Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 27 mai 2017 - 15:50  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Mathias Parnaudeau
(Entrevue réalisée par David Brunet - février 2009)


Voici une entrevue avec Mathias Parnaudeau, développeur sur Amiga (AmigaOS 4 et MorphOS). Il s'agit de sa seconde entrevue pour Obligement après celle d'août 2004. Avant de débuter l'entrevue, Mathias a souhaité faire un petit rappel :

"Tout d'abord, un petit rappel personnel. J'ai désormais 33 ans (déjà !), je vis et je travaille à Grenoble. Ma société, Trango VP, a été rachetée par une autre beaucoup plus grosse et très connue, en octobre 2008 : VMware. Après avoir innové avec ses logiciels de virtualisation sur serveurs et desktops, VMware a décidé d'attaquer le marché de l'embarqué et de la téléphonie mobile. Mon poste consiste à tester notre hyperviseur, je m'assure qu'il n'y a pas de bogues et je mesure aussi les performances. Rappelons que notre technologie MVP (Mobile Virtual Platform) permet de faire fonctionner plusieurs OS (Linux, Windows CE, Symbian...) en même temps sur un seul processeur en garantissant la sécurité."

- Fin octobre 2008, vous avez publié la première version de Sonix, le premier programme gérant les webcams pour AmigaOS 4 et MorphOS. D'abord, pourquoi avoir entrepris ce type de développement ?

C'est un sujet qui me poursuit depuis un moment. Déjà pour l'aspect image et compression mais aussi parce qu'avec les Amiga NG, on a pu accéder à l'USB en standard et... ma curiosité a fait le reste. Je pensais qu'avoir la libusb serait la brique de base essentielle pour nous permettre d'accéder à des pilotes de webcams mais aussi d'imprimantes et de scanners.

Ces développements autour des webcams ont toujours été ralentis parce nos pilotes USB ne gèrent pas le mode isochronous qui est prévu pour le transfert de flux. On doit donc se contenter du mode bulk, qui envoie de gros paquets sans garantie de durée, sans synchronisation. Le problème avec les webcams, c'est que l'interface bulk n'est proposée que sur un nombre réduit de modèles. Et là on tombe dans l'enfer des différents modèles de webcams, jeu de composants, etc. Parfois le même identifiant (le Product ID) correspond à plusieurs modèles différents, d'autres fois le même modèle a un jeu de composants différent...

J'ai malgré tout persévéré, acheté plusieurs modèles, etc. avec l'espoir de pouvoir au moins proposer une référence qui permette aux utilisateurs d'acquérir des images.

Sonix

- Quelles sont les possibilités actuelles de Sonix ? Quelles caractéristiques souhaitez-vous ajouter à terme ?

La gestion du FTP serait utile pour pouvoir utiliser une webcam et mettre en ligne des images à intervalle régulier. Par exemple, je pourrais mettre une webcam à ma fenêtre et montrer cette magnifique chaîne de Belledonne à qui veut, toute l'année. Ou lors de rassemblements, les amigaïstes pourraient voir globalement nos activités. Il me plairait aussi de parvenir à finaliser une classe MUI qui puisse s'intégrer dans un logiciel de communication comme PolyGlot, SabreMSN ou Epistula. Ou dans d'autres applications bien sûr.

Sinon, j'aimerais gérer d'autres webcams. Au moins un autre type, ce qui me permettrait d'améliorer l'organisation du code pour qu'il soit encore plus modulaire. Ensuite, d'autres pourraient eux-mêmes ajouter la gestion d'autres modèles. Je compte d'ailleurs fournir le code source depuis le début mais comme c'est un travail d'exploration, il est dur d'écrire du code propre. On s'attache dans un premier temps à ce que ça fonctionne mais ensuite il y a un travail de nettoyage du code au cours duquel il faut prendre un peu de distance. Ça représente deux temps distincts, c'est très dur de mener ces deux objectifs de fond. C'est d'ailleurs la même chose sur PointRider.

Dans Sonix, j'ai essayé d'activer la compression pensant que la quantité de données à transférer serait plus réduite mais ça s'est avéré... beaucoup plus lent ! Il s'agit à mon avis soit d'un problème de synchro, soit d'un temps de compression trop long.

