Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 26 octobre 2014 - 08:37  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Le courrier des lecteurs d'Amiga News - juin 1996
(Rubrique exploitée par Alain Bourgery et extraite d'Amiga News - juin 1996)


En juillet, le 3 est le jour de la Saint Thomas, celui qui ne croyait que ce qu'il voyait. Nombreuses sont les lettres parlant de la tactique (?) d'Amiga Technologies. Vous avez vu la lettre cosignée par de nombreux professionnels Amiga français. Libre à vous d'imaginer celles qui n'ont pas été passées et qui abordaient d'une façon proche ce problème qui nous touche. Nous en gardons un nombre impressionnant qui vont tous dans le même sens.

Pour ma part, je continue à étudier la loi de Murphy car elle semble s'appliquer parfaitement au monde de l'informatique, quel qu'il soit. Je tiens à remercier chaleureusement Rodolphe Sibert qui m'a communiqué le résultat de ses recherches sur l'URL réservé à ce sujet: www.esiee.fr/~petitp/murphy.html. Rodolphe Sibert en profite pour me demander s'il existe un programme capable de charger les fichiers .html, ce à quoi je m'empresse de répondre AMosaic, disponible sur les CD Aminet, et d'autres logiciels du type "browser" (en anglais, le mot "browse" s'applique surtout aux vaches et veut dire brouter ou paître, mais on dit aussi de quelqu'un qui rentre dans une librairie et regarde différents livres spontanément, qu'il "browse" les livres). AMosaic permet de lire les fichiers .html et de sauver le contenu en ASCII, nettoyé des caractères de formatage.

Comment utiliser mon DAT ?

Je m'adresse à vous en tant qu'utilisateur et lecteur assidu (trois années) dépité, voire découragé. Non pas par l'Amiga, ordinateur doté d'un système et d'une philosophie fabuleuse, mais par des services de vente et après vente. J'ai commandé à une société parisienne l'ensemble suivant : un Amiga 3000 d'occasion (leur ayant appartenu), 10 Mo de mémoire vive, une VLab Motion, une Toccata, un disque dur Barracuda de 2 Go, Real 3D 3.3 et un dérouleur de bande DAT 4/8 Go, soit un ensemble recommandé par ces gens pour 36000 FF TTC (la configuration). [...j Real 3D 3.3 ne vient pas (oubli ?) et le dérouleur de bande est inutilisa-ble car aucune doc ni pilote n'est disponible ! Quand je branche le dérouleur, SCSI Mount ne trouve personne. HDToolBox l'identifie mais le considère comme un disque dur... d'où erreur. [...] Quels recours ai-je ? [...] Olivier Turbet (51 Cormontreuil).

Alain Bourgery : La société en question, qui s'est effectivement retirée du marché Amiga puisque celui-ci n'est plus rentable pour eux, me précise quelques points concernant votre affaire. L'association à laquelle vous participez a déclenché une procédure en justice et de ce fait, on ne peut pas discuter librement sur le sujet. Cependant, la socété me précise qu'elle vous a formé durant de nombreuses heures sur votre machine sans facturer cette formation. Le logiciel Diavolo Backup reconnaît le lecteur DAT et vous pouvez donc vous en servir pour réaliser vos sauvegardes. Je profite de ce courrier pour confirmer que deux autres sociétés ont quitté le monde Amiga français cette année mais pour une raison bien plus grave : dépôt de bilan. Il s'agit de Someware et FBI.

DeltaGraph'X

Sans vouloir remettre en cause le dévouement de M. René Schmidt, gérant de la société DeltaGraph'X, envers l'Amiga qui le fait vivre, voici un petit récit qui, je l'espère, permettra à d'autres de ne pas tomber dans le même piège que moi...

Fin novembre 1995, je commande par téléphone un lecteur de CD SCSI externe à 1990 FF. La poste étant en grève, je demande une livraison Chronopost qui m'est facturée 436 FF. Le lendemain, je reçois le colis convoité et je règle les 2400 FF. Et là, horreur! Ça commence mal, on m'a envoyé un ATAPI interne. On me demande de renvoyer l'objet inutilisable (à mes frais), et M. Schmidt m'assure qu'il renvoie le bon modèle dès le lendemain. Le chèque, lui, est encaissé illico. Le colis arrivera finalement deux mois plus tard, une fois les grèves achevées. Il n'avait pas été envoyé en Chronopost comme demandé, mais tout simplement en Colissimo, par la poste, alors en grève à 100% en Corse !

