Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 08:17  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : Alchimie 2001
(Article écrit par David Brunet - septembre 2001)


Alchimie Après plusieurs mois sans manifestations Amiga, l'Alchimie 2001 se présentait à point nommé pour des retrouvailles entre amigaïstes...

Organisation béton

L'Alchimie 2001 fut une Amiga-bouffe, un concept bien de chez nous qui permet de découvrir (ou de redécouvrir) la communauté Amiga autour de bons repas et des dernières nouveautés logicielles et matérielles.

C'est ainsi que les 29 et 30 septembre dernier, l'association Triple A a eu la sublime idée d'organiser cet événement non loin de Valence, à Granges-lès-Beaumont, dans une salle totalement adaptée à ce type de manifestation : grande salle, cuisine, toilettes, buvette, coin dormeur, parking, etc. Tout était prêt à l'arrivée des participants, on n'avait plus qu'à installer les machines. Les participants recevaient, à l'entrée, un badge avec leur nom dessus, ce qui a été très pratique pour voir "qui est qui" et ainsi découvrir le visage d'amigaïstes connus seulement via courriel ou IRC.

Au total, il s'est pointé quelque 87 utilisateurs alternatifs. Certains arrivaient en train (à la gare de Valence, soit à 15 km de la salle) mais l'organisation avait tout prévu puisque Alexandre Rey et David Boisset assuraient le transfert Valence -> Alchimie en voiture.

Utilisateurs alternatifs

La majorité des présents étaient des amigaïstes, on pouvait aussi compter quelques ataristes et linuxiens. En voici une rapide description :

Il n'y avait pas vraiment de revendeurs mais Amedia Software et Simm Computer étaient de la partie. Le premier, Amedia, représenté par Lionel Thillot, distribue les fameux A-DP, une collection de freewares pour Amiga. Les différents numéros de cette collection se sont bien vendus. Simm Computer est, lui, un vrai revendeur. Issu de Dijon, Sébastien Ligez vendait divers matériels et logiciels dont quelques raretés. A noter enfin que Sébastien Jeudy, auteur de l'Annuaire Amiga, était venu avec du matériel à vendre : celui de son voisin alsacien, le revendeur SL-Diffusion. Les ventes ont été plutôt moyennes sauf pour un secteur : les CD de charmes :-). Guillaume Landa et Alexandre Rey lui ont dévalisé le stock. Les revendeurs Amiga en difficulté savent ce qu'ils leur reste à faire. ;-)

Les Triple A étaient au grand complet. Normal, c'est eux qui organisaient. Il y avait notamment David Rey, David et Benoît Boisset, Franck Di Bugno (motard et spécialiste de musiques techno) et Alexandre Rey, si occupé à bien faire pour ce rassemblement qu'on ne l'a quasiment pas vu dans la salle. Il était au service de ses convives notamment pour le transport : il a assuré la navette entre Granges-lès-Beaumont et la gare de Valence pour une bonne partie des participants. Merci à lui pour ces centaines de kilomètres qui ont dû lui paraître longs à force.

Des bidouilleurs de tout poil avaient fait le déplacement. D'abord, Walid Moghrabi nous a révélé plusieurs de ses projets : Nostalgia (une interface pour émulateurs, qui commence à devenir une référence), Vodoo Wars (un jeu de stratégie prometteur) ainsi qu'un logiciel genre Multiview qui devrait faire parler de lui. Arnaud Danassié, une pointure en matière d'Amiga, a fait le voyage depuis la Haute-Garonne jusqu'à l'Alchimie, en passant par les petites routes (12 jours 9 heures et 35 minutes de trajet :-)). Pas de machine avec lui mais toujours autant d'anecdotes à raconter. N'oublions pas Benjamin Yoris, tout droit venu avec son Amiga équipé de Prometheus et de Voodoo3 et sur lequel dormait Sin et Freespace qu'il n'a pas pu nous montré : ce n'est que partie remise. Enfin, Mehdi Boulahia, qui lui aussi en une grosse (de configuration...) et en profitait pour montrer les quelques jeux PowerPC sur Amiga.

