Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 08:23  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Un Pegasos sinon rien !
(Article écrit par Sébastien Jeudy - novembre 2002)


La dernière désillusion Amiga

Amigaïste convaincu depuis 1988 (jamais eu d'autres ordinateurs à part des Amstrad ;-)), une principale raison, une certaine chance et une évidence même m'ont attiré naturellement vers MorphOS et le Pegasos. Comme beaucoup au départ, la principale raison a été l'immense désillusion face à la nouvelle équipe Amiga Inc. de Bill McEwen : des choix qui n'ont plus rien à voir avec l'Amiga qu'on a tous connu (AmigaDE plutôt orienté PDA et Micro$oft), un projet mené plus qu'à la légère (l'AmigaOne/AmigaOS 4 avec l'année 2001 complètement ridicule et la conduite hasardeuse de l'année 2002 un brin miraculeuse), et surtout des annonces maladroites, peu professionnelles, pas très honnêtes et peu sérieuses (partenariats fantômes comme les MeterNet, Sharp, Nokia ou autres Sendo). Leur énième revirement d'avril 2001 au salon annuel de Saint-Louis a été pour moi comme un déclic (Cf. cet article).

La révélation

A côté, une certaine chance a fait que j'ai pu voir très tôt (début 2001) MorphOS tourner sur A1200 PowerPC chez notre ami Nicolas "Henes" Sallin qui nous parlait déjà de ce nouvel "AmigaOS" natif PowerPC dès l'année 2000 (à un moment où d'autres ne rêvaient que d'environnement numérique révolutionnaire). Je me souviendrai toujours de ce samedi d'octobre 2000 où Henes nous parla d'une extraordinaire nouvelle qui allait propulser ce projet déjà critiqué à tort, nouvelle confirmée dans les semaines suivantes : la société allemande bPlan GmbH (constituée d'anciens ingénieurs de chez Phase 5) était en train de mettre au point une nouvelle machine PowerPC spécialement conçue pour MorphOS, le Pegasos.

Pour mémoire, Amiga Inc. l'avait alors annoncé comme un autre "AmigaOne" à côté de celui d'Eyetech, mais bien sûr sans aucune confirmation de la part de bPlan (on ne se refait pas). Grâce à Henes, et d'autres beaucoup plus tard, j'ai pu voir, suivre, comprendre, et en direct, l'évolution de MorphOS jusqu'à ce jour (merci "Nenes"). ;-)

Mais un tel projet, parti de zéro et conçu pour du long terme, ne se fait pas en un jour et de longs mois allaient encore passer, des mois de questions, d'interrogations, de doutes, de remises en cause ou d'attaques gratuites et injustifiées. Le salon annuel Amiga de Cologne en novembre 2001 est à noter comme l'entrée en scène du Pegasos et de MorphOS dans le monde Amiga. Sept ans après la chute de Commodore, on a la chance de voir enfin un nouvel "Amiga" tourner sous un véritable "AmigaOS" natif PowerPC. Cerise sur le gâteau : à côté du prototype du Pegasos montrant MorphOS en action, les dix premières cartes mères au format micro-ATX étaient aussi dévoilées au public. Vous comprendrez alors qu'on revient de ce genre de présentation encore plus convaincu.

Un projet amigaïste

L'année 2002 est à marquer comme la chance (le mot est faible) de voir arriver dans cet échiquier, à la fois un distributeur et un investisseur de taille en la société Thendic-France (basée à Paris) filiale du groupe américain Pretory. Côté financement, bPlan et son projet sont tranquilles : Pretory, spécialisée dans la télésurveillance et la sécurité au sens large, est leader dans la sécurité aérienne (incontournable depuis les attentats du 11 septembre 2001).