Dépité, je crois être enfin au bout de ma peine. Que nenni ! Il manquait encore la cerise sur le gâteau : ce n'est toujours pas ce que j'ai commandé ; j'ai bien reçu un lecteur SCSI, mais interne. Toujours inutilisable. Finalement, il a fallu l'intervention d'une de mes connaissances qui récupérera, enfin, le boîtier externe tant convoité directement chez DeltaGraph'X lors d'un déplacement à Paris. [...] Conclusions de cette triste aventure : il ne me reste que mes yeux pour pleurer sur 500 FF partis en fumée, ainsi que la sombre impression de m'être fait rouler ! Pour ma part, à ce stade de la situation, et l'individu incriminé se trouvant hors de portée de massue :-), je préfère considérer l'incident comme clos. Toussaint Ottavi (20 Ajaccio).

Alain Bourgery : D'après DeltaGraph'X, vous laissez de nombreux messages sur Amigatel qui ne donnent pas tous les détails. Cependant M. Schmidt reconnaît qu'il a commis deux erreurs : celle d'accepter une commande verbale (mais la poste était en grève, un courrier n'était pas possible, et vous n'aviez pas de télécopie), et celle d'avoir envoyé le mauvais lecteur la première fois. Cependant, il n'y avait pas d'autre possibilité que le Chronopost Contre Remboursement pour être livré rapidement en Corse durant cette période (c'est ce qu'on appelle un cas de force majeure). Le retour du premier colis comme l'expédition du deuxième n'ont pas pu être effectués en Chronopost puisqu'alors la poste refusait même d'acheminer les Chronopost, c'est pourquoi le deuxième colis, comme celui que vous avez retourné, n'ont pas pu mettre moins que deux mois. Quant à la troisième erreur, M. Schmidt ne sait à qui l'attribuer, mais il pense qu'elle est due à une erreur de compréhension (là-encore, il n'y a pas de trace écrite). En conséquence, et suite à cette explication, il est prêt à faire un geste sur votre prochaine commande, à la condition que vous n'écriviez plus d'"incorrections" sur Amigatel. Mais, désormais, il sera intraitable sur un point : seules les commandes écrites seront honorées...

Turtle Bay

J'ai commandé (et payé), chez Turtle Bay Direct, deux câbles identiques permettant la connexion d'un moniteur 1084S DIN six broches à un Amiga. Je les ai bien reçus, mais ils n'allaient pas (testés sur deux Amiga différents et deux moniteurs différents). Après l'envoi de nombreuses télécopies et lettres recommandées AR, j'ai pu échanger les câbles, là-aussi en recommandé. [...] J'ai reçu deux autres câbles identiques et n'allant toujours pas (images qui défilent). Retélécopies (et lettres !) de ma part, mais pas de suites positives. Raphael Hoet (Courcelles Belgique).

[...] Voilà les faits : je leur ai expédié une carte mère d'A1200 en juillet 1995 après avoir donné le plus d'informations possible sur la carte avant de l'envoyer. Le technicien me répond d'accord, et c'est là que commence ma galère. Après maintes réclamations téléphoniques, c'est en février 1996 que je reçois enfin ma carte, mais déception totale, rien ne marche (ils me l'avaient dit, mais quand même, plus de huit mois pour en arriver à ça !). Dont acte. Le technicien me fait une offre de carte d'occasion à 1000 FF mais je n'ai pas été d'accord car il m'avait dit au début que le prix correspondrait au forfait de réparation de 400 à 500 FF. [...] M. El Dada m'a fait une deuxième offre que j'ai acceptée concernant des cartes ramenées d'Angleterre mais à ce jour, j'attends toujours [...]. Didier Lamarre (27 Pacy Sur Eure).

