Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 16 novembre 2019 - 22:32  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Classic Reflections - Qu'est-il arrivé à Oxxi, Inc. ?
(Article écrit par Trevor Dickinson et extrait de Amiga Future - octobre 2014)


Note : traduction par David Brunet.

Qu'est-il arrivé à Oxxi, Inc. ?

Dans le précédent article de ma série "Classic Reflections", j'avais parlé de la brève contribution d'Aegis Development au marché en évolution de l'Amiga. Ce mois-ci, je vais passer en revue une autre société californienne basée à proximité de Fullerton, qui succéda à Aegis. En fait, le modèle commercial de cette société reposait sur l'acquisition et la distribution des produits d'autres développeurs. À son apogée, celle-ci était l'un des principaux éditeurs de logiciels Amiga. Malheureusement, elle quitta la scène Amiga peu de temps après la disparition de Commodore. Cette société est Oxxi, Inc. et voici son histoire.

Oxxi

Des débuts sur super ordinateurs

Oxxi, Inc. fut fondée en 1985 par John Houston, un vétéran de l'informatique à cette époque. Il obtint un baccalauréat en génie électrique à l'Université du Delaware, suivi d'une maîtrise à l'Université Lehigh. Il débuta sa carrière professionnelle en 1966 en programmant des systèmes d'exploitation pour gros ordinateurs chez Control Data Corporation à Washington, aux côtés de Seymour Cray, cofondateur de CDC et fondateur de Cray Supercomputing. Durant son temps libre, John Houston commença à piloter des voitures de course et eut suffisamment de succès pour attirer le parrainage de Wrangler, la marque de Jeans. Il quitta CDC en 1978 pour se consacrer à la course et développer ses intérêts commerciaux, notamment les investissements dans les restaurants, les magasins d'alcool et l'immobilier.

John Houston
John Houston

Cependant, son entreprise informatique lui manqua et, en 1980, il sauta sur l'occasion de rejoindre plusieurs de ses anciens collègues du CDC qui avaient formé Sorcim, Inc., une nouvelle société de logiciels. Leur premier produit fut le très réussi SuperCalc, un tableur qu'ils créèrent pour le nouveau micro-ordinateur portable Osborne 1. Après le lancement réussi de SuperCalc en 1982, George Tate d'Ashton-Tate demanda à John Houston de diriger la commercialisation et le développement de dBase, son nouveau logiciel de base de données pour IBM/PC. Avec l'aide de John Houston, dBase devint la norme mondiale en matière de gestion de bases de données. Lorsqu'Ashton-Tate entra en bourse en 1985, John Houston décida de créer sa propre maison d'édition de logiciels. Oxxi, Inc. était née.

Aller au Max !

Pendant ce temps, juste au large d'Oxxi à Pebble Beach, un ingénieur logiciel talentueux appelé Michael G. Lehman fonda MaxiSoft, sa propre entreprise chargée de développer des logiciels pour le nouvel ordinateur Amiga. En 1986, il publia un certain nombre de produits et utilitaires pour Amiga sous le label MaxiSoft. Ceux-ci incluaient MaxiComm, un logiciel de télécommunications et plusieurs produits de la série MaxiPower :
  • MaxiDesk, une solution intégrée avec calendrier, utilitaires et annuaires téléphoniques, calculatrice avec alarme.
  • MaxiMizer, un créateur de macros clavier-souris.
  • MaxiCache, une mémoire tampon pour les lecteurs de disquette.
  • MaxiKey, un gestionnaire de raccourcis clavier.
  • MaxiShare, un outil pour partager des données en temps réel entre plusieurs Amiga.
Cependant, un de ses produits fut très efficace et devint au fil des années le meilleur tableur pour Amiga. Au milieu de l'année 1986, MaxiSoft publia ainsi MaxiPlan, un tableur pour Amiga (149,95 $). Ce fut un succès immédiat, exploitant pleinement le système de fenêtres et de menus pilotés par la souris de l'Amiga. MaxiPlan se comparait très favorablement à Lotus 1-2-3, le tableur standard de l'industrie sur MS-DOS, mais ce qui le rendait particulièrement spécial, c'était son utilisation de la couleur, des styles de texte, de la parole et du multitâche. Il pouvait gérer d'énormes feuilles de calcul allant jusqu'à 512 colonnes sur 16 384 lignes et pouvait incorporer des graphiques et des éléments de base de données.

Avec MaxiPlan, il était possible de créer quatre ou huit feuilles de calcul en couleurs qui prenaient en charge plusieurs fenêtres redimensionnables et défilables avec quatre styles de texte, tout en utilisant les capacités vocales uniques de l'Amiga. La souris pouvait être utilisée pour entrer des formules, sélectionner une plage de données, des noms de fonctions et des noms de plages. Les données pouvaient facilement être copiées et collées entre les fenêtres et les feuilles de calcul ouvertes. MaxiPlan pouvait gérer jusqu'à quatre graphiques polychromes liés de manière dynamique, enregistrés en tant que graphiques IFF et pouvant être retouchés dans tout programme de dessin Amiga comme Deluxe Paint. Le logiciel était également fourni avec de simples fonctions de base de données intégrées pouvant être utilisées avec les traitements de texte Amiga pour le publipostage et l'impression d'étiquettes. Il proposait également des raccourcis clavier issus de Wordstar ainsi que la compatibilité avec les fichiers de Lotus 1-2-3.

