Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 08:19  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Pour une défense intelligente de l'Amiga (réaction)
(Article écrit par Georges Tarbouriech et extrait d'Amiga News - décembre 1994)


Cher Monsieur Beust. Vous allez certainement penser que je suis très long à la détente, pourtant je tiens à répondre à l'article "Défense intelligente de l'Amiga". Il se trouve que je manque un peu de temps, j'espère donc que vous pardonnerez cet immense retard. Ce n'est d'ailleurs pas inintéressant puisqu'il a coulé beaucoup d'eau sous les ponts depuis votre article.

Donc, cher Monsieur, vous prétendez modestement défendre intelligemment l'Amiga ; est-ce le fait de travailler à l'INRIA qui vous donne le droit de croire détenir la vérité ? Oui, Monsieur Beust, vous faites partie de l'élite en informatique, mais tous ceux qui n'en font pas partie sont-ils forcément des imbéciles ? Il semble que vous en soyez persuadé ! Soit !

Pourtant, votre article me semble très superficiel. Essayons de suivre votre plan !

En premier lieu, vous faites allusion au marché informatique et aux premiers pas de l'Amiga. Objectivement et malgré son prix, reconnaissez avec moi que l'Amiga 1000 possédait une certaine avance technologique. Mais Commodore n'a pas su en profiter : c'est tellement vrai qu'aujourd'hui cette marque n'existe plus ! Cela s'appelle "râter le coche". Il était déjà de notoriété que la marque avait les meilleurs techniciens et les plus mauvais commerciaux. Le marché, lui, était déjà entre les mains de Bill Gates, qui, s'il est un usurpateur, est un remarquable commerçant et surtout, a compris avant tout le monde que le matériel n'avait aucun avenir sans le logiciel.

Pour ce qui est des "machines de jeux", personnellement je ne suis pas choqué à partir du moment où ce n'est pas la seule image donnée. Il se trouve qu'en France cette image a toujours été la seule.

Investissement et résultats

Là où vous commencez à exagérer, c'est lorsque vous parlez tarifs. Attention, Monsieur Beust, je vous promets que l'Amiga peut servir à autre chose qu'à jouer. Oublions le quotidien (nous y reviendrons) pour parler des fameuses niches. Si nous parlions un peu vidéo ou d'un autre domaine dont je déteste l'appellation : le multimédia. Vous souhaitez parler tarif dans ces deux domaines ? Essayez donc de développer une application interactive sérieuse avec un PC et donnez m'en le coût. Ne parlons pas de la qualité ! Mais surtout ne me parlez pas des offres "multimédias" qui pullulent dans le marché des compatibles PC aujourd'hui ! Essayez, vous verrez ! Toutefois, vous pouvez me répondre "Scala arrive sur PC et Video Director y est déjà". Là aussi, cher Monsieur, testez ! Oui, vous arriverez à un résultat acceptable, mais à quel prix (en temps et en argent) et vous n'aurez pas l'équivalent du travail fourni avec l'Amiga.

Ne soyons pas limitatifs : il existe une machine sur le marché, plus adaptée que le PC pour le "multimédia" ou la "vidéo" : j'ai nommé le Mac !

Vous savez que la vidéo plein écran va bientôt être disponible ? Sur Amiga, si je peux me permettre, il y a déjà quelques années que ça fonctionne et encore une fois, faut-il vraiment parler tarif ? Puisque nous parlons "plein écran", avez-vous déjà vu une animation de ce style sur Mac ou sur PC ? De plus, Monsieur, il n'y a pas que le matériel, et côté logiciel, vous n'avez pas dit grand-chose (surtout concernant l'Amiga). Par exemple, additionnez Quicktime, Photoshop et Illustrator et vous atteignez le prix d'un Amiga qui commence à être sérieux ! Petite parenthèse : à mes yeux, le Mac a une tare terrible, il n'a pas de Shell ! Il paraîtrait que c'est prévu sur les nouveaux modèles : il était temps !

