Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 28 mars 2017 - 12:05  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Photogenics 2.0
(Article écrit par Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - septembre 1996)


Photogenics 1.2 était déjà un monument, tant par sa richesse de fonctions et d'effets que par son originalité. Le logiciel qui s'en rapproche le plus serait ImageFX, en ce sens que c'est plus un outil de retouche et d'effets que véritablement un programme de dessin. Mais qu'on ne s'y trompe pas, on peut très bien dessiner avec, si on a la patience de fixer chaque étape quand on change de couleur.

Voici maintenant la première mise à jour importante du programme avec sa version 2.0. Est-elle justifiée ? A-t-elle une myriade d'améliorations ? Est-elle incontournable ? Je vais essayer de vous éclairer la lanterne grâce à cet essai.

Les spécificités de Photogenics

Rappelons les grandes lignes, pour ceux qui ne connaissent pas le programme. C'est un programme de dessin-retouche 24 bits, à nombre illimité de fenêtres de graphisme, avec sélection possible d'un graphisme primaire, d'un secondaire et d'un canal alpha par "menu" ou "glisser-déposer".

Contrairement à certains logiciels d'effets comme Art Department, il est possible d'appliquer des effets à une partie seulement de la surface. Il existe pour cela une couche (layer) de 8 bits permettant 256 niveaux d'altération. Tous les outils (rectangles, ellipses, splines, trait libre, etc.) sont bons pour définir les parties à modifier avec même des textures pour imiter un grain ou des brosses (crayon, craie, aérographe, etc.) Les modifications se font à l'écran en temps réel (pour peu que l'on ait une machine suffisamment rapide), mais l'effet n'est entériné en mémoire que lorsqu'on le décide en déclenchant l'opération "Fix". Cela a l'avantage de pouvoir essayer plusieurs effets comme au brouillon et le désavantage d'avoir à attendre que la mise à jour se fasse en mémoire lors du dit "Fix". C'est une conception à part dans ce genre de programmes. Il existe en outre une fonction annuler/refaire. La couche "layer" agit comme un masque que l'on peut également conserver pour le prochain effet, ou bien sauvegarder ou charger.

Il est très pratique de peindre à l'aérographe soit d'une couleur, soit d'un effet avec la touche gauche et de gommer avec la touche droite.

Le "warper" (déformeur) est simple et pratique. Il s'agit d'un cercle ajustable à la région à déformer où sont attachés aux quatre points cardinaux des lignes extensibles reliées au centre de déformation. Il suffit de tirer ce centre à l'endroit désiré et d'ajuster les paramètres pour obtenir la déformation souhaitée ("morphing" et/ou "twirling").

Il existe bien sûr une fonction loupe et une fonction brosse à deux modes de capture : rectangle ou contour. Une fonction "Pick" permet de choisir une couleur à l'intérieur du dessin. Une fonction "Smear" (barbouillage) fait, selon les réglages, du flou ou déplace les couleurs et permet ainsi par exemple de faire sourire une bouche sérieuse, d'agrandir un nez, etc.

Le canal alpha (qui est un masque de transparence contrôlant le fondu d'une image secondaire au sein de la primaire) est très facile d'utilisation et très bien documenté.

La fenêtre de palette pilotable en RGB, HSV ou CMY est basée sur une roue de couleurs. Un gadget d'agrandissement lui adjoint une liste de couleurs par noms. Un autre gadget accède à une fenêtre "couleurs" qui est en fait une palette classique - à 256 positions - sauvegardable.

Une grande richesse de formats graphiques, la prévisualisation en 16 ou 256 couleurs, 16 ou 256 niveaux de gris, HAM8 rapide ou CyberGraphX, une architecture ouverte car modulaire pour les effets et formats (GIO programmables soi-même grâce à l'abondante documentation riche en exemples), un vocabulaire ARexx complet. Tous ces atouts en font un outil pratique et universel.

L'installation

Photogenics 2.0 de chez Almathera est distribué sous forme de CD dans un étui cartonné. L'installation est un peu spéciale car si on ne le sait pas, il manque certains fichiers. La raison est sans doute qu'il y a eu erreur lors du gravure : il est en RockRidge au lieu d'ISO 9660. Il faut donc monter un logiciel qui reconnaisse le RockRidge, et là plus de problème (un correctif est fourni sur disquette). Une fois installé, le tiroir fait 8,7 Mo. Le CD comporte encore 191 Mo de graphiques et 392 Mo de polices de couleur.

Les nouveautés...

Widget, un clone d'Intuition

La gestion des fenêtres a été revue, les auteurs ont préféré reprogrammer un système à eux plutôt que d'utiliser l'intuition.library d'AmigaOS. L'argument est un gain de confort et de temps tant pour le programmeur que pour l'usager.

Et je dois dire que leur système est intelligent, s'il n'est pas révolutionnaire. Les gadgets d'une fenêtre se réduisent à deux, placés en haut comme à l'accoutumée : le gadget de fermeture et celui de profondeur. Si on ouvre une fenêtre (comme par exemple celle de "Modes") le fait de choisir une option de la liste referme la fenêtre automatiquement. Si on veut qu'elle reste ouverte, il faut cliquer sur le gadget de fermeture qui prend un état second reconnaissable à une pliure du carré. Le gadget de profondeur est inchangé et permet de faire passer la fenêtre du premier plan au dernier.