Rêve ou cauchemar

Fidèle lecteur de votre journal depuis le n°4 je vous fais part de mes rêves (!) ou cauchemars suivants :

Le premier doux rêve est l'annonce fracassante de Visicorp du 24 avril : la revente de AT à Le Ho Pri, financier chinois, pour 120 millions de $. Le futur sauveur de l'Amiga a immédiatement dévoilé les plans de sa future machine :
  • Le boîtier, très important, le boîtier, sera jaune vif afin qu'il ne puisse s'intégrer dans aucun mobilier de bureau.
  • Seconde caractéristique, il sera rond, afin d'éviter toute critique (mauvaises fixations, pas bien aligné, etc.) et n'aura pas de connecteurs d'extensions. Non mais.
  • Il n'y aura pas de clavier non plus, évidemment, car il n'y a pas d'alphabet chinois simple. on devrait contourner ce problème avec un PC et passer par une ligne série.
  • La sortie vidéo est à la norme TV Inuit pour limiter le nombre de possibilités de connections sur les écrans.
  • Le prix bien sûr est très étudié : trois fois le prix d'un PC, mais performance de moitié.
  • Tous les efforts de développement portent sur l'alimentation au charbon (ressource principale d'énergie en Chine).
Le premier Amiga "made in China" sortira, c'est sûr, en 2010. Et puis j'ai eu un autre rêve, un cauchemar plutôt. Visicorp décide de se consacrer uniquement à son ED, il n'a pas le temps de s'occuper de l'ordinateur Amiga. Mais il lui donne un coup de pouce. Il construit une carte mère nue, avec des ports d'extensions, mémoires, etc. au format PC. Il crée aussi une extension spécifiquement Amiga (ROM, circuits) qui est sous copyright donc protégée. Une astuce supplémentaire est implantée dans la ROM, en pressant le bouton droit de la souris, il démarre directement en VGA.

Aussitôt, c'est l'enfer et la damnation :
  • Les fabricants d'extensions Amiga se jettent sur le créneau.
  • L'Amiga a son prix de vente divisé par deux (boîtier PC à 80 $, clavier à 20 $, lecteur de disquette à 35 $, etc.).
  • Les revendeurs PC vendent aussi de l'Amiga (même accessoires).
  • Visicorp trouve des améliorations matérielles tous les six mois, les mises à jour ne coûtent pas cher aux clients, mais lui laissent de jolis bénéfices.
  • Le millionième nouvel Amiga est vendu le 17 juillet 1997.
  • Bill Gate entre dans les ordres.
  • L'Amiga baisse son prix de moitié (encore !).
Je me suis réveillé en nage, j'espère que ces maudits rêves ne reviendront plus jamais. A bientôt.

PS : Je pense que je vais remettre mes PC à jour et mettre mes Amiga sous vide plastique. Avez-vous lu l'annonce du 24 juin avril ? Quelles sont les parties matérielles qui ont imposé le PC ? R. Humbert.

Un rêve déçu

Une revue Amiga comme Amiga News est lue par un public passionné qui supporte difficilement qu'on critique la machine et qui a eu particulièrement besoin l'année passée qu'on lui soutienne le moral. On n'a donc pas trop besoin de Cassandre dans la revue. Mais il y a trop de contraste entre l'enthousiasme que j'ai perçu dans les derniers numéros et les désillusions que j'ai vécues avec mon Amiga. Il faut que je vide mon sac. Peut-être un bon lecteur samaritain pourra-t-il me suggérer une issue aux divers culs-de-sac où je me suis fourré (et l'éditeur a tout loisir pour tempérer mes outrances d'amoureux déçu).

Je suis un amigaïste de première génération ; j'ai toujours mon Amiga 1000 avec le moniteur 1081 NTSC et le Kickstart 1.1. J'avais deux hobbys, la photographie et l'informatique. A l'époque, on n'avait guère que l'Apple 2 pour s'amuser on peut difficilement parler du triste PC du moment et l'Amiga a été une révolution. Il y avait bien aussi l'Atari qui démarrait, mais les possibilités graphiques de l'Amiga n'avaient vraiment pas d'équivalent. J'ai donc marié mes deux passions et j'ai fait des images informatiques un certain temps, beaucoup de fractales ; puis j'ai perdu pied dans l'évolution du système, quelque part autour du 2.0. Je reviens maintenant à mes premières amours, l'image fixe à base de photographie. L'ordinateur est devenu un outil pour cela et c'est la source principale de mes difficultés : j'ai une configuration modérément musclée, A4000/040 (25 MHz) 18 Mo de mémoire + carte Picasso 2, et cela ne suffit pas. Dramatiquement. Il n'y a pas que ça.