Ne continuons pas sur ce sujet puisque c'est bien d'une niche dont il s'agit ; constatons toutefois qu'on ne voit pas trop de PC ou de Mac dans les régies vidéo !

Les bienfaits de l'architecture

Je n'ai rien contre RISC, croyez-le bien, mais pour arriver à faire tourner un PC sur un Mac, il faut bien ça ! Sur un Amiga avec un vulgaire 68000 nous avions déjà un PC qui tournait et même un Mac, le PC d'ailleurs en multitâche avec l'Amiga. Aujourd'hui, avec un 68030 ou un 68040, nous pouvons avoir le PC et le Mac en couleurs et en multitâche avec l'Amiga.

Au fait, nous parlons prix ? Combien vaut le Power Mac avec SoftPC et combien coûte un Amiga 4000 avec Emplant ou A-Max ? Ou encore, combien coûte un Amiga 4000 et une carte PC 486 ? Et la qualité de l'émulation, qu'en dites-vous ? Essayez de planter A-Max IV ou la carte Golden Gate vous verrez, ce n'est pas évident ! Je me suis volontairement limité au Mac et au PC pour des raisons de prix : pourtant, je peux continuer : vous qui travaillez sous Unix, connaissez-vous le superbe portage de X Window sur Amiga (en multitâche avec l'Amiga, bien sûr !). Je vous fais la grâce de ne parler que de la version commerciale mais nous pourrions aborder le DP. A ce sujet, vous n'avez pas eu de chance, présenter la version Amiga de Linux sur le même numéro que votre article, ce n'était pas très fair-play ! Vous voyez, même sans RISC, on peut faire quelques petites choses avec un Amiga.

Maintenant, pour ce qui est de la prospective, je ne peux pas être aussi affirmatif que vous. Nous savons aujourd'hui que l'ex-Commodore Angleterre pourrait prendre le relai de Commodore. Connaissant bien les Anglais, ils pourraient bien vous surprendre question tarifs. Quant à l'architecture RISC, souvenez-vous d'Acorn ; Archimedes, ça vous dit quelque chose ? Eureka ! (excusez-moi je n'ai pas pu résister !). Que voilà encore une machine qu'elle a bien mal fini ! Je crois que M. Pleasance a compris au moins ce qu'il ne fallait pas faire : espérons que cette expérience servira à l'Amiga.

J'aime mon Amiga

Les amigafans

Pour moi aussi ce terme est péjoratif ! Pour ma part, j'ai passé l'âge d'être fan de quoi que ce soit depuis très longtemps. Cela ne m'empêche pas d'apprécier énormément l'Amiga (vous l'aurez sans doute deviné ?). Toutefois, voyez-vous, il se trouve que je travaille moi aussi sur des tas d'autres systèmes et je crois que ça me donne le droit de m'exprimer sans pour autant imaginer que je détiens la vérité. Je suis un individu qui a un certain nombre d'activités professionnelles. Dans la principale, le domaine aéronautique, je travaille aussi bien sur PC, sous DOS, Windows et OS/2 que, tenez-vous bien, sous TOS avec des Unisys (si, si, ça existe !) et last but not least, sur Amiga. Eh oui ! Vous vous rendez compte, même dans l'entreprise ! On aura tout vu, n'est-ce-pas ?

Au fait, en passant, sur l'un des Amiga (parce qu'en plus, il y en a plusieurs !) il y a Unix. Vous savez que comparé à une station Sparc, ce n'est pas vraiment ridicule ! En fait, je me demande, si avec quelque 20 ans de moins je ne serais pas un fan de l'Amiga ! Pour la petite histoire, chez moi, j'ai un Amiga (mais si !) avec un Mac, un PC et Unix avec X Window et OpenLook bien sûr ! C'est une petite machine intéressante ! Vous remarquerez que je n'ai pas parlé de l'AAA ni de l'A5000, je n'ai pas encore vu : par contre vous, vous parlez de Chicago : vous l'avez déjà vu, même en version bêta ? Et ce alors que Windows n'est même pas terminé, c'est dans le nom : Windows NT, pour "Non Terminé" ! Nous éviterons également de parler de multitâche : je crois vous avoir cité quelques systèmes que j'utilise qui le sont paraît-il. Sincèrement, Unix mis à part, les autres sont vraiment des calamités. Voyez, je dois vraiment être un amigafan !

