Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 23 novembre 2017 - 12:12  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Handicap et Amiga
(Article écrit par Philippe Ducalet et extrait d'Amiga News - septembre 1992)


Reprendre l'avantage sur son handicap

Depuis plusieurs années, l'informatique occupe une place privilégiée dans nos activités professionnelles qu'elle simplifie en nous évitant des tâches lourdes et répétitives. Aujourd'hui, avec l'essor du multimédia, elle s'apprête à redonner ses sens à l'utilisateur et pénètre avec convivialité les milieux familial et scolaire.

Pour les personnes handicapées, l'informatique représente bien plus encore, c'est un véritable partenaire, un "égalisateur" des chances, grâce auquel il devient possible d'exprimer tout son potentiel. C'est pourquoi Amiga News propose un dossier spécial concernant ces applications en laissant la parole tout d'abord à Philippe Ducalet de l'association Avantage, à Jean-Michel Forgeas ainsi qu'à André Baechler de l'association AlphaLogic en Suisse.

Qu'est que le handicap ?

La définition correcte du handicap nous est donnée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : c'est le désavantage social, temporaire ou définitif, qui résulte d'une incapacité ou d'une déficience et qui limite ou interdit l'accomplissement d'un rôle considéré comme normal compte tenu des différents facteurs socio-culturels. Suivant cette conception, la France compte environ 10% de sa population présentant un handicap ! Sur cet ensemble, près d'un million et demi de personnes sont en situation de dépendance dont 370 000 sont des enfants ou des adolescents scolarisés en milieu ordinaire ou en institution spécialisée...

Une déficience est une perte de substance ou l'altération d'une fonction. Une incapacité est la réduction ou la perte d'une capacité d'accomplir une activité. Par exemple, la perte d'une jambe à la suite d'un accident est une déficience. Il s'ensuit une incapacité de marcher et de monter un escalier : cette incapacité peut engendrer un "handicap" dans sa vie professionnelle et donc économique (si le sujet est par exemple facteur...) mais aussi dans sa mobilité et son indépendance quotidienne (sa maison a trois étages sans ascenseur...) comme dans sa vie relationnelle (il passait ses week-ends à courir les boîtes de nuit...). Pour éviter la confusion engendrée par le mot même de handicap, les pays francophones lui préfèrent le terme de désavantage.

Le handicap est multiforme

Il existe de grandes variétés de handicaps. Suivant la gravité des lésions et les incapacités qu'elles entraînent, le handicap ne sera qu'une simple gêne temporaire ou une dépendance totale et définitive dans tous les actes de la vie courante. Le handicap peut être consécutif à des déficiences motrices.

Tel est le cas d'un adulte devenu tétraplégique (paralysie des quatre membres) à la suite d'un accident de la route, mais aussi de l'enfant atteint de myopathie dont jour après jour tous les muscles (y compris les muscles respiratoires) s'atrophient. A l'inverse, l'enfant dit "IMC", atteint d'une infirmité motrice d'origine cérébrale (par exemple consécutive à une anoxie causée par le cordon ombilical qui étrangle l'enfant lors de l'accouchement) présente souvent une motricité désordonnée et le moindre geste lui coûte une énergie colossale.

Dans ce cas, l'informatique a un rôle de prothèse. Il s'agit de restaurer une fonction grâce à une interface de dialogue adaptée aux capacités résiduelles du sujet dans une application donnée. Par exemple, dans un traitement de texte, en lieu et place de la souris et du clavier, il est possible d'utiliser un seul contacteur ou une manette et de désigner les lettres de son choix dans un tableau de lettres représenté à l'écran. Ou encore avec un ou deux contacteurs, d'utiliser la stratégie du code Morse pour communiquer avec les applications courantes.

Il arrive malheureusement que la personne handicapée ne puisse même plus mouvoir ses doigts suffisamment pour appuyer, même par effleurement, sur un contacteur. C'est alors qu'interviennent des interfaces de dialogue plus sophistiquées basées sur la reconnaissance vocale, l'analyse des mouvements des yeux, ou par capteur lingual intrabuccal. Alors qu'il existe sur Macintosh (Voice Navigator) ou sur PC des systèmes de reconnaissance vocale fiables qui permettent de faire du traitement de texte ou du pilotage d'environnement, aucune application fiable n'a vu le jour sur Amiga (le système VoRecOne étant plus un gadget qu'autre chose).

