Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 01:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Les jeux à deux
(Article écrit par Olivier Hautefeuille et extrait de Tilt - septembre 1989)


Une nouvelle vague de jeux déferle sur nos micros ! Finis les plaisirs solitaires, le vrai joueur, grâce à un judicieux usage de prises mâles et femelles, peut désormais entrer en contact avec d'autres passionné(e)s.

Les jeux multijoueurs

L'ordinateur est un compagnon de jeu infatigable. Il répond depuis toujours aux questions de l'aventurier, envoie ses hordes d'aliens à l'encontre du guerrier ou déploie ses attaques face aux troupes du stratège... Jamais lassé, doué d'une patience à toute épreuve, un opposant idéal ? Pas toujours ! Qu'en est-il lorsque l'on connaît ses moindres réactions, que l'on a épuisé tous les scénarios d'une mission au point de les connaître par coeur ?

Les jeux multijoueurs tentent de répondre à cette question. Leur rôle, ouvrir de nouveaux horizons, amener l'idée d'un jeu évolutif où se rencontrent réellement deux intelligences, la vôtre et celle de votre frère de manette. Plus de limite au scénario, l'évolution de votre partie devient parfaitement aléatoire et bien plus passionnante du même coup...

Précisons tout d'abord que le vrai "jeu à deux" doit permettre à deux joueurs de combattre au même moment et d'apparaître ensemble sur un même écran. Techniquement, de tels jeux utilisent soit une seule machine sur laquelle deux manettes sont connectées, soit deux ordinateurs reliés entre eux par un modem ou un câble.

Nous étudierons dans cet article les limites techniques que cela impose et le matériel qu'il faut investir pour chacun des jeux cités. Deuxième question, comment se comportent les différents genres ludiques face à ce nouveau concept ? Nous avons enfin sélectionné quelques titres récents qui exploitent cette toute nouvelle conception. Conclusion : rien n'est encore parfait mais l'année 1989 nous promet de véritables merveilles...

Jeux d'action

L'action est le tout premier genre à s'être essayé au jeu à deux. Le premier Pong, ancêtre de tous vos jeux d'action, utilisait déjà le principe de la double raquette maniée simultanément par deux joueurs. Aujourd'hui, c'est Silkworm, inspiré de R-Type, qui traduit le mieux l'évolution du genre. "De mémoire de joueur, nous n'avons jamais vu autant d'ennemis à la fois sur un écran Amiga" (dixit test de Silkworm dans Tilt 68, page 42). Le joueur possède ici deux engins de tir, une jeep et un hélicoptère. Impossible de vaincre seul les onze niveaux de cette incroyable bataille. Plus encore, le jeu en solitaire pourrait rapidement être taxé de manque d'originalité.

Silkworm
Silkworm

D'où l'idée des concepteurs de concevoir un réel jeu à deux. Dans le cas présent, les deux combattants vont agir pour la même cause, lutter côte à côte pour vaincre l'adversaire, l'un surveillera le sol, l'autre dégagera le ciel des hordes d'appareils ennemis. Le scénario de Silkworm fait apparaître les adversaires de façon identiques pour chaque partie. Cela aurait lassé rapidement le joueur solitaire. Mais à deux, il y a tellement de stratégies d'attaque différentes que cette lassitude est bien loin de paraître avant plusieurs mois de lutte.

Techniquement, il suffit pour mener à bien cette double bataille de connecter deux manettes sur la machine. Simple et pas cher, voilà le plus convaincant et le plus simple à mettre en oeuvre des multijoueurs action de l'année 1989 !

Les exemple de Xybots et Gauntlet

Plus complet quant aux stratégies qu'elle développe, la mission de Xybots utilise, elle aussi, simplement deux manettes. Mais ici, les deux combattants vont pouvoir soit lutter ensemble, soit s'affronter en un face-à-face sanglant, soit encore jouer contre la machine mais individuellement, dans l'espoir de rafler les bonus avant l'adversaire. Dans le principe, le jeu ressemble au célèbre Gauntlet. Il s'agit de traverser des labyrinthes pour collecter des bonus ou des armes. Dans les niveaux de jeu élevés, c'est la coopération qui est bien sûr la plus payante. Un joueur dégage le terrain, l'autre collecte les bonus, et inversement pour ne pas que l'une des deux manettes perde trop d'énergie. Et comme toujours, c'est la possibilité de joueur à deux qui sauve le jeu de son manque d'originalité.

