Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 14 décembre 2017 - 07:30  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Sleepwalker
(Article écrit par Jacques Harbonn et extrait de Tilt - mars 1993)


Rompant avec ses habituelles adaptations cinématographiques, Ocean nous propose cette fois un jeu original, centré sur l'action mais laissant aussi une petite part à la réflexion. Le jeu est certes difficile, mais sa réalisation de qualité, ses nombreux aspects "dessin animé" et la diversité de ses pièges captiveront plus d'un joueur.

Sleepwalker

L'histoire d'un somnambule

Être le compagnon à quatre pattes d'un petit garçon somnambule, voilà qui n'est pas de tout repos. A peine notre brave toutou s'est-il endormi du sommeil du juste qu'il est réveillé par les escapades nocturnes de son petit maître. A lui de le protéger et de lui éviter tout réveil brutal qui ne pourrait que lui être préjudiciable.

Sleepwalker

Notre héros canin (que Doguy ne renierait certes pas !) va devoir explorer les lieux tout en gardant un oeil sur son maître. Il peut bloquer son avance, lui faire faire demi-tour et même le propulser à l'étage supérieur d'un coup de pied bien appliqué.

Il lui faudra également en régler bien d'autres. La bougeotte incessante dont son petit maître est atteint n'étant d'ailleurs pas le moindre. Il ne cesse de marcher, allant au-devant de tous les dangers et faisant de lui-même demi-tour dès qu'il heurte un mur. Une technique intéressante consiste à trouver une zone amicale pour abandonner quelque temps le somnambule et en profiter pour explorer plus avant le niveau.

Un jeu qui donne du fil à retordre

Outre la complexité de certains labyrinthes, notre ami devra affronter et régler bien des problèmes : créatures agressives à assommer d'un bon coup de gourdin, pièges divers à déconnecter - faire tomber des poids suspendus, boucher un trou rempli de pointes ou un orifice de sortie de vapeur brûlante -, actionner des interrupteurs pour couper l'alimentation dans des ventilateurs, des câbles dénudés des générateurs et bien d'autres choses encore.

Sleepwalker

A mesure de la progression, les difficultés deviennent de plus en plus sérieuses, certaines pouvant demander une bonne dose de réflexion pour être vaincues.

La technique

La réalisation est d'un bon niveau, avec de nombreux clins d'oeil au dessin animé. Les graphismes sont variés et bien adaptés aux différents lieux : ville, zoo, cimetière, chantier de construction et usine. Les personnages sont très bien dessinés, le héros canin bénéficiant en outre d'une large panoplie de mimiques et d'attitudes inspirée des dessins animés. Ainsi, il bat des bras avant de tomber dans un trou, essayant même de se raccrocher aux bords quand il le peut.

Certains coups du sort lui font voir 36 chandelles. Pour se débarrasser de ses ennemis, il sort inopinément de derrière son dos un énorme gourdin et l'assène sur le crâne de ses adversaires. Cet aspect "dessin animé" est renforcé par les intermèdes animés de présentation et surtout l'usage volontaire de phases floues pour accentuer le mouvement de certaines séquences.

Sleepwalker

L'animation "de base" est tout aussi performante, le défilement induit par certains sauts spectaculaires (trampolines ou équivalents) étant rapide et sans le moindre à-coup. Les rasters enrichissent considérablement les dégradés de ciel et le défilement différentiel apporte une profondeur supplémentaire aux décors. Les balisages sont moins bien peaufinés mais restent suffisants pour renforcer l'ambiance.

Sleepwalker est un jeu difficile, vous obligeant à prendre de nouvelles habitudes : il ne faut pas seulement éviter vous-même les dangers, il faut aussi en protéger votre compagnon. Fort heureusement, les options continues vous permettront d'aller toujours un peu plus loin et de découvrir ainsi la technique gagnante pour chaque passage. Un excellent jeu, qui vous tiendra de longues nuits en haleine.

Comparatif avec Brat

Bien qu'il s'apparente par bien des côtés à un beat'em all/plates-formes, Sleepwalker rappelle aussi par d'autres côtés Brat. Dans les deux cas, il faut sauver un enfant inconscient des dangers qui le guettent. Le mode de contrôle est revanche complètement différent. Dans Brat, vous agissez un peu à la manière de Lemmings en modifiant le décor sans y participer vous-même. Dans Sleepwalker, en revanche, notre chien va affronter toutes les difficultés pour les aplanir pour son maître. Les deux jeux sont difficiles et prenants mais Sleepwalker l'emporte largement par la qualité de sa réalisation.

D'autres avis

Je ne reviendrai pas sur la qualité de la réalisation de Sleepwalker, qui est bien telle que Jacques vous l'a décrite. Cependant, il me paraît important de préciser que le jeu est vraiment difficile, et cela dès le premier niveau. Certes le système de jeu y est pour quelque chose et il faut dans un premier temps s'habituer à garder un oeil sur son compagnon tout en réglant les problèmes. Après avoir acquis le principe le jeu demeure ardu. Même en utilisant la technique proposée par Jacques, il vous faudra de nombreux essais, ne serait-ce que pour parvenir à finir le premier niveau. Je ne doute pas qu'un tel défi stimule certains, mais les moins doués risquent aussi de se lasser en dépit des options continues répétées. Sleepwalker est sans nul doute un bon jeu, mais essayez-le avant de l'acheter pour savoir si vous en êtes digne [Spirit].

Pas de doute, Sleepwalker est ton bon jeu, répartissant avec succès réflexion... et réflexes. La prise en main n'est pas simple : Médor a la fâcheuse manie de bondir et de galoper un peu partout mais avec un peu de pratique, on s'y fait très bien. Attention ! Partir à l'aventure ne vous mènera qu'à l'échec. Toute la stratégie consiste à faire une reconnaissance du parcours avant d'y guider votre petit maître. Les pièges et autres embûches sont riches et diversifiés et vous tiendront éveillés une bonne partie de la nuit. Graphiquement très réussi - il faut voir les mimiques du sac à puces -, le jeu aurait mérité une ambiance sonore un peu plus riche. Si vous avez aimé vous casser la tète sur Lemmings et Push-Over, ce jeu est fait pour vous ! Les fanas du beat'em all n'y trouveront certainement pas leur compte [Pascal Blanche].

Nom : Sleepwalker.
Développeurs : CTA Developments.
Éditeur : Ocean.
Genre : jeu de plates-formes.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]