Les débutants

Je dirais qu'il faut commencer un jour ! Vous savez sur quelle machine j'aurais aimé débuter : je vais vous surprendre, ce n'est pas un Amiga mais un NeXT ! Voilà ce qui à mes yeux aurait du être la machine du XXIe siècle. Tout ça pour dire que l'informatique est un vaste sujet (je ne vous apprends rien) et par conséquent chacun a le droit de mettre la barre aussi haut qu'il le souhaite en fonction de ce qu'il envisage de faire. Pour ce qui est de la machine qui ne parle pas français, je reste persuadé qu'un minimum de connaissances en anglais est nécessaire lorsqu'on aborde l'informatique (ou une des...). Quant à l'assistance, le côté "famille" de l'Amiga en est un excellent !

Convaincre ? Difficile...

Vous disiez "convaincre" : pourquoi convaincre ? Vous dites qu'il faut comprendre les besoins : c'est vrai, par conséquent, il n'est pas besoin de convaincre !

Et alors là, le grand moment : "avec Word, je me sers beaucoup des "tags" sur caractères". Je ris ! En dehors des "tags" et des notes de bas de page, de quoi se sert l'utilisateur de Word ? Je ne vous apprendrai rien en disant que Word est une usine à gaz dont les utilisateurs sont généralement incapables de se servir à plus de 10% (même les feuilles de style ressemblent à un casse-tête pour la secrétaire moyenne, et ce n'est pas péjoratif). Vrai ou faux ? Même punition pour Excel et ne parlons pas des SGBD !

Et maintenant le summum ! La merveille des merveilles : OLE/DDE ! Ça c'est une trouvaille ! Vous avez entendu parler d'ARexx ? Au fait, savez-vous qu'IBM l'a ressorti de derrière les fagots pour son OS/2 ? Vous ne trouvez pas que c'est révélateur ? Certes, le débutant ne va pas démarrer sur les chapeaux de roue, mais quelle puissance ! Vous savez, je suis beaucoup plus impressionné par les créateurs de Rexx à l'époque des premiers mainframes que par les rois du plagiat concepteurs d'OLE. C'est vrai, cela méritait d'exister, mais de là à parler de milieu familier et balisé du monde Windows, j'ose espérer que vous plaisantiez.

L'Amiga face au PC

Je ne suis pas convaincu que le problème se pose en ces termes. Sincèrement, la quantité de mémoire, la capacité du disque dur n'ont plus grande signification aujourd'hui. Pourtant, ne vous méprenez pas, là encore avantage Amiga. Regardez ce que vous faites sur un Amiga avec les 8 Mo nécessaires à Windows et à fortiori les 16 Mo vitaux pour OS/2+PM. Pour la mémoire de masse même combat : vive IFF ! Je suppose que vous connaissez la taille des fichiers sur les différentes machines. Je parle des fichiers standards ; si nous abordons les fichiers images, ce n'est plus un avantage car il n'y a plus de comparaison possible ! Entre le TIFF et l'IFF, la différence c'est un 0 de plus pour le TIFF. Mais il y a JPEG ! Oui, et alors ?