- Vous êtes également l'auteur de PointRider, un visionneur de fichiers PowerPoint. Depuis le mois de février 2008, la spécification du format .ppt peut être téléchargée librement. Est-ce que ces informations vous seront utiles, et pouvons-nous attendre une nouvelle version de PointRider bientôt ?

J'ai bien sûr récupéré et parcouru cette spécification. Ça étend les informations que j'avais déjà, ça semble mieux décrit mais ça n'enlève rien à la complexité du format. Si PointRider n'a pas réellement évolué, c'est en partie parce qu'il est arrivé à un point que je trouve satisfaisant même s'il resterait beaucoup à faire pour être plus fidèle à l'affichage prévu.

Je ne sais pas quand viendra la prochaine version de PointRider. Je sais juste qu'elle intégrera une interface graphique si aucun argument n'est donné. Je le sais car c'est déjà implémenté :). J'attends aussi de résoudre des problèmes qui me rendent dingues dans MeltingPoint, le convertisseur de PPS vers les projets Hollywood.

Mon intérêt pour PointRider grandit à nouveau aussi parce le besoin va peut-être au-delà du monde de l'Amiga. Il y a les OS alternatifs bien sûr, comme Haiku. Mais je pense aussi que la popularité de Linux, notamment sur les "netbooks" (ultraportablas) et qui, en plus, sont sur des processeurs ARM, pourrait représenter le besoin d'afficher des fichiers PPS avec quelque chose de moins gourmand qu'OpenOffice.

Au sujet d'une nouvelle version, je ne sais honnêtement pas quand ça arrivera, j'aimerais donc finir de déboguer MeltingPoint et surtout avoir de vraies nouveautés à présenter dans PointRider : une amélioration de la gestion des polices, l'ajout de transitions, etc. La livraison est une procédure assez longue et pas forcément passionnante car cela comprend les tests, la mise à jour des "readme" et du site, la compilation pour plusieurs systèmes, la création des archives, la mise en ligne, les annonces...

- Dans PowerPoint 2007, de nouveaux formats utilisant la technologie Open-XML ont été introduits (.pptx, .ppsx et .potx). Est-ce que cela va alourdir votre tâche pour développer PointRider ou est-ce que l'arrivée de l'Open-XML va faciliter les choses ?

Alors là, je suis bien embêté pour répondre, je ne me suis pas penché sur le sujet et ce n'est pas prévu. PointRider était un défi, je souhaitais faire sauter la barrière qui nous interdisait de visionner des fichiers PowerPoint. Les nouveaux formats sont/seront certainement plus standards mais l'intérêt en terme de programmation me semble moindre et l'urgence n'est pas là sachant que ces formats mettront sans doute beaucoup de temps avant d'être largement utilisés.

Voilà, c'était LA réponse courte de l'entrevue. :-)

- Après avoir porté SongPlayer sur Amiga NG en 2004, le développement de ce lecteur musical semble au point mort. Selon vous, est-il suffisamment complet pour ne pas nécessiter de plus amples développements, ou bien vous nous préparez une nouvelle version ?

Il y aurait énormément à faire sur SongPlayer et d'un autre côté, d'autres lecteurs audio ont émergé. Ce qui m'a fait pensé à un moment que SongPlayer avait fait son temps et assuré la transition entre 680x0 et PowerPC. J'ai ressenti un besoin moindre de poursuivre bien que SongPlayer ait ses propres spécificités. Mais j'ai d'autres idées qui pourraient le distinguer un peu plus. J'aimerais le moderniser, rendre la gestion de formats plus modulaires, etc. et simplifier également l'interface. Il est difficile de proposer un grand nombre de fonctionnalité en proposant une utilisation agréable et simple.

Il faudrait également que SongPlayer puisse gérer de nouveaux formats, d'autant que depuis, des bibliothèques sont apparues pour un bon nombre d'entre eux (modules, FLAC, etc. ou d'autres à travers avcodec). Pour que ce soit fait proprement, comme je le disais, il faudrait mettre en place un système de greffons mais qui soit compatible avec tous les OS, ce qui demande encore plus de réflexion dans la conception.

Toutes les idées sont bienvenues, les échanges avec les utilisateurs sont une force dans notre communauté et cette force mérite d'être entretenue alors au passage, écrivez aux développeurs, signalez-leur des bogues et soumettez-leur des souhaits. La plupart n'attendent que ça.

- Parmi tous vos développements passés et vos projets actuels, aucun ne concerne le jeu. Seriez-vous intéressé, un jour, par le développement d'un jeu vidéo ?

