Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 23 octobre 2017 - 01:01  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de TurboPrint 4.1 et Studio Print
(Article écrit par Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - mars 1996)


Que vous ayez une Stylus Color ou toute autre imprimante à jet d'encre ou non, cet article devrait vous intéresser et vous aider à mieux connaître les possibilités qui s'offrent au monde Amiga pour obtenir des impressions de qualité sur des imprimantes à prix raisonnable.

Tous les essais ont été effectués sur mon Epson Stylus Color de la première génération. Les résultats doivent donc être encore meilleurs sur une Pro ou sur une Stylus II. Je n'évoquerai donc pas les options qui s'offrent aux autres imprimantes dans les logiciels concernés.

A part les pilotes offerts par le Workbench comme Generic ou EpsonLQ qui fonctionnent mais ne sont pas spécifiques d'un modèle aussi particulier qu'une Stylus, notamment en mode graphique, quatre possibilités s'offrent à nous :
  • Deux paquetages haut de gamme, Studio Print et TurboPrint.
  • Deux pilotes simples, Endicor et ADFI.
1. Studio Print

Il s'agit d'un ensemble de programmes complémentaires d'une riche complexité et d'une complexe richesse. Dressons d'ores et déjà la liste des émulateurs :
DJ500C          Epson48pin
CanonBJC800     PinStylusink
CanonBJC4000    SeikoshaPin
CanonBJ10       StarPin
PCL5ePJL        StarInk
PCL5e           OkiPin
PCL5mode5       NecPin
PCL5            FujitsuPin
HPIIP           FujitsuInk
HPII            CitizenPin
CanonBJC600     CitizenInk
P2Pin           DJ1200
Epson24Pin      PJ300XL
Epson24ink      DJ12004C
Epson48ink      PJ300XL4C
Pana24Pin
Une fois tout installé, nous bénéficions d'un pilote dans le tiroir devs/printers, d'un programme de préférences dans le tiroir "Prefs" et dans un tiroir de notre choix le reste des utilitaires. Le plus important est "Studio" lui-même, qu'on pourrait appeler "Studio Manager" par ressemblance avec "Turbo Manager" de TurboPrint. Trois utilitaires accompagnent Studio : CMSPicture, CMSScan et CMSEdit, et quatre tiroirs : Studio_Prefs, Studio_Monitor, Studio_Output et Studio_Profiles.

Le manuel est très complet et on y apprend beaucoup sur les standards de moniteurs et d'imprimantes. On y trouve aussi tout le vocabulaire ARexx du programme, une intéressante bibliographie, un index complet. Des conseils pour ADPro, Deluxe Paint, Final Copy, Final Writer, PageStream, Professional Page, Wordworth et les préférences du Workbench. Il existe également une interface pour les programmes qui sont équipés du Serveur Link comme PhotoWorx, Personal Paint et Xi-Paint.

1.1 Studio

Une fois le programme appelé, il apparaît une petite fenêtre qu'il suffit de cliquer pour sélectionner une image à imprimer et développer un grand repère zoomable représentant la feuille (ou les feuilles, si on veut faire une impression en poster) de papier. Par-dessus ce repère, la fenêtre principale d'édition où on choisit les dimensions d'impression, les offsets, les dimensions de la page et du repère. On y trouve tous les autres réglages, noir et blanc ou couleur, portrait ou paysage, la définition (pour la Stylus Color 180x180, 360x360 ou 720x720), le tramage, les effets éventuels (miroir, négatif, seuil minimal et maximal, diffus - net), les ajustements fins (rouge, vert, bleu, saturation, contraste, luminosité, gamma, séparation et poids des composantes) et "Match", un système que nous verrons plus loin pour essayer d'adapter le moniteur ou le scanner à l'imprimante.

