Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 30 mai 2020 - 05:37  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Strife
(Article écrit par Lionel Muller et extrait d'Amiga Power - septembre 2013, mis à jour en mai 2020)


Tombé du ciel

De temps en temps, on voit arriver sur Aminet des pépites, entendez par là des jeux qui auraient pu sortir sur nos Amiga mais finalement qui ont eu leur moment de gloire sur IBM PC. Et puis le temps passe, les éditeurs libèrent leur code source et un brillant développeur, sorti de nulle part, en publie une version pour Amiga AGA en 2013 ! Le jeu en question est Strife (aussi nommé Strife: Quest For The Sigil), sorti en 1996 pour MS-DOS et l'auteur du portage est Lantus360. Il s'agit d'un jeu de tir subjectif (en 3D) avec des éléments de jeu de rôle.

Strife

La configuration minimale requise pour cette version est un Amiga AGA, 16 Mo de mémoire Fast, un processeur 68040 à 40 MHz (mais le jeu tourne aussi sur 68020/68030 en rognant pas mal sur la taille de la fenêtre de jeu), AmigaOS 3.1 et 60 Mo d'espace libre sur le disque dur. La configuration de test est un Amiga 1200 avec carte accélératrice Blizzard 1260, 32 Mo de mémoire et AmigaOS 3.5.

Le moteur du jeu est sous licence GPL2, donc gratuit. Le jeu lui-même est commercial mais plus ou moins "abandonware" de nos jours. Vous pouvez donc récupérer les données sur le site www.abandonware-france.org. Il suffira alors de copier les fichiers STRIFE1.WAD et VOICES.WAD dans le tiroir du jeu.

Le portage sur Amiga a ensuite été mis à jour et se trouve en version 1.2 depuis février 2019. Celle-ci ajoute la gestion de modules de musique ainsi que de l'affichage RTG.

Tu tires ou tu strifes ?

Je me souviendrais toujours d'une pétition sur Internet à l'initiative de David Bereault et relayée dans ANews 2 nouvelle formule de novembre 1999, pour demander à 3D Realms la libération du code source de Duke Nukem 3D et à Rogue Entertainment la libération du code source de Strife. Techniquement, un Amiga accéléré en avait assez sous le capot pour faire tourner ces deux jeux, l'un utilisant le moteur Build Engine (Duke Nukem 3D, Blood, Shadow Warrior, Redneck Rampage) et l'autre utilisant l'Id Tech 1 (Doom, Hexen, Heretic, Strife).

Un mercenaire anonyme

Aussi bizarre que cela puisse paraître, notre héros (en l'occurrence le joueur) n'a pas de nom. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il vient de se faire prendre la main dans le sac pour un menu larcin par plusieurs acolytes de l'Ordre et qu'ils s'apprêtent à lui faire expier sa faute de manière définitive. Mais ils n'ont pas pensé à le fouiller et il ne tient qu'à vous d'utiliser votre fidèle couteau pour vous sortir de cette délicate situation.

Strife

La besogne ainsi faite, vous errez prudemment dans Tarnhill, une cité actuellement sous la loi martiale. Dans un recoin, vous rencontrez Rowan, un membre du Front qui vous propose de l'aider contre espèces sonnantes et trébuchantes.

Strife

Si vous acceptez, il vous fournira votre première arme : une arbalète, très pratique pour neutraliser ses ennemis en silence. Une fois la mission remplie, il vous proposera de rencontrer Macil, le chef des rebelles afin de vous enrôler en vous faisant miroiter de futurs gains.

Mais comment en est-on arrivé là ? Tout débuta par l'écrasement d'une comète, libérant un virus mortel dans l'atmosphère. Certains survivants se sont mis à entendre des voix et à se regrouper pour former le parti de l'Ordre, et imposer au reste du monde une monarchie religieuse technologiquement avancée. Mais ce régime est menacé par un mouvement de résistance appelé le Front.

Ce bref résumé vous est conté au début du jeu sous forme de dessins et accompagnés d'une voix off de très bonne facture, similaire à l'introduction du jeu It Came From The Desert.

Strife

Vous avez dit James ?

Vous voilà donc enrôlé comme agent de terrain pour le compte du Front et ça commence très fort. En effet, vous devrez négocier avec le gouverneur pour obtenir la libération de plusieurs soldats du Front qui croupissent en prison mais cela s'avèrera plus compliqué que prévu et il vous faudra user de la force pour venir à bout des gardes cyborgs, des drones et des araignées mécaniques mais aussi d'observation et de déduction pour trouver et ouvrir les portes des cellules.

