Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 11 décembre 2017 - 12:35  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Intranet, le début d'une révolution
(Article écrit par Georges Tarbouriech et extrait d'Amiga News - décembre 1997)


Même si les médias et la majorité de la population semblent découvrir l'Internet, il faut malgré tout reconnaître que ce réseau n'est plus tout jeune ! L'engouement de ces dernières années tient surtout au fait du changement de "présentation" par l'intermédiaire des navigateurs, du langage HTML... Qui dit succès d'estime du grand public, dit accroissement du développement et de la recherche. Or, si au risque de choquer, je dirais que l'Internet d'aujourd'hui n'est pas ce que je préfère, par contre son dérivé direct, l'Intranet, est pour moi le début d'une transformation radicale de la micro-informatique.

Entendons-nous bien, je ne remets pas en cause la valeur de l'Internet, je dis simplement que sous sa forme actuelle, il est loin d'être satisfaisant ! L'essentiel, c'est qu'il existe et qu'il évolue. La révolution, c'est ce qu'il entraîne, à savoir la possibilité, enfin, de travailler sur des données formatées quelle que soit la plate-forme. C'est la mise en pratique de ce que nous réclamons presque tous : l'application qui se moque du processeur, du système, de la machine. L'Intranet c'est ça, mais en réseau local donc sans le problème de vitesse dû aux réseaux de télécommunications surchargés ou aux modems qui transfèrent à 2 ko/s dans le meilleur des cas.

Mais c'est aussi bien sûr, l'ouverture vers l'extérieur par l'intermédiaire de son "père" : l'Internet, comme quoi, malgré ses lacunes, ce dernier s'avérera indispensable à plus ou moins court terme, au moins dans l'entreprise. Ceci dit, Amiga News est très riche en rubriques sur ce thème et je vous renvoie aux articles des spécialistes tels que Corinne Villemin Gacon, Yann-Érick Proy, Johann Girard...

Intranet
Application Intranet dans son environnement normal, à savoir NT ou Windows

Intranet
La même application sous NT

Intranet
Et sous AmigaOS...

Intranet
Et sous NextStep...

Comment ça marche ?

Il faut un serveur Web et des clients autour ! Ça c'est un raccourci ou je ne m'y connais pas ! Soyons sérieux : il faut bien sûr un outil pour créer des pages et des liens entre elles, et là, il y a deux approches ; soit vous avez la "chance" d'avoir Windows NT (par exemple) et tous les outils sont inclus et faciles d'utilisation (je suis bien obligé de le reconnaître !), soit vous voulez développer sur d'autres systèmes et ce sera un peu plus "coton" ! Pratiquement tous les OS aujourd'hui possèdent des outils permettant de générer des pages HTML. On trouve aussi de plus en plus, des outils offrant la possibilité de consulter des bases de données par l'intermédiaire d'un applicatif développé à cet usage.

Nombre de ces outils font appel à Java (nous y voilà !), d'autres vont plus loin et font le travail pour vous ou presque ! Le moins répandu est encore le nécessaire à l'élaboration d'un serveur Web (sauf sur les plates-formes Microsoft !).

Exemple

Un produit dont je vous ai déjà parlé, Windev pour ne pas le nommer, est capable de transformer une application existante au format requis par l'Internet ou l'Intranet. Il est capable de travailler sous les protocoles CGI ou ISAPI ; il n'y a quasiment rien à faire. L'application que vous aviez développée pour un environnement précis devient accessible à toutes les machines de votre parc informatique à partir du moment où elles sont sur le réseau local et qu'elles disposent d'un navigateur ! Et surtout, ces données conservent le même format sur tous les environnements (et la même interface).

Pour schématiser, ça revient à utiliser un programme conçu à l'origine pour une autre plate-forme dans votre navigateur. Ce n'est pas une révolution ça ? Mieux encore, vous pouvez bien sûr consulter les données mais vous pouvez également les saisir ou les modifier à partir de n'importe quelle machine (si vous en avez l'autorisation, évidemment). Le réseau local dont je vous parle se compose d'Amiga, de PC sous Windows 3.11 et sous NT 4.0, et de stations Unix. L'application s'utilise sur toutes ces machines avec la même interface ! Quand je pense aux multiples portages d'applications que j'ai dus m'offrir !

Tout cela pour dire, que voici encore un argument pour conserver les nombreux Amiga qui existent dans l'entreprise ! L'Intranet, c'est le deuxième souffle pour des machines mal aimées ou méconnues (c'est souvent la même chose), et c'est le paradis pour celui qui développe en permanence pour l'entreprise.

Jazz ou Java ?