Le module Emplant-PC a été une première grosse déception. En 1995, on a vu apparaître les pubs pour le module PC, d'abord pour un 486, puis carrément pour un 586 un Pentium. Un Amiga avec un Mac et un PC modernes sous le capot, ça avait de l'allure, non ? A la même époque, Amiga News avait publié une critique incendiaire d'une autre émulation logicielle, PC-Task. Celle-ci ne prétendait, modestement, qu'aux performances d'un 286, mais une émulation Pentium, ce devait sûrement être autre chose. Mon fournisseur favori du moment (Phase) m'avait bien prévenu qu'il ne vendait pas le produit, tout simplement parce qu'il ne savait pas le faire tourner, mais un concurrent de province m'avait assuré que si, ça marchait, et que bien évidemment il m'aiderait en cas de problème. J'ai payé pour voir. Édifiant. Au début ça n'a pas marché du tout. En fait d'assistance, j'ai surtout eu droit à une compassion sincère, "ça marche très bien chez nous", et à des conseils dilatoires. J'ai pu constater sur les forums d'Internet que je n'étais pas le seul à me lamenter ainsi. C'est là que j'ai eu la recette pour conserver le "set-up" et enfin pouvoir charger MS-DOS, puis Windows (deux heures environ...). J'ai enfin pu voir Windows s'ouvrir, avec tous les détails, quasiment pixel par pixel. J'ai peine à croire que PC-Task puisse être plus lent.

Je me suis procuré Photogenics (v1.2). La presse était dithyrambique, "le Photoshop de l'Amiga" ! A mon avis la place était solidement tenue par TVPaint et je n'y ai jamais cru, mais j'ai pensé que ça devait faire un complément valable pour ce TVPaint qui n'est pas vraiment gâté en termes de filtres fantaisistes. La doc de Photogenics sous-entend cette possibilité quand elle explique comment charger les fichiers DEEP de TVPaint. L'ennui est que ça ne marche pas ; pire, Photogenics ne lit aucun des fichiers produits par TVPaint, que ce soit du DEEP, du BMP ou de l'ILBM. J'ai signalé rapidement le problème à mon fournisseur, en ajoutant une disquette de fichiers TVPaint pour la démonstration. Jamais eu la moindre réponse. Incidemment, la fonction de capture d'écran Picasso ne marche pas non plus.

La photo numérique demande énormément de mémoire. On conseille par exemple des fichiers de 9 Mo pour "shooter" une photo 24x36 en 2000 points, ou 18 Mo pour sortir une bonne image A4 en 720 DPI sur l'imprimante Epson Stylus Color. Avec TVPaint (le seul logiciel sérieux de l'Amiga dans ce domaine) et mon Amiga 4000 de base, il n'était guère possible d'aller au-delà d'un fichier de 2,5 à 3 Mo (1024x768). On est loin du compte. Il fallait donc crever cette limite des 18 Mo au plus sur la carte mère et il m'a semblé judicieux de m'orienter vers une carte accélératrice WarpEngine ou CyberStorm permettant tout à la fois d'avoir beaucoup de mémoire et d'aller nettement plus vite, avec un contrôleur SCSI en prime. Va pour la CyberStorm (on ne voyait plus de pub pour la WarpEngine en début 1995), et chez Cuda, qui affiche des prix intéressants. Je commande une carte 68040 à 40 MHz et je me prépare à attendre quelque temps.

