Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 12 novembre 2018 - 18:36  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Le courrier des lecteurs d'Amiga News - juillet 1992
(Rubrique dirigée par Jérôme Pagès et extraite d'Amiga News - juillet 1992)


Disque dur IBM System/6000

Cher amis du monde Amiga,

Je vous écris aujourd'hui car je pense que vous êtes les plus qualifiés pour répondre à mes questions. On m'a récemment fait cadeau (et oui, la chance existe) d'un disque dur de 128 Mo provenant d'un IBM RISC System/6000 (exactement le même modèle que l'on trouve dans un PS/2, c'est-à-dire un bus MCA) détruit à la suite d'un transport mal effectué et vous imaginez bien que si je pouvais le connecter sur mon Amiga 500+, je deviendrais subitement le plus heureux des amigaphiles.

Ainsi, j'ai commencé par m'adresser à ASCII, concessionnaire Commodore de Nice. Ceux-ci m'ont répondu que l'opération était irréalisable. J'ai ensuite contacté CIS qui distribuait, il y a quelque temps, une passerelle du type qui m'intéresse. Eux ont été plus nuancés. Ils m'ont appris qu'ils ne distribuaient plus ce genre de matériel, mais que je pouvais contacter BUS+ qui pourrait peut-être m'aider.

Avant de me lancer dans une opération complexe et coûteuse, je désire donc avoir votre avis de spécialistes. Pourriez-vous donc, s'il vous plaît, répondre à la question suivante : l'opération qui consiste à raccorder un disque dur MCA à un Amiga 500+, est-elle envisageable par un quelconque moyen, fut-il complexe ? Je vous serais infiniment reconnaissant de me libérer de ce doute insupportable dans lequel je me trouve [Nicolas Denan (06)].

Jérôme Pagès : Après avoir contacté plusieurs spécialistes en matériel, il semble que votre projet puisse difficilement aboutir. Personne, en effet, n'a pu citer ou suggérer une carte susceptible de connecter votre disque dur. L'appel est lancé à tous les bidouilleurs fous qui peuvent écrire au journal pour faire partager leur avis.

Jargon technique des mémoires

Cher Amiga News,

Je possède un Amiga 3000 que j'utilise pour faire de la mise en page et mes besoins en mémoire deviennent de plus en plus conséquents. Je me suis donc mis à la recherche de mémoire et là, ô joie suprême, je me rends compte de la diversité des mémoires disponibles : DRAM, SIMM, VRAM, DIPS, Page Zip, Static Zip. En plus des termes ci-dessus que je ne comprends pas, les vendeurs ont la drôle d'habitude de noter les quantités de la manière suivante : 1x4 Static Zips 80 ns Fr.xxxx.

Pourriez-vous m'expliquer cette manière d'écrire et la signification des termes énumérés plus haut. En gros, j'aurais besoin d'augmenter ma mémoire Fast de 1 Mo à 4 Mo, en ayant une plus grande vitesse et en me réservant le plus de place pour une augmentation future de la taille mémoire jusqu'au maximum possible qui est, parait-il 16 Mo. Est-il possible également d'augmenter la mémoire Chip avec les mémoires listées ci-dessus ou est-il que pour cette mémoire nécessaire d'avoir un autre type de mémoire ?

Il me serait utile d'augmenter la mémoire Chip de 1 Mo à 2 Mo et si possible avec quelle vitesse et quel type les puces doivent-elles être achetées ? En plus, j'aurais aimé savoir s'il existe un imageur ou plusieurs même qui seraient utilisables avec Professional Page 2.1 et qui fonctionnerait(ent) de manière excellente. En effet, pour l'instant, j'ai toujours recours à des services extérieurs pour faire tirer mes films mais il me serait grandement utile de pouvoir les tirer moi-même. J'espère que vous pourrez répondre à ces quelques questions [Markus Eich (Suisse)].