MaxiPlan Plus
Les premières versions de MaxiPlan

Plusieurs utilitaires étaient inclus avec le logiciel :
  • MaxiMerge, permettant de fusionner les données de la base de données MaxiPlan dans des lettres créées avec un traitement de texte.
  • From 123, un programme de conversion de fichiers Lotus 1-2-3.
  • MaxiSet, un outil pour la parole.
La documentation fournie avec le programme était assez limitée, mais elle était complétée par une excellente fonction d'aide en ligne (dans le programme). En dépit de ses nombreuses excellentes fonctionnalités, la version initiale de MaxiPlan présentait quelques sérieux bogues, bien que ceux-ci furent rapidement corrigés par Michael Lehman. Après la version initiale, il décida de supprimer du logiciel toute protection contre la copie. Afin de commercialiser ses produits auprès d'un public plus large, Michael Lehman signa un accord de distribution avec Electronic Arts, l'un des principaux développeurs et vendeurs Amiga. Malheureusement, la première version de MaxiPlan, boguée, écorna sa relation avec Electronic Arts et ce dernier intenta ensuite une action en justice contre MaxiSoft. Cependant, la perte d'Electronic Arts constituait un gain pour Oxxi car John Houston acquit les droits exclusifs de distribution de MaxiPlan à la suite du différend entre Michael Lehman et Electronic Arts. Ces problèmes n'empêchèrent pas MaxiPlan d'être désigné comme le meilleur tableur Amiga de 1986.

Établir la référence

Alors qu'Electronic Arts poursuivait son procès contre MaxiSoft, Oxxi commença à distribuer les produits de ce dernier. Michael Lehman continua à améliorer MaxiPlan en 1987 et deux nouvelles versions furent publiées. Il y avait MaxiPlan Plus (199 $), une version améliorée avec une vitesse de calcul accrue et de nombreuses nouvelles fonctionnalités. La taille maximale d'une feuille de calcul était passée à 512 colonnes/65 530 lignes et comprenait 63 fonctions intégrées et jusqu'à huit graphiques et seize bases de données par feuille de calcul. Cette version incluait également un puissant langage de macros doté de 70 fonctions prédéfinies et jusqu'à 32 macros définies par l'utilisateur.

MaxiPlan Plus
MaxiPlan Plus 1.8

MaxiPlan Plus
Publicité pour MaxiPlan Plus

Oxxi publia également une version à bas prix, MaxiPlan 500 (149 $), qui n'incluait pas le langage de macro et certaines des fonctionnalités les plus avancées. Cependant, un programme de macro facultatif était disponible au prix de 25 $ pour les utilisateurs de MaxiPlan et de MaxiPlan 500. Bien que distribuées par Oxxi, les nouvelles versions de MaxiPlan furent attribuées à MaxiSoft et Intuitive Technologies, avec Michael Lehman, Frank Raab et Scott Saunderses en tant que développeurs.

MaxiPlan Plus
MaxiPlan 500 et MaxiPlan Plus

Michael Leaman continua à publier de nombreuses améliorations et corrections de bogues pour MaxiPlan. Plusieurs nouvelles versions furent finalement publiées, qui aboutirent à l'épineuse mise à jour MaxiPlan Plus 1.9 : celle-ci incluait une note contenant des solutions pour contourner certains bogues connus qui n'avaient toujours pas été éliminés. La version 1.9 était également la première à lister certains des autres produits MaxiSoft qui étaient désormais disponibles conjointement chez Oxxi et Intuitive Technology. En dépit de tous ces problèmes, MaxiPlan était toujours un excellent programme et Commodore proposa des versions de MaxiPlan dans des lots de logiciels inclus avec les Amiga 500 et 2000, et plus tard, 3000.

Cependant, Oxxi ne gérait pas uniquement les produits de MaxiSoft et avait signé des accords de distribution avec d'autres développeurs de logiciels. À la fin de 1987, la société commença à faire de la publicité pour le logiciel de comptabilité Nimbus 1, qui, selon elle, était le premier programme Amiga de comptabilité offrant une comptabilité simple pour les petites entreprises. Le paquet (149,95 $) était fourni avec un bloc-note à fermeture à glissière contenant une disquette non protégée contre la copie et un livret d'instructions de 12 pages. Oxxi signa également un accord avec Leon Frenkel portant sur les droits de distribution de son logiciel Benchmark Modula-2: Software Construction Set. Il s'agissait d'une version Amiga du langage Modula-2 créée par le professeur Wirth. Benchmark Modula-2 était un compilateur en une passe incroyablement rapide, intégrant un éditeur, un compilateur et un éditeur de liens pour faciliter le développement et le débogage de programmes. Le lot initial (199 $) comprenait des bibliothèques Amiga ainsi que des bibliothèques standards Modula-2. Des bibliothèques optionnelles pour les fonctions C standards, les graphismes et les routines Amiga furent disponibles séparément à 99 $ l'unité. Enfin, ce logiciel était fourni avec un manuel de 800 pages ainsi que plusieurs programmes de démonstration.

