Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 29 mai 2017 - 05:48  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : CeBIT 1990
(Article écrit par Christian Sager et extrait d'A-News (Amiga News) - avril 1990)


Du 21 au 28 mars 1990 a eu lieu le CeBIT '90 à Hanovre, Allemagne Fédérale. Pour vous donner une idée sur cette exposition de l'informatique et de la télécommunication, je vous donne quelques chiffres : plus de 4000 exposants pour une surface de 267 000 m2, et 550 000 visiteurs. Ce qu'il faut retenir en substance, c'est qu'après l'AmiExpo de Cologne, le CeBIT, pour un amigaïste, n'a plus beaucoup d'intérêt.

Intérêt ?

Si quand même et malgré tout ! L'inauguration par le président des États-Unis... La Toyota Jackson, coup médiatique d'Epson... l'hélicoptéte de l'aéroport à l'expo pour 320 FF... le taxi pour 87 FF... les nombreux resto sur place... Irving Gould, le grand-chef de Commodore International, l'Amiga 3000... le laptop (un Amiga portable)... Je n'ai pas vu ! Tout ça, je l'ai loupé. Comme toujours beaucoup de promesses de constructeurs n'ont pas été satisfaites. Voici un type de conversation à un stand :

Moi : le Chnurtop qui était prévu pour le CeBIT, il est où ?
Exposant : bien, nous avons fait des modifications car nous n'avions pas le bon matériel, maintenant ça va.
Moi : c'est pour quand et à quel prix ?
Exposant : bientôt... nous pensons que le produit pourrait se trouver sur le marché fin avril. A une condition, c'est que les modifications fonctionnent et que les tests soient positifs...
Moi : ...

Stand Commodore

J'occulte volontairement le côté PC de Commodore. Le stand Commodore montrait un Amiga transputer mais qui est toujours un prototype. Dans la série "continue tout seul, moi j'en peux plus", un beau C64 montrait ses capacités face à des PC. Gold Disk était présent avec ses logiciels MovieSetter, ComicSetter et PageSetter II (prix 685 FF).

Du côté plus pro, une démonstration d'ImageMaster 2000 de Micro-Bio-Tec-Brand qui est un analyseur d'images numérisées utilisable pour des contrôles de qualité, surtout dans le domaine biologique et médical.

Il y avait aussi Newio 3.0 dont la nouveauté consiste en un zoom et un éditeur d'éléments électroniques. C'est Alphatron qui présente deux versions de ce programme. La première en standard à 2400 FF pour un format de platine de 160x100 mm. La version développeur pour 5200 FF multiplie le format par quatre.

Promenons-nous dans les halls... A la recherche des produits pour Amiga

Kawai a présenté un système pour musique. A côté d'un Amiga 500, un clavier 16 bits avec 61 touches normales, une interface MIDI avec un IN et deux OUT et des logiciels de Steinberg.

Panasensor exhibait des maquettes de type guerre des étoiles avec une caméra de haute précision pilotée par l'Amiga, ceci dans le but de réaliser des effets spéciaux. Ils ont confectionné une liaison RS 232 avec une RS 422. Cela permet de brancher une table de mixage vidéo de Sony, Panasonic ou JVC.

Gold Disk a présenté Professional Page en version 2.0 et une version de Professional Draw. Prix de 5100 FF pour Pro Page et plus de 1700 FF pour Pro Draw. Cette nouvelle version de Pro Page ne sortirait qu'en été. Vous savez que PageSetter II se pose comme concurrent de PageStream.

VideoLoft a présenté Megatape-A et Infra. Pour 540 FF, le premier permet d'utiliser une cassette vidéo en mémoire de masse, ce qui est excellent pour une copie de sauvegarde. En liaison avec Infra, au même prix, l'Amiga envoie des signaux infrarouge pour piloter un magnétoscope.

Vortex a présenté son nouveau disque dur Vortex Athlet pour un 2000 avec autodémarrage et autuconfiguration à partir du Kickstart 1.2. Ce disque dur est livré avec un contrôleur IBM PC AT d'un temps d'accès de 25 ms. Le plus petit modèle fait 40 Mo, il y a aussi des versions à 90, 130 et 170 Mo. On peut rajouter deux ou quatre Mo de mémoire reconnues automatiquement et sans états d'attente.

Kupke Computertechnik a présenté un lecteur super fin qui n'a que 19 mm de hauteur, de même qu'un disque dur SCSI en 16 bits de bus sans accès DMA pour une vitesse de transfert de 800 ko par seconde et une capacité de 40 à 300 Mo. Il est évident que ce produit reconnaît le microprocesseur qui se cache sous le capot de votre Amiga.

Gigatron m'a agréablement surpris avec son disque dur interne de 20 Mo pour l'Amiga 500 (Giga Fix GT 20). Ce qui est surprenant, c'est qu'il a la taille d'un paquet de cigarettes. Son installation est toute simple : on ouvre le capot, on retire le 68000, on fixe une petite platine sur ce support et on remet le 68000. Puis on passe le câble plat que l'on branche sur ce disque dur fixé sur la tôle de protection. Tout ça pour l'équivalent de 3500 FF (Bruce Lepper : mais n'oubliez pas que les prix en Allemagne sont toujours inférieures au prix en France...). Je me suis laissé dire qu'un autre de 40 puis de 60 Mo serait en fabrication. Quant à l'ordinateur au laptop, c'est en cours.