Éric Laffont : "1x4 Static Zips 80 ns" indique qu'il s'agit de quatre boîtiers de 1 Mo (méga octets) chacun dont la "vitesse" est de 80 nanosecondes (1 ns équivaut à un milliardième de seconde). Les chiffres ou numéros correspondent à des codes constructeurs, il est toujours difficile de s'y retrouver. Cependant, après la première série de lettres et numéros se trouve, séparé par un tiret un nouveau chiffre qui correspond à la vitesse de la mémoire : TC514402-12 indique donc une vitesse de 120 ns et TC514402-6 indiquera une vitesse de 60 ns. Le mieux est de trouver de la mémoire dont le chiffre des vitesses est le plus bas ce qui indique une plus grande rapidité. Toutefois, il faut savoir que le prix est proportionnel à cette vitesse.

Pour augmenter la mémoire Chip, il n'est pas nécessaire d'acheter de la DRAM. Il suffit de déplacer celle contenue en Fast, et de l'installer dans la zone Chip. Cette DRAM Fast n'est plus validée si vous ajoutez de la Zip Fast, donc autant la mettre en Chip (voir plan ci-dessous). Les puces DRAM de mémoire Chip fournies avec l'A3000 sont en 120 ns, ce qui est lent mais généralement peu gênant. Si vous avez de l'argent en trop, vous pouvez la remplacer par des 60 ns ce qui entraîne une vitesse de transferts Chip plus élevée.

mémoire

Pour les imageurs disponibles sur Amiga, tous ceux qui existent fonctionnent : Polaroid, Agfa (QCR et QCRX), Slide Maker. Pour ce qui est de Pro Page, je n'ai malheureusement pas essayé (pilote ?).

Compatibilité AmigaOS 1.3/2.0

Cher Amiga News,

L'expérience que je viens de connaître me pousse à vous poser une question angoissante : les systèmes 1.3 et 2.0 sont-ils compatibles ? Mais revenons en arrière, je possède un Amiga 2000HD acheté neuf en mai 1991. Durant les vacances de Pâques, je suis allé me fournir en DP chez un revendeur (Janal Lyon pour ne pas le citer, une équipe bien sympathique). J'ai réalisé les copies sur un Amiga 500+ en utilisant le "copy" du menu déroulant du Workbench 2.0. Je n'ai pas eu de problèmes. Après une erreur de manipulation, j'ai réalisé une copie en formatant une disquette vierge puis en faisant glisser l'icône de la Fish sur l'icône de la disquette vierge.

Lorsque j'ai essayé de lire les disquettes sur l'A2000, mon Amiga a refusé de lire toutes les disquettes sauf la disquette formatée. Lorsque j'insère une disquette copiée, elle est nommée "DF0:DOSA" et lorsque j'essaye de l'ouvrir, l'Amiga marque l'erreur : "The icon have no default tool".

J'ai installé une des disquettes ; cela permet d'obtenir l'arborescence (avec Diskmaster) mais pas d'avoir accès aux fichiers. Quel est le problème ? Est-ce que cela vient des lecteurs ou est-ce un bogue du système 2.0 ? Le problème n'est pas spécifique à mon A2000 puisque j'ai essayé les disquettes sur deux 500... même résultat que sur l'A2000. Y a-t-il une possibilité pour arriver à lire les données de ces disquettes sur l'A2000 ? [L. Ferrand (38)].

Jérôme Pagès : Ne jetez pas vos disquettes qui sont simplement formatées en Fast File System (FFS). Il suffit de rajouter à la fin de votre liste de montage (fichier "MountList" dans le répertoire "Devs" du disque système) les lignes suivantes :

FFS

Lancez ensuite sous CLI la commande suivante : "Mount FF0:". Et veillez à utiliser dans vos manipulations votre lecteur interne avec comme unique nom FF0:. Par exemple "COPY FF0:nomfichier DH0:".

Escroquerie du club Amiga 1000 Defenders ?

