur une nouvelle plate-forme, qui plus est, non x86.

Pour le Kickstart, l'idée de base était de l'inclure dans une ROM sur la machine. Mais cette version en ROM n'était pas suffisamment stable pour être exploitable (la machine fut terminée avant le système). L'Amiga fut donc commercialisé avec son Kickstart sur disquette. Une fois le Kickstart chargé, l'utilisateur pouvait lancer un programme. L'image de l'écran Kickstart fut réalisée par Sheryl Knowles, l'une des premières artistes (la première ?) sur Amiga.

Sheryl Knowles Kickstart
Sheryl Knowles et l'écran Kickstart

Le système avait lui aussi des caractéristiques uniques. Par exemple le fait d'être en multitâche préemptif (il pouvait lancer plusieurs programmes simultanément, et gérer les priorités affectées aux tâches) ou bien la gestion des écrans multiples. Chaque écran pouvait avoir une résolution et une profondeur de couleurs différentes des autres, et être malgré tout affichés simultanément.

Cependant, la version 1.0 du système d'exploitation distribuée avec l'Amiga présentait pas mal de bogues. Le simple fait de bouger trop vite une fenêtre pouvait planter la machine. Une mise à jour 1.1, gratuite, apparut ainsi en décembre 1985, bien qu'encore d'une stabilité douteuse. Elle inclut notamment la gestion de l'affichage PAL (en plus du NTSC), la notion de version pour les fichiers et de nouveaux outils comme une calculatrice et un éditeur d'icônes. A noter également que le compilateur ABasiC de MetaComCo fut remplacé par l'AmigaBasic, un BASIC conçu par Microsoft qui signa l'un de ses rares programmes pour Amiga. Certains éditeurs attendirent l'arrivée de cette version 1.1 avant de commercialiser leurs programmes, à l'instar d'Electronic Arts qui put ainsi lancer ses jeux One on One, Seven Cities of Gold et Archon (même si un certain nombre de copies furent vendues par les revendeurs avant l'arrivée du Workbench 1.1).

Le Workbench disposait de couleurs bleu/orange/blanc/noir un peu criardes. Ceci était voulu car Commodore voulait obtenir le meilleur contraste possible, même sur les moniteurs de piètre qualité.

Amiga Workbench 1.0
Amiga Workbench 1.0

Le premier numéro d'Amiga World, le premier magazine Amiga au monde, sortit en juillet 1985, avant même que le premier Amiga fut disponible pour le public. Le magazine, dans un numéro suivant, revenait bien évidemment sur la présentation élogieuse au Lincoln Center mais ce ne fut pas le cas de certains autres magazines, plus généralistes, qui y voyaient beaucoup de choses inutiles pour un ordinateur (trop de couleurs, le multitâche, les possibilités vidéo...). L'Amiga était trop en avance sur son temps pour être compris de tout le monde.

Amiga World
Andy Warhol en couverture sur le troisième numéro d'Amiga World

Byte, le plus grand magazine informatique au monde, présenta l'Amiga dans un article fleuve de son numéro d'août 1985. Les auteurs Gregg Williams, Ion Edwards et Phillip Robinson conclurent ainsi leur présentation :
"Nous avons été impressionnés par le détail et la vitesse des graphismes en couleur de l'Amiga et par la qualité de son système sonore. Les caractéristiques de l'Amiga - ses puces spécialisées, sa gestion du multitâche, ses multiples canaux DMA, son bus système partagé, son coprocesseur pour l'affichage, ses routines système en ROM, etc. - indiquent une complexité de conception matérielle que nous n'avons jamais vue auparavant dans les ordinateurs personnels. L'effet synergique de ces caractéristiques explique la vitesse, la qualité et le faible coût de l'Amiga.

[...] Nous pensons que cette machine sera un grand succès ; si cela se produit, l'Amiga aura probablement un grand effet sur les autres sociétés d'ordinateurs personnels et sur l'industrie en général."
Une logithèque à créer

L'Amiga était compatible avec rien, il fallait donc créer toute sa logithèque de zéro. Des Amiga de présérie avaient été envoyés à quelques développeurs, les mois avant son lancement, pour créer ses premières applications commerciales. Il ne fut donc pas surprenant de voir apparaître, en premier, des compilateurs ou outils de développement de tout poil, comme l'ABasiC (écrit par MetaComCo et inclut avec les Amiga 1000), l'Amiga Macro Assembler (de MetaComCo/Commodore), les outils de Lattice (C, compilateur croisé MS-DOS, LMK Make, MacLibrary, Screen Editor) ou encore la première implémentation du langage Pascal.