Xybots
Xybots

Gauntlet lui-même présentait déjà cette option "multijoueur". Plus encore, c'est Gauntlet II qui a lancé le mode de jeu à quatre. Techniquement, il fallait pour cela acheter un doubleur de manettes commercialisé par Microdeal (60 FF à l'époque). Le doubleur n'a jamais fonctionné qu'avec deux titres, Gauntlet II et Leatherneck. Malheureusement, il n'est même plus commercialisé aujourd'hui, et même si Microdeal annonce que la vente de ces adaptateurs reprendra bientôt, on peut regretter qu'aucun autre éditeur n'ait suivi la manoeuvre, n'ait mis au point deux jeux compatibles avec ce matériel. Les joueurs se regroupent plus facilement devant un écran que les éditeurs autour d'une table !

La stratégie

Après l'action et le tir laser en amoureux, la stratégie a, elle aussi, mis le pied dans l'univers multijoueur. L'un des premiers jeux qui ait exploité à fond cette possibilité est Fire Power, un combat de char en vue aérienne. Simple dans sa conception, ce produit MicroIllusion reste l'exemple à suivre dans la conception du jeu à deux. Il est, en effet, possible de joueur sur un ou deux ordinateurs (deux manettes ou modem).

Fire Power
Fire Power

Aspect intéressant du logiciel : l'écran propose deux fenêtres. Dans chacune d'elle évolue l'un des chars. Chaque camp est férocement défendu par des canons et hélicoptères gérés par l'ordinateur. Vous vous frayez alors un chemin parmi forêt et lignes fortifiées jusqu'au moment où apparaît sur votre propre fenêtre de vue... le char ennemi. Le face-à-face est somptueux, dangereux et très stratégique. Ajoutez à cela l'emploi du radar qui vous permet de surprendre l'adversaire caché derrière un arbre, voilà du vrai "jeu à deux" !

Si Fire Power possède un scénario trop simple pour que le jeu en solitaire (contre l'ordinateur) soit vraiment passionnant, on atteint avec le mode deux joueurs simultanés une stratégie et surtout une ambiance grisante.

Machines reliées entre elles

Après tous ces exemples de liaison, deux manettes connectées sur une même machine ou quatre dans le cas du doubleur de manettes, voici quelques jeux qui utilisent pour le mode deux joueurs deux machines reliées entre elles : Fire Power dans sa version modem (la stratégie du jeu est identique à celle citée plus haut), Falcon pour la simulation, Populous pour la stratégie.

Mais faisons tout d'abord le point sur les liaisons qui peuvent unir deux machines. Il faut connaître premièrement la fameuse prise RS232 ou sortie "série" qui habite maintenant tous les ordinateurs. Par cette prise, on peut d'une part relier deux machines par l'intermédiaire d'un modem. L'interface traduit les données informatiques en signaux transférables par ligne téléphonique.

On peut d'autre part utiliser un simple câble nommé Null Modem. Dans le premier cas, les joueurs vont jouer "chacun chez soi", relié par modem et donc par liaison téléphonique. Avantage certain, le côté "magique" de l'affaire et le confort de chacun dans son "home, sweet home". Revers de la médaille, l'investissement matériel (un modem de base vaut entre 1000 et 1500 FF) et les factures téléphoniques qui suivront vos heures passées à conquérir l'univers de Populous !

Dans le deuxième cas, le câble Null Modem permet de relier deux machines sans passer par un modem. Le coût de l'opération est moindre (environ 140 FF) mais vous devrez transporter votre ordinateur chez votre partenaire, une contrainte à la longue lassante...

Il faut enfin parler de la transmission des données. Dans le cas du modem, cette transmission s'effectue au maximum à 9600 bauds. Inutile d'entrer dans la technique. Sachez seulement que par le câble simple, on arrive à des vitesses vingt fois supérieures ! Il y a donc encore à faire pour arriver à une synchronisation parfaite des deux postes de jeu, surtout dans le cas du modem.

Les premiers titres à avoir bénéficié de l'option "modem" appartiennent à la famille des simulations. C'est Falcon qui remporte alors la palme d'honneur, tant par la qualité de sa simulation que par l'utilisation du mode de jeu câble. Fabuleux en mode solitaire, Falcon devient démentiel en liaison modem. Deux F16 s'affrontent dans un combat aérien digne du célèbre Top Gun. Cette confrontation est malheureusement l'unique option disponible en mode deux joueurs. Les missions proposées par le programme ne sont disponibles qu'en mode "jeu contre l'ordinateur". Dommage car casser côte à côte du Mig n'aurait sûrement pas déplu aux amateurs !