Ça m'aurait éventuellement plu. J'aurais aimé acquérir le source de certains jeux (Run Away par exemple, même si je n'avais essayé qu'une démo) pour en faire le portage. Mais je ne joue pas vraiment, ça demande beaucoup de temps, cette ressource si rare. Ce que je trouve ludique, c'est la programmation ! Les domaines qui m'intéressent le plus sont :
  • Le multimédia. J'ai toujours été attiré par le traitement d'images par exemple, à un moment j'aurais aimé écrire un logiciel de reconnaissance de caractères, un visionneur d'images, etc. Le son et l'image sont des domaines que l'on retrouve dans des projets comme PointRider, SongPlayer, Sonix, etc. Un collègue (hey Ben !) contribue au projet FFmpeg que j'ai donc commencé à découvrir de l'intérieur, mon approche est liée au PowerPC et au soutien de l'Amiga (sur lequel FFmpeg se recompile sans problèmes).
  • Le bas niveau. Mon travail dans la virtualisation m'a permis de me plonger là-dedans et ce n'est passionnant ! Par bas niveau, j'entends l'exploitation du matériel (pilotes), la programmation système, l'assembleur, l'optimisation, etc. Je possède une carte de développement PowerPC 405 que j'aimerais utiliser pour un usage réel, pour porter des OS, etc. Je crois que tout cela me vient de cette culture, notamment dans l'Amiga, qui consistait à exploiter au mieux les ressources matérielles pour réaliser des choses incroyables.
  • L'émulation. Là aussi, ça touche aux processeurs, à l'assembleur... J'ai porté DosBox et j'aurais voulu l'optimiser mais les sources sont imbuvables, ça m'a refroidi. Je regarde comment fonctionne QEMU, E-UAE, etc. J'ai commencé un désassembleur x86 mais son jeu d'instructions est un véritable calvaire. J'aurais toujours aimé écrire un logiciel capable de décompiler des programmes pour en générer le code C équivalent. Un outil pour faire fonctionner les applications MorphOS sur AmigaOS 4 me tenterait bien aussi !
Les idées de projets ne manquent pas. Et chacun d'eux s'accompagnent de développements annexes qui n'aident pas à rester focalisé. Si j'avais le temps, j'essaierais de proposer une libusb aboutie à ses auteurs, je continuerais mon adaptateur GTK2-MUI (avec une approche différente de celui qui existe), je me proposerais pour maintenir SQLite...

Il y a aussi tous les projets qu'on me soumet et que je n'arrive jamais à refuser : nFrotz (hein Daff ;-)), splint, PolyGlot, AmiReplace, etc. Et tous ceux que j'aimerais tenter pour le "fun" : porter MySQL, AbiWord ou VLC (suite à des contacts aux JDLL 2008)...

- CodeBench a récemment débarqué sur AmigaOS 4.x. Est-ce que ce genre d'outil de développement est utile pour mieux développer pour la plate-forme ?

Je n'ai pas encore vraiment eu le temps d'essayer CodeBench comme il le mérite mais j'ai vu que des développeurs l'avait déjà adopté. Il s'agit de ce qu'on appelle un IDE, c'est-à-dire un environnement de développement intégré. Un autre logiciel que j'aurais voulu développer... ça me ramène aux débuts de Gurumed où on avait des discussions sur un éditeur avec Olivier Fabre, Stéphane Saragaglia, etc. C'est un peu dans ce sens que j'avais voulu travailler sur la classe TextEditor mais je n'ai jamais fait grand-chose dessus (une modification appliquée et un bogue trouvé).

Pour revenir au sujet (je me suis égaré), un IDE est un logiciel construit autour d'un éditeur de texte, qui permet de gérer des projets, leur compilation, etc. Il peut aussi proposer le débogage, l'aide en ligne, la prise en compte d'un outil de gestion de versions, etc. Il est vraiment important que ce genre de logiciels soit disponible car il faut dire qu'on est à la traine de ce côté-là. On ne peut pas exiger de tout le monde qu'il se contente, d'une console, d'un éditeur minimaliste et de makefiles.

CodeBench n'existe que pour AmigaOS 4 et est actuellement en version alpha mais disponible publiquement. Il est développé par Simon Archer, alias Rigo, qui est déjà l'auteur d'AmiUpdate et du fameux pilote d'écran tactile qui avait fait sensation sur la borne interactive présentée au salon de Colmar.