Strife

Ensuite, vous devrez détruire le cristal de la centrale nucléaire qui alimente le bouclier de la ville, s'ensuivra l'exploration des égouts afin de quérir l'aide de Weran, le roi des rats. Ce sera ensuite les combats face aux meneurs de l'Ordre (le programmeur, l'évêque et le loremaster). Au fur et à mesure de votre aventure, vous trouverez différentes pièces qui permettront de fabriquer le Sigil, l'arme ultime qui amènera la destruction de l'Ordre. Vous serez épaulé dans vos missions par Blackbird, une unité de communication à la voix féminine que Rowan vous a donné et qui vous fournira des informations supplémentaires (sous forme audio et textuelle) tout au long de vos missions.

Strife

Hi-Tec au Moyen Âge

Le jeu utilisant le même moteur que Doom (le portage Amiga se base sur le moteur amélioré Chocolate Doom), on n'est donc pas surpris de l'environnement 3D avec des personnages en 2D (sprites), de la carte en surimpression, des pièces cachées et des leviers à activer. Par contre, plusieurs nouveautés font leur apparition : en premier lieu, vous pouvez maintenant discuter avec les personnages rencontrés, certains bénéficiant de voix numérisées, et en fonction de vos réponses, le jeu se finira de trois façons différentes, ce qui était une première dans un jeu à cette époque !

Ensuite vous évoluez dans un monde ouvert et non plus dans une succession de niveaux comme dans Doom, même si celui-ci n'est accessible que petit à petit en fonction des missions. Du côté environnement, on évolue dans un univers qualifié de "techno-médieval" qui colle bien avec le scénario et cinq niveaux de difficulté s'offrent au joueur. Les armes que vous trouverez dans les espaces de stockage de l'Ordre sont des plus classiques (arbalète, fusil-mitrailleur, lance-roquette, lance-grenade, lance-flamme) mais vous devrez néanmoins vous réapprovisionner en munitions (encore une nouveauté) chez Irale, un membre du Front et d'autres échoppes dans la ville vous fourniront armures et trousses de soins.

Strife

La partie sonore n'est pas en reste : eau qui coule, bruits de porte, crépitement des armes mais surtout de superbes voix numérisées pour la narration et les personnages importants.

Un portage réussi

Le moteur affiche une résolution de 320x200 et tourne bien avec ma Blizzard 1260 (68060 à 50 MHz) : 26 images par seconde en lançant le jeu avec l'option "-timedemo demo", et il tourne correctement sur ma Blizzard 1230 (68030 à 50 MHz) en diminuant de moitié la fenêtre de jeu. On peut modifier la luminosité (ou gamma correction), l'affichage (ou non) des sous-titres, la gestion automatique (ou non) des trousses de soins et même ajouter des balises sur la carte. Il est à noter que le jeu ne coupe pas le multitâche et qu'il n'est pas dénué d'humour, notamment lorsque vous quittez le jeu.

Strife

Voici maintenant les points négatifs dus au portage ou au jeu lui-même :
  • Les musiques sont absentes et les voix ont tendance à se couper au milieu d'une phrase.
  • L'attribution des touches n'est pas optimale et il vous faudra l'aide d'un PC (ou d'un émulateur PC comme DOSBox) pour éditer la configuration.
  • Il n'y a qu'un emplacement de sauvegarde.
  • Les cadavres disparaissent.
  • L'aventure se déroule uniquement en langue anglaise.
  • Le code réseau n'a pas été porté.
  • Il reste encore quelques bogues qui peuvent vous faire quitter le jeu sans sommation.
  • Les temps de chargement au démarrage du jeu et lors de la partie sauvegardée sont un peu longs (10-15 secondes) mais ce n'est pas le cas pour la sauvegarde et les changements de zone.
Malgré ces quelques défauts, j'ai beaucoup aimé jouer à Strife et il reste un grand jeu au même titre que Doom et Duke Nukem 3D, avec un scénario intéressant digne de Star Trek et des nouveautés révolutionnaires pour l'époque, ce qui lui vaut la note de 7/10.

Nom : Strife.
Développeurs : Rogue Entertainment. Adaptation Amiga : Lantus360.
Éditeur : Velocity.
Genre : jeu de tir subjectif/jeu de rôle.
Date : 2013 Original : 1996.
Configuration minimale : AmigaOS 3.1, AGA, 68040/40 MHz, 16 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Téléchargement : Moteur Amiga, Données.

NOTE : 7/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]