Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 25 mai 2017 - 03:14  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de The Pioneer Plague
(Article écrit par Olivier Hautefeuille et extrait de Tilt - janvier 1989)


La terre s'écroule sous une gigantesque explosion démographique ! Des robots ultra-perfectionnés doivent développer la colonisation des planètes voisines. Hélas, cette superbe invention se retourne contre l'Homme. A vous de trouver la solution.

Pioneer Plague

Le scénario

La terre croule sous la surpopulation. L'unique solution : conquérir l'espace, développer la colonisation des planètes voisines pour y mettre en place de nouvelles sociétés. Cette oeuvre de déploiement a été placée sous le contrôle d'une unité robotique spatiale. Après plusieurs siècles de travail, le résultat est catastrophique. Insuffisamment contrôlée, la réplication des cités a dégénéré.

Aujourd'hui, il faut tout faire pour stopper le processus et empêcher que le cataclysme n'envahisse tout l'univers. Vous prenez place dans une station spatiale de combat et d'exploration, le Life Star. Face à vous, trois moniteurs de contrôle vont définir dès le début de la partie les trois phases de ce jeu d'action/stratégie : voyage entre les planètes, destruction des sondes responsables du déploiement de la colonisation et programmation des drones, des armes très puissantes mises à votre disposition.

Systèmes planétaires

Tout commence par une étude du système environnant. Une carte précise la position des planètes. Un numéro indique le degré de contamination de chacune d'elles. Pioneer Plague plonge dès lors le joueur dans une course contre la montre. Que toutes les planètes soient contaminées et l'univers sombre dans le chaos !

Pioneer Plague

A la souris, vous pointez sans attendre la planète contaminée au plus haut point. Cette manipulation déclenche aussitôt un voyage spatial rapide mais dangereux. L'ennemi a pris naissance au milieu des codes génétiques de l'unité des Pioneer Probe, les sondes de colonisation, sous la forme de multiples vaisseaux armés et de mines spatiales. La phase de voyage interplanétaire ouvre un défilement frontal rapide et impressionnant. Face à vous arrivent à toute vitesse les mines qui peuvent à tout moment vous ramener à votre point de départ. Le joueur doit les détruire d'un tir laser (souris). Mais le but réel de cette phase de jeu consiste à atteindre avec le laser des sphères planétaires vertes. Chacune de ces sphères vous amène sur une planète pour la phase de jeu principale la destruction des sondes contaminées.

Séquence de tir

Changement de décor, vous survolez la planète en vue aérienne. Partout, des tours entrecoupées de routes et parsemées de canons laser. Le graphisme est très précis, assez répétitif malheureusement. C'est la vitalité de l'action et surtout sa stratégie qui vont empêcher le jeu de sombrer dans la monotonie. Le Star Life survole la planète sans que vous puissiez modifier sa trajectoire. Il faut alors repérer sur le radar les sondes (points noirs) qui vont être lancées (les points deviennent rouges quand c'est le cas). Une fois votre objectif défini, vous lancez votre Air Ship, un vaisseau de combat très classique mais particulièrement bien armé.

Pioneer Plague

Manié à la manette, celui-ci survole très rapidement le sol ennemi, évite quelques tirs de canon pour enfin arriver au-dessus d'une sonde. Une pression sur la gâchette et la sonde explose... Mais attention, certaines planètes comptent une cinquantaine de sondes que l'on ne pourra détruire que dans un ordre précis. Les sondes s'activent en effet à tour de rôle et en des points souvent opposés de la surface de la planète, d'où une stratégie de déplacement complexe et captivante. Signalés par synthèse vocale, les vaisseaux ennemis vous canardent en même temps pour anéantir votre bouclier protecteur. Il faudra alors rester toujours près du Star Ship pour pouvoir y glaner de l'énergie et ne pas périr sous le feu ennemi.

L'animation des combats est très souple, il faut lutter contre l'inertie du vaisseau, surtout lorsque celui-ci perd de la puissance et devient plus lent à réagir. Les ennemis, très variés dans leur forme et leurs techniques d'attaques, n'apparaissent qu'au dernier moment sur votre écran de contrôle dont l'espace visuel est assez restreint. Le combat est de ce fait très complexe dès le début de la partie...

