Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 20 février 2018 - 14:36  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Le courrier des lecteurs d'A-News (Amiga News) - décembre 1988
(Rubrique animée par Bruce Lepper et extraite d'A-News (Amiga News) - décembre 1988)


On n'est pas sur Apple II, que je sache...

Cher A-News,

Deux photos dans le catalogue PDS Free Line joint à votre numéro 8 font partie d'un diaporama d'une douzaine de photos numérisées, photos découpées dans des revues de cinéma. Or ce diaporama, réalisé en juillet 1987 par mon ami Stéphane Cauvé et moi-même, ne fut diffusé qu'à une paire de personnes. Vous comprendrez donc ma stupéfaction lorsque je découvris notre création au sein d'un catalogue de vente de programmes. Et c'est là qu'est le problème. Car certaines personnes, ne méritant pas d'ailleurs le titre d'amigados, se sont appropriées notre diaporama et en ont recueilli tous les honneurs ainsi que les rétributions.

Les seules preuves dont je dispose pour appuyer mes accusations sont bien entendu la disquette originale contenant les numérisations, dont certaines ne sont d'ailleurs même pas retravaillées, et les photos des revues. De plus, je suppose que ces voleurs se sont fait un plaisir de virer notre page de présentation sur laquelle figurait nos noms et adresses afin d'afficher un nom de pirate à la con. A ces personnes, et je pense qu'elles se reconnaîtront si elles lisent cette lettre, j'adresse mes plus vives insultes, que je n'oserais reproduire ici pour cause de décence. Restons calme ! Je sais fort bien que ma lettre ne servira pas à grand-chose, et d'ailleurs je ne demande rien.

De plus, je n'en veux nullement à A-News ou à PDS Free Line, qui n'y sont pour rien, mais je trouve simplement dommage que l'on puisse encore rencontrer ce genre de pratiques infâmes. On n'est pas sur Apple II que je sache ! Enfin, je voudrais mettre une mise en garde destinée à tous les jeunes créateurs qui ont réalisé une ou plusieurs disquettes pleines de jolies démos ou de programmes : ne faites confiance à personne et arrangez-vous pour diffuser vos PDS directement auprès d'un distributeur sérieux [Frédéric Lienard, 88 Épinal].

Bloc d'amorce et désassemblage

A-News,

On entend beaucoup parler en ce moment du "bootblock" (bloc d'amorce) où se logent souvent les virus. Lorsque l'on veut le visualiser avec des éditeurs appropriés en hexa ou en ASCII, le résultat est souvent synonyme de javanais. Est-il possible de le désassembler en langage machine ? Si oui, que donne le désassemblage de la routine ? [Serge Lempereur, 62 Vimy].

Bruce Lepper : Vous trouverez dans ce numéro un article par Cédric à ce sujet.

SAV Commodore

A l'équipe d'A-News,

Mon Amiga 500 est tombé en panne. Étant sous garantie, il a été envoyé par NASA Mulhouse chez Commodore à Trappes, depuis le 28 août ! (Bruce Lepper : lettre datée 2 novembre). Je trouve le temps long et commence à craquer ! D'après vous, le SAV de Commodore est-il en cause, existent-ils des problèmes en pièces ou composants, suis-je en droit de demander carrément un échange standard ? L'Amiga 500 est une machine superbe mais j'aimerais bien que le SAV de Commodore suive [William Buchmann, 68 Lutterbach].

A500 : fiable ?

Cher A-News,

Votre revue est bien conçue mais assez compliquée pour un pauvre amateur comme moi qui veut se lancer dans le domaine de l'Amiga. En effet, je voudrais remercier M. Alain Piednoël pour son article dans Amiga News n°6. Comme il dit si bien, beaucoup de personnes sont encore au stade du cruel dilemme du choix de son micro de rêve, et j'en fais partie. Néanmoins, un point crucial n'a été développé dans aucune revue d'où hélas, encore mon hésitation à acquérir un Amiga 500, c'est la fiabilité de l'appareil. J'ai entendu dire qu'en moyenne un Amiga sur deux tombe on panne au bout de 15 jours à un mois d'utilisation (panne d'alimentation, etc.), alors je pose la question ainsi : qu'en est-il aujourd'hui de cette fiabilité ? Y a-t-il moins de retour dans SAV ? Je pense que beaucoup de personnes sont dans le même cas que moi et hésitent encore à acquérir cette superbe machine juste par manque d'information à ce sujet [M. Bencheriet, 38 Eybens/Poisat].

Bruce Lepper : Pour le SAV, Giorgio Cupertino fait actuellement une enquête. En attendant, nous osons posé vos questions à une personne d'une certaine expérience en la matière. Voici ses réponses : "Il y a effectivement eu une série d'Amiga 500 sur laquelle le circuit Fat Agnus "sautait" régulièrernent. Mais avec de petites modifications, ce problème est maintenant résolu. En plus, il y a eu une série dans laquelle les lecteurs de disquette fonctionnaient mal, mais depuis, Commodore a changé le modèle de lecteur."

Aujourd'hui, selon cette personne, on peut s'attendre à un taux de panne d'entre 5 et 8%, ce qui n'est pas en dehors des moyens pour du matériel informatique. En ce qui concerne l'A2000, il y a eu une mauvaise séries d'alimentation au début, et la première carte XT était sévèrement boguée. Mais la nouvelle carte XT est au point (bien que les utilitaires qui devraient l'accompagner ne sont pas tous disponibles), et les problèmes de fiabilité sont réglés. Sur quinze 2000, cette personne a vu une seule panne. Mais n'anticipons pas les résultats de l'enquête de Giorgio, qui traitera le sujet en profondeur.

