Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 25 mai 2017 - 03:17  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de The King of Chicago
(Article écrit par Emmanuel des Gourous et extrait d'A-News (Amiga News) - avril 1988)


Le scénario

Mémoires de Georges Harris, journaliste au Chicago Globe.

Octobre 1931.

Mon rédacteur m'avait chargé de mener une enquête sur les personnalités les plus importantes tramant dans le milieu du grand banditisme... Inutile de vous préciser que si mon patron m'avait demandé de faire des recherches à ce sujet, c'est qu'une certaine activité ébranlait la ville au lendemain de l'incarcération de celui que l'on appelait "Scarface" : Al Capone. Quel pourrait bien être son successeur ?

King of Chicago

La première personne intéressante était, sans nul doute, Pinky Callahan. Ce malfrat, parti du bas de l'échelle, n'avait pas hésité à abattre de sang-froid son employeur connu dans le milieu sous le surnom du "vieil homme". Depuis, Callahan n'avait cesser de grimper, mais il suffisait de s'attarder sur son entourage pour s'en persuader.

Qui faisait des recherches sur Callahan tombait inévitablement sur Ben, son bras droit : ancien fidèle du "vieil homme", Ben n'avait pas hésité à rejoindre l'assassin de son patron, qu'il assistera pendant plusieurs années. Callahan était connu pour ses conquêtes féminines et sa compagne du moment s'appelait Lola, une trop jolie blonde habituée à vivre dans le luxe, un genre bien répandu chez les femmes de l'époque.

King of Chicago

Il se disait dans le milieu que, malgré son poste important, Callahan n'hésitait pas à se mettre à l'ouvrage (on parle entre autres de la tuerie de l'hôtel Michigan, fait tristement légendaire de la guerre des gangs, à laquelle il aurait pris part), et il vouait, parait-il, une confiance absolue en ses deux lieutenants Peepers et Bull, reconnaissable à son visage balafré.

Mais la véritable assurance-vie du malfrat était située à l'hôtel de ville de Chicago et s'appelait Alderman Burke. Il paraît que Burke aurait demandé à Callahan, en pleine ascension à l'époque, de truquer les élections afin qu'il arrive au poste tant convoité de maire. J'avoue qu'on ne saura certainement jamais la vérité à ce sujet mais plusieurs preuves accumulées pendant mon enquête m'ont permis de me faire une idée à ce sujet.

L'autre monstre du milieu était un poulain de Capone : Tony Santucci. Nettement plus âgé que son ennemi Callahan, Santucci avait sous son aile la majeure partie de Chicago avant que n'arrive celui-ci. Dès lors, chacun souhaita la mort de l'autre, vu les enjeux et les bénéfices que retirerait celui qui aurait mainmise sur la ville.

On parle aussi d'une liaison qu'aurait eue Lola avec Santucci. Celui-ci n'hésita donc pas à envoyer par l'intermédiaire de Guido, son bras droit, des tueurs professionnels qui seraient en mesure de le débarrasser une fois pour toutes de Callahan et de son gang.

King of Chicago

La mitraillette Tommi crépita à tout bout de champ ; de nombreuses bombes explosèrent dans les quartiers Nord, lieu du quartier général de Callahan et dans la partie Sud, domaine de Santucci. Les attentats contre les deux personnes se multiplièrent durant cette période importante où se décida lequel serait roi de Chicago...

Technique grandiose

L'arlésienne du programme de jeu est enfin arrivée : depuis le temps que les journaux anglo-saxons en parlaient, il fallait bien qu'elle finisse par arriver sur notre territoire. Cinemaware, avec ce programme, autant le dire tout de suite, ne trahit pas sa réputation : c'est tout simplement (mais cet avis n'engage que moi) le meilleur jeu sur Amiga et certainement sur toutes machines confondues.

Par où commencer ? Le scénario (car n'oublions pas qu'il s'agit d'une véritable superproduction dans la lignée des Incorruptibles ou de Scarface) est détaillé quelques lignes plus haut, de même que les personnages. Je ne reviendrai dessus que pour insister sur le soin apporté à sa conception dans la grande tradition des films noirs : alliances, règlements de compte, et intervention surprenante de la petite amie et de... la mère du héros, gangster au grand coeur, dans des scènes dramatiques et poignantes.

Ce programme se situe dans la grande lignée des jeux interactifs ; les actions se font par le choix des pensées de Pinky : le joueur joue en quelque sorte le rôle de sa conscience et retient une idée sur deux ou trois en cliquant sur la bulle correspondante. Difficile de faire plus simple et le clavier devient donc entièrement inutile tout au long du jeu. Il est possible (et obligatoire) de s'occuper de la comptabilité de votre affaire : montant des salaires, revenue des paris et divers rackets... Bien entendu, vous prenez part personnellement aux différentes attaques contre vos ennemis, ce qui nous permet de parler de l'animation. Ce programme regorge de différentes scènes d'action (reproche que l'on pouvait faire à Defender of the Crown, première réussite de Cinemaware).

King of Chicago

Je ne vous dévoilerai pas toutes les actions (poursuites en voiture, jeux, attentats à la bombe...) mais je m'attarderai sur l'assaut du QG adverse que vous menez, mitraillette Tommi au poing. Le principe rappelle Prohibition : il faut éliminer les gangsters qui vous tirent dessus par les fenêtres ou dans la rue. Les balles sifflent autour de vous, les hommes hurlent lorsqu'on les abat : on s'y croirait. Un bon conseil, n'abattez aucune femme à la fenêtre ou vous découvrirez bien assez tôt que même à Chicago, on respecte encore la justice. Réussite, donc, dans l'animation, malgré le fait que cela sente bon l'Aegis Animator...

King of Chicago

Pour finir, une petite question : quel est le petit plus des logiciels de Cinemaware ? Allez, je vous aide : stéréo, quatre voies. Là, vous y êtes : la musique. Aujourd'hui, Jazz à l'affiche. Comme toujours, c'est un petit chef-d'oeuvre du genre et je précise qu'elle vous accompagne tout au long du jeu à la condition que vous ayez une extension mémoire. En effet, le Mo apporte quelques améliorations (musiques en plus, écran Intermission et apparition cinéma du journal) et il est recommandé pour bien apprécier ce jeu d'avoir deux lecteurs de disquette : non indispensable mais tellement mieux !

King of Chicago

Conclusion

Jusqu'où iront-ils chez Cinemaware ? C'est la question que l'on est en droit de se poser au moment où sort The Three Stooges et se profile déjà à l'horizon Rocket Ranger, qui semble lui aussi sublime. En attendant, The King of Chicago est le programme idéal pour vous faire patienter : je ne saurai alors que trop vous le conseiller.

Nom : The King of Chicago.
Développeurs : Master Designer Software.
Éditeur : Cinemaware.
Genre : jeu d'aventure.
Date : 1987.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 7/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]