Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 29 mars 2017 - 09:11  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : Amiga, caméscope et création - le montage virtuel sur Amiga
(Article écrit par Olivier Debats et extrait d'Amiga News - juillet/août 1997)


Pour celles et ceux qui seraient tentés par le chant des sirènes et voudraient mettre le doigt dans l'engrenage, essayons de déblayer le terrain à notre âge et à l'heure qu'il est.

Du calcul pour du temps réel, le nouveau défi

La puissance des ordinateurs doublant environ tous les deux ans, il est fort à parier que d'ici la fin de ce siècle, les puces cadencées de 500 MHz à 1 GigaHertz auront rattrapé le fossé séparant actuellement les systèmes haut de gamme de nos cartes d'acquisition grand public qui s'acquièrent dorénavant vaillamment de leurs tâches, mais dont les logiciels embarqués sont souvent à la vaine, dès que des effets un peu compliqués sont placés entre deux séquences vidéo... (voir exemples avec la DV Master, ou le test du Casablanca par Stéphane Perolini).

Alors, en attendant, prenons notre mal en patience sachant que de toute façon, la course à la vitesse sur nos configurations se freine d'elle-même à cause des goulots d'étranglement que sont les bus, les disques durs et les cartes contrôleurs qui hoquettent sous le poids des images... Les choses évoluent plus vite que prévu, car si l'avance technologique stagne du côté de l'Amiga, et pour cause, ailleurs, on ne perd pas de temps si on ne veut pas se laisser distancer dans ce qu'il est convenu d'appeler la course-poursuite à l'armement technologique, tout schuss vers le temps réel...

Compression MJPEG et destruction de l'image

Un signal Hi8, par exemple, passant par une carte DraCo Motion sera "passé à la moulinette" JPEG afin d'une part éliminer les redondances propres aux images et d'autre part permettre au flux des données ainsi allégées de transiter sans trop de dommages via les bus existants. Le seul problème, et de taille, c'est que moins vous voudrez légitimement compresser vos images afin que celles-ci soient le plus possible identiques à l'original, plus elles vont "peser", ce qui risque de provoquer durant le processus d'acquisition un embouteillage traduit par des pertes d'images, drops, sans compter d'éventuelles recalibrations du disque dur qui n'en peut mais !

Raisons pour lesquelles les meilleurs résultats se font au moyen de cartes contrôleur (au moins) SCSI avec des disques durs très rapides certifiés AV. Revers de la médaille, la performance coûte cher...

Le but du jeu est en fait de trouver le bon ratio en fonction des exigences de chacun. Les systèmes réellement "pros" arrivent sans difficulté à une compression de 2 pour 1, les institutionnels tablent sur du 3 pour 1 ce qui donne en moyenne 240 ko par image à 6 Mo/seconde, et les autres, amateurs et passionnés, oscillent entre du 7 et du 5 pour 1 afin de retrouver une aussi bonne qualité de leur signal lors de la restitution depuis le disque dur. De toute façon, l'oeil en général ne fait plus de différence à partir de 180 ko par image.

Montage virtuel
Le virtuel est devenu réalité

Qu'en est-il au niveau des limites des principaux systèmes ?

Les systèmes d'exploitation se sont trouvés un peu dépassés pour gérer des fichiers de plus en plus gigantesques. Certains s'en sortent maintenant mieux que d'autres, ce que nous allons voir de ce pas.

A tout seigneur tout honneur, sur Amiga avec une VLab Motion embarquée, la confirmation d'une taille limite de fichier à 4 Go en enregistrement et en lecture m'a été donnée par Gert-René Schmidt de DeltaGraph'X, ou plus exactement 3976 Mo (sic).

Sous DraCo, les limitations ne sont plus qu'un vieux souvenir depuis la mise à jour de MovieShop version 4.2 permettant maintenant de porter un fichier ou une partition à 2 Teraoctets. Le rêve !

DraCo Vision
Le DraCo, toujours champion des Teraoctets

Chez les voisins avec la Pomme, je demande la technique, qui me renvoie au service "Information Produits". Là, ma question est un peu ardue, mais mon interlocutrice me demande ma situation géographique et me donne gentiment les coordonnées d'une boîte compétente "experts Apple". Voici les réponses : quasiment pas de limites en taille de partition (4 téraoctets), mais la taille de fichiers ne dépasse toujours pas les 2 Go maximum. De plus, l'outil logiciel est partie prenante des limitations existantes : Premiere ne gère pas de partitions de plus de 2 Go. En revanche, les produits haut de gamme du type Media Composer d'AVID ne se posent même plus ce genre de problème existentiel...

Ne parle pas à "Dieu" qui veut...

Chez Microsoft, mon premier coup de fil en tant qu'anonyme pour demander un renseignement technique s'avère être... payant. M'étant sûrement très mal débrouillé, je renouvelle ma tentative le lendemain en biaisant afin de ne pas retomber dans le même panneau. Cette fois-ci, la branche "Utilisateurs" me répond en mettant des gants "qu'en principe", un fichier .avi de 8 Go peut être lu d'une traite sans coupure aucune. Le surlendemain, un tantinet circonspect, je demande directement le Service Presse, auquel je pose ma question. La jeune femme me donne un numéro de téléphone correspondant au service technique... car ma question l'est trop...