Imprimante MPS1000 et lecteur 5"1/4

Salut,

Est-ce que l'imprimante MPS1000 est compatible avec l'Amiga ? Est-elle graphique ?

Bruce Lepper : Oui, il y a un pilote pour cette imprimante sur votre disquette Workbench. Pour utiliser ce pilote (logiciel qui fait le lien entre votre ordinateur et une imprimante), il suffit de sélectionner "MPS1000" dans la fenêtre de configuration d'imprimante du programme "Preferences".

Pourriez-vous faire passer une annonce dans laquelle vous demanderiez des résultats sur le montage des lecteurs 5"1/4 à vos lecteurs, comme ça nous pourrions être fixé sur les risques à prendre ? [Joseph Foret, 36 Chateauroux].

Bruce Lepper : Laurent se sert du sien tous les jours. Ça marche impeccablement.

Programmation et algorithme

A-News,

Il me semble que les langages structurés comme le C demande un travail préparatoire important en ce qui concerne l'algorithme des programmes, la transcription des algorithmes (bien rédigés) en un quelconque langage n'étant par la suite que histoire de vocabulaire. Cette nécessité m'est apparue clairement lorsque j'ai eu accès au langage Pascal au cours de mes études. A l'époque, je bidouillais des programmes ridicules en mélangeant dans un cocktail très indigeste le BASIC et l'assembleur pour des sous-routines plus rapides (ceci sur un C128). La découverte du Pascal m'a forcé à réapprendre à programmer, j'ai enfin pu réaliser des programmes suffisamment étoffés (je travaille quasi uniquement sur les images de synthèse sur les IBM PS/2 de mon école et évidemment sur A500). Aussi, je souhaiterais que les rudiments de l'algorithmique trouvent une place dans votre revue, peut-être avec un parallèle entre le C et cette discipline qui pourrait être profitable à beaucoup de vos lecteurs [Thierry Consejo, 64 Hasparren].

Interceptor sur disque dur ?

A-News,

Avez-vous essayé de faire marcher Interceptor sur disque dur ? La tentation devrait être forte vu la longeur du chargement du programme à partir de la disquette (trois minutes). En bref, on copie sur le disque dur le programme principal "F-18 Interceptor" avec son icône, le fichier "config", les répertoires "Text" et "Pix" avec leur contenu, le reste est déjà dans les répertoires C, L, etc. de votre disque dur, du moins je l'espère.

Vous lancez le disque dur travaille, puis, au moment où devrait commencer la musique et où l'écran s'éteint pour faire place à la jolie image de titre du programme, il y a un bref appel à la disquette (qui n'est pas là, sinon à quoi bon toute la manipulation), et puis plus rien. Bon sang, mais c'est bien sûr, vite le CLI et une commande "Assign F-18 Interceptor: DH0:". Bernique ! Keskisspasse (pour imiter le style inimitable de qui vous savez sur DEEP) ? Simplement que dans le corps du programme, au moment où celui-ci voudrait accéder à un des fichiers des répertoires Text et Pix, le programmeur a spécifié le "path" DF0:text/nomdufichier. Nom d'un chien plutôt car il eût été infiniment plus futé de spécifier :text/nomdufichier car le programme aurait trouvé sans peine ses fichiers sur le volume courant, dans le cas présent DH0:.

Bon, alors il suffirait de faire "Assign DH0:" ? Non, ça, c'est juste pour rigoler un peu. Le seul remède est de changer dans le programme tous les DF0: en DH0:, ce qui se fait facilement avec un utilitaire du genre DiskX, NewZap ou autre. Bien, maintenant Interceptor marche sur mon disque dur, et qu'est-ce que j'ai gagné ? En temps : si je démarre Interceptor à partir de la disquette, il est disponible après trois minutes. Si je veux faire autre chose, je redémarre avec une autre disquette, temps moyen du redémarrage : 45 secondes. Comparativement, lorsque je clique l'icône d'Interceptor sur le disque dur, le programme est disponible en 60 secondes. Si je veux faire autre chose ensuite, je dois redémarrer car il n'y a pas de fonction "quitter" sur Interceptor. Temps du redémarrage : une minute et demi car ma startup-sequeuce fait beaucoup de choses. Total : deux minutes et demie contre trois minutes 45. Ce n'est pas sensationnel.

Le gain est ailleurs : plus de manipulation de disquettes et le plaisir d'avoir résolu un (petit) problème technique. L'enseignement : le génie du concepteur d'un programme n'est pas toujours accompagné d'une élégance correspondante au niveau de la programmation (spécification des "path" DF0:, etc. déjà mentionnée), et par ailleurs, il y a des programmes bien plus lourds, comme Sculpt-Animate 3D, qui "sortent" en laissant la machine parfaitement propre et ne vous imposent pas un redémarrage inutile. Ce n'est pas non plus une question de place sur la disquette, il reste 195 blocs de libres. Entre parenthèses, ceci n'est pas une critique du produit Interceptor, et si vous ne l'avez pas dans votre collection, vous passez à côté de quelque chose, surtout au prix auquel il est vendu [Pierre Ardichvili].


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Période précédente : 11/1988] / [Période suivante : 01/1989]