Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 13 décembre 2017 - 21:34  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'ImageFX 3.0
(Article écrit par Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - mai 1998)


ImageFX n'a pas été testé dans Amiga News depuis la version 2.0 par Lucas Janin. Malgré plusieurs tentatives, nous n'avons pas pu avoir la version 2.6 en test jusqu'à il y a deux mois, ce qui peut paraître étrange. J'utilise ImageFX depuis la version 1.5 et il n'est pas de jour sur Amiga sans ImageFX. C'est mon programme de conversion, de recadrage, de montage, d'effets, d'animation. etc. C'est ce qu'Art Department Pro aurait dû devenir s'il avait été muni d'une interface digne de ce nom.

On aurait pu croire qu'il s'arrêterait à la version 2.6, car déjà muni d'un ensemble de fonctions tellement complet qu'on pouvait le considérer comme "terminé". Illusoire en vérité, car on peut toujours trouver des améliorations. La preuve en est avec cette version 3.0. Les premiers échos de chez Nova Design sont très encourageants pour eux, puisqu'ils avaient pronostiqué quelques centaines de commandes et qu'ils doivent faire face à des milliers.

Comme le logiciel n'a pas été testé depuis longtemps, je vais donc scinder mon article en deux. Un passage en revue pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette perle rare, et puis une présentation des nouveautés pour les habitués.

ImageFX 2.x

L'interface

S'il y a un reproche à faire au logiciel, à mon avis, c'est sur la présentation de son interface, qui n'était pas toujours la plus appropriée sur certaines configurations genre CyberGraphX et DraCo. Pas l'interface elle-même, mais sa configuration, car l'interface est on ne peut plus simple. Une fenêtre de commandes, une fenêtre de palette (facultative) et une fenêtre pour l'image. C'est tout (fig. 1).

ImageFX 3.0

Je vous préviens, ceci va être une longue énumération quasi exhaustive, mais il n'y a pas de meilleure façon de voir ce que le programme peut faire. Et ce qu'il fait, il le fait bien. La fenêtre "Tools" seule mérite notre attention, car elle contient toutes les commandes. Concentrons-nous donc sur elle (fig. 2).

ImageFX 3.0

En nous déplaçant de droite à gauche, nous voyons, sous le voyant de progression des opérations, les gadgets de chargement, de sauvegarde, de préférences et d'adieu. Puis les options générales (Scanner fig. 4, Palette fig. 5, Boîte à outils fig. 2, Image rendue fig. 6, Impression fig. 7). A gauche, les outils et toutes les autres opérations.

Chargement, sauvegarde et préférences

Les formats suivants sont reconnus en entrée : Abekas, Alias, ANIM, BMP, Datatypes, DCTV, DPIIE, FAXX, FITS, FLI, FlyerClip, FrameStore (normal et 68030), GraspDL, HAM-E, ICO, ILBM, IMG8, Impulse, info, INGF, JPEG (normal, 68030 et 68040), Koala, MacPaint, PBM, PCX, PDS_VICAR, PIC, PICT (normal, 68030 et 68040), PNG, PSD, ORT, ReCombine, Rendition, Scuplt, SGI, Softlmage, SunRaster, Targa, TIFF VMEM, WaveFront, X11WD, YUVN.

ImageFX 3.0

Question sauvegarde, ImageFX est très bien achalandé. Il peut sauver l'écran de travail, l'image rendue (c'est-à-dire dans un format spécial consistant le plus souvent en une réduction à un certain nombre de couleurs par registres), le tampon 24 bits ou un autre tampon, ceci dans les formats suivants : Abekas, Alchemy RAW BMP, Clipboard, FITS, Flyer Clip, FrameStore (normal ou 68030), ILBM, ILBM + Alpha, JPEG (normal, 68030 ou 68040), PBM, PCX, PICT2, PNG, Rendition, Sculpt, SGI, SoftImage, SunRaster24, SunRaster32, Targa, Targa + Alpha, TIFF VMEM, Wavefront, X11WD. A ces formats s'ajoutent encore, pour les images rendues, ANIM, ANIM7, DPIIE, FAXX, FLC, GIF Icon, PIC, et d'autres possibles écrits pas des tiers comme la collection très rapide HHFastImageFX de Helmut Hoffman, l'auteur de CyberShow, PhotoAlbum et de bien d'autres petites merveilles qui ont des liens particuliers avec ImageFX.