Cet exemple n'est pas pris par hasard ; je n'ai fait que nommer "Java" ; rien de ce que j'ai cité n'est construit avec Java. Java est-il donc contournable ? Non, je ne ferai pas le procès de Java : mais pour moi, ce langage n'est qu'un point de départ vers autre chose de plus élaboré. Le langage par lui-même n'a rien de révolutionnaire (je l'ai déjà écrit), on pourrait dire que c'est un C patiné d'ARexx ! (je suis très fort dans les raccourcis aujourd'hui). Mon argument le plus négatif par rapport à Java, est la lenteur ; j'en ai discuté par courrier électronique avec Christopher Potter, et il est plus optimiste que moi sur ce sujet. Je crois que des utilisateurs habitués à travailler avec des Pentium 200 vont trouver le temps long lorsqu'ils travailleront avec des applications Java ! Certes, tout le monde ne travaille pas avec des Pentium 200, mais quand même !

Le deuxième argument, c'est qu'on apporte de l'argent sur un plateau à Bill Microsoft Portail ! Que va-t-il se passer à votre avis si les applications Java se multiplient ? On portera les applications qui "marchent" sur les plates-formes Wintel ! A qui ça profite, hein ? Si en plus, ces applications "rament", pourquoi ne pas acheter carrément les originaux et la machine qui va avec ? Je veux bien admettre que je suis pessimiste mais est-ce que je noircis vraiment le tableau ?

Le troisième argument est une espèce d'élucubration : imaginons que le développement d'une application soit réalisé en C ANSI pour ce qui concerne le "main" ; qu'est-ce qui empêche de joindre au produit toutes les bibliothèques nécessaires à la compilation sous d'autres systèmes ? Et pourquoi pas sous la forme de classes ou équivalent ? Le programme devient alors multiplate-forme, il est compilable, et n'a pas besoin de machine virtuelle ! C'est un peu ce qui se produit sous X11 avec les différentes interfaces dérivées ; certes la taille des "Makefile" est énorme, mais ça me semble mieux adapté à la réalité, au moins en terme de rapidité d'exécution.

De plus, à l'ère du CD (ou DVD), il devient possible de vendre différentes versions compilées d'une application sur le même support (voir les CD d'installation de certains OS qui comportent les versions pour chaque processeur disponible).

Enfin, dernier argument, les compilateurs JIT (Just In Time) ont quand même besoin de temps pour travailler, aussi rapides soient-ils ; l'application Java devient donc une tortue turbo ! La preuve : Sun serait en train de lancer sur le marché une carte accélératrice pour PC comprenant une machine virtuelle Java et des puces servant elles aussi à l'accélération de l'ensemble ! Donc, je maintiens, tout le monde est conscient que c'est beaucoup trop lent, y compris les concepteurs !

Passé ou futur ?

Grâce à Microsoft (je vous promets que c'est très difficile pour moi d'écrire une chose pareille !) et heureusement à quelques autres, nous disposons d'outils permettant de créer des serveurs Intranet et grâce aux développeurs tiers sous Wintel, nous disposons d'outils permettant d'automatiser le processus de création d'applications Intranet ; par conséquent, Java est-il un début ou une fin ? Vis-à-vis d'Intranet, je crois que le problème est réglé ; pour les applications sur machine virtuelle, ça va dépendre à mon avis de la réussite commerciale des Network Computers ; et là aussi, j'ai des doutes !

Les NC sont un moyen déclaré de se battre contre Microsoft en l'attaquant sur son flanc ; je crois que c'est une erreur ! Le seul moyen, c'était de l'attaquer sur son propre terrain et à mon humble avis, il est déjà trop tard. D'autant plus que Microsoft réagit immédiatement sur le même terrain avec le NetPC !

Quand je vois IBM qui se lance à fond dans Java, je ne peux m'empêcher de penser que BigBlue ne sait plus à quels saints se vouer pour sauver OS/2 ! Ils doivent vraiment se mordre les doigts d'avoir mis le loup Bill dans la bergerie. IBM vient de mettre 150 millions de dollars sur la table pour le développement d'applications natives OS/2 ! Par contre, NextStep a beau travailler en collaboration avec Sun, les WebObjects, c'est de l'Objective C, pas du Java !

Pour l'anecdote, Netscape travaille aussi avec NextStep, pourtant leur navigateur n'existe toujours pas sous NextStep ! Tout cela pour dire que la recherche part dans tous les sens, et que Java n'est (ah ! ah !) le cheval de bataille que pour les ennemis déclarés de Microsoft ! Ajoutez à cela que l'on voit apparaître Perl et Rexx sous NT 4.0, et dites-moi si vous ne trouvez pas que tout ce beau monde semble chercher dans tous les coins, sans vraiment trouver la clé ! Et je ne parle pas d'ActiveX, c'est pour l'instant du Microsoft pur (ça existe ?) et dur !

Au passage, Perl et Rexx sous NT 4.0, c'est signé GNU, comme par hasard ! Alors, Java comme LA solution du futur immédiat, je doute ! Dans tous les cas, certainement pas le "raz de marée" annoncé !