Studio Print
Fenêtre principale

Studio Print
Tramage

Les menus accessibles de cette fenêtre, à part ceux qui reprennent des gadgets, permettent de sélectionner la sortie (préférences du Workbench, préférences de Studio ou IFF) (imprimante ou fichier), la priorité d'impression, l'utilisation de la mémoire, les préférences de "Studio" (qui prévalent alors sur les préférences de "Prefs"), le papier (continu ou feuilles), les unités (pouce, cm, pica ou point).

Une fois tout réglé, on peut bien sûr sauvegarder ses réglages et les envoyer à l'impression. Tout disparaît alors et une petite fenêtre s'ouvre sur le Workbench pour nous informer du temps écoulé et du temps restant, et nous permettre d'interrompre l'impression au besoin. En même temps, grâce au merveilleux multitâche, une requête de fichier pour la prochaine image nous permet de préparer l'impression suivante.

1.2 Le système CMS (Color Management System)

C'est un système génial, bien que compliqué, qui doit calibrer votre imprimante sur votre moniteur ou votre scanner, afin d'obtenir une qualité wysiwyg (what you see is what you get = ce qu'on voit est ce qu'on obtient) dans vos impressions. Chaque moniteur a ses particularités, ses courbes gamma, et chaque imprimante également, encore plus accentuées. Les programmes suivants permettent de réduire les différences. Ceci est une tâche fort complexe et longue (au moins une journée) qu'il est vain d'entreprendre sans suivre attentivement les chapitres qui y sont consacrés dans le manuel. Il est également nécessaire de posséder un scanner d'une résolution minimale de 200 PPP (DPI). N'ayant pas de scanner performant, je n'ai pas pu tester ce système, mais j'ai lu le livre et je peux vous dire que cela a l'air très pro. D'ailleurs, ce genre de système est en général réservé au très haut de gamme. Sa confection a duré deux ans en collaboration étroite avec Canon et Hewlett-Packard.

CMSPicture

Ce petit utilitaire imprime une (gris) ou seize (couleur) image(s) de calibration.

CMSScan

Celui-là, déjà plus complexe scanne comme son nom l'indique l'image ou les images imprimées avec CMSPicture. Il nous fournira ainsi un module de corrections.

CMSEdit

Il étalonne, à condition d'avoir des informations très pointues sur son moniteur, les modules de correction.

1.3 Studio prefs

C'est là qu'on trouve le reste des réglages. Séparation des couleurs, LineFeed (correction du banding = lignes noires de surimpression ou blanches de subimpression), fast graphics (pour ne pas imprimer inutilement des zones absolument blanches), timeout (le délai avant que n'arrive le message "Printer trouble. Check..."), le mode (couleur ou super-gris), l'avertissement de fin de tâche (beep, flash, les deux ou rien), le choix de l'unité arXon du port série en cas de carte multi I/O, le choix du caractère imprimante et de la couleur du texte.

Studio Print
D'autres réglages

Encore quatre gadgets qui chacun ouvrent une fenêtre :

Customize Tabulators : c'est là qu'on fixe les tabulations, comme vous vous en doutiez tous.
Page Size and Margins : les dimensions de page et les marges.
Customize Dither : on y choisit le tramage (Fig 2).
Color Adjustment : allez, j'vous l'dis pas !

2. TurboPrint 4.1

TurboPrint de chez IrseeSoft est un vieux de la vieille et a toujours été un modèle de conception dans une interface graphique un peu belle-époque. Depuis la version 4.0, l'interface a été remaniée et est beaucoup plus au goût du jour. Résumons d'emblée : la qualité dans la simplicité et rendons hommage aux programmeurs de ce petit bijou : Stefan Donhauser et Florian Zeller. Le manuel est exemplaire de conception et de clarté. La protection du logiciel (il fallait par le passé introduire la disquette originale chaque fois qu'on modifiait les paramètres) a enfin été abandonnée.