Au bout d'un mois, on me dit que la 68040 est arrêtée et on me propose de passer à la 68060. D'accord. J'attends derechef. Téléphone et retéléphone à mon fournisseur. Pas de nouvelle, Phase 5 ne répond pas aux courriers de relance. Après six mois, mi-décembre, on me prévient que Phase 5 vient de téléphoner, la carte est enfin partie d'Allemagne. Alléluia ! Ce n'est pas vraiment un cadeau de Noël, mais une très heureuse nouvelle. Hélas... rien n'arrive, et un mois et demi après, nouvel appel, la carte ne sera disponible que dans trois mois. Mon fournisseur découragé annule la commande ; il avait payé d'avance, et pas seulement pour moi. Je sais bien qu'il y avait pénurie de 68060, mais je trouve difficile à d'admettre que la commande n'ait pu être honorée en huit mois, sans un courrier d'excuse, ne serait-ce que pour cet incroyable coup de fil de Noël. Il semble que le renouveau de l'Amiga soit lié à ces gens-là ; ce genre de pratique commerciale ne me rend pas optimiste.

La déception suivante m'est venue de Studio 2. Toujours dans mon programme à long terme de photo numérique, je comptais bien utiliser l'imprimante Stylus Color pour des impressions "quasi-photographiques". J'en ai vu de fort belle facture, d'origine Windows, qui grattent des médailles sans complexe dans des concours photographiques de très haut niveau. J'avais acquis Studio 2 (en conjonction avec Photogenics) pour cela. Hélas, hélas, en dépit de tous les papiers favorables qu'on lui a dédiés, Studio 2 ne fonctionne pas correctement en 720 DPI. Sur papier couché, il a un rendu beaucoup trop contrasté, bien au-delà de ses prétentions wysiwig, et il apparaît des moirages inacceptables sur les plages quasi-unies (Cf. Amiga News de mars 1996). Sur papier glacé, c'est une catastrophe innommable, sans appel. J'ai contacté l'auteur Wolf Faust ; il en convient. Il devrait être en train de terminer une nouvelle version qui imprimerait en quadrichromie. En attendant, il ne reste que TurboPrint, dont je n'ai pas pu percer les murailles linguistiques (allemand) jusqu'ici.

J'arrive maintenant à un épisode surprenant, autour de CyberGraphX. On a compris que j'étais un inconditionnel de TVPaint, même si je l'utilise pour des retouches photo pour lesquelles il n'a pas du tout été conçu. Incidemment, à propos de ce qui pourrait être "le Photoshop de l'Amiga", j'ai étudié un CD Mac pédagogique à la gloire de la dernière version du vrai Photoshop, et j'ai pu refaire la plupart de ses exercices sur TVPaint. La nouvelle version de TVPaint a été portée sur l'Amiga fin 1995 et j'ai voulu l'acquérir. Elle ne tourne que sur les cartes graphiques fonctionnant avec CyberGraphX, mais ma Picasso 2 en fait justement partie. Dans la presse Amiga, la Picasso 2 est un peu dépassée mais reste très honorable, et CyberGraphX est couvert de louanges. Je me procure donc en toute confiance la mise à jour vers TVPaint 3.6, auprès de CIS, et une version commerciale de CyberGraphX (2.08), auprès de DeltaGraph'X car CIS ne commercialise pas CyberGraphX. J'installe CyberGraphX très prudemment : l'installer" ne fonctionne pas en simulé et il y a un fichier invoqué par le script qui manque dans la distribution... Je redémarre. Il apparaît une fenêtre de requête qui me demande une résolution par défaut, puis :
  • Il n'y a plus qu'un seul mode Picasso accessible depuis Intuition, correspondant à ce mode par défaut. Comment ouvrir le workbench en 600x800 ou en 1024x768 ?
  • Emplant-Mac se lance correctement sur ce mode ; l'utilitaire CyberView pour voir les fichiers GIF ou IFF fonctionne correctement, pour toutes les tailles d'image.
  • Mais, TVPaint ne s'ouvre pas.
Je râle un peu partout

Auprès de DeltaGraph'X, qui ne peut pas grand-chose, n'ayant jamais su faire tourner les versions antérieures de CyberGraphX sur une Picasso ; un client de passage m'assure que tout se passe bien chez lui, mais j'ai des doutes. Enfin, DeltaGraph'X m'enverra la version suivante de CyberGraphX (2.11) et une version récente du logiciel natif de la Picasso, au cas où mes ennuis proviendraient de là, mais cela ne résoudra rien ; et surtout ils me proposeront de me rembourser si je n'arrive pas à trouver de solution, attitude de bon commerce, mais fort peu répandue.