Côté garanties intellectuelles, là aussi, aucun souci à se faire : le PDG de Pretory n'est pas moins que Monsieur Bill Buck, celui-là même qui voulait déjà racheter l'Amiga il y a quelques années (époque VIScorp), projet qui a échoué pour des raisons indépendantes de sa volonté (en y perdant un gros paquet d'argent personnel au passage). Si ce n'est pas de la motivation et de la conviction ça, revenir investir aujourd'hui dans l'Amiga et dans un projet tellement ambitieux. Pour consolider encore davantage l'entreprise, Thendic-France et bPlan ont fusionné fin novembre pour devenir une seule et unique entité : Genesi.

Maintenant, vous me direz encore : pourquoi faire le choix du Pegasos et de MorphOS ? On est amigaïste, le Pegasos et MorphOS n'ont pas le nom "Amiga" et il y a déjà un autre projet officiel avec l'AmigaOne/AmigaOS 4. Pour la énième fois, je vais essayer de vous répondre tout simplement (quoique ;-)). Le Pegasos et MorphOS sont des projets matériel et logiciel initiés il y a des années par des professionnels de l'Amiga, parmi les meilleurs à qui l'on doit les plus importantes évolutions de la machine, entre autres Ralph Schmidt et Gerald Carda (toutes les cartes PowerPC) pour ne plus les nommer. Ce projet, lui, n'a pas été lancé à la légère, comme d'autres pour dire "nous, on va faire le nouvel Amiga", il se constitue réellement dans un ensemble à long terme, avec diverses perspectives.

C'est bien simple, toutes les personnes du projet que je connais ou que j'ai pu rencontrer sont issues du monde Amiga, parmi les plus fidèles amigaïstes qui s'y sont investis personnellement jusqu'à la dernière heure. En plus des Ralph Schmidt, Gerald Carda, Bill Buck et Raquel Velasco, me viennent à l'esprit les Frank Mariak, David Gerber, Nicolas Sallin, Emmanuel Lesueur, Benjamin Vernoux, ou même les Mathieu Leroyer, Bertrand Presles, Nicolas Szalski, etc. Au passage, nous autres petits franchouillards, on peut vraiment être fiers de ce projet Amiga résolument franco-allemand. :-)

Le nouvel "Amiga" PowerPC

Côté machine, le Pegasos est LA machine avec toute la puissance PowerPC G3/G4/bi-G4/... qu'on attend sur Amiga depuis des années. Entièrement redessinée par bPlan, avec ses spécificités et originalités propres, elle a sa propre identité comme tout Amiga qu'on a aimé. Rien que son format micro-ATX, superbe, solide et très propre, en fait une carte originale à côté des grosses cartes mères bêtement standards à la PC, Teron ou AmigaOne. En conservant cette même carte mère (modèle unique), vous pourrez bientôt passer du G3 de base à 600 MHz au G4 et bi-G4, le processeur étant monté sur carte fille interchangeable.

Toutes les autres caractéristiques du Pegasos en font également une carte réellement au goût du jour avec tous les standards traditionnels (AGP, PCI, FireWire, réseau 10/100 Mbits, USB, SDRAM, AC97 avec entrée micro et sortie son numérique S/PDIF, IRDA, ATA100, ports PS2, port série RS232, port parallèle...).

Et j'en connais beaucoup qui sauront le mettre encore davantage en valeur dans de superbes tours (micro-ATX, moyen ou maxi) avec les derniers écrans TFT, claviers et souris optiques qui vont bien ;-). Vous rêviez de l'Amiga portable que Commodore n'a jamais pu réaliser, vous l'aurez enfin grâce à l'Eclipsis qui sera cette version portable du Pegasos, haut de gamme et haute technologie au programme !