Pour les prefs, de nombreuses options sont disponibles (fig. 3).

ImageFX 3.0

Scanner

Ceci renvoie à un module spécifique d'un scanner. Les scanners reconnus sont Digi-View, Epson, FrameGrabber, FrameGrabber256, IVFG, JX100, ScanJet, Toaster, VLAB. On peut bien sûr avoir des tierces parties comme dans mon cas, ScanQuix.

Palette

La palette proprement dite est une fenêtre séparée pouvant contenir de 32 à 256 couleurs par tranches de 32. Dans la fenêtre de réglages, qui nous intéresse ici, on y trouve bien sûr les trois curseurs traditionnels, mais, fait rare, ceux-ci peuvent être exprimés en RGB, HSV, CMY, CMYK, YIQ et YUV ! Voui, tout çà ! Ensuite, huit ensembles de couleurs dont le huitième est réservé à la palette de rendu. On peut bien entendu charger ou sauvegarder ces palettes, on peut copier, échanger, choisir au pixel près, les couleurs, ou faire un dégradé entre deux. On peut encore figer une palette ou définir une suite de couleurs (même huit en tout) pour des fonctions de dégradé.

Outils

En haut, une rangée de gadgets. D'abord la forme de la brosse point, des possibilités d'inclusions ou d'exclusions de couleurs, ainsi que les options de grilles. Viennent ensuite le tracé libre par point, la ligne droite ou le spline à trois points d'appui, le tracé libre en continu, le rectangle (ou carré) en contour ou en plein, l'ellipse (ou cercle) en contour ou en plein, le polygone en contour ou en plein, le remplissage, l'aérographe, le texte, la coupe ou copie de brosse qui peut se combiner avec certaines des formes qu'on vient de voir, et une fonction "Défaire" (autant de niveaux qu'on veut).

Lorsqu'on clique deux fois sur certains de ces gadgets, une fenêtre d'options s'ouvre (fig. 10). Le mode oscille entre Normal, Assombrir, Éclaircir, Couleur, Coloriser, Cycle des couleurs, Saturation, Valeur, Adoucissement, Piqué, Addition, Feutre, Relief, Dispersion, Smudge, FingerPaint, Éponge, Craie, Fusain, Crayon, Aquarelle. Le style oscille entre Normal, Transparence du tampon, Transparence, Transparence alpha, Pantographe, Mandala, Fondu en entrée, Fondu en sortie, Minimum, Maximum, tout ceci avec un pourcentage d'effet. Alpha se positionne aussi en frisquet ou en texture.

ImageFX 3.0

Le bord a les options Normal, Anticrénelage, Fondu vers l'intérieur, Fondu vers l'extérieur (ces deux options sont un trésor précieux, avec le réglage d'épaisseur du fondu). Le type de remplissage peut être en Solide, Gradient vertical, horizontal, radial, en roue, en diagonales, en remplissage avec la brosse warp ou file, en tuilage. A cette option, correspond le choix de la suite de couleurs pour les gradients. Puis viennent enfin Skew (décalage), Roughness (grain), et puissance du remplissage.

En bas, quinze gadgets qui renvoient à des listes de gadgets eux-mêmes ouvrant une fenêtre avec... des gadgets. En voici une liste le premier permet de choisir la zone de travail, plein écran, rectangulaire, ovale, polygonale, libre, en remplissage ou bien la brosse.

Balance (fig. 8), règle le rouge, le vert, le bleu (ou le HVS ou le CMYK), la luminosité, le contraste et le gamma.

Composite (fig. 9) s'occupe de tous les mixages avec le deuxième tampon (il n'y en a que deux, le principal et celui de rechange, bien qu'on puisse en avoir d'autres mais d'accès moins immédiat : Merge, Matte, Fast Matte, HSV Matte, Add, Substract, Multiply, Divide, Absolute add, Absolute Substract, Minimum, Maximum, Map, And, Or, Xor, Dissolve, Screen, Illuminate, Color, Softlight, Hardlight, Transtorm s'occupe de Rotation simple 2D, de Rotation 2D complexe, de Rotation en perspective 3D, Flip horizontal et vertical, Miroir horizontal et vertical, de Déroulement horizontal et vertical, d'Afaissement, et aussi d'Entrelacement et de Désentrelacement.

ImageFX 3.0

Size est pour tous les changements de dimensions, redimensionnement (qualité réglable), recadrage, changement d'aspect de pixels.