Je proteste auprès de CIS, où je rencontre de la sympathie, mais pas la compétence souhaitée car ils ne connaissent absolument pas la Picasso. Ils m'envoient une version antérieure shareware de CyberGraphX dont la tentative d'installation tourne court, mais où je trouve l'adresse électronique des auteurs du programme. Enfin CIS me renvoie vers Hervé Adam (Tecsoft), l'un des auteurs de TVPaint, lui aussi très sympathique et chaleureux, mais lui aussi sans connaissance spécifique de la Picasso. Il me raconte tout de même un point troublant : Tecsoft a vendu un certain nombre de Picasso avec TVPaint, et ils n'ont jamais eu de plainte à propos d'un non-fonctionnement du nouveau TVPaint. Si un lecteur est satisfait de TVPaint 3.6 sur sa Picasso 2, j'espère qu'il me contactera pour s'expliquer avec moi...

J'envoie donc un courriel électronique à Frank Mariak (un des auteurs de CyberGraphX) ou je lui décris ce qui se passe. Il me répond en m'indiquant à quoi ça devrait ressembler après installation, il me dit que la version shareware est complètement dépassée et il joint le bout de logiciel qui manquait. Je réinstalle, pas de changement. Nouveau courrier, mais sans réponse jusqu'ici.

J'allais l'oublier : j'avais aussi expédié ma carte d'enregistrement au distributeur allemand, avec une protestation détaillée sur les anomalies constatées. Jamais eu de réponse. Il s'agit de Phase 5...

J'ai finalement réussi à tout faire tourner dans CyberGraphX. Je donne ma solution au cas où j'aurais des confrères d'infortune : la distribution commerciale contient un programme auxilaire, "CVMode", parmi les "tools". Inutile de lire le bout de doc sur ce programme, ça ne servira à rien. Lancer le programme et chercher le menu "Settings" : vous voyez des rubriques Monitor-31kHz, Monitor-35kHz... jusqu'à Monitor-64kHz. Choisissez ce qui correspond à votre moniteur ; attention, pas plus, danger ! Vous voyez alors apparaître tous les modes Picasso familiers. Sauvez tout de suite. C'est tout. Malheureusement, le nouveau TVPaint est inexploitable sur mon installation, tellement la Picasso est devenue lente. Peut-être ma machine y est pour quelque chose (révision 3.0, vieux Buster). Il est absolument impossible de faire un trait à main levée. J'ai trouvé très dur ce coup du sort, et je reste bien sûr avec l'ancien TVPaint.

Et le coup de pied de l'âne, pour faire bonne mesure. Je me suis abonné à Ami-GraphX, qui m'a beaucoup plu, tant par les sujets traités que par l'ouverture sur les autres plates-formes, PC ou Mac. La distribution s'est brutalement arrêtée fin 1995 et je viens de recevoir un courrier surprenant en guise d'excuse, déplorant une chute brutale des abonnés, s'interrogeant sur le mauvais accueil fait à l'arrivée des autres plates-formes... et proposant quelques rabais sur le catalogue Vitepro en manière de consolation. Mais c'est la revue que je veux !

Dois-je le dire ? La confiance que j'ai si longtemps prodiguée à l'Amiga est désormais bien bas. J'ai regardé à droite ; j'ai regardé à gauche. On sait depuis longtemps qu'on a un Pentium respectable pour moins cher qu'un A4000 de base, 25 MHz + 2 Mo de mmoire ; mais pour le même prix, on peut aussi avoir un Power Mac 7200 90 MHz, 16 Mo de mémoire avec CD et moniteur 17"... J'ai investi trop de temps et de passion dans l'Amiga ur m'en séparer, mais le coeur n'y est plus vraiment.

