Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 23:04  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Inboard 1000, Inboard 500 et Inboard 500-S2
(Article écrit par Laurent Fabre et extrait d'A-News (Amiga News) - novembre 1988)


Amis bonjour ! J'espère que la rentrée ne vous a pas trop déprimé... Wow, quel silence d'un coup ! Avec chaque rentrée vient tout un lot d'annonces de produits nouveaux.

Voici l'essai d'un de ces produits vu au Micro 88. Pour commencer, question à dix francs : après le moniteur, de quoi votre Amiga se délecte-t-il au point de faire les pires caprices pour en obtenir ? (tic..tac..tic...). Oui c'est ça ! De la mémoire ! Donc sujet du jour, les cartes mémoire de Spirit Technology : l'Inboard 1000 (alias "IN1000") pour Amiga 1000 et les Inboard 500 (alias "IN500") et Inboard 500-S2 pour l'Amiga... 500 !

Inboard 1000

Heureux possesseurs d'un Amiga 1000 oyez, ce qui suit vous concerne ! Les autres, sautez deux paragraphes et on se retrouve. Bien, maintenant que nous sommes entre nous (j'ai un A1000, hé hé...) imaginez une carte en forme de "L" dotée de supports à même de contenir un méga et demi de mémoire en boîtier de 256 kbits avec en plus une horloge calendrier sauvegardée par pile tapie dans un coin. Vous y êtes ? Alors rajoutez trois cavaliers dont la fonction sera d'informer la machine sur vos désirs ou vos moyens en ce qui concerne l'autoconfiguration de l'extension mémoire et vous aurez une bonne approximation de ce qu'est l'Inboard 1000.

Inboard 1000
Inboard 1000 (photo de Robert A. Waters)

Je vois des doigts levés pour les questions : j'explique. Pourquoi une forme tarabiscotée en "L" ? Parce que cette carte, tout comme ses soeurs, se monte à l'intérieur de la machine et justement ce joli "L" lui permet de se faufiler entre lecteur de disquette et carte fille. Smart, non ?

Deuxième explication, les cavaliers. Vous avez la possibilité de choisir le montant de mémoire supplémentaire disponible dès le démarrage de la machine. Suivant la position de ces dits cavaliers l'Amiga reconnaîtra automatiquement, et donc sans intervention de votre part, 0 ko, 500 ko, 1 Mo ou 1,5 Mo. Tout ceci, bien sûr, dans la limite des boîtiers de mémoire installés sur la carte.

Pourquoi ce choix ? Et bien pour deux raisons. La première est que la carte peut être équipée de plus ou moins de mémoire par l'intermédiaire de puces de 256 kbits que l'on enfiche dans des supports prévus à cet effet et que la façon la plus simple d'informer le système du nombre de boîtiers installés est d'utiliser ces cavaliers. A chaque position de ces cavaliers, en fait une sorte d'interrupteur, correspondra donc une configuration bien précise. c.q.f.d. (Bruce Lepper : en regardant dans mon dictionnaire je vois que cqfd = "ce qu'il fallait démontrer").

La deuxième raison est que toute mémoire que l'on pourra ajouter sur un Amiga se trouvera être de la mémoire Fast (pour l'instant du moins). Pour ceux à qui les doux verbiages de "Chip" et "Fast" n'évoquent rien, ce qui suit est pour vous. L'Amiga doit une grande partie de ses fabuleuses possibilités tant graphiques que sonores à un jeu de puces spécialisées ("custom chip set" in english). Or, ces puces à leur tour doivent toute leur puissance à la possibilité de pouvoir accéder directement à la mémoire de base de votre Amiga : les 512 premiers ko d'origine qui tirent justement leur nom de mémoire Chip de cette particularité. Pour épater Lucette vous direz : "Tu vois chérie, il y a mon Custom Chip Set qui fait du DMA sur ma Chip Memory entre les cycles CPU". En cas d'échec avec cette formule béton, écrire au journal qui transmettra.

Bon, trêve de délires libidineux, imaginons un instant que votre jeu préféré, qui a été développé par un programmeur génial mais ignorant tout de ces subtilités momériques (la vache, que c'est nul...), se charge en mémoire Fast. Eh bé là, cong, Guru Abomination et crack refait ! Sachant que le premier souci de l'AmigaDOS est de charger tout ce qu'il peut en mémoire Fast, supputez-vous, fidèles lecteurs, l'utilité d'interdire à une carte mémoire de s'autoconfigurer ? Je vois que oui. D'autant que pour les programmes qui ont, eux, bien été conçus pour tenir compte de la mémoire supplémentaire, la simple instruction "AddMem" que vous trouverez dans le tiroir "C" de la disquette fournie avec la carte Spirit rameutera au grand galop les précieux kilo-octets. Pour ma part c'est la solution que je préfère.