Le jeu à deux demande un entraînement et une préparation poussés. Avant tout, ne vous alourdissez pas inutilement. Armez-vous exclusivement de missiles air-air (AIM-9L) et peut-être un réservoir de carburant supplémentaire... Pour le reste, la notice explique comment attaquer dans les meilleures conditions. On place son appareil à l'arrière de l'avion ennemi, à moins de cinq miles de distances et... feu à volonté ! Le réalisme du combat vous prend aux tripes. Bonjour la peur lorsque l'on entend le sifflement d'un missile ou que l'on est accroché par le radar de l'ennemi ! Ce sont là des sensations que l'on ne rencontre pas dans le jeu en solitaire, peut-être parce que l'on connaît toujours à plus ou moins long terme les réactions de l'ordinateur...

Par contre, la technique limite assez vite les possibilités de jeu à deux via modem ou câble. Il y a tout d'abord l'impossibilité de lancer toutes les missions dans ce mode de jeu. Ensuite, lorsque l'on pousse un peu l'aventure, on note quelques défauts et incohérences. Bombardez par exemple une piste d'atterrissage. Le tireur peut voir l'impact de la bombe sur son écran, mais pas son partenaire ! De bien petites imperfections qui montrent que la simulation câblée n'en est qu'à ses premiers pas...

L'exemple de Populous

Côté stratégie, c'est Populous qui nous a dernièrement séduit par son mode deux joueurs. Il est vrai que le scénario du programme et sa mise en place graphique sont déjà gages de succès. Rappelons brièvement le thème de l'aventure. Les participants jouent le rôle de deux dieux guerriers qui se battent pour la conquête de l'univers. Le but du jeu : éliminer l'adversaire en utilisant les pouvoirs acquis grâce au Mana, une énergie créée par les prières de votre peuple. Chez Populous, c'est le facteur temps qui domine, d'où la puissance du jeu à deux. De la rapidité de vos réactions, de la promptitude de vos décisions dépend le sort de votre règne !

Populous
Partie de Populous en Null Modem

Graphiquement, le jeu à deux est encore plus passionnant puisqu'il est possible de s'étendre sur le territoire ennemi. Contre l'ordinateur, les pros de Populous vaincront en un temps record. Mais face à l'adversaire humain, c'est une autre paire de manche. La tension d'une telle partie, la continuité, l'observation ininterrompue des manoeuvres de l'adversaire sont étourdissantes, surtout si ce dernier ne se trouve pas dans la même pièce que vous. Populous à ouvert la voie à la stratégie par câble.

Aventures à deux ?

Mais à l'heure ou Falcon utilise les PTT pour détruire votre jet, qu'en est-il de l'aventure, du jeu de rôle par liaison modem ? Monstrueuse lacune que l'absence de jeux d'aventure multijoueur sur le marché ludique ! Imaginez un produit de la qualité Cinemaware et jouable à deux par câble... L'aventurier blessé au fond d'une fosse emplie de scorpion attend l'aide de son coéquipier, un groupe d'aventuriers se sépare au carrefour d'un labyrinthe, les uns pour une mission de reconnaissance, les autres pour la collecte d'un trésor... des situations de rêve que nous attendons depuis le début de la micro ludique, plus encore que de nouveaux scénarios ou de nouvelles prouesses graphiques !

Le début de la mode multijoueur

Le phénomène "multijoueur" vient de naître. Il se développe à coup sûr... mais bien longue est l'attente du joueur ! Au dernier CES de Chicago, nous avons constaté que cette tendance concerne également les consoles de jeu (la console Genesis est connectable par modem) et les salles d'arcades. Aux États-Unis, il est probable que ce nouveau concept rencontre un succès notable. Les joueurs américains sont, en effet, très bien équipés. On y voit déjà beaucoup de PC reliés entre eux par modem, ce qui n'est pas le cas en France.

Mais fondamentalement, c'est le principe même du jeu à deux qui devra se développer dans l'esprit des créateurs, que l'on joue sur la même machine ou sur deux ordinateurs différents. Il faudra par exemple que le doubleur de manettes revienne sur le marché et surtout que tous les éditeurs y adaptent ensemble leur produits, que les créateurs d'aventures se lancent eux aussi dans le multijoueur, que les simulateurs de demain ouvrent toutes leurs missions au vol à deux...

Et pour finir avec une note d'espoir, voici qui devrait en faire rêver plus d'un : la société Lord British affirme travailler sur un Ultima multijoueur nommé Multima, Sierra On Line avoue son intention de mettre au point prochainement un King's Quest à deux héros, Mirror Soft annonce la sortie de Bloodwych, un jeu de rôle pour les jeunes couples d'aventuriers !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]