Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 27 mars 2017 - 10:37  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Termite TCP
(Article écrit par Yann-Érick Proy et extrait d'Amiga News - janvier 1997)


Pour ceux qui ne l'auraient pas encore compris, Internet est l'eldorado informatique de cette fin de siècle. Le réseau planétaire suscite toutes les convoitises et titille toutes les curiosités. Encore faut-il pouvoir y accéder ! L'Amiga n'a pas trop de retard en ce domaine, et l'offre en logiciels s'est considérablement étoffée tout au long de l'année qui s'est écoulée. Pour ce qui est des logiciels de protocole réseau nécessaires à la connexion, AmiTCP, qui a longtemps régné sur la catégorie, s'est soudainement vu détrôné par Miami, présenté dans le numéro d'octobre dernier. A la suite de Miami, s'est engouffré un nouveau concurrent : Termite TCP, édité par Oregon Research, à qui on doit l'excellent émulateur de terminal Termite (voir l'article de Laurent Camarasa dans le numéro 81).

Internet par le menu

Termite TCP est livré dans une robuste boîte en carton, très proche de celle d'IBrowse. Rien d'anormal à cela : HiSoft et Oregon Research ont un accord croisé de distribution de ces produits sur leurs continents respectifs (Europe et Amérique du Nord). A l'intérieur, outre une publicité pour HiSoft et une unique disquette, on trouve un imposant manuel de 140 pages.

Ce manuel est une merveille pour l'internaute débutant ! Il faudra cependant savoir lire en anglais pour en profiter... Il se compose en effet de deux parties distinctes :

Le manuel utilisateur de Termite TCP, décrivant en 40 pages l'installation, la configuration et l'utilisation du logiciel et des outils associés.

Et le guide d'Internet de Reggie (la termite mascotte d'Oregon Research) dont les 100 pages sont une excellente introduction à tous les aspects d'Internet. Outre de très claires explications techniques et historiques, cette seconde partie rassemble aussi un très grand nombre d'adresses pour démarrer la visite d'Internet sur des chapeaux de roue : 30 pages sont consacrées à une imposante liste de serveurs Web et FTP, le plus souvent en relation avec l'Amiga mais sans oublier des sites plus généraux, plus une dizaine de pages pour un glossaire Internet très intéressant.

Le manuel n'est toutefois pas nécessaire pour l'installation du logiciel : le classique script pour Installer se charge de tout. Il est intéressant de noter que Termite TCP a des exigences minimes quant à son environnement : un A500 avec l'OS 2.04 et 1 Mo de mémoire y suffiraient, le disque dur n'est même pas nécessaire (les différents programmes occupent 500 ko) ! La première étape de l'installation est le marquage des exécutables avec votre numéro de série. Comme l'opération implique l'écriture sur la disquette d'installation, la prudence recommande d'en faire auparavant une copie de sécurité.

Une carte un peu pauvre

Ce qui frappe avec Termite TCP, c'est le petit nombre de paramètres que comportent sa configuration. Tout est fait pour simplifier l'opération : deux fenêtres suffisent au réglage des options de connexion (modem, port série, voir figure 1) et des options de réseau (serveur DNS, nom de domaine, etc., voir figure 2). Les paramètres demandés sont ceux généralement fournis par tous les fournisseurs d'accès. Heureusement, ces deux fenêtres existent en version plus détaillée, ce qui permet d'ajuster la configuration aux situations moins courantes : adresse IP statique, authentification PAP, etc. (voir figures 3 et 4).

Termite TCP
Figure 1

Termite TCP
Figure 2

Termite TCP
Figure 3

Termite TCP
Figure 4

Une fois ces paramètres réglés, il reste à tenter une première connexion, qui servira uniquement à la mémorisation du script de connexion. Après le succès de l'authentification, elle devra être avortée. La différence avec Miami est que ce dernier demande une intervention minimum de l'utilisateur : il reconnaît lui-même que la connexion a abouti, et raccroche automatiquement, non sans avoir au préalable récupéré quelques informations utiles sur l'installation de votre fournisseur d'accès. Par contre, Termite TCP et Miami se rejoignent sur leurs difficultés avec les caractères spéciaux envoyés par les serveurs de France Télécom, utilisés pour les accès nationaux (Kiosque IP et Transpac). C'est ainsi qu'il faudra éditer le script généré et remplacer "WAIT "Ser?"" par "DELAY 8" (attente de 8 secondes) pour l'accès au Kiosque IP (figure 5).

Termite TCP
Figure 5

Cuisine indigeste

Les connexions suivantes s'obtiennent par l'appui sur le bouton "Connect" de la petite fenêtre, dans laquelle vient également s'afficher l'étape en cours dans l'établissement de la liaison (figures 6a et 6b). En dépit d'une connexion lente à s'établir, Termite TCP semble être assez proche de Miami et AmiTCP en termes de performances.