Cher Amiga News,

Je me décide à vous écrire afin de vous signaler le fait suivant. Possesseur d'un A1000, je me suis inscrit au club A1000 Defenders il y a un an et demi. J'ai reçu une photocopie de trois feuilles de chou et depuis plus rien. J'ai écrit à nouveau, pas de réponse. Il me semble donc que ce système soit une escroquerie : demander 60 FF pour une cotisation à un club régi par la loi 1901 ! Je sais que vous n'êtes pas responsable des publicités et annonces que vous diffusez dans votre magazine, mais constatant que ce "club" A1000 Defenders, 47 avenue Gabriel Péri, 92500 Rueil-Malmaison, figure toujours dans vos rubriques, alors là, je dis non ! [Patrick Leroy (76)].

Jérôme Pagès : Vous n'êtes pas la première personne abordant ce problème depuis quelque temps. Il semble que ce club à l'initiative ô combien louable soit difficile à contacter. De notre côté, nous ne parvenons pas à joindre un de nos correspondants, membre actif du club. Affaire à suivre...

A l'attention de CATS (Commodore) - Europe

J'aimerais vous soumettre un problème me semblant important sur Amiga : la traduction des logiciels. Bien sûr, certains marchés sont petits par rapport à celui de la langue de Shakespeare, mais ne dit-on pas que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières ? Beaucoup de gens ont de la difficulté à comprendre les logiciels qui ne sont pas écrits dans leur langue... Et les logiciels de la concurrence existent la plupart du temps dans d'autres langues que l'anglais. Bien sûr, vous allez me répondre que Commodore n'y peut rien ! En effet, mais...

Les programmeurs, pour la plupart, ne connaissent aussi qu'une ou deux langues. Peut-être que si Commodore créait un service d'aide, peu coûteux voire gratuit, ou éventuellement, éditait une aide aux programmeurs remis régulièrement à jour et comprenant la traduction de toutes les commandes, peut-être disais-je, que plus de programmes seraient traduits. Il faut dire, que rien qu'en Europe de l'Ouest, il y a : français, allemand, anglais, italien, espagnol, portugais, néerlandais, suédois, norvégien, finlandais, danois... J'en oublie peut-être. Je pense bien que cela donnerait du travail à Commodore, mais je suis sûr qu'une traduction de qualité attirerait des clients et amènerait une augmentation du parc de machines et de la renommée de l'Amiga.

Puisque je propose de donner du travail supplémentaire à Commodore, j'ai une seconde suggestion : ne serait-il pas possible que Commodore édite régulièrement (par exemple tous les six mois) une sorte de hit parade des logiciels, non pas en fonction du nombre de ventes, mais sélectionnés selon des critères de qualité prédéfinis, pour chaque type de logiciel (rapidité, graphisme, bogues, nombre de langues traduites, options, rapport qualité/prix, etc.). Ce hit parade pourrait être publié dans les journaux par Commodore, ce qui ferait de la publicité pour les meilleurs, stimulerait ceux qui sont un peu moins bons et éviterait que le client ne soit déçu suite à un achat en ayant fait confiance à la publicité de l'éditeur.

Cela permettrait également de faire connaître des programmes qui sont peut-être méconnus par manque de publicité, mais qui sont néanmoins très bons. De plus, à mesure de la progression de la qualité du marché des logiciels, Commodore pourrait placer la barre de plus en plus haut, toujours dans le but d'aiguiser l'esprit de compétition chez les programmeurs... Et pourquoi ne pas imaginer des prix, sous forme de primes ou de supports publicitaires, pour récompenser les meilleurs ?

Je pense bien que Commodore veut à présent éviter de trop s'immiscer dans les affaires des programmeurs. D'autre part, créer une infrastructure permettant de faire ce que je propose, coûterait certainement pas mal d'argent. Mais, ce serait certainement rentable à long terme... Si l'on satisfait le client, cela finit par se ressentir sur le nombre de machines et de logiciels vendus. En fin de compte, tout le monde y trouverait son compte, et la réputation de l'Amiga ne serait que meilleure... J'adore cette machine, mais il y a des défauts qui ne sont plus tellement de jeunesse, et il devient, selon moi, urgent de les résoudre pour rester concurrentiel face à des adversaires toujours meilleurs.

