Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 27 juin 2017 - 14:15  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Caligari 2
(Article écrit par Éric Laffont et extrait d'Amiga News - mai 1992)


Ayant joué l'Arlésienne depuis fort longtemps, Caligari est enfin disponible (à un prix abordable) pour tous les Amiga petits ou gros. La version testée aujourd'hui porte sur Caligari 2, une version limitée de Caligari Broadcast. La version haut de gamme, importée par Atelier Numérique depuis un moment déjà, nécessite une infrastructure matérielle qui fait de lui un logiciel inabordable par l'utilisateur non professionnel. Caligari 2 s'appelle aussi Caligari Premier, car il constitue une sorte de premier pas dans ce univers si particulier.

caligari 2

Caligari 2

Comme vous pouvez le voir sur l'image de titre, le logiciel est contenu dans un coffret carton contenant la documentation, deux disquettes et une cassette vidéo de démos et de leçons. La documentation est composée d'un classeur et est rédigée en anglais. Je l'ai trouvée un peu sommaire et juste suffisante même pour quelqu'un connaissant les mécanismes de la 3D.

Elle est cependant fort bien complétée par une cassette vidéo VHS PAL qui montre nombre de réalisations faites avec Caligari (Broadcast) et un manuel tout en images et commenté. La cassette aussi est en anglais mais assez compréhensible et réalisée par le créateur du logiciel lui-même. Les deux disquettes contiennent le logiciel, des textures de matériaux et des polices pour Caligari. L'installation est très facile.

L'univers Caligari

L'aventure de Caligari coïncide avec les débuts de l'Amiga. Déjà, en 1987, était testée dans Amiga World une préversion d'un logiciel semblant révolutionner le monde de la troisième dimension sur micro-ordinateurs. Un an après, le logiciel sortit et le concept de travail (tout en 3D) surprit et fascina tout le monde. Ce concept de travailler sur un seul écran en 3D dont les repères sont visualisés par un sol en filaire, fut ensuite "repris" et adapté sur Volumm 4D et tout récemment Draw 4D.

caligari 2

L'intérêt de l'éditeur de Caligari est de travailler directement dans l'univers virtuel du programme. Toutes les opérations sont réalisées en temps réel et immédiatement par l'intermédiaire de la souris (un Amiga accéléré fortement est conseillé). Les menus ne sont jamais gênants : il n'y en a pas. Seule une fine barre d'options se situe au bas de l'écran permettant de pratiquement tout faire subir à un objet.

Caligari est différent de l'environnement Intuition de l'Amiga et totalement indépendant. Ce nouveau concept de travail réclame donc une certaine pratique du logiciel avant de l'apprécier à sa juste valeur.

L'éditeur

Caligari possède un écran unique de visualisation 3D qui sert pour toutes les opérations du logiciel, que ce soit pour créer un objet, une scène, l'éclairage, les animations et même le rendu final. Tout se déroule sur le même écran. Seules les options s'ajoutent en bas de l'écran pour les choix de travail. Toutes les photos d'écran le long de cet article vous le montrent parfaitement.

Pour éditer un objet, il faut partir d'une des 18 primitives de départ représentant pratiquement toutes les formes dont on peut avoir besoin : plans, tubes, triangles, pyramides, sphères, demi-sphères, coques, demi-coques, cônes, demi-... La primitive est placée ensuite au centre de l'écran et ici toutes les opérations classiques sur un éditeur 3D sont possibles. Le plus de Caligari est l'interactivité réelle et immédiate entre une action et son résultat. Tout est très rapide et visualisé en temps réel sur l'écran. On peut donc tirer des points, déformer des zones, coller des parties ou des objets, lier des objets... enfin tout ce que l'on connaît est présent ici.

caligari 2

L'angle de vue de la scène est lui aussi modifiable dans les trois dimensions, le tout à la souris. En théorie, il ne doit pas y avoir pratiquement la moindre action au clavier (sauf pour l'entrée des coordonnées précises d'un point ou d'un objet par exemple).

Après de longues heures pour comprendre et manipuler Caligari, on sera capable de créer des objets et des scènes complexes avec une rapidité et une précision difficilement possibles sur un autre logiciel de 3D. La cassette vidéo fournie avec le logiciel est là pour le confirmer. La fonction de rendu de l'éditeur d'objets est présente pour nous aider à coloriser notre objet, globalement ou face par face.

Cette première visualisation de notre réalisation est donc la partie colorisation de l'objet représenté en facettes et faces cachées. Nous avons maintenant une petite idée de ce que pourra être notre image finale. Avant de cliquer sur l'option "Scene", il ne faudra pas oublier de sauvegarder l'objet !

La scène

Cette partie du logiciel représente l'endroit où tous nos objets vont entrer ensemble sur la scène pour la création de notre image finale. On a toujours le même type de visualisation et donc les possibilités de mouvement à l'intérieur de l'univers virtuel de Caligari sont présentes. La seule restriction ici concerne les objets. A ce stade, plus aucune modification ne peut être effectuer sur eux.

caligari 2

Un paramètre important à avoir en mémoire est qu'un objet n'est pris en compte dans la scène qu'une fois posé. De plus, on peut utiliser dans une même scène plusieurs copies du même objet, Caligari ne stockera en mémoire qu'un seul objet. Toutes ces copies peuvent avoir des paramètres de couleur, rotation, échelle différents les uns des autres. Revers de la médaille : la modification de l'objet de bas dans "object design" entraînera automatiquement la modification de toutes ses copies dans la scène.