Pas de gadget de redimensionnement, et pourtant il suffit de cliquer à proximité d'un des côtés de la fenêtre (sauf le supérieur, qui sert toujours à déplacer la fenêtre) pour étirer un bord (ou deux, si on clique près de l'angle). C'est pratique, car pas de perte de place avec un gadget. De plus, si on clique en même temps avec la touche droite, on déplace la fenêtre tout en la redimensionnant. A étudier pour le prochain système Amiga (s'il en vient un, restons optimistes).

Image virtuelle

Il s'agit d'un tout nouveau système, unique, qui permet de travailler sur des images dépassant largement la capacité de la mémoire (par exemple une image de 18 Mo sur un A1200 de 4 Mo) sans posséder pour cela de MMU et donc sans gestion processeur de la mémoire virtuelle.

Cette option est si bien réalisée qu'elle permet non seulement le chargement d'images géantes, mais qu'en outre, en n'occupant que quelques centaines de ko, de continuer à bénéficier du multitâche et donc de travailler simultanément avec d'autres programmes (ou d'éditer simultanément d'autres images au sein de Photogenics).

Notons tout de même, et c'est une évidence, qu'il faut la place nécessaire sur un disque dur pour bénéficier de cet atout, compter le double de place de l'image non compressée.

Ces avantages impliquent malheureusement une perte de vitesse, mais ont également un élément de sécurité, puisque toutes les opérations se font directement sur le disque dur dans un fichier temporaire ; le risque de perte lors d'une coupure de courant ou de "méditation" est réduit.

Les effets

Une nouvelle fenêtre d'effets augmente énormément les possibilités déjà énormes du logiciel. Sans rentrer dans les détails, et parce que les noms sont évocateurs à tous ceux qui travaillent avec des programmes semblables, en voici la liste : Balance, Blur, Edge, Fractal, Gradient, Histogram, Hue & Saturation, LineStrokes, Median, MixColour, Negative, Noise, Paper, Perspective, Plasma, Pyramid, RadialBlur, RemoveIsolated, Roll, SheetMetal, Tile, Wave.

Photogenics

Les formats graphiques

On voit dans le tableau qui suit que Photogenics n'a rien à envier à ses concurrents les plus sérieux :

[L = Chargement possible, S = Sauvegarde possible]
  • ACBM   [L] Amiga Contiguous BitMap
  • AmigaScreen   [L] Grab d'un écran Amiga ou carte graphique sauf CyberGraphX pour le moment
  • ANIM   [L-S] Animations IFF ANIM5)
  • Ascii-Art   [S] Texte ASCII
  • Be-RAW   [L-S] BeBox 8-bit RAW image
  • BMP   [L 1,4,8,24 - S 24] Windows and OS/2 BMP BitMap
  • CDXL   [L] PAN format CDXL video stream
  • CyberGraphX   [S] Capture d'une image sur carte graphique gérant CyberGraphX
  • GIF   [L-S] Compuserve GIF87, GIF89a (Graphics Interchange Format)
  • FramestoreDisplay   [S] Envoi d'une image à visualiser sur le VideoToaster NewTek
  • FramestoreFile   [L-S] Format d'images VideoToaster Framestore
  • FramestoreGrab   [L] Capture d'une image sur le VideoToaster NewTek
  • EGS   [S] Envoi d'une image sur une carte graphique gérant EGS
  • Harlequin   [S] Envoi d'une image sur une carte graphique Harlequin
  • IFFDeep   [L-S] IFF DEEP non compressé
  • ILBM   [L 2-256, EHB, HAM6/8, IFF24 - S 2-256, HAM6/8, IFF24] [Encrypté] IFF-ILBM InterLeaved BitMap
  • IMG   [L] Gem IMG Image Atari ST
  • Impulse   [L] Impulse RGB8/RGBN
  • JPEG   [L-S] Joint Photographic Experts Group JFIF
  • LWOB   [L] Charge un objet LightWave et le visualise en modèle fil de fer
  • OpalVision   [S] Envoi d'une image sur la carte graphique OpalVision
  • Paintlayer   [L] Charge un fichier layer Photogenics
  • PBM   [L 1-bit PBM/8-bit PGM/24-bit PPM - S 24-bit PPM] PBM : Portable BitMap, PGM : Portable Grey Map, PPM : Portable Pixel Map
  • PCD   [L] Charge une image Kodak Photo CD
  • PCX   [L 24bit et 256 couleurs - S 24bit] ZSoft PCX
  • Picasso II   [S] Envoi d'une image sur la carte graphique Picasso II
  • PNG   [L-S] Portable Network Graphics
  • ProGrab24RT   [L] Numérise une image à partir du numériseur ProGrab24RT
  • QRT   [L-S] Quick Ray Trace
  • QuadAnim   [L] QuadAnim
  • Raw   [L-S 8-24bit] Image brute RAW
  • Retina   [S] Envoi d'une image sur la carte graphique Retina Z2/Z3
  • Sculpt   [S] Image brute RAW séparée en R,G,B
  • ShowHam6   [S] Visualisation en HAM
  • ShowHam8   [S] visualisation en HAM8
  • StudioII-Print   [S] Impression d'une image par Studio II
  • Targa   [L-S] Truevision Targa
  • Text   [L] Création d'une nouvelle image à partir d'un texte
  • TIFF   [L-S] TIFF
  • TurboPrint   [S] Impression d'une image par TurboPrint 4.1 ou +
  • V-Lab   [L] Numérise une image à partir du numériseur V-Lab
Le "layer"

