Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 16 mai 2022 - 23:43  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Les futurs succès de 1994 (deuxième partie)
(Article écrit par Seb et Maria Dao et extrait de Joystick - janvier 1994)


Suite de notre série sur les futurs succès ludiques que préparent les éditeurs sur Amiga.

Out To Launch (Mindscape)

Ce n'est vraiment pas de chance, ce qui arrive à Pierre Le Chef, le héros de Out To Lunch. Toute la nourriture qu'il avait soigneusement stockée dans son réfrigérateur s'est échappée, et notre ami doit par-courir le monde de long en large et en travers pour la récupérer.

L'aventure démarre en Suisse et se poursuivra dans différents pays du monde (Grèce, Allemagne, France...) où Pierre devra collecter les végétaux typiques. Il dispose d'un filet pour capturer les inestimables plantes. La quantité de plantes qu'il doit capturer varie, et un compteur permet de suivre les exploits. Une fois le quota de plantes récolté, il faut trouver la sortie le plus rapidement possible. Bonne nouvelle : Pierre ne peut pas mourir, mais juste perdre quelques précieuses secondes pour effectuer son ramassage... enfin, "juste", façon de parler bien sûr, puisque le jeu se déroule en temps limité, vous vous en doutez bien !

Out To Launch
Out To Launch

A part le temps, un autre obstacle s'oppose à la réussite de Pierre : un autre Chef se trouve également sur le même tableau, et il fera tout ce qu'il pourra pour gêner Pierre, comme ouvrir les cages où sont capturées les plantes. Mais ce n'est pas tout, des parasites tentent également de bouffer ces malheureuses plantes, et c'est évidemment un autre problème à résoudre.

L'ensemble est très drôle. Différentes variantes de jeux de plates-formes ont été utilisées et tous les écrans possèdent un fond en défilement parallaxe. De nombreux niveaux secrets sont à découvrir... plus nombreux que les niveaux "officiels" même ! Les niveaux possèdent leurs propres méchants et leurs propres plantes qui réagissent évidemment différemment. Il faut faire preuve d'imagination pour finir un niveau, même s'il existe plusieurs voies de sortie.

En fait, dans Out To Lunch, plus on explore, et plus on en voit. Il faut repérer les chemins les plus courts ou les plus faciles pour éviter les ennuis. Tous les tableaux - il y en a quatre par niveau - sont composés d'au minimum 30 écrans ! Enfin, la bande son a également été soignée. Bref, avec tout ça, si les possesseurs d'Amiga 1200 et d'Amiga CD32 ne sont pas contents...

Battle Isle 2 (Blue Byte)

Toujours aussi simple d'emploi, ce nouveau Battle Isle est beaucoup plus beau que le précédent. Sur l'écran principal, pas beaucoup de changements. Certes, c'est un peu plus fin mais le grand changement n'est pas là.

En effet, c'est l'apparition de la 3D qui vient changer l'aspect de ce jeu. Lorsqu'on désire se renseigner sur l'aspect de certains bâtiments ou unités adverses, celles-ci s'inscrivent dans une fenêtre 3D. De même, les armes, lorsqu'on désire prendre connaissance de leurs caractéristiques, bénéficient de la même qualité d'affichage.

Battle Isle 2
Battle Isle 2

Ça, c'est pour l'aspect visuel car en ce qui concerne le jeu proprement dit, on assiste à un changement capital. Dans Battle Isle 1, les combats étaient résolus par l'ordinateur qui comparait vos chances de gagner à celles de la machine et en déduisait qui détruirait l'autre. Ici, rien de tel puisque vous mettrez la main à la pâte. À chaque rencontre, le jeu passe en 3D et vous pouvez diriger réellement le combat. Pendant ce type de scènes, le graphisme est superbe et surtout particulièrement fin. Mieux encore, c'est rapide et fluide.

Battle Isle 2
Battle Isle 2

Que demander de plus ? On ne sait trop car le jeu propose également 51 types d'unités navales, aérienne ou terriennes, des villes bénéficiant de décors 3D et des passages divers. De plus, Battle Isle 2 offre l'opportunité de jouer à sept et même de connecter deux machines au moyen de modem ou câble null modem. Remarquez, c'est impressionnant, dit comme ça... Mais avez-vous déjà essayé de brancher sept machines entre elles ? Je veux un rapport à l'encombrement. Inutile de préciser que si vous ne possédez pas une table de 30 m, ce n'est pas la peine d'y penser... Bref, date de sortie de la merveille sur PC et Amiga 1200/CD32 : janvier 1994.

Cool Spot (Virgin)

Après un succès conséquent sur console, Cool Spot arrive sur micro-ordinateur. Ce succès vient en partie du charisme du héros du jeu, de son allure particulière et amusante : une pastille rouge toute plate affublée d'une paire de mains gantées et de jambes souples et fines. Sans oublier l'ustensile qui donne sa classe à Cool Spot le bien nommé, la paire de lunettes de soleil.

Cool Spot
Cool Spot

Aussi souriant et rigolard soit-il, Cool Spot n'est pas moins habité par une tristesse immense, ses amis ont tous été enlevés par Wild Wicked Willy Will l'horrible, puis mis en cage. Pas trouillard pour un sou, Cool Spot s'en va donc à travers tout un tas de mondes différents pour les délivrer. Ce scénario succinct cache, vous vous en seriez douté, un jeu de plates-formes des plus classiques. A son avantage, deux ingrédients non négligeables : la zone de jeu est très vaste et confine au plein écran, et les animations du personnage principal, Cool Spot lui-même, sont très réussies.