Boum sur les réseaux d'entreprises

Les réseaux locaux dans l'entreprise ne cessent de se développer et c'est parfaitement logique. Lorsqu'on leur adjoint l'Internet et l'Intranet, ça devient une espèce de panacée. Chaque poste, au sein de l'entreprise, nous l'avons vu, peut utiliser les mêmes applicatifs quels que soient les OS. Si nous extrapolons vers des sociétés importantes par la taille et qui ont donc des succursales éloignées du site principal, elles peuvent également bénéficier de ces applicatifs dans les mêmes conditions que les machines du réseau local cité plus haut ; cette fois-ci, c'est grâce à la fois à l'Internet et à l'Intranet. Voilà pourquoi je pense que l'Intranet devient indispensable, même sans Java !

Au passage, vous remarquerez que je considère l'Internet comme très important même si je maintiens qu'il reste beaucoup de travail à accomplir (aussi bien techniquement ou technologiquement que vis-à-vis des mentalités, surtout dans notre pays !). Pour l'instant, en dehors des télécoms qui ont le rôle essentiel, je crois que les prestataires ont du pain sur la planche. Certains ne remplissent même pas leur fonction et d'autres ne pensent qu'à "faire" de l'argent ! Quel sérieux ! Le plus bel exemple me paraît être le fameux "Kiosque" qui est souvent inaccessible à partir de 22H30 ! Fin de parenthèse.

Dans un article sur les réseaux locaux je parlais de l'importance de l'échange de données entre machines différentes : c'était déjà d'un grand intérêt pour une société, d'avoir cette possibilité. Aujourd'hui, l'Intranet nous permet d'aller beaucoup plus loin puisque ces données sont exploitables directement. Ce qui devient essentiel, ce sont les outils pour développer ce genre d'applicatif.

Et l'Amiga dans tout ça ?

Eh oui ! Vous pensez bien que je n'allais pas écrire un article dans Amiga News sans causer de "LA" machine ! Bien sûr, Christopher Potter a déjà fait tout le boulot dans le numéro 101. Je ne peux que partager ce qu'il exprime dans son article (sauf pour Java !). Le fait que les outils de développement Internet/Intranet soient très bientôt disponibles sur l'Amiga (pour certains, ils le sont déjà, heureusement, et même si la tendance est à Java) est indispensable à la "survie" de l'Amiga, quelle que soit la forme que prendra cet Amiga.

Mais, encore une fois, j'aimerais qu'on aille plus loin. Ce qui me plairait beaucoup, c'est que nous ayons des outils de développement classiques (MUI par exemple) qui soient capables de transformer les applicatifs Amiga en applicatifs Intranet, comme le font plusieurs produits sur PC (voir mon allusion à Windev).

L'Amiga serait alors capable de faire aussi bien que le monde Wintel ! Nous avons aujourd'hui de relativement bons navigateurs : nous avons de quoi créer des serveurs Web et de quoi développer les pages à mettre dedans vous voyez, il ne manque plus que l'outil permettant d'automatiser en partie le portage des applicatifs ! Compte tenu de la qualité de l'Amiga en réseau hybride, le résultat serait époustouflant ! Les applications Intranet utilisant le protocole CGI sont plus rapides sur l'Amiga 4000 que sous Windows 3.11 avec des Pentium 133 !

A ce sujet, un scoop : l'Amiga se "marie" cent fois mieux avec NT 4.0 que des PC sous Windows 3.11 ! Surprenant, n'est-il pas ? D'autant plus que l'Amiga, lui, n'a aucune difficulté pour communiquer avec les PC sous Windows 3.11 ! (et il n'a aucun problème pour communiquer avec quoi que ce soit, d'ailleurs. On pourrait presque croire qu'Unix est son frère : en fait, c'est son cousin). Ça se passe de commentaire, non ?

Il vous fera aimer l'an 2000 !

L'Amiga, bien sûr ! Pour ce qui concerne les télécoms, c'est moins sûr ! Avec un OS qui se moque du processeur, des processeurs rapides et des outils tournés vers l'Internet ou l'Intranet, cette machine pourrait bien "renaître". Imaginons que Gateway joue bien le jeu, qu'il y ait un travail commun avec PIOS, Phase 5 et ProDAD, ça pourrait bien refaire le "coup" de 1985, non ? Allez, ne lâchez pas maintenant, nous n'avons jamais été si près du but ! Et puis, lâcher pour quoi ? Pour les sirènes Gatesiennes ? Rappelez-vous : il ne faut jamais écouter le chant des sirènes ! Mieux vaut encore écouter de la Java ! (faute de jazz !).

Si vous avez des Amiga dans l'entreprise, surtout gardez-les ! Ne tenez pas compte des commentaires sarcastiques : montrez aux sceptiques ce que votre machine peut faire ! Et ce, dans tous les domaines (réseau, multimédia... et plus encore, les deux en même temps !). En règle générale, ça clôt le débat ! Je n'invente pas, c'est du vécu ! Je ne terminerai pas sur "On peut rêver, non ?" (mais je l'écris quand même !) mais sur l'autre phrase optimiste : "On vit une époque formidable".


[Retour en haut] / [Retour aux articles]