MaxiPlan Plus
Publicité pour Nimbus 1

C'est bon de parler

Au début de l'année 1988, Leon Frenkel annonça publiquement qu'il avait rompu ses liens avec Oxxi et qu'il commercialiserait Benchmark Modula-2 via sa société nouvellement créée, Avant-Garde Software. John Houston contesta cette revendication de propriété et, après un bref différend juridique, Oxxi obtint le droit de distribuer la version initiale de Benchmark Modula-2. Cependant, Leon Frenkel obtint le droit exclusif de commercialiser toutes les versions futures du logiciel.

Dans le même temps, Oxxi révéla avoir signé un accord portant sur la publication d'une nouvelle version du logiciel de télécommunication et de terminal Amiga développé par Marco Papa, précédemment publié par Felsina Software sous les noms A-Talk et A-Talk Plus. La nouvelle version, A-Talk II (99 $), était l'un des logiciels de télécommunications les plus avancés sur Amiga. Il gérait la gamme la plus large de protocoles de communication et de parités à des vitesses atteignant 31 250 bauds. Il incluait également un puissant langage de script avec plus de 40 commandes et gérait les émulations de terminaux standards, ainsi que toutes les fonctionnalités des terminaux d'affichage Tektronix, y compris les modes Alpha, Graph, GIN, Point Plot et Incremental Plot. Il avait beaucoup d'autres fonctionnalités comme une aide en ligne, le rappel automatique, la réponse automatique, la numérotation sans assistance, la capture sur disque, la parole, le mode discussion et un répertoire téléphonique illimité.

Oxxi inclut MaxiPlan 500 dans le "Critic's Choice Productivity Package" (lot de logiciels de productivité choisi par la critique) qui comprenait également le traitement de texte Kind Words et le logiciel Microfiche Filer de Software Visions. MaxiPlan 500 fut commercialisé par The Disc Company au prix initial de 249,95 $. En août 1988, le magazine Amazing Computing révéla qu'Electronic Arts avait engagé une poursuite judiciaire à 250 000 dollars contre MaxiSoft et, par association, contre Oxxi pour les bogues de la première version de MaxiPlan. John Houston nia avec véhémence cette implication d'Oxxi, déclarant publiquement que "en-dehors de la publication de MaxiPlan, Oxxi n'a aucun lien avec MaxiSoft, Electronic Arts ou leur poursuite judiciaire". Ironiquement, Oxxi commença à livrer la dernière mise à jour du correctif pour MaxiPlan aux utilisateurs enregistrés. Outre la correction de plusieurs bogues, cette version 1.9 incluait également de nouvelles fonctionnalités, notamment une option Blitter qui permettait d'afficher une seconde couleur dans la bordure d'un graphique ou dans une zone de données, et de modifier la largeur des colonnes en déplaçant la souris au lieu d'utiliser le clavier. En dépit de ces problèmes récurrents, le magazine Amiga User International attribua à MaxiPlan un "Oskar" dans la catégorie des tableurs de 1988.

La version 1.3 de Nimbus 1 fut annoncée, incluant des corrections de bogues, des améliorations pour les fonctions de menu et de souris ainsi qu'un manuel réécrit. Les utilisateurs enregistrés pouvaient bénéficier d'une mise à niveau moyennant un coût de 25,00 $ plus 4,00 $ de frais d'expédition et de manutention.

Vers la fin de l'année 1988, Oxxi annonça une mise à jour d'A-Talk. La nouvelle version, A-Talk III (99 $), proposait une gestion améliorée des scripts et d'ARexx ainsi que quelques autres fonctionnalités. Peu de temps après sa publication, la version 1.0c fut à son tour commercialisée. Celle-ci corrigeait un bogue au niveau de la commande de numérotation et gérait les protocoles Wxmodem et Ymodem-G ainsi que les fonctions de récupération/reprise ZMODEM d'un transfert de fichier interrompu. Les utilisateurs d'A-Talk Plus pouvaient acquérir la mise à jour pour 25,00 $ plus 4,00 $ d'expédition et Oxxi offrait également aux utilisateurs des logiciels Amiga concurrents de télécommunications des remises spéciales.

A-Talk III
Publicité pour A-Talk III

Au-dessus du bouclier

Jusqu'à la fin de 1988, Oxxi était principalement un distributeur de logiciels, mais cela était sur le point de changer. Au début de 1989, la société acquit l'ensemble du catalogue logiciel Amiga d'Aegis Development. Vers la même époque, elle annonça que les futures versions de MaxiPlan seraient désormais distribuées par Intuitive Technologies, bien qu'Oxxi puisse toujours vendre les versions existantes. Malgré cela, il apparut qu'Oxxi était sur le point d'entrer sur le marché de l'Amiga en tant que développeur logiciel à part entière. John Houston décida de conserver le nom "Aegis Development" et de l'utiliser pour la plupart des futures versions de ses logiciels.