L'Amiga est une excellente machine de jeu. Mais cela ne crée une réputation que parmi les jeunes... Ce ne sont pas les meilleurs clients, par manque d'argent. Leurs parents décident en fonction de ce qu'ils connaissent ou de ce qu'ils utilisent à leur bureau (PC, parfois Mac). Il faut absolument que l'Amiga arrive à se faire une place dans le domaine de la bureautique, de manière à ne plus passer pour un joujou dans l'idée des "adultes". Cela augmentera son parc, et tout ce qui suit [Un lecteur qui se reconnaîtra et dont nous ne trouvons plus les coordonnées].

Jérôme Pagès : Étant donné les restrictions budgétaires et la diminution du personnel dans le département Amiga et notamment le Commodore Amiga Technical Support ou CATS, on peut supposer que momentanément Commodore ait d'autres chats à fouetter. Pour ce qui est du hit parade, il ne semble pas que ce soit une tâche qui leur revienne. Ce serait plutôt le fait de revues spécialisées ("Guide De L'Environnement" de Commodore Revue par exemple). Par les nombreux tests de logiciels proposés dans les revues sur Amiga, ce sont elles qui sont les plus à même de faire ce hit parade, par l'intermédiaire des lecteurs-utilisateurs et des sociétés de distribution des produits.

Ne sous-estimez pas les jeunes utilisateurs qui, même les poches vides, ont été pour quelque chose dans l'achat de millions de consoles de jeux vidéo. D'autre part, "petit poisson deviendra grand", et ces mêmes jeunes ayant côtoyé l'Amiga dès le début garderont peut-être leur machine pour des applications plus professionnelles quelques années plus tard.

Commande trop longue chez un revendeur

Monsieur,

Eh oui, je vous écris car vous pouvez peut-être faire quelque chose pour moi, ne serait-ce que diffuser ma lettre de protestation. Ce serait déjà bon pour me calmer les nerfs. Il y a exactement trois mois de cela, le 17 janvier, j'ai passé une commande chez Alliance Informatique à Paris, dans leur section "Pro" pour 12 000 FF de matériel (disque dur, mémoire, genlock, scanner, Pro Page...). A ce jour, je n'ai eu que Pro Page et le genlock, et encore, ce dernier est livré brut, sans documentation et sans logiciel, ce qui était prévu dès le départ et convenu avec le responsable des VPC (Monsieur Assor).

J'appelle très régulièrement ces gens pour leur demander où en sont les choses et je reçois, invariablement, les mêmes réponses : "Nous aurons le matériel ce vendredi et vous serez livré la semaine prochaine". Je précise que sur le bon de commande, le délai de livraison est de 10 jours et que le paiement a été effectué le jour même par carte bleue. Quel recours puis-je avoir envers de pareils revendeurs ? Est-ce normal que ces personnes me prennent visiblement pour un abruti depuis trois mois ? J'aimerais bien leur demander le remboursement total de tout ce qui ne m'a pas été livré et leur renvoyer le genlock inutilisable, mais je risque d'attendre leur remboursement aussi longtemps que le matériel.

De plus, le disque dur et la mémoire ont baissé de prix entre-temps et je perds de l'argent car sans le disque dur, je ne peux commencer à travailler sérieusement. Pour des gens qui se disent être des pros c'est franchement lamentable. Pas étonnant qu'avec des telles considérations, la plupart d'entre nous se dirigent aussi vers le PC et le Mac [Daniel Sauer (67)].

Jérôme Pagès : Appelé le mardi 9 juin dernier, Alliance Informatique département professionnel m'a affirmé que le matériel manquant, serait livré dans les deux/trois jours qui suivent et qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter outre mesure... Wait and see.