Des artistes, il y en avaient. Notamment Jean-Yves Auger (qui a fait 700 km pour venir !) qui réalise des quantités incroyables de graphismes pour les fanzines et les manifestations Amiga. Et côté musiques, on notait la présence d'Olivier Fleury qui, malgré un Workbench à éblouir une taupe, créait des modules avec une grande facilité sous DigiBooster.

La presse et les associations ont été présentes en nombre, preuve que ce secteur se porte pas si mal en France. Amigazette, l'association de Toulon était venue le dimanche. José Grillierre et Ludovic Savelli présentaient le 44e numéro de leur fanzine. Ils ont profité de l'occasion pour recruter quelques nouveaux adhérents. L'équipe d'Obligement, d'habitude éparpillée dans toute la France, était massivement réunie à Granges-lès-Beaumont avec presqu'une dizaine de membres.

J'étais personnement venu avec la version bêta de Payback native PowerPC et Warp3D mais le jeu a eu beaucoup de mal à se lancer sur les machines de test (celle Mehdi Boulahia et Mathias Nuret) : dommage car cette version offre une bouffée d'oxygène à ce jeu au point de vue graphisme et fluidité. Toujours côté presse, Laurent Belloni, rédacteur en chef de Planet, informait ses abonnés que le n°7 était en suspend mais devrait sortir prochainement. Il n'est cependant pas venu les mains vides, il nous a montré Deconstruction, le meilleur casse-brique sur Amiga (une prouesse pour un jeu programmé en AMOS). "Un peu de retard", c'est ce que nous disais également Olivier Ferrer d'Amiga Power, venu le dimanche avec son traditionnel acolyte Patrick Mallard. Enfin, la nouvelle association AFUA, présidé par Bertrand Presles, était aussi représentée. Bertrand est président d'une association Amiga mais il était venu avec un... Mac ;-). L'AFUA a du mal à décoller, j'en profite donc pour vous encourager à adhérer, c'est gratuit.

Pas inintéressant non plus, le coin Atari, avec 8 ataristes et quelques machines. Le plus attendu fut sans doute la démonstration de l'interface Atari pour Power Mac (Jinee), qui fait tourner le TOS à une vitesse incroyable (ce qui donne une bonne image de ce que sera AmigaOS sur les nouvelles machines G4).

Voilà pour ce petit tour d'horizon, mais n'occultons pas Raphaël Barthel, Alexis Mouth, Jérôme Senay, Mathias Parnaudeau, Yann Cousson, Olivier Fabre et tous les autres que je n'ai, malheureusement, pas eu le temps de voir. En bref, ce week-end a été riche en échanges et en discussions Amiga.

Boire ou conduire, il faut choisir ! (m'enfou, j'ai pas l'permis ;o))

Le côté "Bouffe" de cette Amiga-bouffe a été un modèle du genre. Les repas ont été complets, avec beaucoup de bonnes choses à manger et à boire. J'ai tout particulièrement apprécié le cassoulet et la mousse au chocolat.

L'ambiance était assurée par les bêtises de David Boisset ou encore par Benjamin Yoris qui a un don caché pour la... chanson :-). Mais le meilleur là dedans demeure la convivialité des conversations entre passionés d'Amiga et de micro-alternatifs.

Pour saupoudrer le tout, l'organisation avait prévu un rétro-projecteur (avec quelques vidéos rares), une buvette libre service, et quelques concours (graphisme, musique et... gobage de flans !).

Cette Alchimie 2001 a été un succès : c'est tout simplement le meilleur rassemblement Amiga français de l'année. J'espère vous y retrouvez l'an prochain, le rendez-vous est pris !

Entrevue avec Alexandre Rey, l'un des organisateurs :

- Quelle est ton opinion sur cette Alchimie ? Quels ont été les points positifs et négatifs d'après toi ?