- D'un point de vue développeur, quels sont les points faibles et les points forts des SDK d'AmigaOS 4 et de MorphOS ?

Avec son SDK et son environnement à la GeekGadgets et avec la bibliothèque ixemul, MorphOS est plus à même de réaliser des portages Unix rapidement. Sur AmigaOS 4, cela demande plus de travail. J'ai pu constater cela à plusieurs reprises (splint, Ruby...). Par contre, AmigaOS 4 propose des compilateurs plus modernes ainsi que vbcc, alors que MorphOS ne gère que le vieux GCC 2.95. Le SDK AmigaOS 4 me paraît mieux finalisé (documentation, installation, autodocs...) et plus complet. Il apporte également la gestion des "shared objects" depuis la mise à jour de ce début d'année.

Il se distingue aussi parce qu'il propose deux libc différentes : clib2 et newlib. A l'usage, elles ont de petites différences mais pour le développeur standard (comme moi), l'intérêt d'avoir deux bibliothèques n'est pas immédiat. Autre point, AmigaOS 4 a introduit la notion d'interface qui peut être conceptuellement intéressante mais je pense que les cas où elles sont réellement utilisées sont assez rares. Et au final, ce rajout ne semble pas essentiel, pour le développeur.

Sur les deux systèmes, il faut signaler que le SDK s'installe tout seul, c'est un vrai bonheur quand on a connu GCC sur 680x0. C'est un réel progrès. En plus d'avoir des machines plus puissantes, il est donc plus facile de développer sur les Amiga NG que ça ne l'était avec AmigaOS 3, pour ne parler que des avantages liés au SDK.

- Sur MorphOS, le SDK comprend le compilateur GCC en version 2.95.x alors que les dernières moutures sont au-delà de la v4. Savez-vous ce qui pousse les développeurs MorphOS à garder cette ancienne version ?

Le seul argument dont je me souvienne est que les versions de GCC plus récentes étaient boguées. Ça a dû être le cas de certaines mais GCC pour PowerPC (en version 3 ou 4) est utilisé partout ailleurs sans que ça ne semble poser de problème. Ailleurs signifie AmigaOS 4 bien sûr mais aussi Linux, Solaris, AROS, etc. Proposer un compilateur plus récent, ça suppose aussi de l'adapter, de le tester, etc. l'envie n'y est peut-être pas. J'espère que la raison fondamentale n'est pas "ça marche donc pourquoi changer". C'est dommage car certains projets requièrent GCC 3 ou 4, qui de plus génèrent du code plus optimisé.

L'efficacité de MorphOS et le profil des programmeurs fait que leur intérêt est de conserver un compilateur qui a fait ses preuves et qu'il vaut mieux optimiser les applications. Et apparemment, d'après des tests récents réalisés par Fabien Coeurjoly (merci à lui), des programmes de références (MPlayer, MAME, ...) fonctionnent plus vite sur MorphOS que sur AmigaOS 4. Efficacité du système, meilleure optimisation des programmes sous MorphOS... ? Autant de pistes à creuser ! Disons que le compilateur ne fait pas tout.

- Quelle est votre analyse de la situation de l'Amiga en 2009 ? Que pensez-vous qu'il serait nécessaire de faire pour pérenniser la plate-forme ?

Il faut continuer et même accroître les efforts pour que l'Amiga soit mieux représenté auprès des projets Open Source et du public. Dans le premier cas, il faudrait que nous soyons mentionnés sur les sites des logiciels et bibliothèques que nous portons, comme c'est déjà le cas pour OWB. Je dois d'ailleurs m'appliquer cette consigne à moi-même et je devrais contacter les auteurs de SQLite et DosBox par exemple. Au fur et à mesure, je pense des gens finiraient pas se dire que finalement, nous possédons de nombreuses applications connues et qu'on ne fait pas pâle figure à côté des autres systèmes.