L'éclairage

Ici aussi, un nouveau concept de placement de l'éclairage est né dans Caligari. En effet, la position de la source de lumière n'est pas matérialisée par un point ou un axe classique. La position de l'observateur deviendra la position de la source lumineuse (si on valide l'option). Plusieurs avantages découlent de ce procédé : on peut visualiser l'impact, l'éloignement et les faces non-éclairées dans une scène car on visualise la scène depuis la position de la lampe.

caligari 2

Je regrette pourtant qu'il ne soit pas possible de visualiser les lampes déjà créées par une petite croix dans l'univers de Caligari (un peu comme dans Real 3D par exemple). Pour les sources de lumière, inutile d'énumérer les réglages, c'est classique.

Quick render

La scène terminée, on peut la visualiser en couleur et se faire une plus proche idée de notre travail dans le choix de cette option. Dans le "Quick render", l'image n'est pas réellement terminée et toutes les finesses des détails ne sont pas rendues. Comme son nom l'indique, ce n'est qu'un rendu rapide de la scène.

L'animation

Avant de passer au rendu définitif de notre travail, voyons la création d'une animation avec notre scène. Après ce que nous venons de voir, il sera difficile de nous étonner à nouveau. Pourtant, c'est dans cette partie que réside le plus beau du programme. La simplicité de création d'une animation est poussée à l'extrême.

Pour créer le mouvement d'un objet dans la scène, rien de plus simple. Il suffit de le prendre et de l'emmener à destination : c'est tout. Le logiciel se charge de toutes les transitions. On peut à tout moment modifier le cheminement de l'objet, sa forme, sa vitesse, son chemin, le tout à la souris. Les interpolations de mouvements calculés par Caligari peuvent être à base de droites ou de splines. Difficile de faire plus simple. Pour la caméra (c'est-à-dire nous), même procédure. Pour les amoureux de la complexité une option d'édition de scripts est possible grâce à une série de macro-commandes du type : MOVE, ROTATE, SCALE, MOVE EYE... Une fois l'animation compilée (option "Compile"), ne pas oublier de la sauver. Maintenant on peut passer au rendu définitif de l'image ou de l'animation.

Broadcast Render

C'est dans cette partie du logiciel que Caligari 2 diffère de Caligari Broadcast. Tout ce que nous avons découvert jusqu'à maintenant est commun à Caligari 2 et Caligari Broadcast. La différence s'opère sur les modules disponibles de Caligari 2. Trois possibilités de rendus sont présents : le format DCTV (trois ou quatre plans). Le format HAM-E et le format HAM standard de l'Amiga.

caligari 2

C'est ici que j'ai été déçu par Caligari 2. On aurait pu s'attendre à toute une série d'autres rendus soit dans les modes conventionnels de l'Amiga soit dans les modes 12 et 24 bits pour d'autres cartes existantes. De plus, il n'est pas possible d'éditer directement la résolution écran : elle est fixe selon le mode sélectionné. Évidemment, c'est la seule différence entre Caligari 2 (2990 FF) et Caligari Broadcast (plus de 20 000 FF), mais je trouve dommage de nous avoir appâtés avec toutes les possibilités d'édition, de création, d'animation, pour un si faible choix de rendu.

Arrêtons là avec les regrets et découvrons le Broadcast Render. Un point important à souligner, est que Caligari ne connaît pas le ray-tracing, mais innove avec un procédé plus rapide et dont l'aspect final est pratiquement comparable au ray-tracing.

C'est dans cette partie que va s'opérer tout ce que l'on connaît déjà des autres logiciels de 3D. Le placage de bitmaps ou de textures, les transparences, réflexions, ombres, dégradés et autres sources de lumières spéciales ; tout y est. Toutes les manipulations sont dans l'esprit de Caligari déjà décrites maintes fois dans cet article. Le rendu des images est comme prévu parfait et comparable à un vrai ray-tracing avec la seule limitation des trois modes de visualisation de Caligari 2.

caligari 2

Conclusion

Caligari 2 est la copie conforme de Caligari Broadcast avec les modules de rendu 24 bits et bitmaps en moins. Cette seule restriction permet cependant à l'utilisateur de bénéficier du magnifique environnement que propose Caligari à tout passionné de 3D. Évidemment, on sera peut-être un peu déçu du mode HAM si l'on ne possède pas de DCTV ni de HAM-E pour visualiser ses réalisations. C'est pour ma part le seul point noir du logiciel.

Le prix du logiciel (2990 FF) est un investissement non négligeable, réaliste si l'on possède un DCTV ou HAM-E, mais difficile à passer pour uniquement visualiser en HAM. Le prix de la version Broadcast est très élevé pour un possesseur d'AVideo 24, de Colorburst voire de VD 2001, et pourtant c'est la seule version que lui permettra de voir sur son moniteur les images en 24 bits.

Pour conclure, si vous ne connaissez pas Caligari, faites-vous faire une démonstration par un utilisateur ou par l'Atelier Numérique, vous ne serez pas déçu, l'univers de Caligari mérite un détour, et surtout si vous possédez un DCTV ou HAM-E.

Nom : Caligari 2.
Éditeur : Octree Software.
Genre : modélisation 3D.
Date : 1991.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 2990 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]