On peut par contre espérer dans le domaine de grands progrès avec l'apparition possible sur la carte mère des prochains Amiga d'un DSP. De plus, une application de pilotage de l'Amiga par la détection du mouvement de la pupille est actuellement en cours de validation, résultant d'une collaboration avec l'INSERM et un laboratoire privé. Les auteurs du logiciel étant Alex Livshits et Jean-Michel Forgeas.

Le handicap peut être lié à un déficit sensoriel entraînant une cécité ou une surdité. Dans ces domaines, il s'agit de compenser le sens perdu par un autre mode de dialogue.

Dans les cas de cécité, la restitution du contenu de l'écran par une synthèse vocale est d'un grand secours pour les aveugles. Mais quel dommage pour nous que le narrator.device de l'Amiga n'ait toujours pas été adapté à la langue française. Il est néanmoins possible d'adapter des cartes de synthèse vocale externes dialoguant avec l'ordinateur via le port série (cartes Synthé III et Infovox de 7500 à 12 000 FF...).

Toujours pour les non voyants, il est possible d'utiliser des terminaux Braille qui transcrivent sous les doigts de l'utilisateur le contenu de l'écran. L'INSERM étudie actuellement un système de dialogue multimodal basé sur l'emploi de Concept Keyboard (sorte de tablette graphique comportant jusqu'à 256 cases sensibles à la pression. Pour Amiga : Concept KeyBoard2000, environ 3000 FF) et d'une synthèse vocale. Le Concept Keyboard étant recouvert d'un cache en relief adapté aux différentes activités scolaires.

Pour les sourds auxquels on souhaite apprendre la langue des signes, ce sont les ressources du multimédia qui sont sollicitées avec l'emploi de vidéodisques interactifs contenant tout le corpus linguistique de la langue des signes, illustré par des séquences vidéo. Les vidéodisques existent. Il s'agirait pour l'Amiga de créer une application à partir d'AmigaVision.

Le handicap peut aussi être lié à un déficit des fonctions supérieures : mémorisation, perception visuelle, cognition, etc. entraînant des difficultés plus ou moins sévères de communication et d'apprentissage. Dans ces cas, l'ordinateur est un partenaire de l'enseignant et du rééducateur, un tuteur inlassable capable d'analyser le travail de l'élève avec précision, d'exploiter les différentes formes de présentation de l'information grâce à ses capacités hypermédia, et de s'adapter aux difficultés du sujet.

Les applications concernées sont alors des activités d'apprentissage et d'expression. L'ordinateur peut également être employé à des fins d'insertion professionnelle, en permettant l'adaptation du poste de travail de manière transparente, ou grâce aux possibilités de télétravail qu'offre l'emploi des modems actuels. La micro-informatique actuelle représente donc pour toutes ces personnes un moyen de compensation et un outil d'apprentissage sans égal pour peu que son emploi prenne sens à l'intérieur d'un réel projet éducatif, rééducatif, professionnel, ou d'épanouissement personnel. Grâce à l'ordinateur, la personne handicapée va pouvoir agir, communiquer, apprendre, créer et travailler.

L'ordinateur, outil de communication

Nous n'avons pas toujours conscience d'à quel point la communication est vitale dans chacun de nos actes quotidiens tellement il nous est facile d'acheter le journal, de discuter avec la concierge ou de téléphoner. Pourtant, les modalités du langage sont complexes et son apprentissage quelquefois long et difficile.

Pour les enfants, l'ordinateur permet d'adapter la progression de cet apprentissage. Le langage peut être de forme courante (ABCD XYZ) ou basé sur des codes pictographiques dont les représentations imagées seront plus faciles à manipuler par l'enfant n'ayant pas les capacités nécessaires à un apprentissage du code orthographique.

Ainsi, une image de la maison aura pour équivalent le mot "maison". On parle alors de communication symbolique. Parce que l'Amiga possède la capacité de manipuler simultanément sons et images, de nombreux logiciels proposent des tableaux de communications adaptés aux différents modes de communication (Scribe, le module texte de Basique, Télégramme, Tableau Noir, Mainate, le logiciel italien HTX de Cloanto Software ou le logiciel allemand Guthemberg de ACS).