Auprès du public, il est possible de s'adresser à lui directement en étant présent dans des manifestations, comme ça a été le cas à plusieurs reprises ces six derniers mois : Journées Du Logiciel Libre à Lyon, Salon Multimedia à Colmar, Salon Primevère à Lyon... Autant d'occasions qui nous ont prouvé qu'on pouvait étonner et je le dis tout fort : aujourd'hui nous avons des arguments pour y aller sans complexe ! Nos systèmes ont évolué et de nombreux logiciels connus sont présents. Ça me rappelle une anecdote aux JDLL à l'automne. On discutait avec deux gars du projet VLC, sympathiques et ouverts, et l'un deux nous demande sans trop y croire : "Par exemple, X-Moto, vous ne l'avez pas ? J'adore ce jeu et j'ai fait des compétitions dessus". Ne bouge pas, on a la dernière version d'il y a 4 jours ! On télécharge, on installe, on lance : il était stupéfait de voir que ça fonctionnait bien et qu'il n'avait même pas une version aussi récente !

A Colmar (où je n'étais pas) et au salon Primevère, on pouvait se demander si on n'allait pas y faire tache mais grâce à la volonté, à la foi et à la solidarité d'entités comme Relec et Triple A, il y eu des choses à mettre en avant et c'est avec ce genre de manifestations qu'on donne une présence plus large de l'Amiga. Ça n'aurait pas forcément été pertinent auparavant mais maintenant, on a des choses à montrer, tout ce qu'il faut pour participer sans complexes ! Comme au bureau, où j'aime bien diffuser des infos sur l'Amiga, bien que les collègues soient plus amusés que curieux.

Mathias Parnaudeau

Par rapport à la situation en 2009, je me dis que nous avons bien fait de persévérer pendant toutes ces années ! On a aujourd'hui MorphOS 2.2 et AmigaOS 4.1, AROS qui devient utilisable... et l'espoir qu'au moins les deux premiers tournent bientôt sur Mac mini G4 et pourquoi pas PowerBook (ça serait si cool, un portable Amiga). Au niveau matériel justement, bien que le Pegasos et l'Efika 5200B ne soient plus produits, on a une excellente carte Sam440ep à disposition. Ses performances sont tout à fait honorables, on peut aller jusqu'à lire un DVD. Elle est de plus silencieuse et ne consomme que 15 W !

Au niveau logiciel, j'ai trop peur d'en oublier donc je n'en citerais pas mais dans tous les domaines d'applications il y a régulièrement de bonnes nouvelles. Et pour les manques, signalons quand même la nouvelle version de AmiCygnix qui permet en dépannage de faire fonctionner des logiciels comme AbiWord, Gnumeric ou Gimp sur AmigaOS 4 !

- Je sais que vous êtes un supporter du processeur PowerPC. Quelle est la situation de cette famille de processeurs à l'heure actuelle ? La voie du PowerPC est-elle maintenant cantonnée à l'embarqué ?

Oui, je l'avoue : j'aime le PowerPC ! J'essaie d'apprendre toujours plus sur lui et d'en faire la promotion, j'avais d'ailleurs écrit un article sur lui sur AmigaImpact où je poste aussi quelques informations quand l'actualité et mon temps libre s'y prêtent. En tout cas, je suis l'actualité PowerPC chaque semaine. J'ai en projet un article qui met en avant les particularités et les forces du PowerPC.

C'est une technologie moderne, efficace... je ne comprends toujours pas pourquoi elle n'est pas plus largement adoptée. Les habitudes ont la peau dure, y compris dans le monde de l'entreprise. Le PowerPC est effectivement très utilisé dans l'embarqué (automobile, aéronautique, défense, "networking"...) mais aussi dans le monde des serveurs, des consoles de jeux, etc. et des super-calculateurs parmi les mieux placés au Top 500. Ce qui manque depuis qu'Apple a lâché l'affaire, c'est une représentation auprès du grand public. Consoles portables, boîtiers ADSL, PDA, ultraportables, etc. autant de marchés que le PowerPC pourrait occuper.

Le PowerPC continue d'évoluer, avec comme vitrine le consortium Power.org, sur lequel on peut d'ailleurs télécharger les spécifications de l'architecture (la mise à jour 2.06 vient d'être publiée, début février 2009). Une image d'innovation venait aussi de la société PA Semi mais celle-ci a été rachetée par Apple en 2008. Elle proposait un processeur multicoeur, puissant et avec une consommation extrêmement faible. J'ai malheureusement bien peur que ce soit mis au panier au profit d'un processeur ARM destiné aux prochaines générations de iPhone et autres matériels de la marque.