Dites-moi, jeune homme, connaissez-vous les différences entre une très grosse application développée avec une base de données sur un PC et sur un Amiga ?
  • PC 486DX33, temps d'initialisation : 2 minutes (Runtime).
  • Amiga 68040, temps d'initialisation : 50 secondes (Runtime)
  • Lancement du plus gros module (25 fichiers) : PC (1 minute), Amiga (20 secondes).
Je ne vous parlerai pas du temps de développement puisque je l'ai créée sur Amiga et je l'ai portée sur PC ensuite. J'ai du refaire seulement la partie graphique : elle m'a pris deux fois plus de temps que sur l'Amiga. No comment !

Et les doubleurs de capacité arrivent ! Ah, ah! Avez-vous entendu causer des petits soucis rencontrés par les premiers utilisateurs "du programme dont j'ai oublié le nom mais qui est venu tout installé avec mon PC". Ils ont comme qui dirait, égaré quelques données, Je n'ai jamais entendu parier de cas similaire avec PowerPacker (bien sûr c'est du DP, mais enfin...).

Comment pouvez-vous être ennuyé de retrouver Unix chez vous, même dans une configuration inférieure à celle de votre travail ? Vous en avez fait le tour vous, d'Unix ? Pas moi, mais je suis certainement beaucoup moins intelligent que vous et en plus je suis vieux, alors les neurones... Vous préféreriez vous lancer dans Windows Non Terminé ? Moi, je vous l'ai déjà dit, j'essaierai de me trouver un NeXT et je m'éclaterai avec Interface Builder ! Chacun son truc !

Unix

Nous avons déjà abordé le sujet à plusieurs reprises (juste pour vous faire remarquer le côté décousu, je rappelle que je suis votre plan !). Nous avons évoqué Linux, mais vous qui avez un accès Internet, pourquoi ne parlez-vous pas des universités américaines ? C'est vrai, ce ne sont pas des gens intéressants ! Pourtant que rêver de mieux pour faire évoluer le ridicule Unix de l'Amiga ? D'ailleurs, je n'ai que 150 Mo de sources ! Et ce n'est que le SVR4 avec la compatibilité BSD.

Amigafan raisonnable : ah bon ?

Vous osez dire "comment bien vendre un Amiga ?". You must be joking ! Vous me rappelez quelqu'un qui était responsable technique Amiga à Commodore France et qui avait commencé son intervention à la conférence des développeurs par, en substance "Le marché français est inintéressant, ne perdez pas votre temps à essayer de vendre dans ce pays". Ce n'est pas la phrase exacte parce que je l'ai refoulée, mais c'était même pire que ça ! Vous vous étonnez ensuite que les logiciels n'arrivent pas et que ceux qui arrivent à passer ne soient pas traduits pour la plupart ! J'ai même proposé des traductions gratuites : j'attends toujours l'accord ! (je suis également traducteur).

Votre message d'espoir, cher Monsieur, je le vis depuis des années (Note de Bruce Lepper : le message d'espoir de Cédric était "tout simplement que PC et Amiga peuvent coexister pacifiquement, tout comme ils le font sur mon bureau"). Je crois que du point de vue de la cohabitation je ne suis pas trop mal loti ! Si vous êtes arrivé jusque-là, avez-vous envie de continuer ? Bien, à moi, maintenant. Je vais essayer de faire court !

Matériel

Commodore s'est toujours moqué de la partie commerciale. Une machine aussi bonne soit-elle ne peut se vendre sur sa bonne mine. Elle doit, lorsqu'elle est en avance sur la concurrence, maintenir cette avance. La bataille technologique est féroce et l'imitation est relativement aisée dans ce domaine. Les plus belles réalisations à mes yeux sont mortes pratiquement pour ces raisons (Archimedes, NeXT, Amiga) avec en plus une tare rédhibitoire qui fait l'objet du paragraphe suivant : à quoi sert une Ferrari si elle est sur chandelles : à faire joli ! A quoi sert un ordinateur ultra-performant sans logiciel : à faire de la peine !