Là, de nouveau, on me fait comprendre que cette ligne s'occupe d'utilisateurs ayant déjà acheté le produit de la maison... et que toute demande se doit d'être rémunérée... "En fait, même pour la presse, il faut payer, c'est ce que vous voulez me faire comprendre ?". On me fait de nouveau patienter, et imperturbable. la Microsoftienne me renvoie au Service Commercial qui s'occupe de "l'avant-vente". Je repose ma question. Après d'interminables minutes d'attente d'une musique au kilomètre que je commence vraiment à connaitre par coeur, on met fin à mon calvaire car mon nouvel interlocuteur s'est renseigné auprès... des techniciens (auxquels je n'ai pas droit de parler en direct). "Actuellement, sous Windows 95 Release 2, il n'est toujours pas possible de lire un fichier de plus d'un Giga (fichier vidéo ou pas). Un disque dur de 9 Go devra être scindé neuf fois, même si Active Movie a la prise en main".

Résultat des courses, sa réponse contredit totalement celle de la branche "utilisateurs". D'autre part, cette réponse est également fausse puisqu'il est possible suivant la configuration d'un PC sous Windows 95 Release 2 de lire des fichiers vidéo d'une taille entre 1,6 et 2 Go d'affilée. J'aurais dû recevoir par ailleurs un complément d'information par fax qui n'est jamais arrivé. De guerre lasse, je stoppe là mes déboires avec cette grande maison...

Compression DCT avec le signal DV

Une nouvelle étape... a été franchie avec le format "Digital Video" qui attise les regards et les convoitises au vu de son excellente qualité d'image, et qui, de plus, vient bousculer le Motion JPEG jusque sur ses terres. Qu'on ne se leurre pas, quand bien même un signal DV via l'interface FireWire est identique à l'original, une fois qu'il a été transféré sur disque dur, il ne faut tout de même pas perdre de vue que ce signal a été déjà compresse en amont directement à la prise de vue (norme 4:2:0) par un système de codage appelé le DCT ressemblant à s'y méprendre à un classique système MJPEG.

Mais alors, JPEG ou DV, c'est bonnet blanc et blanc bonnet ? A débit égal, un signal DV est moins compressé qu'un signal MJPEG car l'algorithme est bien moins destructeur. De plus, le débit en taux de transfert est standardisé à seulement 3,6 Mo/seconde avec une équivalence qualitative de 3 pour 1 vis-à-vis d'un classique codage MJPEG, ce qui n'est pas fait pour déplaire aux personnes possédant des disques durs qui sans être des foudres de guerre, pourraient accomplir convenablement leur tâche...

Autre point important à ne pas négliger, gardez en tête qu'un effet appliqué sur des images, DV ou pas, va engendrer une décompression, puis viendra le calcul d'effets. Enfin, le tout sera recompressé, que ce soit en MJPEG ou en DV. En gros, à titre d'exemple, trois effets les uns sur les autres équivalent à une perte de génération en bêta. En tous les cas, le nouveau format DV prend une résolution horizontale d'avance sur le meilleur Hi8 avec 500 lignes, soit 100 lignes de plus que le signal Y/C.

Ce qui va aider les utilisateurs de Windows 95

Pour ceux qui ne peuvent pas faire autrement que travailler sur PC, Windows NT est meilleur que Windows 95 au niveau de sa stabilité et taille de fichiers/partitions pour le montage virtuel. Sous Windows 95, comme cité plus haut, les limitations ont été en partie contournées par les sociétés qui distribuent des systèmes grand public, comme Fast, Miro, ou SATV (Cf. article du mois dernier par Thierry Lamblot). L'ajout de logiciels ou de pilotes permet la lecture en ligne de plusieurs fichiers AVI disséminés sur plusieurs disques durs comme si le tout ne représentait qu'un seul et unique fichier, et ceci est courant sous NT. Pratique !

En revanche, pour la compilation, il faudra rester sur une base de 2 Go, voire un peu moins pour ne pas avoir de mauvaises surprises, avec comme obligation de réaliser votre montage final par tranches, que vous reporterez sur votre magnétoscope ou alors que vous ferez relire par le système, celles-ci de nouveau chaînées comme expliqué ci-dessus... Un conseil, si vous faites un clip, donc une bande son avec des images couchées, restez dans la limite des 1,8 Go afin de garder la totalité du fichier sans avoir à le scinder. Le raccord audio serait alors nettement plus compliqué à trouver par la suite...

Conclusion

Je sais via mon adresse électronique que certains d'entre vous sont bougons :+) parce que les articles consacrés au montage virtuel ne font pas assez référence à notre plate-forme et que trop d'informations sont données sur le matériel numérique existant sur PC. Je répondrai simplement que, par la force des choses, tant qu'il n'existera pas autre chose que la vieille VLab Motion et que la DraCo Motion, il faudra faire avec et rester tout de même vigilant sur ce qui sort "ailleurs", car, hormis le fait que ces cartes ne fonctionnent malheureusement pas sur Amiga ou DraCo, certaines mises en avant n'en sont pas moins pour autant technologiquement très performantes même s'il leur faut des OS fastidieux pour tourner... suivez mon regard :-(. Garder un oeil chez les "voisins" permettra de voir si une future hypothétique carte d'acquisition sur Amiga pourra encore garder quelques longueurs d'avance sur la concurrence. Le moins qu'on puisse en dire, c'est que ça n'avance pas vite... Mais quand on a la foi...


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Article précédent]