- Quels processeurs PowerPC pourraient être de bons candidats pour de futurs Amiga ? (que ce soit les Amiga d'entrée de gamme mais aussi les plus puissants)

L'évolution tend vers le multicoeur et que ce soit le cas ou pas, les processeurs intéressants que j'ai en tête sont :
  • Le MPC 8641D de Freescale, qui est un bicoeur e600 cadencé à 1,5 GHz, intègre l'unité AltiVec et fournit un contrôleur mémoire DDR2 et des interfaces PCI Express. Le MPC 8610, dans le même genre, est mono-coeur mais intègre un contrôleur vidéo capable d'afficher une résolution de 1280x1024 (SXGA), pour une consommation de 10 W à 1,3 GHz.
  • Le PowerPC 460 de AMCC, avec sa carte d'évaluation Arches qui propose un bi 460GT à 1,0 GHz. Plus orienté embarqué, il gère lui aussi la mémoire DDR2 et le PCI Express.
Quant à la société IBM, elle est plus orientée vers le marché des serveurs avec ses processeurs Power ou des consoles de jeux avec le Cell. Pourrait-elle renouer avec les ordinateurs pour particuliers ? Nous verrons peut-être aussi arriver de nouveaux processeurs dédiés aux ultraportables...

Et concernant de futurs Amiga, soyons réalistes et sachant profiter à court terme des cartes Sam440ep et Sam440ep-Flex. Et j'espère que nous pourrons exploiter les Mac PowerPC qui se trouvent facilement et à pas cher sur le marché de l'occasion.

- L'avenir de l'Amiga passe-t-il par le x86 ?

A mon avis, non, on peut très bien s'en passer. Je vois le x86 comme un fantasme pour beaucoup. Personnellement, je n'apprécie pas la technologie x86 même si elle permet d'avoir des ordinateurs puissants et pas chers, on ne peut pas le nier. Il y a tout d'abord des problèmes pour le portage de nos OS. Bien que le travail réalisé sur AROS pourrait aider, x86 signifie : little endian, processeur 32 bits et 64 bits, mono-coeur et multicoeur, etc. autant de points pour lesquels les OS ne sont pas prévus actuellement. Il faudrait aussi choisir/définir une ABI, préparer un nouveau SDK, porter des bibliothèques et applications de base (parfois contributions externes à l'équipe de développement de l'OS), écrire des pilotes...

Le parc x86 est tellement hétérogène qu'à mon avis un portage serait voué à une mort certaine. En plus des ressources dépensées pour le portage de l'OS lui-même, il faudrait répondre à des demandes incessantes. Les gars voudraient AmigaOS sur leur PC mais leur carte graphique dernier cri n'aurait aucune chance d'être gérée, le matériel serait sous-exploité. Le problème des pilotes serait démultiplié avec la diversité des cartes mères PC. Et ce n'est qu'un exemple. Les utilisateurs réclameraient aussi un émulateur 68k. Il y a aussi la question de la disponibilité des applications : passons les problèmes d'adaptation éventuelle, l'Amiga n'a pas une culture de l'Open Source très poussée comme sous Linux, il faudrait que chaque auteur recompile lui-même ses applications sur x86.

Même si techniquement ça serait possible (tout est possible, c'est du logiciel ;-), d'après moi ça a peu de sens, dès qu'on y réfléchit un peu plus, on voit tous les problèmes qu'un portage soulèverait. Cela demanderait beaucoup de ressources... Aussi la voie choisie du PowerPC me convient et je préfère que les ressources soient consacrées à l'amélioration du système, que nos systèmes soient par exemple adaptés sur des machines comme les Mac PowerPC plutôt que sur des PC x86.

Et quelle identité aurions-nous sur x86 ? AmigaOS ne peut pas suivre l'évolution rapide des OS majeurs (et parfois c'est tant mieux !), on ne peut rien promettre de plus par rapport aux autres alors quelqu'un qui n'a qu'un PC en multidémarrage va-t-il longtemps lancer AmigaOS alors qu'il peut tout faire sur Windows ou Linux ? Pour un mordu d'Amiga, possible, mais un public non averti que l'on souhaite attiré, pas sûr du tout.

Ce qui me frappe c'est que parfois ce sont les mêmes qui voudraient un AmigaOS x86 (sous prétexte de puissance et de modernité) et qui sont restées au 680x0. Si le passage au PowerPC les a bloqués, je me demande comment ils peuvent souhaiter s'engouffrer dans le x86.

- AmigaOS (ou MorphOS) sur ARM est-il envisageable ?