Le nouvel "AmigaOS" PowerPC

Côté système, MorphOS est "AmigaOS", natif PowerPC pour exploiter enfin toute sa puissance, qu'on attend sur Amiga également depuis des années. Contrairement à d'autres, il ne constitue pas uniquement le passage d'un système 68k au PowerPC. Entièrement redéveloppé de zéro (donc aucun problème de droits comme le prétendent en vain Amiga Inc. et Hyperion Entertainment), avec ses spécificités et originalités propres, il est résolument tourné vers l'avenir PowerPC et la portabilité. Quand on utilise Ambient (le "Workbench" de MorphOS lui aussi entièrement redéveloppé), on ne peut pas se tromper, c'est bien un "AmigaOS" qu'on utilise, bien sûr multitâche, avec la puissance, la rapidité et la modernité en plus.

Pour les sceptiques de la compatibilité logicielle (applications, outils, jeux), aucun souci à se faire non plus. A travers la fameuse ABox, toutes les applications Amiga Classic PowerPC tournent bien sûr sur MorphOS (surtout lorsqu'elles sont codées système), les applications 68k, elles, par émulation transparente (JIT), et les autres (accédant directement au matériel et aux circuits propriétaires des Amiga) au pire sur la version MorphOS de UAE. De toute façon, les problèmes de compatibilité ne peuvent pas être pires qu'entre toutes nos configurations Amiga actuelles ! En réalité, ça marche tellement bien qu'en seulement quelques minutes on retrouve tous ses petits sur MorphOS : on se remet à lancer toutes ses applications habituelles (YAM, Voyager, AmigaAMP, Frogger, etc.) mais déjà à une vitesse folle sur le G3 à 600 MHz du Pegasos.

Remarque : le firmware (sorte de BIOS) passé en quelques secondes, MorphOS avec Ambient démarre en seulement quatre secondes sur Pegasos ! Bien sûr, on retrouve également son Shell et ses commandes, sa startup-sequence, ses fenêtres, ses icônes (réalisées par Nicolas Szalski en 24 bits !), avec une personnalisation graphique qui va encore plus loin grâce à une toute nouvelle version originale de MUI entièrement intégrée à Ambient (on y gagne ainsi en correctifs folkloriques et pas toujours stables).

Pour les inquiets des applications et des jeux disponibles, en plus de tout l'héritage des programmes Amiga Classic et du portage en cours sur MorphOS de beaucoup d'autres (bureautique, Internet, image, vidéo, jeux, etc.), le Pegasos dispose déjà pleinement de LinuxPPC. Mac OS 9.x et même Mac OS X tournent très bien via MacOnLinux, et pourquoi pas à l'avenir un BeOS PowerPC... ;-). Outre l'apport applicatif qui pourrait encore faire défaut lors des débuts de MorphOS, ces systèmes alternatifs ont l'énorme avantage d'ouvrir le marché commercial de la machine. Qu'on ne s'y trompe pas, MorphOS est bien l'OS maître du Pegasos pour Thendic-France (Genesi), mais attirer davantage d'utilisateurs par Linux ou Mac OS est toujours bon à prendre. Dans ce sens, Thendic est en train de lancer toute la promotion nécessaire pour MorphOS et son avenir à travers une multitude de prises de contacts professionnels et industriels.

Et maintenant ?

Maintenant, après des années d'attente décevantes, pourquoi se priver. C'est une réalité. Pour qui le veut, le Pegasos est disponible avec MorphOS en bêta-test depuis août dernier à travers un contrat NDA traditionnel et peu contraignant, au contraire (seulement quelques reports de bogues à fournir régulièrement et des clauses légitimes de confidentialité), et une pleine assistance des bêta-testeurs assurée directement par Thendic-France et bPlan.

MorphOS 1.0, avec Ambient finalisé, est même disponible depuis peu et en octobre, une nouvelle phase de bêta-test (la II) encore plus légère a été lancée (plus de reports de bogues à fournir et libre choix des configurations machine). Tout étant mis en oeuvre pour fournir le meilleur, le plus fiable et le plus sérieux à l'utilisateur final, on se rapproche ainsi tout doucement, mais sûrement, de la commercialisation grand public qui devrait même être lancée au moment où vous lirez ces lignes (à partir du salon Amiga+Retro Computing 2002, les 7 et 8 décembre 2002 à Aix La Chapelle, Allemagne).