Une réussite totale, du moins du point de vue du participant ;-). C'est vrai que toutes les conditions étaient réunies pour que ce week-end soit le meilleur possible : il n'y avait pas eu d'Amiga-bouffe d'importance depuis l'Amig@fun de mars ; que ce soit les Coding Parties (Slach, VIP 3) ou les Amiga-bouffes intermédiaires, toutes les manifestations n'ont attiré qu'une vingtaine d'amigaïstes environ. C'est sur que l'Alchimie est venue à point nommé pour relancer l'activité. De plus, beaucoup ont mis la main à la pate pour la promotion de la manifestation. Je remercie plus particulièrement Sébastien Jeudy, Mathias Parnaudeau, Jérôme Senay, l'équipe d'Amiga-Power, l'équipe d'Amigazette, Jean-Yves Auger et des revendeurs comme Amiga Center et Relec qui en ont fait leur cheval de bataille le temps de 15 jours ; c'est sympa à eux. Pardon à ceux que j'oublie dans la liste du bouche-à-oreille. ;-)

Les points positifs ? Sans conteste l'ambiance (on se rappellera longtemps du karaoké de David Boisset, de la Saga Africa un peu chaude entre David et Ben Yoris, des serveuses très freestyle, du gobage de flan mémorable de M. Marcadet, de la joie de vivre ressentie lors des repas...). J'ajouterai aussi la fréquentation de l'Amiga-bouffe : au début, on tablait sur une cinquantaine de personnes, et ce sont 87 personnes (wouah, la précision !) qui se sont déplacées, sans compter les quelques visiteurs... Enfin, pour les organisateurs que nous étions, on a remarqué que malgré le nombre important de personnes, il y a eu un mieux par rapport à la Feri@ l'an dernier : moins de stress et une grande collaboration plus que nécessaire.

Les points négatifs ? Le final baclé : on n'a pas eu le temps de s'occuper correctement des votes pour les concours (merci à Anne Rose pour son aide !) et pour la distribution des lots ; les quelques coupures de courant pour la 3e rangée d'ordinateurs, et pour les organisateurs, l'impossibilité de participer à quoique ce soit et de profiter pleinement du week-end.

- La prochaine Alchimie est prévue pour quand ? Prévois-tu des changements par rapport à celle-ci ?

La prochaine est pour la rentrée 2002 ; on préfère ne pas renouveler l'expérience trop souvent, ce qui engendrerait je pense une certaine lassitude ; et puis nous ne sommes pas les seuls en France... Des changements seront notables, essentiellement du côté de l'organisation générale : on va se remettre à la recherche d'une salle qui ne soit pas trop éloignée des gares et des sorties d'autoroute ; on donnera à chaque organisateur une tâche bien précise (sous peine de boxon total) et on tentera de faire aussi convivial... et familial. Car c'est avec ce type de manifestations qu'on voit que l'Amiga, c'est avant tout une grande famille.

Merci à tous les participants et à tous ceux qui nous ont soutenus dans cette démarche ! A l'année prochaine avec, pourquoi pas, la centaine de participants à la clé ! ;-)

Pour finir, voici l'opinion de Lionel Menou, un participant de l'Alchimie 2001

Mon avis sur l'@lchimie ne sera pas très original... c'était fantastique. Il y aura pour moi, réellement, un avant et un après @lchimie, par exemple en ce qui concerne ma façon de lire les listes de diffusion (il y a aura enfin un visage à côté de quelques noms), et de suivre la petite actualité du petit monde Amiga francophone.