Afin d'obtenir un retour sur investissement immédiat de l'achat d'Aegis, l'un des premiers nouveaux produits fut l'Amiga Graphics Starter Kit (99,95 $). Il s'agissait d'une compilation d'anciens logiciels comprenant Aegis Images, Aegis Animator et Aegis Draw, le logiciel de présentation Artpak ainsi qu'Arazok's Tomb, un jeu d'aventure graphique animé. Les nouveaux logiciels d'Oxxi ne furent pas tous publiés sous le label Aegis. La société devint le distributeur de Tax Break, un outil de préparation et de planification d'impôts américains (79,99 $). Il s'agissait d'un tableur fiscal basé sur Amiga-Tax, le tout premier logiciel de préparation de déclarations d'impôts professionnel, écrit pour Amiga par David Sopuch, et destiné à compléter les déclarations de revenus canadiennes. Amiga-Tax fut lancé pour la première fois en 1986 et la version canadienne actuelle (69,95 $), s'intitulait Amiga-Tax 3.0.

Oxxi
Amiga Graphics Starter Kit

Cependant, Oxxi ne tarda pas à commercialiser de nouveaux logiciels sous le label Aegis. La société fit appel au développeur de Sparta, Gary Bonham, qui travailla auparavant sur VideoTitler et Lights! Camera! Action! pour Aegis, afin de créer un nouvel éditeur d'animation sur Amiga. Gary Bonham, qui faisait parti de l'équipe de normalisation du format ANIM IFF, conçut initialement son logiciel en tant qu'éditeur d'animation polyvalent. Toutefois, ses fonctionnalités évoluèrent rapidement afin d'inclure une suite impressionnante d'effets vidéo numériques (DVE) créés logiciellement sous forme d'animations IFF. Le résultat fut ANIMagic, un éditeur d'animation et générateur d'effets spéciaux qui fut publié au prix de 139,95 $.

ANIMagic contenait un ensemble d'outils d'édition de base, un éditeur avancé de palette, associé à une vaste gamme d'effets DVE. Ceux-ci comprenaient des transitions avec zoom, renversement, chute, confettis, feuilletage de page, stores vénitiens et mosaïque, tous disponibles et contrôlés par un clic de souris. Ce logiciel pouvait créer d'incroyables effets spéciaux d'animation tels que le déplacement de textures sur la surface d'un cube en rotation, même si cela n'était pas parfait. L'interface principale de contrôle était lourdaude et peu intuitive et pouvait couvrir jusqu'à la moitié de l'écran. En appuyant sur la touche "Help", le curseur se transformait en point d'interrogation et, en cliquant sur l'une des commandes avec le bouton gauche de la souris, vous pouviez lire un résumé de sa fonction. Cependant, aucun raccourci clavier n'était inclus. La vitesse de rendu était également très lente car le programme traitait les animations une image après l'autre, même si la boîte d'ANIMagic incluait une version spécialement optimisée pour les processeurs 68020/68881. ANIMagic ne pouvait pas automatiser la création d'une animation à partir d'un fichier graphique IFF, mais malgré toutes ces lacunes, ANIMagic pouvait produire des résultats étonnants.

ANIMagic
Effet avec ANIMagic

Nouveaux départs

Conformément à son nouveau rôle de développeur logiciel, Commodore confia à Oxxi le travail de portage du logiciel NetWare, sous licence de Novell, pour ses nouvelles cartes Arcnet A560 et A2060 pour les machines A500 et A2000.

En avril 1990, Oxxi annonça une version mise à jour de VideoTitler, le logiciel de présentation graphique et de titrage précédemment publié par Aegis pour la production post-vidéo d'entrée de gamme. La nouvelle version 1.5, livrée avec Lights! Camera! Action! coûtait 159,95 $. Les utilisateurs existants des versions antérieures pouvaient effectuer la mise à niveau moyennant 34,95 $ ou payer 5 $ supplémentaires pour avoir accès à l'offre pour Lights! Camera! Action!. Les nouvelles fonctionnalités de VideoTitler comprenaient la manipulation de texte en 3D, des possibilités d'animation intégrées et une interface utilisateur repensée avec une boîte à outils accessible et pratique. Le texte pouvait à présent être affiché dans diverses perspectives 3D grâce à l'utilisation de "poignées". La fonction "extrusion" provenait du programme Poly-Fonts, qui pouvait désormais reprendre les propriétés des objets afin de les étirer, les tourner, les pivoter ou les déformer. Le programme gérait les résolutions allant de 320x200 à 768x480, et même les modes entrelacé et Extra Halfbrite. Les images IFF pouvaient être importées et manipulées, alors que la fonction de diaporama offrait douze transitions et permettait la génération d'animations au format ANIM.

Oxxi
Publicité pour les produits vidéo d'Oxxi

Oxxi continua de tirer parti des logiciels Aegis. Avec VideoScape 3D, il disposait du programme d'animation en trois dimensions le plus puissant disponible sur Amiga et, malgré le fait qu'il ait été développé plusieurs années auparavant, il conserva sa position parmi les meilleures offres sur Amiga. Cependant, son utilisation était extrêmement complexe et comportait de nombreuses limitations.

