Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 08 août 2022 - 04:04  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Liberation: Captive 2
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - avril 1994)


Déroutant, dérangeant, agaçant, mais aussi prenant, passionnant, par moments impressionnant, Liberation ne laisse assurément personne indifférent.

Liberation: Captive 2

Fermez les yeux, et imaginez-vous un monde futuriste, notre planète au 29e siècle. Depuis longtemps, la Terre est aux mains - pas toujours propres - de gigantesques multinationales accroissant sans cesse leur pouvoir à grand renfort de corruption. L'un de ces mastodontes de l'industrie, Securicorp, spécialisé dans la fabrication de "droïdes policiers" se trouve dans une panade monstrueuse. Leur toute dernière création, dont le développement a demandé des investissements faramineux, semble affectée d'un malencontreux bogue.

Lors d'un interrogatoire de routine, un Securidroïde, modèle XLVI, assassine le suspect ainsi que l'officier de surveillance, avant de se désactiver. Pour Securicorp, il s'agit d'éviter à tout prix que l'affaire ne s'ébruite. Aussi, tous les acteurs ou spectateurs de "l'incident" sont discrètement enlevés et placés en détention. Voilà le cadre au sein duquel vous, depuis votre QG secret au coeur d'une montagne, allez tenter de libérer les prisonniers pour faire éclater le scandale, grâce à un commando de quatre droïdes téléguidés.

Liberation: Captive 2

Il faut en convenir, Chris Crowther a tenu à doter le deuxième épisode de Captive, d'un scénario en béton. De surcroît, l'univers cauchemardesque où vous évoluez reste, à l'usage, très crédible. Vous parcourez la ville, prenez des taxis automatiques programmables, entrez au hasard dans divers boutiques, bars ou bureaux, interrogeant les personnes que vous rencontrez. Vous faites du marché noir, une diversité d'actions qui donne au joueur un sentiment de liberté et de réalisme fort appréciable.

Quant à vos droïdes, ils sont gérés avec le même souci de profondeur et d'exhaustivité, avec fiche individuelle (style jeu de rôle) d'inventaire et état de tous les composants. En lieu et place des traditionnels points d'expérience, vous pourrez acquérir, voler ou trouver de nombreuses "extensions" sous la forme de puces à enficher directement dans votre crâne. Pour compléter la panoplie, de nombreuses armes sont disponibles, du coup de poing américain à l'épée, du pistolet au fusil d'assaut, mais gare à la panne, car chacun de vos coups ou tirs vous coûte de l'énergie. En cas de pénurie, il vous faudra pirater une source d'énergie pour faire le plein (mauvais contribuables que vous êtes !) en veillant à ne pas trop vous attarder, car la police détecte (et déteste) les détournements du système électrique de la ville.

Liberation: Captive 2

Bref, vous l'aurez compris, Liberation: Captive 2 possède une richesse de jeu absolument phénoménale et serait sans doute le jeu de l'année, si l'emballage était à la mesure du contenu et si la réalisation se montrait à la hauteur des promesses tenues par le scénario. Las, cette dernière comporte quelques failles importantes m'amenant à tempérer mon enthousiasme. Tout d'abord, il vous faudra une configuration musclée, un A1200 ou mieux si vous ne voulez pas que l'action ralentisse trop lorsque beaucoup de personnages se déplacent à l'écran. Un disque dur est également conseillé, car si vous installez le jeu au maximum de détails et de textures affichables (en l'occurrence, pas moins de 71), Liberation fait plus de 12 Mo, une taille énorme sur Amiga ! Que les malheureux dont ce n'est pas le cas se consolent cependant, il est possible de réduire tout cela pour pouvoir lancer le programme depuis les disquettes et garder une bonne vitesse au prix d'un environnement moins varié.

Hélas, quels que soient les paramètres choisis, Liberation demeure léger côté esthétisme. Ce n'est pas que les textures soient ratées (jusqu'à 5 heures de calcul ininterrompues à l'installation !), mais le pauvre nombre de couleurs exploitées (et surtout les mariages desdites couleurs) est pour le moins contestable.

Liberation: Captive 2

Le son est en revanche excellent, avec de très réalistes numérisations qui ne souffrent aucun reproche, à l'instar de la musique qui évolue selon le cours que prennent les événements. Reste tout de même que cette impression de laideur que dégage parfois Liberation risque d'en rebuter plus d'un. Mais à mon sens, vous auriez tort de ne pas passer outre ce détail, car lorsque l'on s'accroche, le jeu révèle petit à petit des trésors d'intelligence et de complexité. S'il est sûr que Liberation ne vous en mettra pas plein la vue, il risque en revanche de vous hypnotiser littéralement, et cela durant de nombreux jours, car sa durée de vie est quasiment illimitée. Question de choix, en somme. Personnellement, je vote pour !

Nom : Liberation: Captive 2.
Développeurs : Byte Engineers.
Éditeur : Mindscape.
Genre : jeu de rôle.
Date : 1994.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1,3 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8,5/10.

Les points forts :

- L'aspect vraiment "vivant" de l'environnement.
- Le scénario original.
- Une durée de vie gigantesque.

Les points faibles :

- Il n'y a pas à tortiller, c'est parfois carrément moche.
- Liberation reconnaît les puces AGA, mais se garde bien d'afficher la moindre couleur supplémentaire.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]