Pour l'adolescent handicapé moteur ayant acquis le langage écrit, le problème de la communication se pose souvent en termes d'adaptation et de rendement. En effet, quelle interface et quelle stratégie proposer lorsque l'usage de la souris et/ou du clavier s'avère impossible ? Voici donc une liste de logiciels aptes à fournir des solutions à ces problèmes d'accès à l'ordinateur :

Les aides logicielles à l'utilisation du clavier

OneKey [DP], permet lorsque l'usage de l'appui simultané sur plusieurs touches est nécessaire d'y substituer des appuis successifs. La séquence d'appui [A-B-C] devient alors [A], puis [B], puis [C].

KeyMenu [DP], permet l'accès aux différents menus sans l'usage de la souris, par l'appui sur des touches du clavier choisies par l'utilisateur.

Ecrivoir [DP], est une représentation graphique du clavier utilisable avec la souris (ou une boule de commande) ou le logiciel JoyMouse. Outre la simulation de l'ensemble des touches, le logiciel permet l'autoblocage des boutons de la souris et l'utilisation de raccourci clavier.

KeyWhiz [40 $], d'origine américaine (Integral System) est semblable à l'Ecrivoir et fonctionne à l'aide d'une manette.

HandiKey [DP]. De même nature que Ecrivoir, ce logiciel s'utilise en défilement séquentiel et intègre les fonctions principales du logiciel Bouris. Ainsi, à l'aide d'un seul contacteur, il devient possible d'accéder à toutes les fonctionnalités d'un traitement de texte standard.

AmigaMorse [DP], est basé sur la codification du Morse (trait long - trait court) qui permet par le jeu de combinaisons de communiquer sur une base orthographique. Le logiciel est utilisable à l'aide d'un ou de deux contacteurs. L'ensemble des codes proposés remplace la souris, le clavier et donne accès aux fonctions indispensables.

Tableaunoir [DP], logiciel dédié à l'écriture possède une fonction lui permettant une utilisation en mode multitâche. Le logiciel peut alors écrire dans toute application courante à l'aide de 10 modes d'entrées paramétrables. Chaque case énonce son contenu à l'aide de sons numérisés. Les aides logicielles à l'utilisation de la souris, permettent le maintien de tout menu sans maintien de l'appui sur le bouton de la souris.

PopUpMenu [DP], permet l'accès aux menus quelle que soit la position du pointeur sur l'écran.

Les substituts logiciels à l'utilisation de la souris

JoyMouse [DP], permet l'usage de cinq contacteurs (quatre directions et une validation) simultanément à l'usage de la souris. La vitesse et l'accélération du déplacement sont paramétrables. L'accès au menu est permis.

Bouris (Bouton-Souris) [DP], permet l'usage d'un contacteur unique pour simuler l'usage de la souris dans toute application courante. Ce logiciel présente différents paramètres reconfigurables parmi lesquels :
  • Vitesse de défilement.
  • Temps d'appui.
  • Délai d'action.
  • Localisation.
  • Sonorisation des actions.
  • Taille du menu.
  • Version enfant.
  • Version adulte.
Autres logiciels d'aide

Slowdown [DP], d'origine québequoise (association Micronome), permet de ralentir la vitesse d'exécution de tout logiciel fonctionnant en multitâche. Ce logiciel prend tout son intérêt lors de l'utilisation de jeux trop rapides (par exemple les casse-briques).

Des logiciels comme Mach IV [DP], présenté le mois dernier dans Amiga News propose d'intéressantes options facilitant l'utilisation de l'Amiga.

APS (Application Preference Serveur) de Jean-Michel Forgeas est une aide toute particulière. En effet, nous avons vu que les logiciels utilisés par les personnes handicapées nécessitent une très grande adaptation. Chaque personne handicapée nécessitant ses propres paramètres pour chaque application, les enseignants et les éducateurs passaient jusqu'alors un temps important à régler préalablement les préférences de chaque logiciel avant chaque prise en charge. APS règle définitivement le problème en présentant une fenêtre (APSlist) contenant le nom de chaque utilisateur. Un simple clic sur un des noms configure automatiquement les logiciels compatibles avec APS aux préférences de l'utilisateur.