Par contre, les défilements multi-directionnels ne sont pas fluides fluides et bousillent un peu les yeux, quand on joue bien concentré. Espérons que ce défaut sera corrigé pendant la finalisation du jeu. Après tout, nous n'avons qu'une préversion. Le jeu est vaste, et propose onze niveaux avec graphismes de fond et ennemis totalement différents, ainsi que six niveaux bonus. Dans chaque niveau, le but est de ramasser tout un tas de pastilles rouges disséminées un peu partout, puis de délivrer l'un des potes de Cool Spot enfermé dans une cage.

Bien sûr, vous aurez droit aux incontournables bonus et vies supplémentaires à choper de-ci de-là. Pour vous aider à trouver la direction à emprunter pour retrouver vos amis prisonniers, de temps en temps, vous tomberez sur des mains gantées pointant directement sur les pauvres malheureux. Très pratique quand on sait que les niveaux sont bourrés de croisements, d'intersections, et qu'on se demande souvent où aller.

La bande son est plutôt amusante, avec une très nette coloration funky-reggae-groovy qui change des habituelles musiques bip-bip plonk-plonk qui secouent trop souvent les enceintes de nos moniteurs.

Winter Olympics (US Gold)

Même si les prochains Jeux Olympiques d'Hiver (du 12 au 27 février 1994) ne se déroulent pas à Albertville, mais à Lillehammer en Norvège, les éditeurs se battent déjà sur l'exploitation de la licence. Et c'est US Gold qui a réussi à remporter la médaille d'or, puisque son Winter Olympics est le produit officiel des XVIIe J.O. d'Hiver.

Winter Olympics
Winter Olympics

Winter Olympics propose d'entrer en compétition dans quatorze des disciplines officielles : biathlon, descente, super-G, slalom géant, slalom, saut, bobsleigh, luge, patinage de vitesse et leurs variantes. Plusieurs modes de jeux offrent la possibilité de se familiariser avec le contrôle et de s'entraîner : les J.O. complets, les J.O. partiels - épreuve par épreuve -, les entraînements. Que ceux qui ne savent pas skier se rassurent, trois niveaux de difficulté - régional, national, olympique - permettent de se mesurer aux bons et aux moins bons.

Le contrôle, à la manette ou au clavier, reste classique et change évidemment selon l'épreuve : le biathlon est à ce titre redoutable. De même, les qualités requises ne sont pas les mêmes : on n'effectue pas une descente comme on pilote un bobsleigh (ben non !). Tout ça reste, vous en conviendrez, d'un classicisme bon enfant. Néanmoins, graphiquement, Winter Olympics "assure". Les séquences d'ouverture et de clôture sont relativement convaincantes, pas vraiment en cinémascope Technicolor avec tout plein d'effets spéciaux partout ; en clair, pas en 3D Studio, mais convaincantes. Les écrans intermédiaires et ceux des différentes épreuves sont impeccables. La perspective choisie pour chaque épreuve garantit une efficacité maximale. Mais rien ne vaut un dessin, et jugez par vous-même.

L'animation a été très soignée, le personnage réalisant des mouvements plus vrais que nature... Ah la la, quel supplice de voir toute cette neige, ces virages en stem de perfection... pour moi qui adore dévaler les pistes, cheveux aux vents, argghhh ! Néanmoins, s'il reste à juger de la maniabilité et de la bande son indispensable, Winter Olympics se présente donc plutôt sous de bons auspices... Surtout quand on sait qu'il est possible de s'y affronter à quatre en même temps, youpi !

UFO (MicroProse)

Nous sommes en 2017. Des quatre coins de la planète, des rapports alarmants arrivent signalant la présence d'OVNI. Très vite, un comité est créé afin d'enquêter sur les motivations de ces êtres étranges venus d'ailleurs. UFO vous place à la tête du Defence and Intelligence Security Council (DISC) dans un jeu mêlant stratégie et gestion.

UFO
UFO

La tâche qui vous attend est rude, car vous ne tarderez pas à vous apercevoir que les intentions extra-terrestres sont loin d'être amicales. Lorsqu'une information relative à la présence d'un vaisseau vous parvient, vous envoyez un commando à sa rencontre, afin de l'arrêter. Tentez ensuite de récupérer des fragments pour étudier la technologie de ces belliqueux petits hommes verts. Une fois que vous aurez acquis suffisamment de connaissances sur le sujet, vous pourrez lancer des programmes de recherche scientifique et développer, à votre tour, vaisseaux et armements inspirés de cette technologie. Mettez également en route la construction de bases, un peu comme dans Sim City, tout autour du globe, afin de quadriller au mieux notre espace aérien.

Tel quel, le programme serait déjà intéressant, mais attendez, car ce n'est pas tout ! En effet, lorsque vous envoyez une équipe à l'endroit où s'est écrasé un OVNI, le jeu vous donne la possibilité de déplacer vous-même vos hommes à la manière de Space Crusade. Capturer (ou en dernier recours, tuer) des extra-terrestres, ou ramener des échantillons de matériaux à des fins d'études, sont vos principales préoccupations dans cette partie du jeu.

Voilà donc un projet extrêmement prometteur, d'une profondeur à couper le souffle. Entre l'entretien et le réapprovisionnement de vos bases, les ordres de mission que vous passez à vos commandos et les investissements à réaliser dans la recherche, vous ne saurez plus où donner de la tête !


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Article précédent]