Pour commencer et voir qui ce programme concerne, faisons la liste des émulateurs :
24-aiguilles                HP_DeskJet540C
9-aiguilles                 HP_DeskJet550C
Laser                       HP_DeskJet560C
Encre-EPSON                 HP_DeskJet600C
Encre-HP                    HP_DeskJet660C
Brother_24 aiguilles        HP_DeskJet850C
Brother_9 aiguilles         HP_LaserJetII
Canon_BJ                    HP_LaserJetIII
Canon_BJC4000               HP_LaserJetIV
Canon_BJC600                HP_LaserJetIVp
Canon_BJC800                HP_PaintJet,PaintJetXL
Canon_LBP                   HP_PaintJet300XL
Canon_PJ1080A               Lexmark_ExecJetIIc
Citizen_120D                MannesmannTally_7400-3Col
Citizen_120D+               MannesmannTally_7400-4Col
Citizen_Swift24,240         Nec_Pinwriter
Citizen_Swift9              Oki_ML-38x
Epson_EX,FX,LX              Oki_ML-39x
Epson_LQ,SQ                 Okimate20IBM
Epson_LQ,SQ-xx00            Okimate20Std
Epson_Stylus                Panasonic_KX-P1124
Epson_Stylus820+IIs         Panasonic_KX-P1540
Epson_StylusColor           Seikosha_24 aiguilles
Epson_StylusColorII         Seikosha_9 aiguilles
Epson_StylusColorIIs        Seikosha_SL-80AI
Epson_StylusPro(XL)         Seikosha_SL-80IP
Facit_B3450                 Star_9 aiguilles
Fargo_Primera               Star_LC,XB-24
Fargo_PrimeraPro            Star_LC-10
Fujitsu_DL-1100
HP_DeskJet
HP_DeskJet1200
HP_DeskJet500
HP_DeskJet500C
HP_DeskJet520
Si vous ne trouvez pas votre bonheur là-dedans...

TurboPrint est constitué de deux unités :
  • Turbo Prefs est l'émulateur principal et s'intègre dans les préférences "Printer et Gfxprinter" du Workbench. Il peut être ainsi utilisé par tous les programmes ayant une fonction d'impression ; ensuite Print Manager est un programme permettant d'imprimer des images à sa guise, qui fait lui aussi appel à Turbo Prefs.

  • TURBO PREFS est une fenêtre qui s'ouvre sur le Workbench comme un classeur à 8 pages.

    • La première page est la couverture.

      TurboPrint

    • La seconde est le choix de l'imprimante. On n'a pas besoin de toute la liste ci-dessus, on choisit son ou ses émulation(s) et on supprime les autres. Les restantes s'affichent dans une fenêtre. A droite, le choix de la sortie se fait entre TurboPar (la spécialité de TurboPrint), parallèle, série ou device (avec le numéro d'unité LUN). Enfin, un dernier gadget permet d'envoyer l'impression soit directement à l'imprimante soit dans un fichier au choix qu'il suffit plus tard d'envoyer à l'imprimante au moyen d'un "Copy ... to PRT:" ou "Copy ... to PAR:". Cette dernière solution est intéressante au cas où on veut imprimer plus d'un exemplaire, car il est alors inutile de tout recalculer. Notons qu'il y a comme une bogue à ce niveau, il convient après utilisation de ce fichier de le détruire ou de le renommer différemment, sinon le prochain fichier envoyé par TurboPrint se rajoutera au premier, ce qui est tout de même rarement désiré.

      TurboPrint

    • La troisième est la configuration. On y choisit l'uni- ou la bidirectionnalité pour le texte et pour le graphique, le seuil de noirceur et le mode (noir et blanc, niveaux de gris ou couleur), la définition (pour la Stylus Color 180x180, 360x360 ou 720x720), le médium (papier normal, papier 360 PPP, papier 720 PPP, papier glacé ou transparent) et la qualité d'impression (normale, haute qualité et qualité turbo). On peut également sélectionner le format du papier (U.S. legal et letter, tracteur étroit ou large, A4, A3 ou individuel ; un gadget inverse entre alimentation de papier automatique ou manuelle, un autre entre horizontal et vertical. Enfin, le nombre de copies désiré, l'attente après chaque impression, l'éjection de page après impression de texte et/ou de graphique.