Séquence drone

La troisième phase de jeu est directement liée à cette difficile phase de combat. Plus que le simple tir laser, votre Star Ship est armé de deux mini-vaisseaux programmables, les drones. Sur les écrans principaux du Star Ship, le vaisseau mère, le joueur peut programmer les drones afin qu'ils assurent au mieux sa défense. Une pression sur la touche "l" comme "load", vous dirigez ensuite le drone sur un écran vierge pour qu'il sillonne l'espace autour de vous. Ce déplacement sera mémorisé dans l'une des cinq mémoires de l'ordinateur de bord et appliqué ensuite "sur le terrain".

Pioneer Plague

Les drones sont indestructibles et leur contact est toujours mortel pour l'ennemi. Ce mode de défense est original. Modifiable à chaque retour de votre vaisseau dans le Life Star, il permet de sans cesse changer sa stratégie de combat en fonction du type d'ennemi rencontré. The Pioneer Plague offre en effet une très grande variété d'adversaires : simples vaisseaux de combats, missiles à tête chercheuse, mines à déplacements rectilignes, modules qui vous enferment dans un barrage énergétique, etc. Le joueur ne pourra vaincre que s'il adapte la programmation des drones à tous ces cas de figure. Ces programmations seront d'ailleurs sauvegardées sur disquettes et sans cesse modifiées au cours de la partie... Passionnant !

Bilan

Bien que complexe, le scénario de The Pioneer Plague ne reste finalement pas très présent dans l'accomplissement de votre mission. C'est très vite le combat qui prend l'avantage et définit à lui seul l'intérêt du jeu.

Les graphismes du sol planétaire sont certes jolis mais très répétitifs. Bill Williams, l'auteur, a réalisé les graphismes de son jeu en mode HAM (4096 couleurs), ce qui est semble-t-il une première sur Amiga. Il n'est vraiment que la stratégie du combat pour motiver le pilote, stratégie qui puise son intérêt dans le réapprovisionnement en énergie, la programmation, l'emploi des drones et la nécessité d'agir très vite en toutes circonstances.

Signalons enfin la qualité exemplaire de la bande son. Des thèmes différents accompagnent chacune des phases du jeu et créent une ambiance angoissante à souhait.

D'autres avis

Les scènes de combat sont intéressantes et la programmation des drones est une excellente trouvaille. En revanche, la partie voyage dans l'espace est fastidieuse et le calcul des angles, en s'aidant de la volumineuse notice, me donne l'impression de retourner à l'école. The Pioneer Plague ce n'est pas mal, mais ce n'est certainement pas ça qui va me faire lâcher Denaris et R-Type [Alain Huyghues-Lacour].

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, The Pioneer Plague n'est pas un jeu d'aventure ! Il y aura donc déçus et satisfaits... Cette dernière espèce risque d'être minoritaire. Ici, le graphisme est ce qui frappe de prime abord : affreux, laid, du plus absolu mauvais goût, sont autant de qualificatifs que l'on peut lui adresser... Le plus énervant réside malgré tout dans l'inutile complexité de ce programme. Un jeu d'action reste un jeu d'action et pour moi rien ne vaut un bon vieux Tac-Tac-Boum-Boum dans lequel on ne se casse pas trop la tête. Il faut dire que je suis plutôt du genre allergique aux manuels... En résumé, la programmation des drones est trop compliquée ! Les phases de combat sont du genre soporifique et le passage de planète à planète donne l'occasion au programmeur de montrer ce qu'il sait faire. C'est bien, mais le joueur n'y trouve pas son compte. Bref, The Pioneer Plague sombrera dans l'oubli. J'ai dit ! [Mathieu Brisou].

Un jeu d'action moyen, sans invention est pour moi un jeu nul. Or, The Pioneer Plague est amusant, original, et bien réalisé. J'ai pris l'indispensable peine de lire la notice, je n'en suis pas mort. Je suis prêt à parier que 10 000 programmes ultérieurs vont offrir l'équivalent de la programmation des drones : le résultat est époustouflant. Manifestement, le programmeur a été impressionné par les atterrissages de l'Arche Du Capitaine Blood ce qui prouve que les bonnes idées ont la vie dure... Les graphismes un peu mous font trop "démo des capacités d'affichage des couleurs de l'Amiga". Néanmoins, The Pioneer Plague restera un point de repère dans l'univers de l'action sur Amiga [Denis Scherer].

Nom : The Pionner Plague.
Développeur : Bill Williams.
Éditeur : Mandarin, Terrific Software.
Genre : jeu de tir/stratégie.
Date : 1988.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 6/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]