Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 19 novembre 2017 - 20:46  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Jaz
(Article écrit par Alessandro Di Napoli et Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - mars 1997)


Deux sons de cloches pour ce Jaz qui jase dans le noir

Deux sons de cloches (gentil pour les deux testeurs), le Jaz qui jase dans le noir, hommage à Léo Ferré, et cette cartouche Jaz qui ronronne dans son lecteur noir, tout y est.

Jaz

Tout le monde en parle, une cartouche amovible qui rend le giga-octet démocratique, un succès commercial, ce qui est difficile, car s'imposer dans un marché en évolution aussi rapide et avec tant de concurrents n'était pas évident, un moyen de stockage et d'échange reconnu par toutes les plates-formes, beaucoup d'usagers aimeraient en savoir plus.

Jaz

Voici deux avis, assez concordants, mais avec des petites différences, celui de Alessandro Di Napoli sur A4000 et celui de Jac Pourtant sur DraCo.

Un disque dur amovible qui fooooncreee ! (par Alessandro Di Napoli)

Je cherchais un moyen sûr et efficace pour stocker les sauvegardes de mon disque dur ainsi que pour mes animations réalisées sous LightWave. Déambulant au Computer 96 (Lausanne en Suisse), cherchant vainement un Amiga (pas même l'ombre !), je tombe sur le Jaz d'Iomega. Je décide de le prendre (en version interne SCSI-II) et je l'installe dans mon A4000.

Premières impressions et installation

La boîte présente bien. Les instructions (trois feuilles) sont en plusieurs langues agrémentées de dessins explicatifs. Heureusement, il y a une cartouche Jaz ainsi qu'une disquette.

Le numéro d'ID est préréglé sur 5. Contrairement au Zip, ici on peut aisément changer le numéro de l'ID. La notice explique bien comment faire. J'ouvre mon A4000, je monte le lecteur sans aucun problème particulier, et je part pour le grand test !

En pratique

Première chose, HDToolBox... La reconnaissance du Jaz prend 10 à 15 minutes... J'ai su un peu plus tard que contrairement à un disque dur normal, HDToolBox passe tout le disque Jaz en revue.

Donc, après ce laps de temps (juste assez pour une choucroute-merguez), je corrige les paramètres du disque et je clique sur "Save". Là, étonnement : "Error" !? J'éjecte la cartouche Jaz, démonte l'Amiga, contrôle tous les branchements et je m'aperçois simplement que sur le disque Jaz, il est écrit : "Jaz Tools"... Je relis le mode d'emploi, et je m'aperçois que la cartouche Jaz fournie est partitionnée pour Mac et PC ! A moins d'utiliser CrossDOS ou CrossMac, il ne me sera donc pas possible d'utiliser cette cartouche !

Je retourne chez mon revendeur qui me vend une cartouche neuve. Rebelotte et dix de der, HDToolBox et un peu de patience et voilà, ça marche !

Désireux de reformater ma cartouche d'origine en Amiga, je décide de téléphoner à la téléassistance d'Iomega. A peine ai-je prononcé le mot "Amiga" que la panique s'empare du technicien qui avoue ne pas connaître...

Utilisation

Premier essai pour voir une animation de 13 Mo faite sous LightWave à 25 images par seconde utilisée avec Scala en mode lecture du disque : époustouflant, aussi rapide qu'un disque dur normal, voire plus rapide qu'un disque dur IDE. SysInfo donne 4,5 Mo/sec alors que mon Dec rame à 2,2 Mo/sec (il est un peu vieux). Mon IBM, lui, turbine à 4,2 Mo/sec (les deux sont SCSI-2).

Conclusion

C'est un système de disque amovible à avoir absolument. Surtout utile pour les gros fichiers qui doivent pouvoir être lus avec un débit important (animations, fichiers images, etc.). En plus, vu la grande capacité de ce genre de cartouche, on peut effectuer des sauvegardes, rapides et sans problèmes, de ses disques durs.

Petit problème tout de même, sans accès pendant 30 minutes d'affilée, le disque s'arrête ! C'est assez embêtant car il faut penser à le faire tourner toutes les 29 minutes (petit programme ARexx), ou alors manuellement. SCSI Mounter (sur tout bon site Aminet), permet de retrouver votre cartouche, palliant ainsi à ce léger problème, ou alors il est aussi possible d'éjecter la cartouche et ensuite de la réinsérer. Elle se retrouvera sur le Workbench tout simplement !

Le prix est d'environ 1000 FS pour l'appareil et 150 FS pour la cartouche (Bruce Lepper : en France environ 2500 FF le lecteur externe seul et 600 FF la cartouche).