Alors que Modeler 3D contribua à libérer le potentiel de VideoScape 3D, ce fut la sortie de Pro/Motion par Oxxi qui libéra sa véritable puissance. Pro/Motion fut commercialisé en tant qu'interface complète de production et d'animation pour l'environnement VideoScape 3D et fut livré avec ce dernier au prix de 99,95 $, ou 74,95 $ pour les utilisateurs enregistrés à VideoScape 3D. Toutes les tâches fastidieuses liées à la création d'animations dans VideoScape 3D furent supprimées. Ce logiciel permettait aux utilisateurs de concevoir facilement des animations simples et complexes en 3D, sur plusieurs écrans et fenêtres, à l'aide d'accessoires et de mouvements de caméra. Et cela en quelques clics permettant de créer automatiquement les fichiers de géométrie d'objet utilisés par VideoScape 3D pour les animations, la caméra et les paramètres. Il gérait tous les types de fichiers que VideoScape 3D pouvait charger, ainsi que tous les paramètres que ces fichiers pouvaient contenir. Pro/Motion était un programme volumineux qui, en étant exécuté en arrière-plan, pouvait effectuer plusieurs tâches à la fois avec VideoScape 3D sur un Amiga doté de 2,5 Mo de mémoire. Ses performances étaient toutefois bien meilleures avec de la mémoire supplémentaire et un disque dur. Mis à part simplifier l'animation des modèles solides pour VideoScape 3D, Pro/Motion proposait d'autres fonctionnalités innovantes comme les effets de vent, de magnétisme et de gravité.

Oxxi continua à gérer les logiciels des autres, et vers la fin de 1990, il commença à distribuer TeleTutor (29,95 $), un programme d'initiation à la télécommunication destiné aux novices. Ce logiciel proposait des tutoriels sur la configuration d'un modem, l'accès aux bulletins électroniques, aux réseaux en ligne, l'utilisation de protocoles d'archivage et la compréhension de la terminologie des télécommunications, comme le taux de transmission, les bits d'arrêt, les longueurs de mots et la parité. Il était fourni avec un programme de terminal simple et un environnement simulé de bulletins électroniques, ainsi qu'une liste complète des numéros de téléphone des bulletins électroniques nord-américains et des services réseau.

Son et lumière

AudioMaster, le vénérable logiciel de numérisation et d'édition audio, fut le prochain produit d'Aegis à faire l'objet d'une remise à neuf par Oxxi quand AudioMaster III fut publié à la fin de 1990 au prix 99,95 $, ou 25 $ pour les utilisateurs enregistrés. Cette nouvelle mouture offrait de nombreuses nouvelles fonctionnalités, comme les boucles multiples, une meilleure gestion de l'échantillonneur, un format compressé pour la sauvegarde des données, l'activation vocale et une liste très étendue de fonctions d'échantillonnage, de mixage et d'édition. Un nouvel oscilloscope et un nouveau simulateur de lecteur de CD furent également inclus, ce dernier tirant parti du multitâche de l'Amiga et permettant de charger et de jouer jusqu'à 20 séquences ou échantillons en arrière-plan durant l'exécution d'autres programmes. AudioMaster III fournissait également un contrôle logiciel pour presque tous les appareils d'échantillonnage, qu'ils soient sur le port parallèle ou sur le port souris.

Oxxi
AudioMaster III et SoundMaster d'Aegis

Au début de 1991, Oxxi annonça SoundMaster, une nouvelle combinaison matériel/logiciel d'échantillonnage audio numérique 8 bits compatible avec tous les ordinateurs Amiga. Oxxi affirma que le matériel d'échantillonnage de SoundMaster, qui offrait des taux de fréquence allant jusqu'à 56 kHz, était l'un des numériseurs audio les plus rapides disponibles sur Amiga. Le matériel, qui comprenait une unité autonome qui se connectait au port parallèle, comprenait un microphone dynamique intégré, deux entrées audio et deux entrées microphone. Une barre de défilement permettait de régler le volume d'échantillonnage et une diode servait à avertir quand le volume d'entrée était trop élevé. Le contrôle du matériel se faisait via AudioMaster III et le lot fut vendu au prix de 179 $, ou 99 $ pour les utilisateurs enregistrés d'AudioMaster III.

Oxxi mit aussi régulièrement à niveau son programme de télécommunications A-Talk III. La version 1.3c, toujours vendue au prix de 99,95 $, ajouta la gestion de fonctions à distance et du protocole XPR.

Un âge d'or ?

Oxxi collabora avec l'artiste Amiga et ancien contributeur d'Aegis, Jim Sachs, pour commercialiser le "Jim Sachs Signature Collection 1991 Calendar" (14,95 $) qui comprenait une collection des oeuvres préférées de Jim Sachs produites sur ordinateur, ainsi que des conseils pour les artistes en herbe sur Amiga.

Oxxi plaçait régulièrement des annonces pleine page en couleur dans Amiga World, mais cessa complètement de faire de la publicité dans ce magazine au début de 1991. La société continua toutefois à placer des annonces en noir et blanc, et en quart de page dans Amazing Computing, un autre magazine Amiga.