Il serait vain d'essayer de décrire la totalité des choses que j'ai eu le plaisir de faire durant ces deux jours, vous n'êtes pas là pour lire un catalogue... Mais en vrac, je peux citer le fait d'interroger Benjamin Yoris pour avoir des informations brûlantes de ce qui se passe autour de l'AmigaOne, et avoir toutes les réponses franches et directes, et en prendre plein les mirettes en voyant l'auteur de Perfect Paint faire une démonstration des capacités prodigieuses de son programme, ou Jérôme Senay faire une impressionnante démonstration du SDK sur un PC portable et me rendre compte que le Pentium de la machine ne tournait qu'à 166 MHz (rhaaaaa ! vivement ça sur PowerPC !), ou les premières captures d'écran du jeu de Walid Moghrabi (Vodoo Wars - J'ai déjà mon budget pour acheter le jeu), ou encore assister aux repas, avec les animations géniales des Triple A, les parties sur la Vectrex avec Jérôme Sentex (qui, je m'en suis rendu compte après coup, m'a laissé gagner, par pur charité). Enfin, bon, tout un tas de choses fabuleuses que je ne suis pas près d'oublier...

Maintenant un petite réflexion sur le l'esprit de la communauté : je pense qu'un éthnologue se serait régalé à étudier ce petit monde Amiga, qui a ce que j'ai pu observer est intimement découpé en clan, plus ou moins visibles, plus ou moins ouverts... C'est normal, au bout d'un moment les personnes de même affinité se trouvent, les incompatibilités de caractères apparaissent aussi, cela permet sans doute à la communauté Amiga française de survivre, mais cela est peut-être un peu déconcertant pour un illustre inconnu (moi, par exemple) qui déboulerait sans connaître personne au sein de la communauté.

Il était aussi visible que chacun se retrouve sur Amiga à l'heure actuelle pour des raisons différentes (toujours très bonnes, car, comme vous le savez, si vous n'aviez que des mauvaises raisons de rester, vous seriez déjà de l'autre côté...). Mais entre ceux qui restent là parce que leur machines 68k réponds à leur besoin, ceux qui veulent soutenir les fabricants de matériel et les programmeurs commerciaux, ceux qui sont pro AmigaOS 4.0, ou pro MorphOS, etc. Cela fait des intérêts très différents et parfois carrément incompatibles. Alors il y a parfois des petits problèmes entre personnes, qui peuvent évoluer plus ou moins favorablement. A l'@lchimie, tout le monde avait laissé les pétoires à l'entrée, mais à de rares moments, j'ai pu sentir de légers malaises.

Bref, tout le monde était là pour l'Amiga, mais ce n'était pas le même Amiga pour tout le monde.

Mais le principale reste que ça bouge, et que les gens restent dynamiques et attendent plus ou moins impatiement la suite. A nos côtés, les très sympathiques ataristes qui nous avaient rejoint semblaient généralement résignés à voir leur plate-forme s'éteindre, au fil du temps (enfin c'est mon impression personnelle, je n'ai pas fait d'étude approfondie).

En conclusion un seul mot d'ordre : rendez-vous à la prochaine @lchimie, et gardez la foi !

PS : l'@lchimie a aussi été un très grand moment pour moi, car pour la première fois, j'ai rencontré David Brunet (assisté de Guillaume, son voisin dijonnais), et je n'ai pas été déçu. Saviez-vous qu'en plus d'être un garcon dynamique et plein d'humour, David est aussi très cultivé, et pas seulement sur l'Amiga ? J'ai passé de très agréables moments de discussion, j'ai aussi pu apprendre pas mal de choses sur Obligement (des secrets terribles) ainsi que voir le premier numéro papier du journal... Vu la qualité de ce premier numéro, d'ailleurs, je m'étonne que David ne l'ai pas détruit, cela pourrait briser sa carrière si cela tombait entre des mains hostiles. David m'a aussi mis une branlée à Payback (j'ai toujours pas compris comment le score était compté, il me semble être passé sous sa voiture un nombre encore plus considérable de fois), mais bon, je suppose que cela le dissuadera de façon durable de me refiler des tests de jeux à l'avenir... Dernier point, Obligement se dit "Oblij'men" et pas du tout "Oblijament" comme je le croyais...


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Alchimie 2]