Nous avons vu plus haut que chaque opération est d'abord exécutée sur un "layer", sorte de couche qu'on peut imaginer au dessus du graphique, puis entérinée lorsque satisfaisante par l'opération "Fix". Nous avons vu ensuite dans le tableau des formats graphiques qu'on pouvait charger ou sauvegarder ce "layer". Ceci est une nouveauté importante et pratique.

AWeb et l'aide en ligne

Toute la documentation est comme par le passé et sur d'autres logiciels directement accessible pendant le travail avec la touche "Help". La seule différence est qu'elle n'est plus confiée à Multiview ou AmigaGuide, mais à AWeb, un navigateur sympathique de pages HTML. Plus de clarté (si on a un moniteur suffisamment important, car les caractères sont petits en haute résolution) et la possibilité d'adjoindre des images au texte.

Photogenics

Rien à redire sur la doc. Elle est exemplaire. Il est très facile de localiser les nouveautés ou les chapitres. L'index est solide et le vocabulaire ARexx bien développé.

Des conseils pour l'utilisation de Photogenics avec Scala, LightWave, Deluxe Paint, Workbench Backdrops, Wordworth, Final Writer, Professional Page 4, PageStream, Studio II, ADPro, ImageFX, ImageMaster, TVPaint et Windows Applications sont les bienvenus.

Le point sur les modes

Les modes suivants sont disponibles dans la version 2.0 et beaucoup d'entre eux sont paramétrables : AddNoise, AlterHue, Antique, Balance, BasRelief, Blur, BrightMap, Brightness, ChromaKey, Claudia, Cloner, Colourise, Contrast, CrossHatch, Defocus, Deinterlace, DirtyPaint, DisplaceMap, Dither, Emboss, FalseColour, Flip, Gamma, GradientTint, Greyscale, Hex, HueMap, Jitter, Limit, LineArt, MaskingPaint, Matrix, Median, Mirage, Mix, Monochrome, MotionBlur, Negative, Paint, Pixelise, Posterise, Randomise, Refract, Roll, RubEmboss, RubMix, RubTexture, RubThru, RubTint, Saturation, Sharpen, ShiftHue, ShiftRGB, Solarize, Split, Stellate, Tile, TileBrick, Tint.

Le point sur les brosses

Le choix de brosses (également paramétrables) est ainsi constitué : Aérographe, Aquarelle, Bombe, Calligraphie, Chiffon, Crayon, Éponge, Fusain, Marqueur, Néon, Pastel, Plume technique, Pointe feutre, Stylobille.

Photogenics

Les polices de couleurs

Je dois avouer qu'après de nombreux essais infructueux, je n'ai pu goûter les joies de ces innombrables polices. Le menu "open as" ne veut pas ouvrir de requête de fichier pour aucun des formats proposés et donc pour texte.

Les macros ARexx

Elles non plus n'ont rien voulu savoir. J'ai refait l'installation, j'ai contrôlé avec SnoopDOS. Désespérément rien sans comprendre non plus pourquoi. Si quelqu'un a eu plus de chance que moi, qu'il m'écrive, je lui en serai éternellement reconnaissant (Bruce Lepper : le test a été fait sur DraCo).

Conclusion

On ne le mentionne pas assez souvent, Photogenics est un grand logiciel et il mérite une réputation meilleure que celle qu'il a. Peut-être est-ce dû à son prix. La version 2.0 est vraiment très élaborée et le logiciel conjugue beaucoup de TVPaint, d'ImageFX et d'ADPro. On peut tout faire avec, même s'il est un peu fatigant de travailler avec la couleur pure. En tant que machine à effets et comme convertisseur d'image, il est à la pointe. Les nouveaux atouts comme le chargement en virtuel, le mettent à la portée des petites configurations. Peu de plantages sauf si on fait des opérations absurdes comme appeler une fonction alors qu'une autre n'a pas reçu tous ses paramètres ; dommage. Je le conseille vivement, il appartient à la panoplie du graphiste Amiga et on sent qu'une maison sérieuse et innovatrice comme Almathera va poursuivre les améliorations.

Nom : Photogenics 2.0.
Développeur : Paul Nolan.
Éditeur : Almathera.
Genre : retouche, dessin.
Date : 1996.
Configuration minimale : Amiga AGA, 68020, 8 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 800 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]