Termite TCP
Figure 6a et 6b

En revanche, sa compatibilité avec l'interface de programmation (API) d'AmiTCP est bien inférieure à celle, quasi parfaite, de Miami. Quand Termite TCP se voit demander une requête qu'il ne peut honorer, une petite fenêtre s'affiche et l'exécution se poursuit après avoir cliqué sur "Ok" : quand la requête est de moindre importance, l'application continue comme si de rien n'était (par exemple, la commande "ping" d'AmiTCP). Dans le cas contraire, l'application se bloque (p.ex. la commande "ncftp" d'AmiTCP). Il ne semble par contre pas y avoir de tels problèmes avec Thor, IBrowse, AWeb ou AmIRC.

Pendant le test, Termite TCP a provoqué de temps à autre des plantages sévères de tout le système, au moment de quitter le programme, et ce uniquement après avoir effectué une ou plusieurs connexions. Il n'a pas été possible de mettre en évidence une incompatibilité avec tel ou tel aspect de la configuration de test (p.ex. Executive, 68060, etc.).

Le souci du client

Termite TCP est accompagné de deux clients assez bien réalisés : Termite FTP et Termite Telnet. Le premier est un programme de transfert de fichiers selon le protocole FTP, au travers d'une interface graphique assez agréable à utiliser :
  • La fenêtre initiale permet de sélectionner un serveur ou d'en ajouter un nouveau (figure 7).

    Termite TCP
    Figure 7

  • Une fois connecté à un serveur, on peut se déplacer dans l'arborescence du site et récupérer ou déposer des fichiers par de simples clics de souris (figure 8).

    Termite TCP
    Figure 8

  • Une nouvelle fenêtre est créée lors d'un transfert et renseigne sur son déroulement (figure 9).

    Termite TCP
    Figure 9
Le second est un programme de console permettant de se connecter sur un système distant et d'y travailler comme sur un terminal lui étant directement relié. Pour peu que votre fournisseur mette à disposition un compte "Shell", vous pouvez ainsi vous connecter à la machine hébergeant votre compte et faire diverses manipulations de maintenance (un minimum de connaissances sur Unix est généralement nécessaire) :
  • Création de sous-répertoires.
  • Suppression de fichiers.
  • Élimination d'un message trop gros de votre courrier.
  • etc.
Service non compris

Contrairement à AmiTCP et Miami, Termite TCP n'est pas doté d'un "super serveur" (InetD) permettant de gérer l'activation de tel ou tel serveur correspondant à un service Internet donné. Les essais effectués avec les serveurs d'AmiTCP n'ont pas été concluants : au mieux ils restent muets, au pire ils quittent aussitôt lancés. Ceci signifie qu'il ne sera pas possible à votre machine de répondre à des requêtes "finger", de devenir (même temporairement) serveur FTP ou HTTP (Web), etc. Ces services ne feront sans doute pas défaut aux apprentis internautes, et leur absence leur épargnera bien des soucis de configuration : effectuée à la légère, celle-ci aurait pu rendre leur machine très vulnérable au piratage pendant tout le temps de la connexion. Par contre, les utilisateurs expérimentés trouveront ces limites assez pénibles.

Autre désagrément : l'absence d'informations sur la connexion en cours. Que cela soit avec AmiTCP (et un pilote PPP tel que ppp.device) ou Miami, on dispose d'outils pour connaître la qualité de la liaison et obtenir des statistiques sur les transferts. Ceci peut permettre, par exemple, d'ajuster la vitesse du port série selon le nombre de paquets erronés transmis.

Enfin, Termite TCP ne peut servir qu'à des connexions série et grâce au protocole PPP. Les protocoles SLIP ou CSLIP ne sont pas reconnus, pas plus qu'il n'est possible d'utiliser un autre dispositif que le port série pour se connecter : Termite TCP ne passe pas par un pilote réseau au standard SANA-II, ce qui lui aurait permis d'utiliser une carte Ethernet, etc. Miami est dans la même situation, mais plus pour longtemps : la version 2.0 va y mettre un terme.

Conclusion

De par son extrême simplicité de configuration son excellent manuel, mais aussi sa relative pauvreté fonctionnelle, il apparaît évident que le marché que peut viser Termite TCP est celui des débutants désirant accéder rapidement et sans souci à Internet, pour peu que le fournisseur d'accès ait une configuration assez standard. Les auteurs de Termite TCP ont sacrifié la configurabilité à la simplicité, ce qu'à réussi à éviter Holger Kruse, l'auteur de Miami. De plus, son manuel, qui est sans doute son meilleur atout, n'est pas traduit en français, ce qui laisse sceptique quant à ses chances de réussite dans les pays francophones.

Nom : Termite TCP.
Développeur : Oregon Research.
Genre : pile TCP/IP.
Date : 1996.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, AmigaOS 2.04, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : NC.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]