Quant à la production du Pegasos, et plus tard de l'Eclipsis, elle ne se limitera évidemment pas à une nouvelle niche de quelques milliers d'unités. Le seuil de ventes minimum atteint, une montée en puissance pourra certainement passer par des fabricants de grosses productions dont c'est la spécialité, asiatiques ou autres, et comme il en existe beaucoup à travers le monde toujours intéressés par ce genre de demande.

Contrairement à tous les autres projets de nouvel "Amiga" imaginés et avortés depuis 1994, et il y en a eu, le Pegasos/MorphOS est bien le premier, et pour l'instant encore le seul, à être tout de suite disponible au consommateur, machine et système. Peut-être aussi parce qu'il ne dépend pas du tout de la marque officielle Amiga et de sa maison mère... Depuis le début, il a été mené sans prétention exagérée, par des amigaïstes, avec le sérieux et le suivi professionnel indispensables pour sa réussite.

Globalement, chaque annonce de la MorphOS Team a été faite avec l'assurance (validité acquise) de ce qui devait être annoncé (ici, pas d'annonces vides uniquement pour des effets d'annonces). Enfin, le Pegasos/MorphOS se place bien plus qu'une nouvelle machine destinée seulement à la niche actuelle et limitée de l'Amiga et de sa communauté devenue peu influente. Au vu de l'approche, des moyens et de la stratégie employés par Thendic-France (Genesi), ce produit (qui n'a vraiment rien à envier à d'autres, même des grands de l'informatique implantés depuis des années) a bien plus d'ambition pour assurer sa réussite, sa pérénité et son avenir commercial. Se limiter à l'Amiga en soi, et à son image passée pas toujours bonne, serait un échec, Genesi le sait très bien et ce n'est absolument pas son objectif. A chaque fois, le Pegasos/MorphOS est annoncé comme une toute nouvelle machine réellement alternative, séduisante, facilement évolutive et personnalisable (même son coût est attractif par rapport aux Mac qui deviennent vite très chers et contraignants à configurations comparables).

Et pour vous en convaincre, amusez-vous à suivre la présence et la promotion du produit dans les prochains mois (sans parler de la communication, de la reconnaissance, ou de la proximité avec les gens).

Pegasos/MorphOS rulez !

Comme d'autres, c'est la première fois depuis 1988 et mon premier Amiga 500 que je ressens une telle excitation et une telle passion naître à l'arrivée d'une toute nouvelle machine, nouvelle machine qui se lance de surcroît dans un véritable défi passionnant à vivre. Les dix dernières années du monde informatique, dominées par leurs monopoles réducteurs et personnellement la décadence de l'Amiga, ont bien failli me faire croire que je ne ressentirais plus jamais ça.

Allez me dire pourquoi avec tout ce que vous pouvez imaginer, l'arrivée de l'AmigaOne "officiel", d'abord sous Linux, et de son AmigaOS 4 final toujours dans l'attente sans fin, ne me procure pas le moindre intérêt et me laisse même dans une indifférence totale. L'officialité de la chose, ni même les quelques lettres mythiques du simple mot "Amiga", n'y feront plus rien. Il faudrait que l'AmigaOne/AmigaOS 4 arrive au dixième du potentiel Pegasos/MorphOS, et bien plus que des annonces "excited" et naïves de Bill McEwen, pour espérer que je m'y intéresse de nouveau.

Certains me préviendront du risque à miser si haut dans une unique solution, je leurs répondrais que si elle devait échouer, ça serait pour moi la dernière des désillusions dans l'informatique alternative. Mais on en n'est pas là ! Relevons le défi, l'avenir appartient à ceux qui osent se lancer dans de nouvelles aventures. Le Pegasos et MorphOS sont bien là, et ils n'attendent plus que nous pour revivre une passion commune. :-)


[Retour en haut] / [Retour aux articles]