Positif :
  • Vitesse.
  • Capacité.
  • Un vrai disque dur SCSI-2 rapide.
Négatif :
  • Le temps pour HDToolBox.
  • Arrêt après 30 minutes.
Je pourrais difficilement m'en passer (par Jac Pourtant)

Ma trajectoire est assez proche de celle d'Alessandro, puisque j'ai acheté mon lecteur sur le salon de Cologne. J'aurais bien voulu y acheter quelques cartouches de rechange, mais on n'en trouvait nulle part. Le vendeur m'a pourtant assuré qu'une cartouche se trouvait dans le paquet, ce qui est vrai.

Le départ

Comme pour Alessandro, l'installation dans le DraCo n'a posé aucun problème. Le lecteur est trois pouces et demi, mais un adaptateur permet de le mettre dans une baie cinq pouces et demi. Une fois arrimé, il ne reste plus qu'à rentrer la cartouche. On se demande au début comment ça peut bien rentrer et comment ça peut contenir un giga-octet, pourtant ça rentre facilement.

HDToolBox est bien sûr l'étape suivante, mais ayant lu un article sur Aminet, je savais déjà que la reconnaissance de la cartouche prendrait un quart d'heure. Sinon, j'aurais cru à un blocage de la tâche. Un quart d'heure plus tard donc, les paramètres rentrés, redémarrage, impossible de reconnaître la cartouche. Ah ! C'est là également que je découvre qu'elle est formatée PC et qu'elle contient des outils dont je n'ai que faire.

Mais moi, je ne peux pas retourner voir mon vendeur, et puis, avec tous les tests que je fais à longueur de temps, je suis opiniâtre et je m'acharne ! Re-HDToolBox, re-quart d'heure, re-rien. Pas moyen de supprimer ces fichiers. Re-re-HDToolBox, re-re-quart d'heure, allez, les grands moyens, Low Level Format. Re-re-redémarrage. Ah ! L'icône apparaît, les partitions sont NDOS, mais elles sont là. Il suffit alors de les formater normalement et tout est prêt.

L'arrivée

Je voudrais signaler que dans cet article sur Aminet, il était écrit que les cartouches Jaz contiennent deux partitions d'origine, ce qui est évidemment erroné. C'est HDToolBox qui propose par défaut, comme pour tout disque dur normalement constitué, un partage en deux parts égales.

Moi, j'ai accepté ce partage et j'ai ainsi consacré une partition de 500 Mo à mes sacro-saintes archives de programmes en XPK (sans problèmes). L'autre partition a aussitôt reçu des montagnes d'images d'animations à rentrer ensuite dans MovieShop. Il paraît, d'après MacroSystem et DeltaGraphX, mais je n'ai pas essayé, qu'on peut utiliser les cartouches Jaz en partitions vidéo et audio pour MovieShop. mais que le débit ralentit au fur et à mesure qu'on se rapproche du centre du disque.

En tout cas, c'est vrai que c'est rapide et on ne s'aperçoit pas de la différence avec un disque dur ordinaire. De temps en temps, la cartouche s'arrête, puis repart, sans doute pour se recalibrer.

Après un certain temps d'inactivité, peut-être 30 minutes, je n'ai pas mesuré, comme le dit Alessandro, la cartouche s'arrête et se met en veille, mais chez moi, aussitôt sollicitée, elle repart normalement.

Par contre, si je veux changer de cartouche, la nouvelle n'est pas reconnue, même après un redémarrage à chaud. Il faut impérativement arrêter le DraCo et le rallumer, ce qui est pire que pour Alessandro. Peut-être y a-t-il un moyen, mais je ne l'ai pas encore trouvé, non faute d'essayer tout ce qui traîne sur Aminet. Ce doit être spécial au DraCo.

La vie quotidienne

Dès que j'ai été sûr du fonctionnement, je me suis mis en quête de cartouches. La FNAC était en rupture de stock, ainsi que tous les magasins que j'ai contactés. Je me suis aperçu de la grande disparité des prix, pourtant dans des magasins de gros débit. Chez Boulanger, la cartouche coûtait plus de 900 FF, à la FNAC 700 FF et chez Surcouf 600 FF.

Il m'a fallu attendre plus d'un mois avant de pouvoir m'en procurer. Dès que j'en ai obtenu. j'en ai formaté une en Mac OS, et j'ai mis mon système Mac pour ShapeShifter dessus, c'est très pratique. Sur une autre, j'ai fait dernièrement, trop tard (après le plus grand plantage de partition de ma vie d'amigaïste) des sauvegardes de toutes mes partitions.