      TurboPrint

    • La quatrième s'occupe des caractéristiques du format d'impression. Unités en dixième de pouce ou en millimètre, marges à gauche et en haut, centrage en largeur, dimensions d'impression, en pixels, absolu, relatif, etc. rapport scalaire entre la hauteur et la largeur (parfois nécessaire lorsque l'écran du moniteur n'est pas bien réglé).

      TurboPrint

    • La cinquième est consacrée à l'impression graphique et choisit le tramage (quatre groupes de quatre) et éventuellement son orientation. Une option 16 millions de couleurs (qu'on laisse en général) et l'emploi de l'encre noire pour faire du noir (au lieu d'un mélange jaune-magenta-cyan). C'est également là que tous les réglages de luminosité, contraste, gamma, couleur se font avec appel à une autre page pour des réglages encore plus pointus de composantes couleur ou de séparation. On y sélectionne finalement l'éventuel adoucissement des contours, l'inversion horizontale ou l'impression en négatif.

      TurboPrint

      TurboPrint

    • La sixième est dédiée au texte. Nombre de caractères par ligne, de lignes par page, marges, etc. Qualité brouillon ou lettre. Espacement des caractères (10, 12 ou 15), des lignes (6 ou 8). Choix des polices spécifiques de l'imprimante et couleur d'impression.

      TurboPrint

    • La septième est baptisée "Poster", car c'est en effet ici qu'on peut contrôler l'impression d'une image sur plusieurs feuilles. Le minimum est bien entendu de 1 feuille sur 1 feuille, le maximum est de 8 sur 8 (ce qui nous fait pour une page A4 162x222 cm). Trois gadgets pour notre confort : le respect des proportions (très important, admettons qu'on ait un dessin de 32 cm de hauteur, on pourra choisir comme découpage environ 27 + 5 [avec les marges], ou bien 16 + 16, ce qui est souvent plus présentable dans un collage. L'attente entre l'impression des diverses feuilles et l'éjection automatique sont les deux derniers gadgets.

      TurboPrint

    • La huitième et dernière s'appelle "Hardcopy", car on peut y imprimer à partir de programmes dépourvus de fonction d'impression. On y choisit d'ignorer ou de respecter les préférences Workbench, on peut établir le menu résident et même configurer TurboPrint pour qu'il résiste à un "Reset". Mais surtout, c'est là qu'on trouve un petit bijou : la meilleure saisie graphique d'écran que je connaisse. A l'aide des touches gauches Alt et Ctrl, les touches suivantes ont une fonction : P (impression de l'écran actif), O (impression de l'écran actif mais en noir et blanc), G (impression d'une portion d'écran, c'est génial, le curseur se transforme en afficheur de coordonnées et permet ainsi une saisie précise), N (amène l'écran suivant comme <ALT-m> du Workbench), C (arrêt de l'impression en cours), S (capture de l'écran et sauvegarde sous un nom préalablement défini), A (capture d'une portion d'écran, comme G), T (appel automatique de Turbo Prefs au cas où l'option menu résident est active). Le plus génial est que cela fonctionne aussi avec les écrans spécifiques des cartes graphiques. Densité 1 : 180x180, densité 2 : 360x180, densité 3,4,5,6,7 : 720x720.

      TurboPrint

Print Manager est une autre fenêtre qui s'ouvre sur écran public. Elle permet de visualiser l'image et de l'imprimer -ou une portion de cette image- exactement où et comme on veut sur une page (ou sur plusieurs en cas de poster) en faisant appel aux réglages de Turbo Prefs ou en l'appelant pour modifier certains paramètres.

3. Émulateur Endicor

Cet émulateur qui vient directement du Texas est exclusivement destiné à l'Epson Stylus Color. Il prend en compte les particularités comme MicroWeave, l'impression uni- ou bidirectionnelle et les modes 180, 360 et 720 PPP. Le mode 720×720 est pourvu d'une correction de densité désembrayable. Tout programme ayant une fonction d'impression peut donc, avec cet émulateur imprimer en 720x720 PPP. Toutefois, seules 4096 couleurs sont prises en compte.