Alain Bourgery : Pour le premier problème. M. El Dada de Turtle Bay m'a appris qu'il avait un stock de câbles défectueux sur lesquels le fil de synchro avait été branché par erreur sur la mauvaise broche. Il a communiqué le changement à effectuer à M. Hoet et lui a envoyé deux câbles modifiés supplémentaires. Malheureusement, ceci n'explique pas pourquoi les deux câbles (supplémentaires selon Turtle Bay, d'échange selon M. Hoet) n'ont pas fonctionné non plus... Pour le deuxième cas, c'est encore plus épineux : la carte mère (qui n'avait pas été achetée chez Turtle Bay Direct) semble résister à toutes les méthodes de réparation connues (quand on connaît le nombre de variantes des cartes mères Amiga, cela n'a rien de stupéfiant). M. Lamarre, qui d'ailleurs n'a jamais rien eu à payer à Turlle Bay Direct pour toutes les tentatives de réparation entreprises, n'a pas confirmé sa volonté de racheter une autre carte mère. Ses seuls contacts avec Turtle Bay Direct ont eu lieu par téléphone. M. El Dada avait proposé de solutionner ce problème lorsqu'il en a éte informé, mais M. Lamarre n'avait, semble-t-il, plus de patience. Alors, l'affaire en est resté au point mort. Ce qui ressort de ces trois cas, ce sont quatre constantes :
  • Il vaut mieux commander et communiquer par courrier, afin d'éviter les problèmes d'incompréhension.
  • Quand on ne peut pas attendre, il vaut mieux se déplacer.
  • L'amabilité vient à bout de la majorité des problèmes.
  • J'ai l'impression que les quelques sociétés soutenant l'Amiga le font plus par dévouement envers la machine que par rentabilité : de mes conversations, il reste qu'elles cherchent à satisfaire le plus grand nombre au moindre coût, mais que cela ne leur est pas toujours facile (Bruce Lepper : ceci dit, des dérapages peuvent se produire, et nous sommes toujours prêts à essayer d'aider à trouver une solution convenable pour les différentes parties).
Suites en justice...

Dans mon courrier passé dans celui des lecteurs du numéro 82, je vous faisais part des problèmes que je rencontrais pour réaliser l'union légale d'une Deskjet HP540 avec un Amiga 1200, aussi serait-il bon, pour information correcte de vos lecteurs, d'insérer la suite de mes démêlés ! L'ordonnance rendue par le Tribunal d'Instance, le 11 juillet 1995, suite à mon dépôt d'une "injonction de faire" n'a reçu aucune suite de la part de mon vendeur. En conséquence, ce différend est passé en audience, le 21 septembre. A cette première audience, le magasin InterDiscount était représenté par son nouveau directeur et par un membre du service contentieux de cette société. Ces personnes étaient favorables à la recherche d'une solution amiable.

[...] le choix se porte sur TurboPrint 4. Effectivement, à l'audience suivante (22 octobre), elles fournissent le double d'un bon de commande passé à une société suisse (faisant de la pub dans votre revue !). Nous pensons tous en avoir fini. "Errare humanum est" : la société suisse ne livre pas... malgré l'encaissement du chèque. InterDiscount doit les menacer de contentieux ! Finalement, quelques audiences et quelques mois plus tard, le 1er mars (presque 10 mois après l'achat de l'imprimante), le service contentieux m'invite enfin à venir chercher "mon" logiciel. Horreur, il est en allemand ! Pour ne pas bloquer la situation, je l'accepte, la société InterDiscount prolonge le délai de garantie de l'imprimante et m'offre quelques consommables, à titre de dédommagement. Conclusion :
  • Le nouveau directeur du magasin et la représentante du service contentieux se sont montrés très compréhensifs et ont vraiment fait ce qu'ils pouvaient pour débloquer la situation, ce qui n'avait pas été le cas de l'ancien directeur.
  • La société HP se moque éperdument des acheteurs, qu'ils soient revendeurs ou particuliers. Il est pratiquement impossible d'en obtenir le moindre renseignement, la moindre information, sans parler du manque total d'amabilité des correspondants que j'ai eus au téléphone, mes courriers étant restés sans réponse. En gros: "vous avez acheté notre matériel, c'est bien, maintenant on ne vous connaît plus, dé....ez-vous!".
  • Il serait souhaitable, voire vital, qu'Escom fasse pression sur les constructeurs de périphériques pour que les annexes spécifiques soient livrées lors de l'achat de ces matériels, Le genre d'ennui qui m'est arrivé donne en effet comme image de marque de l'Amiga celle d'un matériel incompatible avec tous les périphériques du marché ! Ne maîtrisant ni peu, ni prou, la langue de Goethe, je serais heureux que vous m'indiquiez s'il existe (ou s'il existera) une version française de TurboPrint, et les possibilités que j'aurai de me la procurer... sans tout racheter !
Alain Bourgery : DeltaGraph'X à Paris annonce TurboPrint 4.1 VF au prix de 499 FF.