Vous pourrez aussi vous reporter à l'article sur AFS. J'ai essayé de formater une partition sur une cartouche en AFS, sans la reformater et sans perdre les données. Ça n'a pas fonctionné et heureusement que l'autre partition était restée en FFS, car le DraCo ne démarrait plus. En la désactivant au menu de démarrage, je suis arrivé à la remettre en FFS dans HDToolBox. Si je n'avais eu qu'une partition dessus, je n'aurais jamais pu récupérer ma cartouche, alors attention !

Par contre, plus tard, j'ai formaté d'origine une partition Jaz en AFS. Je ne vous le conseille pas, tout du moins sur DraCo, les requêtes ASL et DirOpus plantent joyeusement. J'ai trouvé sur Aminet un utilitaire pour Zip qui devrait résoudre le problème, mais je ne l'ai pas essayé.

Ce que je vous conseille pour accélérer les examinations de grands répertoires est de formater dès le début vos cartouches en CacheDir. La différence est foudroyante.

En outre, les étuis des cartouches sont très intelligemment conçus, en plastique absorbant les chocs, se fermant de façon relativement étanche, pouvant tenir debout ou se ranger comme des livres auxquels ils ressemblent d'ailleurs, et sont pourvus de feuilles pliées en quatre pour noter le contenu (visible sous plastique transparent) et même d'en changer une fois, et puis encore d'étiquettes à coller sur les cartouches. Rien à redire.

Conclusion

On ne peut pas bourrer son ordinateur de disques durs, même le SCSI a ses limites. Un Go c'est déjà blen. Il parait qu'un modèle a 2 Go devrait sortir. C'est mieux, mais je me contenterai de celui-ci encore longtemps, je crois. Et puis, de plus en plus de gens autour de moi s'équipent, ce qui rend bien service pour l'échange de fichiers graphiques importants ou d'animations.

Pour la PAO, les flasheurs y viennent aussi, le SyQuest est en train de perdre des plumes. Et une fois le lecteur amorti, un disque dur d'un Go pour 600 FF (prix qui baissera encore), on n'en trouve pas encore beaucoup.

Résultat du double essai

Finalement, la seule différence entre Alessandro et Jac, c'est le comportement des cartouches. D'un côté, elles ne repartent pas après non-utilisation, mais une nouvelle cartouche est reconnue, de l'autre, c'est l'inverse. Est-ce dû aux spécificités Amiga et DraCo ? En tout cas, Jaz s'avère une solution plus que satisfaisante pour les amigaphiles, et c'est ce qui est important.

Trois mois plus tard...

Depuis l'article ci-dessus, j'aimerais mettre quelques déclarations au point. En effet, il est passé de l'eau sous les ponts et des craquements dans le lecteur depuis le mois de février.

Première classe

La première cartouche que j'ai eue avec mon lecteur Jaz (la "Tools") a été consacrée à mes archives de quatre années de logiciels Amiga, bien classées, une richesse inévaluable ! Or, un jour que j'étais tranquillement en train de recopier une de ces archives, j'entendis nettement un bruit discret mais inhabituel du côté du lecteur et un plantage suivit. Pas de panique, ça arrive de temps en temps. Mais là, plus d'accès à mes archives. Bizarre puisque j'étais en lecture.

Appelons les secours : DiskSalv, à moi ! DiskSalv ne put aller au-delà de 22% du disque. Rien à faire. Alerte générale ! Grâce à l'internet, j'appelle tous mes amis à la rescousse, et ils viennent tous avec des programmes aussi divers que prometteurs. Que nenni ! Rien n'y fait. Même les manoeuvres les plus osées restent sans effet. Le repartitionnement sauvage ne me permet jamais de dépasser la zone maudite. Aucun logiciel n'y parvient. Lors, après quelques semaines, l'espoir de revoir ma Normandie et mes archives s'estompa. Il ne me restait plus qu'à reformater ma cartouche bas-niveau, au moins pour pouvoir la réutiliser. Là aussi, le projet échoua lamentablement. La cartouche était donc physiquement endommagée. Difficile de la faire changer en France, puisque je l'avais achetée en Allemagne. Je la renvoie donc à mon revendeur allemand qui me signale qu'il doit lui-même la renvoyer à son fournisseur (qui je suppose doit la renvoyer à Iomega). Mais pas de problèmes, les cartouches sont garanties à vie.