Mais APS n'est pas réservé au domaine du handicap ! Il prend son sens dans toutes les situations où une machine est utilisée par plusieurs utilisateurs (clubs, écoles, milieu professionnel). Un seul clic suffit pour personnaliser son environnement de travail. Lire le test.

Colorimage est un logiciel de dessin dont l'interface est entièrement reconfigurable afin de s'adapter à la programmation de l'enfant (dès 3 ans). Lire le test.

Scribe propose une trousse à outils très conviviale permettant de créer ses propres tableaux de communication écrite. Lire le test.

Mainate : l'objectif de ce logiciel est tout d'abord de proposer un environnement de communication pour enfant sans langage oral. Lire le test.

A Moi Les Paquets ! est un logiciel d'aide à la lecture diffusé par l'association Alphalogic. Lire le test.

Les périphériques d'aides à l'utilisation des applications courantes

Le boîtier de connexion des contacteurs, permet de connecter six contacteurs de tout type (format Jack 3,5"), deux manettes et deux souris (diffusé par la société MAD).

Le boîtier KB-Talker, permet la connexion de tout clavier de type IBM-AT sur l'Amiga. Il ouvre ainsi l'accès à l'utilisation de mini-clavier à effleurement ou de clavier agrandi tel le GEWA.

Le mini-clavier agenda Organizer PSION. Ce mini-clavier d'usage courant au prix très faible est directement connectable à l'Amiga. Utilisé avec le logiciel APsion, il remplace entièrement le clavier standard, la souris et gère l'appui simultané sur plusieurs touches.

Le clavier Concept Keyboard. Cette dalle sensible à l'appui présente sur un format A4 256 cases entièrement configurables avec lequel il est possible de créer des claviers personnalisés simulant l'utilisation de touches simples, de mots ou de phrases entières ou l'appel aux différentes fonctions des logiciels courants utilisés.

Les écrans tactiles. Utilisés avec un logiciel tel Ecrivoir, il devient possible d'écrire directement en utilisant son doigt sur l'écran. Ce type d'entrée est très apprécié pour les enfants ou les jeunes adultes présentant des retards intellectuels, particulièrement avec des logiciels éducatifs ou de dessin. Cette interface demande en contrepartie une certaine précision gestuelle.

L'association Avantage

Institut de recherche et de développement informatique en faveur des personnes handicapées. Créée en 1988, l'association regroupe des thérapeutes, des enseignants, des chercheurs, des développeurs, et des ingénieurs de différentes disciplines passionnés par le potentiel des nouvelles technologies dans le domaine du handicap. Sont également associés des centres de rééducation (Neuilly, Bailly...) et des centres hospitaliers (hôpital Pontchaillou à Rennes...)

Le choix de l'Amiga comme plate-forme de développement a été motivé par les capacités multimédias, multimodales et multitâches alors uniques pour un coût raisonnable qui correspondait aux contraintes et aux exigences d'une population d'enfants handicapés. L'association est constituée de bénévoles et les produits réalisés ont vu le jour grâce à la complicité amicale de développeurs comme Nicolas Fournel (AmigaMorse et Scribe), Frédéric Denis (TableauNoir), Jean-Michel Forgeas (APS, Basique, Mainate), Alexander Livshits (Écrivoir, Bouris, Colorimage, Mainate), Guy Beteille (Ami-Prof, en cours de développement), la collaboration économique d'autres associations caritatives, et le soutien logistique de Commodore France en la personne de Pascal Kasmerzack qui a donné beaucoup de son temps pour les enfants handicapés et à qui se sont associés Ben Phister puis Roger Dufour.

L'association recherche actuellement des soutiens financiers pour continuer son action et des développeurs bénévoles pour réaliser de petites applications. L'association peut répondre à toutes demandes de formation sur la thématique de l'éducation spécialisée ou la prise en main des logiciels et est éditrice d'une thèse de doctorat de l'un de ses membres, Colette Legrand, sur le thème "Informatique et Handicap Mental" (195 FF). Pour tous renseignements, écrire à Philippe Ducalet, 28 rue Jean Prudet, 40990 Saint-Paul les Dax.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]