A titre d'information pour les techniciens, si vous choisissez de mettre un "AddMem" dans votre startup-sequence, les 1,5 Mo se positionneront à partir de l'adresse 800000 hexadécimal soit 500 ko dans la zone normale d'extension mémoire et un Mo dans une zone non actuellement utilisée par le système. Ceci permet de porter la mémoire plafond de votre Amiga à 9 Mo au lieu des 8 prévus par le système. Par contre, si vous choisissez l'autoconfiguration, la mémoire se positionnera à partir de $C00000 soit à l'adresse choisie par Commodore pour son A501. Amis du 500 ceci est très important !

Non sans vous avoir rappelé que je disserte sur la carte destinée à l'Amiga 1000, je m'en vais vous raconter les joies de l'installation de la dite carte dans un A1000 innocent. Soit un A1000.

Installation de l'Inboard 1000

Lire ce qui précède : "soit un A1000 point à la ligne tiret". Après avoir lu attentivement la notice en français fournie sur disquette, regardé et mémorisé les jolis dessins qui vous montrent étape par étape comment ouvrir la bête, etc. vous pourrez vous attaquer aux quelque 18 vis qui closent un A1000 bien né.

Détail qui intéressera les A500istes plus que les A1000istes, si votre carte Spirit est installée par un revendeur nanti du titre de "Centre Technique Agréé" (CTA) votre garantie devrait résister à l'opération.

On enlève le 68000, on le place sur la carte, on réenfiche le tout sur le support 68000 de l'Amiga, bien souvent on se sera battu avec le lecteur de disquette qu'il est conseillé de déposer, mais surtout en se sera fâché avec les deux micro-clips qu'il faut placer en deux endroits certes très clairement indiqués par la notice. Si l'emplacement est clair et facile à trouver, profitez de la visite de votre copain fakir ou des doigts de fée de votre petite soeur pour mettre en place ces deux clips.

La notice indique d'ailleurs une alternative qui consiste à souder les deux fils. Mis à part ces deux clips, l'opération est donc relativement simple, comptez 40 minutes pour un profane. Bien bien.

Après avoir tout refermé, je vais vous entretenir un peu de l'horloge sauvegardée. Elle se situe dans la même zone mémoire que l'horloge de l'A500 fournie pas Commodore dans les A501. On y accède par les utilitaires SetClock et ReadClock fournis sur la disquette Spirit. Les dieux du logiciel trouveront dans la documentation l'adresse des 2 ko de mémoire sauvegardée qui gisent inutilisés dans cette horloge. Tout programme astucieux mettant à profit ces 2 ko m'intéresse !

Inboard 500

Amis du 500 ého ! On va causer des Inboard 500 et Inboard 500-S2. D'abord expliquons les différences entre ces deux modèles. La Inboard 500 est tout bêtement la version pour Amiga 500 de l'Inboard 1000. Elle en conserve donc les puces de 256 kbits les cavaliers de configuration et la possibilité d'y adjoindre une horloge sauvegardée. Par contre, elle est bien plus facile à mettre en place avec un seul clip à fixer et qui plus est dans un endroit accessible. Et en plus un A500, vous l'ouvrez par seulement six vis, y'a pas d'justice.

Inboard 500
Inboard 500

La seule remarque quant à l'installation, est qu'il vous faudra soit tordre soit couper une petite patte du blindage électromagnétique de votre machine mais ça ne pose pas grand problème vu la faible épaisseur de la tôle. Temps moyen de l'opération, 20 minutes si vous avez du mal à trouver un tournevis.

Par contre, vu que l'horloge Spirit se place à la même adresse que celle de Commodore, le choix de configuration des cavaliers est plus fourni. Deux cas se présentent à vous. Soit vous ne possédez pas d'extension A501 et alors l'Inboard 500 se comporte comme l'Inboard 1000, à savoir même adresse pour les choix autoconfigurant ou non et prise en compte de l'horloge Spirit. Soit, deuxième possibilité, vous possédez une A501 et la ça devient cornélien. Vous pouvez choisir d'autoconfigurer jusqu'à la limite des 1,5 Mo et prendre en compte l'horloge Spirit mais alors, l'A501 est purement et simplement déconnecté par l'Inboard 500 ! C'est un choix qui vous prive bêtement de 500 ko. Autre possibilité, vous conservez l'accès à votre A501 et son horloge.

Notons au passage que l'horloge Spirit est en option et vous sera facturée en sus, son achat me paraît donc déconseillé pour une Inboard 500.

Ceci dit, nous voici avec notre A501. Si vous choisissez de ne pas rendre la carte autoconfigurante, aucun problème, un "AddMem" en startup-sequence permettra l'accès aux 1,5 Mo de mémoire Fast que peut vous offrir la carte. Par contre si vous désirez jouir de ces 1,5 Mo par le biais de l'autoconfiguration, vous rencontrerez quelques problèmes. En fait, vous ne pourrez avoir accès qu'à 1,3 Mo de mémoire Fast au plus. Ceci n'est pas un défaut de la carte et les possesseurs d'A500 avertis qui auront suivi mon propos depuis le début doivent déjà se douter du pourquoi de la chose.

