Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 16 mai 2022 - 23:32  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Diggers
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - novembre 1993)


L'arrivée sur le marché de la CD32 est une excellente nouvelle pour les possesseurs d'Amiga 1200, n'en doutons pas. Les éditeurs, alléchés par les perspectives de ventes qu'offre la première console 32 bits avec lecteur de CD-ROM intégré, développent actuellement quantité de titres pour cette dernière. Or, la CD32 n'étant jamais qu'un A1200 sans clavier, les adaptations d'un support à l'autre sont très aisées.

Diggers

Premier exemple à venir illustrer mes propos, Diggers fait son apparition sur A1200, un seul petit mois après la version CD32. Diggers vous propose donc de prendre en main la destinée d'une compagnie minière sur la planète Zarg, dont le sol regorge de richesses. Naturellement, une telle abondance n'est pas sans attirer de nombreuses convoitises, aussi quatre races distinctes sont-elles en compétition pour s'approprier ce fantastique gâteau.

Quant à vous, vous êtes un aventurier sans scrupules en perpétuelle quête de la moindre opportunité lucrative. En clair, seul l'argent vous intéresse, même s'il vous faut, pour l'obtenir, violer, tuer ou regarder "Hélène Et Les Garçons". Vous allez donc devoir vous allier avec l'une des quatre ethnies, afin d'écraser les autres et obtenir le monopole de l'exploitation de Zarg. Effectuez votre choix avec beaucoup de soin, car chacune de ces races a ses forces et faiblesses. Aussi devez-vous adapter votre stratégie en fonction de la race élue. C'est là l'un des atouts majeurs de Diggers, il est tout à fait possible d'accomplir les missions qui vous sont confiées, de différentes manières.
  • Manouches : intelligents et d'une santé à toute épreuve, ils se remettent très vite de leurs blessures.
  • Krishniches : très intelligents mais lents à la tâche, ils s'arrêtent régulièrement pour prier.
  • Dipsos : comme tout nain qui se respecte, chacun d'eux est un mineur infatigable et efficace. Par contre, ce sont de piètres combattants.
  • Carriers : véritables petits Stallone (en plus beaux), ils ont une impressionnante musculature, bienvenue lors des combats. Cependant, ils disposent de capacités intellectuelles euh... limitées.
Diggers

Que vous utilisiez la force brutale ou la fourberie, une chose est sûre, tous les coups tordus sont permis, voire conseillés pour l'emporter sur vos rivaux. Une fois votre sélection effectuée, rendez-vous sur la carte générale de la planète Zarg. Celle-ci est découpée en 33 territoires à conquérir indépendamment, 33 "tableaux", si vous voulez. Afin d'apporter une note de variété au jeu, l'environnement et les conditions climatiques varient d'une zone à l'autre. Certaines sont enneigées, d'autres verdoyantes ou encore désertiques. Au début de la partie, vous ne pouvez accéder qu'à deux territoires. Une fois ceux-ci passés sous votre contrôle, vous aurez accès à d'autres ayant au moins une frontière commune. Bref, faites là aussi votre choix, et en route pour de nouvelles aventures.

Lorsqu'ils découvrent Diggers, la plupart des gens pensent immédiatement à un vulgaire clone de Lemmings. Il est vrai que l'on retrouve, ici aussi, plusieurs petits personnages marrants à contrôler simultanément via la souris, et que les Diggers font immanquablement penser aux crétins Psygnosiens, lorsqu'ils creusent le sol. Pourtant, on se rend vite compte à l'usage, que ce logiciel recèle bien plus de richesse et de profondeur que son ancêtre. Au départ, bien sûr, il ne s'agit que de creuser, de creuser, et de creuser encore. Chacun de vos cinq mineurs s'emploie à la tâche avec ardeur, aussi découvrez-vous bientôt divers métaux précieux ou gemmes qui ne le sont pas moins. Attention, qu'il s'agisse de rubis, d'émeraudes, de diamants ou d'or, ces valeurs sont cotées en bourse. Les valeurs fluctuant, il est parfois préférable de stocker vos biens et d'attendre de meilleurs cours pour tout revendre.

Diggers

Une fois ces marchandises acheminées à la base et converties en pognon, vous pouvez acquérir divers objets au magasin, afin d'optimiser la production. A partir de là, votre champ d'action s'accroît considérablement. Vaut-il mieux acheter des explosifs pour faire sauter les galeries concurrentes, ou une foreuse automatique pour accélérer le mouvement sans fatiguer vos hommes ? Tout dépend de la stratégie que vous comptez mettre en oeuvre.

Pour ce qui est de la réalisation, on constate avec plaisir que l'interface à base d'icônes, dont se plaignait les joueurs dans la version CD32, a été revue pour une plus grande ergonomie. Certes, le système d'icônes aurait pu être plus pratique, par exemple par l'adjonction d'un bandeau en permanence au bas de l'écran, genre Lemmings. Mais les incohérences de la version CD32 ont disparu, et il devient relativement facile, après une courte période d'adaptation, de trouver vos marques et de jongler avec les icônes pour faire accomplir à vos personnages les actions voulues.

Diggers

Les graphismes, par ailleurs, sont toujours aussi chouettes, ils bénéficient de la palette étendue des machines AGA pour afficher fièrement 256 couleurs, tout en conservant la finesse des résolutions Amiga. Le résultat est fort sympathique, on se croirait en mode SVGA sur un PC. Les musiques sont dans la moyenne des productions Amiga, c'est-à-dire de bonne qualité. Par contre, on aurait aimé un peu plus de variété dans les bruitages, car à part le bruit des coups de pioches ou de poings distribués généreusement et les babillages des personnages, c'est le néant. Rassurez-vous, cela n'entame toutefois en rien l'intérêt du jeu.

Les animations sont correctes, sans que l'on crie au génie, mais il est vrai qu'animer cinq sprites d'un centimètre de haut ne relève pas vraiment de l'exploit. Ceci dit, Diggers n'est pas un jeu axé sur une réalisation époustouflante à base de défilements différentiels et de sprites éléphantesques, mais plutôt sur l'intérêt du scénario et la multiplicité des actions à entreprendre. Et l'intérêt, lui, est bien au rendez-vous, ce qui est finalement le principal pour un jeu vidéo. Si vous appréciez les jeux où la stratégie occupe une place prépondérante, et si vous disposez de temps (car chacun des territoires vous demandera de longs efforts, croyez-moi), Diggers ne vous décevra pas. Sa grande richesse, ainsi que son concept assez original, en font un jeu idéal pour égayer vos dimanches (de pioche). Une alternative bienvenue face au méga-spectacle du dimanche de Jacques Martin, non ?

Nom : Diggers.
Éditeur : Millennium.
Genre : jeu de réflexion.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga AGA, 68020, 2 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Les graphismes, tout en étant en 256 couleurs, gardent la finesse de pixel propre à l'Amiga. Il n'y aura plus d'excuses pour les futurs développeurs sur A1200, maintenant !
- Le concept, résolument original, tranche beaucoup par rapport à la production actuelle. Rafraîchissant !

Les points faibles :

- Malgré les améliorations apportées, l'ergonomie pourrait être meilleure. On est parfois obligé de passer à toute allure d'un menu à un autre, ce qui requiert une certaine habitude.
- Il manque une option "carte" pour se repérer sur le terrain, on ne voit que les zones où se trouvent ses hommes. Au bout d'un moment, on a du mal à situer les uns par rapport aux autres.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]