Logiciel

Vous avez parlé de Word et moi j'ai parlé d'ARexx. La bureautique est aujourd'hui et depuis longtemps ce qui amène les entreprises à investir dans l'informatique. Il faut donc du prêt à l'emploi. Commodore n'a jamais voulu comprendre et en plus il fabriquait des clones de PC. Première erreur. Il y a eu un début de développement très prometteur. Je n'ai pas peur de dire que la première version de Maxiplan était supérieure à Excel. Mais voilà, le second a su évolué et le premier s'est endormi. Il est probable que si la machine avait été plus répandue, le développement aurait suivi. Mais déjà à cette époque, l'Amiga était marginal. Ne parlons pas des traitements de texte qui ont toujours été bâclés. Les bases de données, pardon, la base de données est digne de ce nom mais elle a perdu du terrain sur sa consoeur PC. Là, malheureusement, je vous rejoins, qui est intéressé par la compatibilité SQL sur Amiga ?

La PAO était la chasse gardée du Mac : erreur, le PC est en train de démontrer le contraire. L'Amiga avait largement la possibilité de faire aussi bien sinon mieux. Les logiciels "points forts" dont nous parlions précédemment : graphisme, vidéo, multimédia : les très bons partent sur PC. Certains étaient déjà partis sur Mac (souvenez-vous de Sculpt). Par conséquent, que reste-t-il ? Se retrousser les manches ! Nous avons quand même quelques bons outils : les différents C, un assembleur correct, des BASIC acceptables, ARexx et la base de données citée plus haut.

Malheureusement, là aussi, la concurrence sur les autres plates-formes est de très grande qualité. A quand Visual C sur Amiga (j'aurais dû dire C++) ? Si, nous avons quelque chose d'exceptionnel sur Amiga : les éditeurs de texte. A quand CED sur d'autres plates-formes ? J'ai beau aimer Unix, je dois dire que vi me fait bouillir ! Je ne parle pas des autres machines sur ce plan : mis à part sur OS/2+PM où l'éditeur est acceptable, tous les autres sont à jeter ! Ceci n'engage que moi, bien sûr !

En résumé, l'Amiga est une excellente machine de développement, mais personne semble être intéressé et la boucle est bouclée. Si l'Amiga s'était vendu comme il le méritait, il occuperait certainement la place du PC ; mais il manquait quand même un élément : Bill Gates (je sais, avec des si...). Cet individu a tout compris avant tout le monde et c'est lui qui tient l'informatique mondiale (la micro) entre ses petits doigts fourchus. C'est honteux sur le fond, mais c'est remarquablement bien joué ! Je redis que cet individu est un usurpateur mais il n'a pas peur de copier (et lui, il vend !), de laisser tomber ses clients (un grand merci de la part d'IBM pour OS/2, mais pourquoi s'embêter pour les autres !), de raconter des salades au monde entier (n'investissez pas dans Windows NT sera à la norme POSIX !). Et il s'en sort ! Et Windows N'est toujours pas Terminé ! Avouez que c'est fort ! Mais le fin du fin, c'est quand même d'avoir réussi à faire croire au monde entier qu'il n'existait qu'un seul DOS pour le monde PC : celui de Microsoft ! Bon, j'arrête, sinon je me laisserais aller !

Conclusion (tout arrive !)

Je ne vous en veux vraiment pas Monsieur Beust, et excusez-moi si je vous ai un peu écorché. Je ne peux pas réinventer la roue, mais j'aurais bien aimé que nous soyions beaucoup plus nombreux à nous battre pour la survie de cette fabuleuse machine. Je ne regrette rien des options prises en faisant acheter des Amiga par des entreprises, des professions libérales et des particuliers. Bien sûr, ça m'a valu beaucoup de travail pas cher payé (c'était aussi l'un des arguments), mais sincèrement, j'en suis fier et je n'en ai pas honte !