Ah... AROS (puisque tu ne l'évoques pas) sur ARM serait déjà bien. Les processeurs ARM sont très populaires dans l'embarqué, on les retrouve dans tous les téléphones et PDA mais aussi sur les "netbooks", ces mini-ordinateurs portables.

AmigaOS ou MorphOS sur ARM, ça m'attirerait bien mais n'oublions pas les difficultés d'adaptation à une autre architecture processeur, il faut être honnête : ce qui est vrai pour la migration sur x86 l'est aussi sur ARM (little endian également, au passage). Un portage sur ARM serait cool pour avoir nos OS sur les ultraportables ou PDA et devenir ainsi plus mobiles. Mais on aura peut-être bientôt AmigaOS et/ou MorphOS sur les portables Mac, ce qui n'est pas si mal. Et j'aimerais que sorte un ultraportable PowerPC, ces processeurs sont tout indiqués pour cet usage.

En terme de technologie, je travaille sur du matériel ARM au bureau donc je connais ces processeurs et l'assembleur ARM est vraiment sympathique ! Après avoir écrit un petit programme GBA avec vbcc depuis l'Amiga, j'avais commencé un article mais il semble que je l'ai perdu...

Pour revenir à la question, je crois qu'un portage sur ARM n'est ni prévu, ni envisageable... Croit-on pouvoir attaquer le marché de l'embarqué où il y a déjà une guerre entre OS reconnus ? Soyons réalistes. Un portage sur ARM serait très coûteux pour les petites structures qui régissent notre communauté.

- La crise économique mondiale actuelle semble toucher un peu moins le secteur informatique/nouvelle technologie. Avez-vous un avis sur ce constat ? L'Amiga subit-il également la crise ou est-il à l'abri dans son microcosme ?

Peut-être que pour travailler justement dans ce domaine, je suis un peu privilégié car plutôt préservé des difficultés actuelles. Ça doit dépendre des secteurs de l'informatique.

L'Amiga est en marge du marché et j'espère de tout coeur que ça peut lui permettre de ne pas souffrir de la situation de crise qui sévit. Peut-être aussi que c'est dans ces moments-là où il y a besoin de ce microcosme, de la communauté. On sait que la solidarité fonctionne dans les moments difficiles.

Pour nous, l'année 2008 a été remplie de bonnes nouvelles et on a tout ce qu'il faut pour profiter pleinement. Et quand les choses vont mal autour, c'est réconfortant d'avoir dans son quotidien sa famille et ses amis mais aussi des activités qui changent les idées et nous protègent des difficultés extérieures.

- Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Prenez du plaisir à utiliser votre Amiga, passez à l'Amiga NG dès que vous le pouvez ! Il y a tout à gagner à s'investir dans l'Amiga, c'est très gratifiant, la communauté fait toujours preuve de solidarité et par les temps qui courent, ce n'est pas un vain mot. Soyez actifs et créatifs, c'est l'essence de l'Amiga ! Participez aux manifestations qui sont organisées. J'étais hier au salon Primevère à Lyon pour aider à tenir le stand sous la bannière Triple A. Ce sont des moments riches, pour le "fun", l'ambiance, les échanges...

Dans un autre domaine, j'aimerais signaler que pour les développeurs ou ceux qui veulent s'y mettre, le site Gurumed est à nouveau en ligne depuis octobre dernier, sous forme d'un wiki ; merci à Tex d'avoir rendu ça possible, j'espère qu'il sera utile au plus grand nombre !

Cet après-midi, en complétant cette entrevue, j'ai écouté le dernier podcast d'AmigaImpact, à l'AMF. Merci à notre envoyé spécial Mickaël "BatteMan" Pernot pour le ton qu'il donne à ses créations et pour la fantaisie qu'il nous donne (à travers le site et en vrai) et dont on a besoin !

Merci aussi à Daff pour cette tribune qu'il me donne, pour sa sympathie, sa connaissance incroyable de l'Amiga, qu'il n'hésite jamais à partager. Cette entrevue m'a permis de me poser des questions et de prendre le temps d'aller plus loin sur certains sujets, de faire le point sur des projets.

Je salue tous ceux qui se bougent pour l'Amiga depuis si longtemps, on peut être fiers d'avoir vécu cette aventure qui continue et je souhaite la bienvenue par avance à tous ceux qui nous rejoindront !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]