Mémoire Chip et A500+

Je possède un Amiga 500 avec carte 500+ a l'intérieur (avec Super Agnus 8375). Je l'ai fait passer à 1 Mo de mémoire sans problême puisque l'emplacement était déjà prévu sur la carte. Étant abonné à votre revue, je suis retombé sur un ancien article d'octobre 1993 dans la rubrique courrier précisant qu'il était même possible de passer a 2 Mo de mémoire Chip. Pouvez-vous m'indiquer la manipulation à suivre ? Michel Leclerc (62 Angres).

Alain Bourgery : Les cartes mères de 500+ Considéraient les extensions de mémoire présentes dans la trappe d'extension comme de la mémoire Chip. En conséquence, si votre carte mère est bien une carte de 500+, elle devrait faire de même. On m'a aussi parlé d'un cavalier situé sur la carte mère, à droite du 68000, mais qui ne possède pas de picots (JP2). Son changement d'état pourrait être nécessaire (mais je n'ai plus de 500 ni de spécialiste de la machine sous la main, alors il vous faudra faire le test vous-mème, à vos risques et périls, car comme nous le disons souvent : "Si vous étiez capturé ou tué, nous nierions avoir eu connaissance de vos agissements !". Non, c'est la mauvaise, excusez-moi : "La rédaction ne saurait être tenue responsable des dégâts consécutifs à ces manipulations !". Un de nos lecteurs aurait-il des informations plus précises à ce sujet ?

Zip, bam, chibah, ouah...

J'ai un Amiga 1200, disque dur de 540 Mo, carte Mtec 8 Mo, lecteur de CD Apple sur Dataflyer et ZIP en chaîne sur le CD. Avec HDToolBox (icône modifiée en EXP.XDS.device), l'Amiga recensait le Zip mais refuse, après toutes les manipulations de m'afficher une quelconque icônes le représentant. De plus, la disquette du Zip semble protégée en écriture, mais malgré l'ajout d'une disquette vierge, toujours pas de Zip à l'affichage. Que faire ? Christian Pelisses (13 Marseille).

Alain Bourgery : Pour ma part, j'essaierais HDToolBox avec la disquette vierge dans le lecteur Zip. Petit tour dans le menu partitionnement puis sauvegarde des modifications (y compris sur le disque dur puisque tous les membres de la chaîne doivent être prévenus). Une fois redémarré, j'essaierais de formater le périphérique par son nom donné lors du partitionnement. Essayer aussi de changer le numéro de périphérique, l'ordre des lecteurs (Zip puis CD).

Bruce Lepper : Y a-t-il un lecteur qui a pu faire marcher un Zip avec le contrôleur DataFlyer SCSI sur 1200 ?

Les prob. de transfert sur IDE

Michel : suite à plusieurs lettres, je reprécise qu'il faut modifier le MaxTransfert avec la majorité des disques durs IDE et E-IDE. Il existe une méthode pour vérifier si votre disque dur fonctionne bien.

1. Copier sur votre disque dur une image de plus de 400 ko. Si à l'affichage vous avez des erreurs, il faut baissez le MaxTransfert. A chaque fois que vous baissez cette valeur, il faut redémarrer. Cette méthode est un peu empirique, mais elle a l'avantage de fonctionner.

2. Vous pouvez changer cette valeur avec HDToolBox. Attention, ne toucher pas à la valeur des blocs et au système de fichiers. Par exemple, sur un Seagate de 1 Go E-IDE je suis arrivé à la valeur de 0xFFFF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Période précédente : 05/1996] / [Période suivante : 07/1996]