Clarifions les choses

Un ami possesseur d'un lecteur vient avec pour faire des essais sur mon DraCo. C'est là que je m'aperçois que son lecteur, dans la même configuration que le mien reconnaît les changements de cartouches. Rappelez-vous, que dans mon article, je croyais le DraCo fautif lorsque j'étais obligé de l'éteindre pour pouvoir reconnaître une nouvelle cartouche. Le sien fonctionne donc comme il doit et c'est mon lecteur qui a un problème.

Un malheur arrive rarement seul

Un autre bruit étrange et plus marqué un jour que j'introduis une cartouche, puis plus rien. Le lecteur semble malade, et, en effet, après plusieurs essais infructueux, je m'aperçois par la trappe qu'une des têtes de lecture est pliée. J'appelle mon revendeur allemand à la rescousse et il me dit qu'en Allemagne je bénéficierai d'un changement instantané. Il me donne un numéro de téléphone de SAV allemand à Dublin chez Iomega (je vous le fournis bien qu'il doive y avoir un numéro français : 353-18075130).

Je les appelle et comme il faut pas mal patienter avant de tomber sur le bon service, je leur demande leur adresse électronique pour pouvoir expliquer calmement les choses. J'envoie. Deux jours sans réponse. Je renvoie. Deux jours sans réponse. Je les rappelle au téléphone et là, une jeune personne fort charmante ne veut savoir aucun détail sur mes ennuis, elle me demande mon adresse, me donne un code et m'explique que je recevrai un nouveau lecteur dans les jours suivants, que j'aurai juste à mettre le défectueux dans le paquet et le renvoyer avec le code, tout frais de réexpédition payés. Un rêve, trop beau pour être vrai. Et pourtant (ça doit venir de mon pseudo) la chose s'est déroulée comme prévue, en Colissimo, s'il vous plait.

Un Jaz tout neuf...

Donc un des derniers modèles. Le croirez-vous. Celui-ci ne marche ni comme mon ancien ni comme celui de mon ami. Un troisième cas de figure donc : je n'ai pas besoin d'éteindre pour changer de cartouche, mais je dois tout de même redémarrer. Par contre, ayant mis mon système Mac sur Jaz, si j'enlève une autre cartouche et que je mets ma cartouche Mac, ShapeShifter qui connaît les adresses physiques de mes partitions les trouve bien. Et je peux remettre la première cartouche plus tard, car elle n'a pas été "ditée". Bref, tout ceci est bien compliqué et bien étrange. Voilà quatre façons différentes (avec celle d'Alessandro) de fonctionner.

De toutes manières, en cas de problème, le recours à l'inégalable service d'Iomega permet d'envisager sereinement l'achat et l'utilisation de ce système qui par ailleurs me donne une très grande satisfaction. En effet, depuis mes premiers essais négatifs et avant mes ennuis de lecteur, j'ai enfin réussi à formater les cartouches Jaz en AFS. Vous en saurez plus dans cet article et par vous plébiscitée, des aventures de Concon.

Informations fournies...

Iomega reprend aujourd'hui tous les disques de 1 Go pour lecteurs Jaz qui s'avéreraient défectueux. La société reconnaît en effet en avoir distribué plus de 20 000 aux États-Unis et 55 000 dans le reste du monde comportant un défaut de fabrication susceptible d'endommager les données qui y sont enregistrées. Ce défaut concerne précisément les disques fabriqués entre le 13 mars et le 20 avril 1997, lesquels portent au dos une date comprise dans cette période, suivie de la mention MS. Un officiel de la compagnie a déclaré : "Iomega respecte ses engagements sur la qualité. Nous prenons toutes les mesures pour remplacer les disques défectueux sans aucun frais pour nos clients".

Conclusion

Bien que les spécificités soient variables d'un lecteur à l'autre, et malgré mes déboires, le Jaz est et reste un périphérique merveilleux dont je ne saurais me passer. J'aurais aimé dans le passé que des marques prestigieuses relatives à l'Amiga eussent eu la même politique pour des produits que j'ai payé jusqu'à dix fois plus cher (je ne vise personne...). Quant à mon disque défectueux retourné en Allemagne, après deux mois, il n'est toujours pas arrivé, mais je sais qu'il est en route. Si j'avais su, je l'aurais envoyé avec le lecteur.

Au cas où vous auriez vous aussi des problèmes :

Iomega Ireland,
Fingal House, Dublin Road Swords,
Dublin 75001.

...ou bien leur correspondant en France :

Sequel
Angle de la rue du Château et de la rue de la Garenne,
95310 St-Ouen l'Aumône.
Tél : 01.30.37.34.79.

Nom : Jaz.
Constructeur : Iomega.
Genre : périphérique de stockage de masse amovible.
Date : 1995.
Prix : 2500 FF le lecteur, 600 FF la cartouche.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]