Oxxi Oxxi
Publicités d'Oxxi entre 1992 et 1994 dans Amazing Computing

Lors du salon AmigaWord Expo qui se déroula à New York en mars 1991, Oxxi annonça toute une série de nouveaux produits. Il révéla les détails de SpectraColor, son nouveau logiciel de dessin et d'animation compatible HAM en cours de développement. Les premières démonstrations, réalisées en avant-première, montrèrent qu'il s'agissait d'un descendant direct (bien que grandement remanié) du logiciel Photon Paint de Micro Illusion. Il incluait de nouvelles fonctionnalités telles que les ANIMbrushes, l'interpolation et l'implémentation de brosses dans les cellules d'animation. Son prix suggéré était d'environ 150 dollars, et on n'attendait pas la commercialisation du produit avant la fin de l'année 1991.

Oxxi
Publicité pour SpectraColor

Oxxi présenta également TurboText (99 $), un éditeur de texte rapide, facile à utiliser et hautement configurable pour Amiga, écrit par l'ancien ingénieur logiciel de chez Commodore, Martin Taillefer. Ce programme comprenait un large éventail d'options d'édition de texte et de fonctions avancées, notamment un port ARexx, une calculatrice pour programmeur, une fenêtre d'édition en hexadécimale, un idéateur, des modèles de texte et un personnalisateur de clavier. Il pouvait également émuler les éditeurs de texte populaires Amiga, Unix et PC et était l'éditeur idéal pour les programmeurs.

Oxxi présenta également ScanMaster, un nouveau scanner couleur à plat 24 bits 300 PPP pouvant numériser des documents allant jusqu'à 8,5x11,7 pouces, et vendu avec le logiciel ImageMaster. Il pouvait créer des séparations de couleurs CMJN en 16,7 millions de couleurs et capturer des images monochromes en 256 nuances de gris. Aucun prix ne fut révélé lors du salon et on ne sait pas si ce produit fut vraiment commercialisé.

Un autre produit annoncé mais qui ne fut jamais matérialisé fut P-Stat, un programme sophistiqué d'analyse statistique avec interface de type tableur et présentation graphique des résultats. Deux produits qui furent véritablement commercialisés furent Aegis Visionary, un langage de jeu interactif doté d'un environnement de programmation de jeu de style BASIC, et Presentation Master, un ensemble de présentations professionnelles complet utile pour générer des scénarios, des conceptions, des graphiques et pour produire des diaporamas et des présentations vidéo.

Aegis Visionary
Publicité pour Aegis Visionary

Vision renouvelée

Oxxi poursuivit sa stratégie des acquisitions et augmenta son catalogue de logiciels avec le rachat de PAR Software et de Glacier Technologies, deux sociétés proposant une large gamme de logiciels graphiques et bureautiques sur Amiga, notamment Express Paint et Spritz, lequel fut publié plus tard par Oxxi.

Vers la fin de l'année 1991, Oxxi publia Visionary, un système de développement de jeux pratiquement illimité écrit par Kevin Kelm, l'auteur de TACL (The Adventure Construction Language). Ce logiciel, vendu 99,95 $, fut conçu à la fois pour les programmeurs débutants et expérimentés. Le langage de création de jeux de type BASIC comprenait 70 commandes avec un ensemble d'outils graphiques et 19 opérations mathématiques conçues pour réduire les obstacles techniques à la création de jeux d'aventure textuels, graphiques et animés à la Sierra. Il disposait de fonctionnalités multimédias comme le défilement d'images en SuperBitMaps, l'animation, le son, la parole et le MIDI. La taille et la complexité des jeux Visionary pouvaient être stupéfiantes, qui comprenaient jusqu'à 65 000 salles et 65 000 objets, des personnages gérés par l'ordinateur, chacun avec 32 attributs et le même nombre de sous-routines. De plus, ce logiciel pouvait gérer jusqu'à 25 écrans graphiques IFF, 25 sons IFF numérisés, dix polices et dix animations en mémoire à la fois et près de 4,3 milliards de caractères de texte. Un manuel optionnel, intitulé The Visionary Programmers Handbook (29,95 $), écrit par John Olsen, était également disponible. Ce guide incluait une disquette avec un exemple de jeu d'aventure "pointer et cliquer" et des explications détaillées sur la manière dont chaque ligne de code faisait fonctionner le jeu.

Visionary
Visionary

Le très attendu Aegis SpectraColor, un programme avancé d'animation et de dessin compatible HAM, fut finalement lancé vers la fin de 1991 au prix de 99,95 $. Le logiciel fut développé par Oren Peli de BazboSoft, qui conçut également Photon Paint 2. Les propriétaires de Photon Paint pouvaient d'ailleurs effectuer une mise à niveau moyennant un paiement de 49,95 $ et en retournant leurs disquettes originales à Oxxi. Certaines fonctionnalités, telles que la trousse à outils de dessin (Paint Toolkit) et la sélection de zone en fonction de la palette de couleurs, furent réorganisées. Les fonctionnalités d'animations de Photon Paint furent étendues avec le nouveau kit d'animations de SpectraColor qui facilitait considérablement le contrôle et la création d'animations. Ce logiciel incluait des gadgets de contrôle de type magnétoscope avec avance et retour rapide dans l'animation en une étape, ainsi que des raccourcis clavier. SpectraColor gérait l'interpolation et les brosses animées de style Deluxe Paint. Les fonctions d'encapsulation des brosses de Photon Paint pouvaient maintenant être appliquées aussi aux animations.