L'émulateur n'est pas distribué en France. Il est nécessaire de le commander à :

Endicor Technologies, Inc.
P.O. Box 29000 #355
San Antonio, TX 78229
USA
Internet : info@endicor.com, sales@endicor.com
Tél et fax : 1-210-650-4988

Dernière minute : une nouvelle version plus performante de ce pilote serait disponible. Nous ne l'avons pas encore vu.

4. Émulateur ADFI

Ceci est un ensemble d'émulateurs traditionnels pour le Workbench. Ils peuvent donc être utilisés de n'importe quel programme ayant une fonction d'impression.
Stylus_ColorProXL
Stylus_ColorPro
Stylus_ColorII
Stylus_300
Stylus_1000
Epson_Stylus
Epson_LQ
Canon_BJC600
Canon_BJ200
Stylus_Color
Stylus_800+
Stylus_800
Stylus_400
L'installation détermine, si vous ne pouvez vous-même décider de l'émulation quelle est la meilleure pour votre imprimante. Pour la Stylus Color, la densité unique est 360x360. Pas de reconnaissance MicroWeave ni directionnalité. L'avantage est dans le prix. Notons un petit utilitaire bien fait pour réaligner les têtes d'impression, mais qui ne fonctionne malheureusement qu'avec les émulateurs ADFI.

Le pilote Epson est distribué en France au prix de 190 FF par Éditions ADFI.

Dernière minute : une nouvelle version de ce pilote est maintenant disponible chez ADFI.

Conclusion

Comment s'y retouver ? C'est facile. Déjà, la somme à investir sépare les quatre produits en deux groupes. Si vous voulez imprimer pour pas cher en 720 PPP, prenez l'Endicor. Si votre budget est limité et que vous vouliez un émulateur Epson autre que Stylus Color, alors adressez-vous chez ADFI, vous aurez en plus un alignement optimal de vos têtes d'imprimante.

Si vous avez de plus gros moyens, et que vous voulez une impression parfaite, alors le choix se fera entre Studio et TurboPrint. Studio est incroyablement précis et complexe, mais relativement lent (la version 2.04 donnait avec la Stylus Color de meilleurs résultats mais deux fois plus lents que la version 2.10). Si vous avez un bon scanner (A4 et environ 600 PPP), alors la calibration peut être intéressante. TurboPrint est simple, rapide, universel et donne (à mon avis absolument subjectif) les plus beaux résultats au moins sur l'Epson Stylus Color.

Signalons, en outre, que IrseeSoft propose également un choix de papier très complet que l'on peut tester grâce à une pochette d'échantillon (papiers mats, brillants, très brillants, très grammés, plastifiés, autocollants, parcheminés, etc.).

Pour vous aider, observez (sur la page 69) les résultats obtenus avec Studio et TurboPrint sur mon Epson et sur papier couché 720 PPP Epson. Le sujet est une fractale trafiquée par mes soins qui n'offre peut-être pas un intérêt pictural débordant mais est idéale pour observer les dégradés et contrastes.

J'espère vous avoir permis d'y voir plus clair dans ce domaine et que vous y ferez dorénavant "bonne impression". Pour en savoir plus sur l'Epson Stylus Color, reportez-vous à mon article du numéro d'Amiga News n°79 de mai 1995 et pour les nouveaux modèles au test pages 11 et 12 du dernier numéro (87 de février 1996). Encore un dernier conseil : il peut y avoir des différences selon les papiers, mais en général, je mets le mode économique en 720 PPP et je ne le mets pas en 360. Si vous voulez des précisions supplémentaires, n'hésitez pas à me contacter à travers le journal.

Nom : TurboPrint 4.1 / Studio Print.
Développeur : IrseeSoft / Wolf Faust.
Genre : système d'impression.
Date : 1995.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, AmigaOS 2.04.
Licence : commercial.
Prix : 500 FF et 499 FF respectivement.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]