ABasiC
ABasiC 1.00 sur Amiga

Electronic Arts, qui travaillait sur plusieurs projets logiciels, collabora avec Commodore pour créer l'Interchange File Format (alias IFF), un format de stockage des données des fichiers pour faciliter le transfert des données entre logiciels. Divers sous-types furent créés pour les images (ILBM), les sons (8SVX), la musique (SMUS), la vidéo (ANIM) et le texte. Ceci jeta les bases du systèmes de datatypes de l'Amiga. Gregg Riker d'Electronic Arts commenta cette introduction sur le réseau BIX :
"Electronic Arts a un intérêt général pour la promotion des normes, alors nous avons discuté avec certaines personnes de Commodore-Amiga et nous avons créé IFF. L'IFF est destiné à être utilisé par tous les développeurs intéressés. Il offre un moyen pratique de permettre aux programmes d'échanger des données entre eux. Par exemple, Graphicraft pourra échanger des fichiers avec Deluxe Paint et d'autres produits d'Electronic Arts. La conception est extensible, en ce sens que vous pouvez ajouter vos propres types à la norme."
Dan Silva, pour Electronic Arts, réécrivit Prism, son logiciel de création graphique pour PC (qui était un portage amélioré de Doodle pour les machines Xerox) et le sortit sur Amiga courant novembre 1985 sous le nom de Deluxe Paint. Ce logiciel, qui rentra dans l'histoire, offrait des capacités inédites pour un ordinateur personnel. Son succès fut immédiat et plus de la moitié des utilisateurs Amiga achetèrent ce produit. Avec Graphicraft (variante familiale de ProPaint, qui ne fut finalement pas commercialisé), il y avait donc deux logiciels graphiques pour les débuts de l'Amiga : il s'agissait de son domaine de prédilection.


Dan Silva et Deluxe Paint

Les autres gros secteurs virent aussi arriver leurs logiciels comme Textcraft (d'Arktronics) pour le traitement de texte, Financial Plus (de Byte by Byte Corp) pour la gestion, PCLO Amiga CAD (de SoftCircuits) pour la conception assistée par ordinateur, ou encore Musicraft (d'Aegis) pour la création musicale. Aegis, d'ailleurs, racheta tout ce qu'Island Graphics faisait pour l'Amiga (comme Graphicraft). De son côté, Musicraft ne fut jamais officiellement publié par Commodore, bien que des copies boguées circulèrent chez certains possesseurs d'Amiga.

Textcraft
Textcraft

Malgré une machine avec des possibilités audio et vidéo certaines, les premiers jeux sur Amiga furent de qualité limitée. Commodore avait envoyé des machines de préproduction à des éditeurs de jeux comme Broderbund, Mindscape, Activision, Infocom et First Star, leur avait fourni une aide personnalisée pour mieux connaître la machine, mais les résultats furent modestes. La petite société Other Valley Software, qui s'était fait un peu connaître sur Macintosh, édita deux jeux dont Monkey Business qui fut probablement le premier jeu commercial de l'Amiga, en tout cas il fut le premier à être testé par la revue Amiga World. Il s'agissait d'un clone de Donkey Kong mais ne mettait pas en valeur les possibilités techniques de l'Amiga avec un écran en 8 couleurs.

Monkey Business
Monkey Business

Electronic Arts était également présent sur ce marché avec la diffusion de trois des rares jeux commercialisés cette année : le jeu de stratégie/réflexion Archon (conçu par Free Fall) ainsi que Seven Cities of Gold et One-On-One (tous deux créés par Digital Creations) publiés dès septembre 1985, donc avant la machine elle-même. L'autre acteur majeur de la scène ludique Amiga était Activision qui publia le jeu d'aventure Mindshadow et aussi l'étrange jeu de piratage/espionnage Hacker, livré sans aucune information ni documentation (afin de mettre le joueur "dans le bain"). Infocom, la société américaine créée par des étudiants du MIT à Boston, commença aussi à porter ses jeux d'aventure textuelle sur la nouvelle machine de Commodore, comme Planetfall. Quasiment tous les jeux publiés sur Amiga en 1985 n'étaient que des adaptations d'autres plates-formes : l'Amiga avait encore tout à prouver dans ce domaine.