SpectraColor était fourni avec un grand manuel complet, mais la plupart des captures d'écran étaient de mauvaise qualité. Bien que ce logiciel pouvait fonctionner sur un A500 de base, il fallait au moins 1 Mo de mémoire pour utiliser toutes ses fonctions avancées comme l'animation et le mode entrelacé. Et pas moins de 2 Mo de mémoire ou plus étaient recommandés pour travailler sérieusement sur les animations, sans compter qu'il fallait vraiment un Amiga accéléré pour réduire les temps de rendu.

SpectraColor
SpectraColor

Oxxi annonça plusieurs nouveaux produits lors du salon AmiExpo à Oakland, en Californie, en octobre 1991. L'éditeur publia une version mise à jour d'AudioMaster. Cette nouvelle version, AudioMaster IV (99 $), incluait de nouvelles fonctions comme le filtrage numérique et le mélange de hauteur tonale en temps réel, et la possibilité d'ajouter jusqu'à 999 boucles jouées en séquence, et de remplacer les phases répétées par une seule boucle.

Presentation Master, l'environnement de création de présentations multimédias d'Oxxi, fut également exposé. Une version de SpectraColor gérant l'extension graphique HAM-E de Black Belt System, fut présentée pour la première fois. Oxxi révéla également au public son logiciel Amiga Client Software, qui pouvait adapter n'importe quel réseau Novell NetWare version 2.15 ou plus afin de permettre aux Amiga d'agir en tant que postes de travail ou clients.

Oxxi
Publicité pour Presentation Master

En novembre 1991, Oxxi acquit les produits Superbase de Precision Software pour Amiga auprès de la société Software Publishing Corporation, ainsi que les versions Atari ST et C64/128. Il annonça qu'il fournirait une assistance et des mises à niveau pour les éditions Personal et Professional de Superbase.

Passer le grade

Contrairement à certaines de ses précédentes annonces, tous les produits révélés lors de l'AmiExpo 1991 furent réellement commercialisés en 1992. La version améliorée de SpectraColor, qui pouvait gérer les 262 144 couleurs du HAM-E de Black Belt System, fut publiée au prix de 99,95 $, et seulement 29,95 $ pour les utilisateurs enregistrés à la version antérieure.

Presentation Master, le puissant programme de création et de présentation de diaporamas d'Oxxi, fut publié au prix de 299,95 $. Il s'agissait d'un programme multimédia sérieux, comparable à PowerPoint sur PC ou Aldus Persuasion sur Mac. Il permettait la création de diaporamas de qualité pour la publication assistée par ordinateur, ceux-ci pouvant être affichés sous forme de présentation Amiga ou enregistrés dans des fichiers PostScript de haute qualité pour impression.

Presenation Master
Presentation Master

Presentation Master était un logiciel rempli de fonctionnalités et d'utilitaires. Il était accompagné d'un manuel impressionnant de 544 pages et comprenait également une option d'aide en ligne, intégrée au programme, qui était bien utile. Le logiciel était livré sur 13 disquettes, comprenant 8 Mo de cliparts EPS, de cliparts bitmap, de polices Amiga, de polices vectorielles et de modèles de diaporamas. Ce logiciel comprenait notamment les fonctions suivantes :
  • Des modules et des utilitaires pour la création de graphiques d'entreprises avec une interface de tableur intégrée.
  • Des modules intégrés de dessin et de dessin vectoriel à base d'objets.
  • La création d'affiches.
  • La génération de scénarimages.
  • Un module de clipart pour les fichiers EPS.
  • La gestion de toutes les polices Amiga et de nombreuses polices tierces comme les Kara, les Zuma et les polices vectorielles PolyFonts et Intellifonts.
En outre, Presentation Master proposait 33 transitions à vitesse variable pour les diaporamas et utilisait un tramage de couleurs impressionnant pour représenter le texte et les graphiques à l'écran sur la base d'une palette de 256 couleurs sélectionnée parmi les 16 millions de couleurs disponibles. Presentation Master pouvait créer des images 24 bits et les imprimer sous forme de fichiers PostScript, mais il ne pouvait pas les enregistrer sous forme de fichiers IFF 24 bits. Il lui manquait également la gestion d'ARexx et du son, mais on rapporta qu'Oxxi travaillait à l'ajout de ces deux options. Malgré ces faiblesses, il s'agissait de la solution la plus complète pour créer des présentations en images fixes sur Amiga, pour produire et gérer non seulement des diaporamas, mais également des supports matériels importants et des sorties papier comme des notes pour conférencier, des documents destinés au public et des scénarimages.