Giga Fix GT 20
Le Giga Fix GT 20

Combitec Computer avait une carte équipée d'un processeur 68000 à 14 MHz avec un minimum de 256 ko de mémoire statique. Sur ce stand, on m'a dit que les Omti 5520 et 5528 sont refabriqués pour 590 FF et 620 FF, livrables avec une carte autoamorçable de 410 à 450 FF selon l'Amiga. J'ai vu l'émulateur ST pour Amiga tourner sur un 2000 avec le TOS 1.0 (les autres versions sont utilisables). L'exposant m'a dit qu'il voulait que l'émulateur serve exclusivement à utiliser les programmes pro comme Calamus qui n'existe que sur ST. Les jeux ne l'intéresse pas. Son prix est de 2000 FF.

Quand les bruits courent...

J'ai entendu que le premier clone Amiga serait en stade final. Il s'agirait d'une entreprise... taïwanaise (étonnant, non ?) qui a pensé faire l'inverse de Commodore : prendre un AT avec une carte passerelle Amiga et une vitesse "turbo".

Moi, je n'étais pas au DevCon à Paris, Bruce Lepper et Roméo Rapido y étaient et ne peuvent rien dire (voir article). Je vais vous dire ce que j'ai appris sur l'Amiga 3000 en lisant le journal allemand Amiga Welt. Selon ce journal, le 3000 aura le système 1.4, le nouveau jeu de composants (ECS), deux Mo de mémoire Chip avec possibilité de plus, deux modes supplémentaires (SuperHires et mode Productivity), ça, je le savais déjà. Pour mémoire, le SuperHires atteint 1280 points horizontaux avec quatre couleurs parmi 64. Le mode Productivity double la vitesse d'affichage et permet 400 lignes non entrelacées. En mixant les deux modes, on obtient une image 640x400 avec 4 couleurs parmi 64 non entrelacées. En clair, un écran Workbench en haute résolution sans scintillement. C'est maintenant que cela devient intéressant. Ce nouvel Amiga aura un aspect approchant du 1000. Le fait d'avoir révélé quelques informations sur le 3000 va poser des problèmes à la rédaction de Amiga Welt.

Ainsi se termine mon escapade au CeBIT '90 de Hanovre et rendez-vous peut-être à celui de 1991.

Annexe : le résumé du CeBIT 90 de Jean-Loup Renaud

Commodore, puisqu'on en parle, eut l'honneur de donner le coup d'envoi. Dès l'ouverture du CeBIT, une conférence de presse présidée par le big boss, Irving Gould, réunit deux bonnes centaines de journalistes. Irving Gould, c'est un personnage dans la tradition du Wild Wide West, un sosie de John Wayne vieillissant dont il arrive même à imiter l'accent. Manifestement, il est plus intéressé par Commodore que par la micro-informatique. Ses concurrents devraient se méfier de sa rapidité à dégainer !

Il avait cependant de quoi se réjouir : l'Europe lui rapporte beaucoup de devises. L'Allemagne, à elle seule, réalise le tiers du chiffre d'affaires mondial de Commodore. Commodore France, privé de patron depuis des semaines, ne s'en tire cependant pas trop mal. Partie de très bas, il est vrai, la filiale française réalise en 1989 une progression de près de 70% par rapport à l'année précédente.

Presque pas de nouveautés en revanche pour le matériel. On attendait l'Amiga 3000, on eut droit à un Amiga 2500 équipé d'un microprocesseur 68030, presque identique aux anciennes versions, mais en plus rapide. Vendu 8990 DM (plus de 30 000 FF), il ne risque pas de concurrencer l'Amiga 500 pour le jeu ! L'A3000, lui, sera officiellement présenté chez nous, en France, lors du SICOB de printemps. On sait déjà qu'il sera doté d'un tout nouveau système d'exploitation, moins mal fichu (on dit plus performant) que celui qui essaie de gérer les Amiga actuels. Les Amiga 500 profiteront eux aussi de cette merveille.

Amiga 2500

N'oublions pas que Commodore, c'est aussi toute une gamme de PC d'honnête facture qui soutiennent bien la comparaison avec leurs concurrents. Il suffisait de se rendre sur le stand Commodore pour s'en convaincre. Divisé en trois parties d'importance inégale, il offrait sur sa plus grande surface une flopée de PC. Il faut dire que Commodore est l'un des plus gros fournisseurs de PC en Allemagne. Le dernier né, un 386 avec une carte intégrée Super VGA (800x600 points), se nomme PC 60-III.

Les deux autres emplacements étaient exclusivement consacrés aux Amiga. Les Amiga 500 étaient regroupés sous le sigle "Amiga Fun". Que les fous de la manette ne s'excitent pas. Fun ne signifie pas jeu, mais amusement. Un seul Amiga présentait un jeu. Et encore, c'était à temps partiel. L'amusement en Allemagne, c'est la vidéo, le traitement de texte, la PAO. Alain Huyghues-Lacour se serait mortellement ennuyé... Tout à côté, les Amiga 2000 et 2500 proposaient surtout des applications vidéo avec, entre autres, une formidable démo basée sur un studio complet avec une maquette de vaisseau spatial finement réalisée et longue d'un bon mètre autour de laquelle évoluait une caméra suspendue reliée à un Amiga. Affluence record et pas moyen d'approcher la bête ! Gros succès d'estime pour cette machine.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]