Mais, vous savez, aujourd'hui le développement commercial l'a emporté sur le développement spécialisé et les SSII qui créent sous Unix ont les pires difficultés à vendre leur produit. Pourtant, la portabilité n'est est rien comparable à celle du monde PC : ce n'est plus un argument. Les utilisateurs voudraient bien Unix mais avec Excel et Word ! Puisque nous sommes dans les SSII et le monde PC, constatez avec moi que le développement industriel ne passe plus par Windows. Les développeurs rechignent à superposer les couches et je les comprends. Le grand reproche que je fais à ces interfaces graphiques c'est qu'elles ne sont pas "partie intégrante" des systèmes, par conséquent vous empilez ! Ne parlons pas du nombre de bibliothèques, de la taille du code ou de l'exécutable, et donc de la vitesse d'exécution qui en découle. Ceci est valable aussi bien pour Windows qu'OS/2+PM et même à fortiori pour X Window (ou bien sûr Windows Non Terminé). Encore une fois, avec l'Amiga ce type de problème n'existe pas !

Essayez de transposer un petit programme de X Window sur l'Amiga et comparez : le résultat est significatif. Un exemple de petit truc rigolo : Xeyes !

Pour moi, la "défense intelligente" de l'Amiga passe (ou passait) par la promotion du multiplates-formes. Je suis d'accord avec vous, n'y revenons pas, sur la nécessité de la cohabitation entre les systèmes : mais quelle est la machine, aujourd'hui, capable de supplanter l'Amiga dans ce domaine ? Et malheureusement, combien de personnes au monde connaissent cette extraordinaire particularité ? J'ai montré l'Amiga à de nombreux professionnels de la micro : la majorité n'en avait jamais entendu parler (sinon comme "machine de jeux") mais je peux vous dire qu'ils sont tous restés ébahis par ses performances. Ne parlons pas du côté "trois ou quatre machines en une" ! Voilà ce qui pour moi aurait du être la démarche de Commodore : insister sur les multiples facettes de l'Amiga !

A une époque pas si lointaine, un Amiga PC/Mac se payait le prix d'un PC ou d'un Mac de gamme moyenne, mais qui le savait ? Unix System V release 4 s'achetait presque à la moitié du prix de Xenix ou de SVR3 pour les autres plates-formes. Mais, lorsqu'on a tout ça dans sa machine, quel plaisir !

J'ai volontairement critiqué le PC, mais ne croyez pas que je sois si sectaire : son évolution est telle que sa position de "standard" va probablement s'affirmer définitivement. Toutefois, la performance obtenue ne donnera que rarement le "plaisir" rencontré avec un Amiga, qu'il s'agisse de facilité de transfert de données entre systèmes, de convivialité dans le développement (le vrai multitâche, quelle réussite, n'en déplaise aux utilisateurs de Windows et même à un degré moindre à ceux d'OS/2+PM), de communication entre applications... (et sur l'Amiga, again, pas besoin de superposer dix couches !). C'est vrai que mis bout à bout, cela finit par coûter cher, mais dans tous les cas, beaucoup moins que s'il fallait acheter une machine par système.

Pour ma part, je crois avoir tout essayé pour défendre l'Amiga : participation à la création d'un groupe d'utilisateurs et de son magazine (je ne veux pas vous faire le plaisir d'écrire "fanzine", non, non !), lettre ouverte à Commodore France, lettre à Commodore USA (qui a d'ailleurs fait un certain bruit chez Commodore France !) et surtout nombreux développements pratiquement à ma charge pour que les gens achètent la machine, et enfin informatisation de l'entreprise dans laquelle je travaille (système d'informations vidéo, facturation, statistiques...). Je m'arrêterai là !

Je disais tout à l'heure que je ne faisais pas de prospective, pourtant je crois pouvoir pronostiquer que dans quelques années tous les micro-ordinateurs seront les mêmes et ce sera devenu bien triste ! Nous aurons quand même vécu de belles choses ! Sans rancune Monsieur Beust, et mes félicitations si vous êtes allé au bout de cette "lettre".


[Retour en haut] / [Retour aux articles]