Oxxi publia une version mise à jour du programme de CAO Aegis CAD. La nouvelle version, Aegis Draw 2000 2.0, fut repensée par John Williams, et fut vendue à 199,95 $, et seulement 49,95 ou 59,95 $ pour les utilisateurs enregistrés de la version antérieure. Cette nouvelle mouture améliora la sortie imprimante matricielle, ajouta la gestion du PAL et des options de règles métriques. Il incluait également la gestion du dimensionnement parallèle et à trois points, ainsi que la possibilité de lire et de sauver des fichiers AutoCAD. Le logiciel, fourni sur deux disquettes, incluait deux versions du programme principal, dont l'une était optimisée pour une utilisation avec un coprocesseur mathématique. Oxxi commercialisa également Amiga Client Software pour Novell Netware au prix de 199 $, mais perdit les droits de distribution d'A-Talk III, qui furent repris par New Horizons.

La fin du jeu

Les sorties de nouveaux logiciels de la part d'Oxxi ralentirent soudainement et de manière spectaculaire. En 1993, un seul nouveau logiciel fut publié. Ce fut VideoStage Pro, un nouveau logiciel de présentation vidéo multimédia et de titrage, développé par Gary Bonham, qui remplaça VideoTitler dans la gamme de produits de l'éditeur.

VideoStage Pro (179 $) adaptait de nombreuses fonctionnalités de Presentation Master, et était capable de générer des vidéos et des productions interactives à l'écran, qui pouvaient incorporer du texte, du graphisme, des clips vidéo et du son. Il était même possible de gérer des présentations à distance via un modem ou un réseau, alors que l'interface ARexx intégrée permettait à VideoStage Pro de concevoir des applications pour la formation, les centres d'informations de type kiosque et les catalogues de vidéos. Compatible avec AmigaOS 3.0 et le jeu de puces AGA, ce logiciel comprenait 60 transitions d'écran et 50 transitions d'objets pouvant être utilisées d'un clic de souris. Les index pour le contrôle de la lecture pouvaient être sélectionnés à la souris afin de créer des boucles de lecture et des "points chauds", ce qui autorisait la création de présentations entièrement interactives. Les titres pouvaient utiliser n'importe quelle polices Amiga, y compris les polices couleur et les polices Compugraphic. A l'écran, vous pouviez afficher des caractères individuels ou des lignes entières de texte ou d'objets. VideoStage Pro pouvait détecter automatiquement les "couleurs chaudes" en NTSC et en PAL afin d'empêcher que les couleurs ne bavent. Des options de dégradé pour le fond d'écran, le texte et la transparence pouvaient être ajoutées pour créer des résultats professionnels. Enfin, VideoStage Pro savait gérer les genlocks externes SuperGen et Digital Creations et G-Lock de GVP, ainsi que les séquences audio d'AudioMaster.

VideoStage Pro
VideoStage Pro

Une version améliorée fut également commercialisée plus tard, sous le nom de VideoStage Pro+ (499,95 $). Celle-ci incorporait toutes les fonctionnalités de la version standard, mais ajoutait la mise à jour à distance des présentations via un modem, un port série ou une connexion réseau, ainsi que la journalisation des événements, le transfert de fichiers par lots et la conversion de texte en objets Bézier pour des effets 3D et de déformation.

Au début de 1994, Oxxi publia finalement des mises à jour pour son acquisition Superbase qu'elle renomma SBase. Deux nouvelles versions furent mises sur le marché : SBase Personal 4 (149 $) et SBase Professional 4 (299 $). Oxxi déclara qu'il s'agissait du seul programme de bases de données entièrement programmable pour Amiga. Celui-ci incluait son propre langage de gestion de bases de données (DML), une interface ARexx, une capacité de communication intégrée et un éditeur de formulaires/rapports. La version "Personal" n'avait pas le langage de programmation de la base de données et la gestion des touches de macro, mais à part cela, tout le reste était identique.

Oxxi proposa également une extension intitulée SBase 4 Developers Extension qui, pour un paiement unique d'une licence de 399 $, permettait de développer des applications avec le DML et pouvait s'auto-exécuter. Par ailleurs, Une nouvelle version de TaxBreak (79,95 $ ) incluant les nouveaux formulaires fiscaux américains, fut publiée en 1994. La version mise à jour de TurboText fut le dernier produit commercialisé par Oxxi en 1995. Cette nouvelle version 2.0 (99,95 $ ou 20 $/34,95 $ pour les utilisateurs enregistrés) maintint la position de TurboText en tant que premier éditeur de texte Amiga. Oxxi quitta silencieusement l'aventure Amiga avec à peine un gémissement. La société ferma officiellement ses portes en 1995.

Oxxi
Publicité pour TurboText 2.0

Où sont-ils maintenant ?

John Houston, anticipant la fin d'Oxxi, créa le 30 décembre 1994 une nouvelle société, Azeena Technologies, chargée de développer des cartes d'acquisition vidéo sur PC. Il rejoignit ensuite DV Studio Technologies LLC en tant que vice-président de la recherche et du développement, afin de travailler sur des solutions de création de films et de présentations sur DVD utilisant la compression audio et vidéo MPEG-2 avec un logiciel de création de DVD.

John Houston
John Houston en 2009

Note : le 29 avril 1996, la société Mr. Hardware Computer de New York racheta tous les droits de la version Amiga de SBase4 Pro.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]