Litige avec la société Amie

Cher Amiga User,

"Amiga User" depuis déjà plusieurs années (A1000, A2000), je tiens à vous informer d'un litige qui m'oppose à la société Amie, 11 boulevard Voltaire, 75011 Paris. L'acquisition de mon Amiga 2000 (prix : 14 000 FF) auprès de la société Amie relève d'un véritable parcours du combattant. En effet, depuis janvier 1990 (soit plus de deux ans maintenant) et trois renvois du matériel pour cause de défaillance, mon Amiga ne fonctionne toujours pas et, de plus, il a été endommagé (face avant défoncée) lors d'un transport entre la société Amie et la société chargée des réparations. A aucun moment, la société Amie ne m'a averti, j'ai donc découvert la détérioration du matériel à la réception (colis Paris/Dunkerque), l'aspect extérieur était irréprochable, je n'ai donc pas émis de réserve auprès du transport).

D'autre part, je tiens particulièrement à vous préciser que j'ai effectué trois déplacements Dunkerque/Paris pour ramener mon ordinateur, et que les frais de port occasionnés par son renvoi pour non-fonctionnement ont toujours été à ma charge, bien que le matériel soit sous garantie. De plus, malgré mes demandes incessantes auprès du directeur de la société Amie, l'échange pur et simple de l'appareil m'a toujours été refusé. Je trouve le SAV de cette société absolument déplorable [F. Bertolini (59)].

Bruce Lepper : Nous avons contacté Amie mais à ce jour nous n'avons pas pu avoir sa version de ce que s'est passé. Il est à noter cependant que celui qui achète par correspondance ou qui n'habite pas à proximité du magasin qui lui a vendu l'appareil est habituellement redevable des frais de port en cas de dépannage, même sous garantie. Nous espérons que votre avenir sur Amiga sera plus agréable que par le passé.

Peur des virus

Cher Amiga News,

Je tenais à réagir à l'article de Monsieur Hammouche dans l'Amiga News de mai. Je trouve qu'il est nécessaire de parler de virus dans la presse Amiga. Il est sûr qu'à l'heure actuelle la tendance est à la dramatisation et à la recherche du spectaculaire. Il n'y a qu'à contempler ce magnifique coup médiatique qu'est le Michel Ange, pour s'en persuader. Mais lorsque l'on constate que certains débutants n'osent même plus taper sur leurs claviers, de peur d'être eux-mêmes contaminés par un quelconque SCA (authentique !), il est vital, à défaut de guérir, de prévenir du danger potentiel.

Je me demande bien quelle aurait pu être la réaction de Monsieur Hammouche (qui, vraiment, gage à être connu, puisque visiblement immunisé contre toute attaque virale, le bien-heureux !), si le très dangereux Saddam ne s'était, à son insu, tranquillement installé sur toutes les disquettes qu'il propose à ses clients. Alors, s'il vous plaît, Monsieur Hammouche, laissez-nous parler, à notre façon, des virus et de la manière de les exterminer, vous n'aurez pas à le regretter ! [Thibaut Maquet (59)].

Jérôme Pagès : Souhaitons que Monsieur Hammouche entende votre requête. Effectivement, des virus nous posent parfois de sérieux problèmes à tel point qu'il m'est arrivé de voir une personne mal informée jeter ses propres disquettes vérolées de peur d'une contamination grandissante.

Critiques sur Amiga News de mai 1992

Cher Amiga News,

Je me permets de vous écrire au sujet des diverses rubriques composant votre numéro de mai 1992. Premièrement : l'édito. Les possesseurs d'Amiga n'ont et n'auront aucun mal à se justifier face à la concurrence PC et Mac. Je ne vois pas très bien ce que vous appelez "puissance brute". Si c'est la puissance du processeur, sachez qu'un 386 SX est un 386 sans coprocesseur et est à peu près équivalent à un 68020 (le 68020 avec 68881 est plus rapide !). D'autre part, je vois sur la page 5 une anecdote sur le June Bug 300. Sachez que l'Amiga 600 s'appelle 300 aux États-Unis et que c'est Commodore France qui a choisi de l'appeler 600 (étant considéré comme supérieur à l'A500 Plus qui, lui, va être arrêté !).

