Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 30 septembre 2020 - 05:32  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'Urban Runner: Lost In Town
(Article écrit par Lionel Muller et extrait d'Amiga Power - août 2011)


Grâce à l'interpréteur ScummVM, nos Amiga peuvent profiter de jeux qui ne sont jamais sortis sur notre plate-forme. Aujourd'hui, le jeu dont je vais vous parler n'est pas n'importe lequel : il s'agit d'Urban Runner: Lost In Town, développé par la société française Coktel Vision (éditeur sur Amiga de Fascination, Bargon Attack, Gobliiins et de la série des ADI) et édité par Sierra Entertainment sur Windows/DOS en 1996.

Urban Runner

C'est un jeu d'aventure entièrement tourné en images réelles et numérisées (ou FMV pour Full Motion Video), ce qui nous donne d'emblée l'impression d'être le héros de ce film interactif. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça commence très fort avec en guise d'introduction une poursuite à pied entre le héros Max, c'est-à-dire vous, et le garde du corps de Marcos, un trafiquant notoire qui vient de passer l'arme à gauche !

Urban Runner

Installation du jeu

J'ai testé ce jeu sur un AmigaOne G4-XE doté de 512 Mo de mémoire et d'AmigaOS 4.1 Update 2. Il vous faut au minimum la version 1.3.0 de ScummVM, que ce soit pour AmigaOS 4, AmigaOS 3.x, AROS x86 ou MorphOS.

Le jeu tient sur quatre CD et il suffit de copier tous les fichiers avec l'extension "*.stk" et "*.itk" dans un même tiroir et d'indiquer le chemin à ScummVM pour pouvoir commencer à jouer.

Pas si vite...

Revenons un petit peu en arrière. Vous êtes Max Gardner, un journaliste américain d'investigation qui enquête sur un trafiquant dénommé Tony Marcos et dont les manoeuvres sont couvertes par un homme politique influent. Pour obtenir des preuves (une pellicule photo) le compromettant, vous avez donné rendez-vous à Marcos dans un établissement thermal de la capitale mais, surprise, en arrivant au sauna vous trouvez le trafiquant mort. Le garde du corps de Marcos vous prend pour l'assassin et se met à vos trousses et ainsi commence le jeu.

Urban Runner

Urban Runner

Bienvenue dans la jungle urbaine !

En plus d'être pourchassé par le garde du corps, vous devrez également échapper à la police qui vous considère comme le principal suspect pour le meurtre de Marcos ; Gaston Van Dale, l'inspecteur chargé de l'enquête en fait une affaire personnelle et s'est juré de vous mettre derrière les barreaux.

Au cours de votre périple, vous ferez la connaissance de la belle Adda, une étudiante allemande qui ne demandera qu'à vous aider. Vous pourrez même la diriger en certaines occasions.

Urban Runner

La fenêtre de jeu est divisée en trois parties :
  • La partie du haut (ou téléphone) est dédiée à la gestion au sens large du terme : on pourra charger/sauvegarder une partie, couper la musique ou sauter les scènes vidéo, consulter l'inventaire et l'aide-mémoire sur les indices trouvés, étudier un objet à la loupe, afficher sa progression sous forme de pourcentage, vérifier le nombre de jokers restants (j'y reviendrai).
  • La partie centrale dans laquelle se déroule l'action (plans fixes et vidéos).
  • La partie du bas qui affiche une ligne de commande et donc l'action que vous allez effectuer.
Urban Runner

Tout se déroule à la souris comme dans un jeu d'aventure classique : le curseur change de forme suivant l'action à exécuter avec le bouton gauche de la souris (une main pour examiner, un doigt pointé pour signaler les objets remarquables, une flèche de direction pour tourner dans le sens indiqué) tandis que le bouton droit sert d'accès rapide à l'inventaire. On pourra également combiner deux objets entre eux afin de débloquer une situation.

Le jeu propose principalement deux types d'énigmes :
  • L'une basée sur le temps, ce qui vous oblige à savoir ce qu'il convient de faire à un moment donné, par exemple trouver une cachette avant que les malfrats arrivent.
  • L'autre sans limite de temps, ce qui vous laissera tout loisir pour évaluer la situation et agir en conséquence.
Tout au long de la partie, une voix hors champ de bonne qualité (en fait la voix de Max) vous dévoilera les états d'âme du héros et vous permettra de progresser. Si jamais vous êtes bloqués, vous pourrez cliquer sur un joker qui est en fait une voix hors champ vous donnant un indice sur l'action à effectuer mais à utiliser avec parcimonie puisque le nombre de jokers est limité à trois.

Cela dit, on reste rarement bloqué et les énigmes sont toutes logiques, au contraire de beaucoup d'autres jeux d'aventure ! De plus, les objets récupérés sont éliminés automatiquement dès que vous vous en êtes servis et ceux restants dans votre inventaire sont ceux dont vous aurez besoin à un moment ou à un autre.

Enfin, les lieux visités sont assez variés, allant du sauna à un hôtel de luxe et d'un laboratoire clandestin au cimetière en passant par un centre administratif. Tous les graphismes sont donc numérisés, ce qui est à double tranchant : on a du réalisme mais il manque vraiment un style, surtout que les lieux visités et les costumes font un peu "kitsch".

Urban Runner

Conclusion

Urban Runner: Lost In Town est un excellent jeu, facile à prendre en main, avec des vidéos de bonne qualité (pour l'époque), une bonne immersion grâce aux différentes voix (Max, Adda) d'excellentes factures avec une touche d'humour et un scénario convaincant, mais qui ne résistera pas plus d'une dizaine d'heures (voire moins) pour les habitués du genre ! En plus de cette faible durée de vie, on peut noter la linéarité de l'aventure.

Urban Runner

A noter qu'il existe une version française du jeu dont la voix de Max est interprétée par Patrick Poivey (la voix française de Bruce Willis au cinéma) et que le manuel est disponible sur le site www.abandonware-france.org.

Nom : Urban Runner: Lost In Town.
Développeurs : Coktel Vision.
Éditeur : Sierra Entertainment.
Genre : jeu d'aventure.
Date : 1996.
Configuration minimale : toutes plates-formes faisant tourner ScummVM 1.3.0 ou supérieur, carte graphique, 32 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]


Soutenez le travail d'Obligement