On fait silence, j'explique. L'A501 se positionne comme dit plus haut de $C00000 à $C7FFFF. L'Inboard 500 va donc autoconfigurer de $C80000 et en théorie jusqu'en $C80000 + 1,5 Mo = $DFFFFF ! Horreur, malheur, c'est en plein sur les registres de l'horloge de l'A501 et des circuits propriétaires de l'Amiga ! Aux grands maux les grands remèdes, on retire la mémoire en trop, soit 200 ko, justement les 200 ko qui disparaissent lors de la phase d'autoconfiguration. Simple, non ? En fait, ici encore, la solution du "AddMem" judicieusement placé me paraît la solution la plus pratique.

Que les lecteurs ignorants des charmes du CLI et des startup-sequence se rassurent, ils trouveront sur la disquette Spirit des utilitaires destinés à effectuer les modifications adéquates sur leurs disquettes de travail et ce d'un clic de souris. On trouve vraiment tout ce qu'on veut sur cette disquette. Il y a même de très utiles utilitaires du domaine public tel GOMF le programme anti-Guru, mais chut, surprise...

La nouvelle Inboard 500 (Inboard 500-S2)

Conscient du fait que certaines personnes préfèreront toujours le système de l'autoconfiguration, Spirit Technology vient de lancer ce nouveau produit qu'est l'Inboard 500-S2. Cette fois-ci, il s'agit d'une carte pensée uniquement pour l'Amiga 500. Conséquence, le dernier clip subsistant sur l'Inboard 500 disparaît et la carte qui utilise les nouvaux boîtiers mémoire de 1 mégabits apporte jusqu'à 2 mégaoctets de mémoire Fast qui s'autoconfigurent sans l'ombre d'un problème.

Inboard 500-S2
Inboard 500-S2

Le souci de compatibilité pour cette nouvelle carte a été poussé à l'extrême. Ainsi, prenant en compte les craintes des possesseurs d'A501 quant à la possibilité de surcharger leurs alimentations réputées fragiles, l'Inboard 500-S2 est dotée de la possibilité de puiser son énergie sur un transformateur externe du type calculatrice. Un régulateur intégré sur la carte vous permettra d'utiliser à peu près n'importe quel vieux transfo traînant au grenier.

A ce propos, il convient de ne pas trop fabuler. Ainsi notre rédac chef, l'inénarrable Bruce Lepper, s'use les yeux sur un A500 doté d'une Inboard 500 remplie de ses 1,5 Mo, d'une A501 et de deux lecteurs supplémentaires (soient trois lecteurs en tout !) et son alimentation, s'il est vrai qu'elle chauffe un chouia, tient vaillamment le coup... Pour les sceptiques, un bilan des consommations électriques est fourni dans la documentation.

Autre attention de Spirit Technology, ils fournissent un clip à fixer sur Gary pour le cas ou de futures (!) interfaces disques durs DMA poseraient problème. Vous voyez un peu ça, il n'y a pas encore de problèmes qu'ils sont déjà résolus ! Allô, Matignon...

Conclusion

En conclusion, la principale caractéristique de ces cartes, mis à part le fait qu'elles contiennent de la mémoire bien sûr, réside dans le fait que ces petits bijoux se montent à l'intérieur de votre machine. En gros, avec les cartes Spirit, les extensions mémoire internes ne sont plus l'apanage de l'Amiga 2000. Une des conséquences de cette disposition, et ceci aussi bien pour les modèles destinés aux 500 qu'aux 1000, est que la carte se greffant sur le support du 68000 laisse totalement libre le bus d'extension !

Pour l'instant, la documentation de l'Inboard 500-S2 est en cours de traduction. La commercialisation de cette extension ne devrait donc plus tarder. Espérons qu'une version pour 1000 verra le jour...

Pour donner plus de poids aux propos qui précèdent, sachez que pour avoir vu tourner ces cartes mémoire sur des Amiga 500 et 1000 dotés de configurations matérielles des plus ésotériques (disque dur, mémoire, etc.), aucun conflit entre toutes ces extensions ne s'est jamais manifesté.

Le fait que le bus reste disponible pour, par exemple, un disque dur sans avoir à chaîner plusieurs boîtiers est donc un avantage bien réel. Le fait de pouvoir ajouter 1,5 Mo sur A1000 ou jusqu'à 2 Mo sur un A500 sans perdre un pouce carré sur son plan de travail ferait déjà de ces cartes un choix à envisager. Que cette mémoire puisse, en plus, être adressée ailleurs que dans la zone des 8 Mo prévue par Commodore est une caractéristique qui devrait intéresser au plus haut point les utilisateurs gourmands en mémoire.

Les cartes Spirit Technology sont distribuées en France par CIS, 571 cours de la Libération, 33400 Talence.
Les prix (voire ci-après) sont pour cartes sans RAM.

Nom : Inboard 1000, Inboard 500 et Inboard 500-S2.
Constructeur : Spirit Technology.
Genre : carte mémoire.
Date : 1987 (1988 pour l'Inboard 500-S2).
Prix : Inboard 1000 (2390 FF avec horloge), Inboard 500 (1690 FF, horloge : 450 FF en plus), Inboard 500-S2 (2990 FF, horloge non disponible).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]