Votre numéro parle beaucoup (trop à mon goût) de compatibilité PC. Un Amiga qui émule un PC, mis à part les concepts de travail sur un multiprocesseur, n'ont absolument aucune utilité. Windows 3 (ou 3.1 actuellement) est un monstre nécessitant 8 Mo de mémoire et 30 Mo de disque dur pour faire du "simili-multitâches" (les tâches n'ont aucune priorité et s'accaparent souvent tous les cycles processeur disponibles) et non du multitâche préemptif comme l'Amiga.

Ensuite, je trouve que l'entrevue de Denis Gounelle (enfin quelqu'un qui a des réflexions censées) par Serge Hammouche montre un peu trop d'excès dans les jugements de ce dernier : le Workbench 2.0 est deux à trois fois plus facile à programmer que le 1.3 (les nouvelles bibliothèques (commodities, gadtools, iffparse, etc.) et les "tags" apportent beaucoup de convivialité en programmation) ; la traduction des ROM Kernel en français est illégale vis-à-vis du droit d'auteur sur la reproduction des livres Addison-Wesley, de quelque manière et de quelque langue que ce soit ; 40 bibliothèques dans "Libs:" me paraît un chiffre plus qu'excessif (lancez Xoper, taper "L" et comptez le nombre de bibliothèques ouvertes, s'il dépasse 20, j'aimerais bien voir !).

Dans votre numéro de juin, vous dites qu'il ne faut pas blâmer les journalistes pro-PC, mais cela est faux. De tout temps ces mêmes journalistes ont adopté la politique de l'autruche face aux nouvelles machines plus (beaucoup plus !) performantes que la leur. Ce n'est pas à coup de QuickTime (12,5 images par seconde dans un tout petit écran) ou de MPEG que l'évolution (absolue, hors machines) va se faire.

Depuis six ans maintenant nous faisons du 25 ou 30 images par seconde en résolution vidéo "overscan", nous avons une machine qui fait du multitâche avec 512 ko de mémoire et nous aurons bientôt des environnements graphiques qui feront pâlir plus d'un PCiste/Maciste. Ce n'est pas, mais vraiment pas, le moment d'être défaitiste ! Savez-vous qu'il vient moins de personnes à Apple Expo qu'à l'Ami-Expo de Cologne ?

Vous dites aussi, dans l'article concernant ARexx (dans les actualités), que vous chargez Directory Opus et ProWrite en même temps. Alors là, bravo ! J'aimerais que vous m'expliquiez comment on peut charger deux programmes qui demandent un Mo de mémoire dans ce même Mo !

Je terminerai en disant que s'il y a peu de développeurs en France, c'est que le parc d'Amiga 500 est très important (principalement à cause de la politique commerciale de Commodore France qui est une des plus déplorables que je connaisse. Les commerciaux et autres personnes du marketing ne voient pas plus loin que le bout de leur nez : avec une publicité adéquate, l'Amiga ferait des ravages ! [Henri Duverger, développeur indépendant].

Bruce Lepper : Merci pour votre lettre. A notre connaissance, l'Amiga 600 n'est pas encore disponible aux États-Unis, ni l'Amiga 500 Plus. D'autre part, il serait bien surprenant si le nom d'une machine de Commodore était choisi par Commodore France. Pour nos autres commentaires au sujet de la démise projetée de l'Amiga 500 en France, voir l'édito. Sinon, il est vrai qu'il est facile de se laisser bêtement influencer et bercer par l'immense poids de la propagande commerciale pour les compatibles PC et vous avez raison de le souligner.

Enfin, à grands coups de "Please insert volume xxx in any drive" nous avons lancé Directory Opus 3.22 et ProWrite 2 sur un A500 Plus de base avec 1 Mo de mémoire. Il reste disponible 157 ko de mémoire, et avec ARexx, 113 ko. D'après nous, il n'y a rien à vous expliquer, sauf peut-être que nous avons utilisé une disquette Workbench dénudée de toute extravagance. Pour votre information, ProWrite 2 pèse environ 170 ko et Directory Opus 3.22 pèse 110 ko.


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Période précédente : 06/1992] / [Période suivante : 09/1992]