Archon Hacker
Archon et Hacker

Les premiers utilisateurs Amiga s'organisèrent aussi. Le premier groupe d'utilisateurs Amiga fut le FAUG (First Amiga User Group) créé à Palo Alto dans la Silicon Valley, par Paul Montgomery, qui fondera un an plus tard la société NewTek. Ce groupe était très lié avec les ingénieurs de l'Amiga et son premier membre fut d'ailleurs Jay Miner, le père de l'Amiga. Le second groupe d'utilisateurs fut également créé aux États-Unis, il s'agissait du JAUG (Jersey Amiga User Group) fondé par Perry Kivolowitz de la société ASDG et Eric Lavitsky.

Paul Montgommery Perry Kivolowitz Eric Lavitsky
Paul Montgommery, Perry Kivolowitz et Eric Lavitsky

Un démarrage commercial lent

Malgré de formidables capacités, l'Amiga 1000 eut un démarrage commercial plus que difficile durant l'année 1985. Cela était dû à plusieurs raisons : son prix, la stratégie commerciale de Commodore, un marché limité à l'Amérique du Nord et sa logithèque naissante.

Son prix de lancement de 1295 $ (1750 $ avec moniteur couleur) pour la version avec 256 ko de mémoire était jugé trop élevé (l'Atari 520ST était vendu moitié moins, 700 $). De par ses possibilités, l'Amiga pouvait être vendu en tant que machine pour les professionnels mais Commodore préféra imiter la stratégie d'Atari en ciblant le marché du grand public. Mais cela était bien difficile avec un tel prix.

L'Amiga était peut-être mal placé dans la gamme Commodore : l'entreprise était connue pour ses ordinateurs bon marché (VIC-20, C64...) et s'était immiscée dans la gamme, porteuse, des compatibles PC pour le monde des affaires (les PC-10 et PC-20). Le vrai marché de l'Amiga restait encore à trouver, c'était une question de positionnement. Le patron de Commodore lui-même, Marshal Smith, indiqua que "Ce n'est pas une machine pour débutants". Et d'un point de vue géographique, ce marché était limité aux États-Unis et au Canada. L'Amiga était au standard NTSC et rares furent les non Américains à acheter la machine.

A la fin du mois de septembre 1985, seuls 12% de tous les commerçants avaient accepté de référencer l'Amiga dans leur gamme. Les chaînes spécialisées telles que ComputerLand, qui comptaient des centaines de points de vente, s'étaient de plus en plus engagées en faveur de l'IBM PC au cours de l'année 1985 et ne voyaient pas comment l'Amiga pourrait s'intégrer dans leur gamme de produits. Ainsi, Commodore dut livrer l'Amiga à un grand nombre de magasins individuels avec différents propriétaires, ce qui signifiait davantage d'efforts pour de plus petites quantités. Clive Smith (vice-président commercial chez Commodore) indiqua que "Commodore ne voulait pas attirer davantage de revendeurs (ou d'utilisateurs finaux) car la demande dépassait déjà la production".

Un autre argument qui freina la progression de l'Amiga fut sa logithèque. Elle était encore naissante et ne rivalisait pas avec celle du Macintosh ou du PC. L'Amiga jouait aussi les seconds rôles sur le plan des sorties de jeux, largement devancé par l'Atari ou le Commodore 64, mieux soutenus par les éditeurs.

Du côté des finances de Commodore, ce n'était pas au beau fixe. La guerre des prix pour le C64 réduisait fortement ses bénéfices et Commodore connut une année de déficites à hauteur de 113 millions de dollars. La société avait investi 24 millions de dollars dans l'Amiga et, en fin d'année, les ventes n'avaient pas grimpé aussi vite qu'elle l'aurait voulu. Les campagnes publicitaires peu efficaces et les problèmes de production ont résulté en des ventes de seulement 35 000 machines durant l'année 1985 (bien que vendu en quelques jours à partir de la mi-octobre). C'était loin derrière l'Atari ST qui, lui, était disponible, par exemple, dans le réseau de distribution Sears. Ainsi, fin 1985, Commodore passa près de la banqueroute avec une dette de 237 millions de dollars. Son conseil d'administration arriva néanmoins à convaincre les créanciers d'un délai supplémentaire afin de passer Noël.

L'année 1985 vit donc l'arrivée des premières machines 16/32 bits de Commodore et Atari. Mais chose anecdotique, l'Amiga fut construit par des anciens de chez Atari (Jay Miner) alors que l'Atari ST fut fabriqué par des anciens de chez Commodore (Jack Tramiel).


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Année précédente : 1984] / [Année suivante : 1986]


Soutenez le travail de l'auteur