Color a un choix très confortable d'options : Custom permet de redéfinir les couleurs grâce à des courbes. Négatif, Solarisation, Postérisation, Couleurs fausses, Conversion gris-couleurs, Conversion couleurs-gris, Conversion noir et blanc-gris, Demi-tons, Changements de couleurs, Antique.

Convolve présente toutes les convolutions souhaitables en matrices 3x3 ou 5x5 : Custom, Piqué, Piqué en masque, Flou, Flou gaussien, Flou de mouvement, Relief ombré, Détection de bord simple, Détection de bord complexe, Détection de bords importants.

Filter rassemble le Dynamic range, l'Égalisation par histogramme, la Limite de couleur, l'Anticrénelage, l'Élimination de pixels isolés, le Filtrage vidéo, le Filtrage médian, le Retrait de grain, la Balance de couleurs et le Comptage de couleurs.

Distort a les options de Déplacement, de Distorsion par vagues, le Tourbillonnage, la Courbure. le Flou polaire, la Mosaïque, la Mosaïque polaire. la Sphérisation, l'Onirisation, la "Liquidification", la "Bullisation".

Effect fait les premiers pas dans l'étrange. Les possibilités sont monstrueuses et infinies : Effaçage de portions, Peinture à l'huile, Dispersion, Granisation, Application de textures, Paillage, Cristallisation, Étoile radiale, Halo lumineux, Effets de peinture, Tuilage Hockney, Éclairs, Grainage de film, Feu, Étincelles.

Buffer s'occupe des opérations de tampons : Création, Suppression, Remise à blanc (ou noir, ou couleur courante) de tampon, Chargement de tampon, Chargement du Presse papier, Capture d'écran, Open Magic (pour la communication avec certains programmes), Copie vers le tampon de remplacement, Échange des tampons, Refaire, Table lumineuse.

Brush : Chargement de brosse, Chargement de nouvelle brosse, Chargement de brosse au Presse papier, Sauvegarde de brosse, Sélection de brosse, Capture d'écran comme brosse, Faire une brosse du tampon de remplacement, Faire une brosse d'une région, Copie vers le tampon de remplacement, Positionner la poignée de la brosse, Tracer un contour autour de la brosse, Retirer le contour de la brosse.

Alpha, pour les masques de transparence, est composé de : Création, Chargement, Échange, Copie vers l'alpha, Copie de l'alpha, Suppression, Visualisation de l'Alpha.

Hooks sont des petits programmes externes venant se greffer sur le programme principal. Il suffit de les charger et de les appliquer. La liste montre ainsi AutoFX (nous y reviendrons, car celui-ci est une véritable mine d'or), Balance, Blackout, CineMatte, CMIFX.fp, GrabCyber, GrabFC, Hist, IMP, Measure, RunOpalPaint, Variance, VlabSaver, Wireless, et encore une quarantaine d'autres rangées dans un répertoire "system" car ils servent également à des effets que j'ai déjà énumérés.

ARexx (le vocabulaire ARexx est très riche et très bien documenté dans l'aide en ligne), je ne peux pas vous en faire la liste des programmes présents, car ils rempliraient une page, mais vous pouvez me croire, ils sont d'un intérêt indéniable et d'excellents exemples d'inspiration pour écrire ses propres scripts.

Rajoutons à cela ce qu'on trouve tout en haut de la fenêtre : l'iconisation, l'appel des tampons supplémentaires, les coordonnées du pointeur, les dimensions de l'image actuelle, des gadgets R, G, B si on ne veut travailler que sur une ou certaines composantes couleur, des codes rappelant les options choisies, le zoom avec + et -, la remise au format originel (1:1), et nous aurons fait le tour de l'interface.

Render

Cette fenêtre permet de convertir l'image à un autre format comme Amiga, DC TV, EGS, FireCracker, Foreign, HAM-E, IV24, OpalVision, Picasso, Retina, SAGE, Toaster. On peut y choisir le tramage, Floyd, FloydR, EDD, Order ou aucun, ceci de gauche à droite, de droite à gauche ou en zig-zag, avec encore la qualité basse, moyenne, haute ou aucune.

Les possibilités de nombre de registres de couleurs comprennent 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256, HAM, HAM8.

Le format de sortie peut être défaut, NTSC, PAL, VGA, Euro36, Euro72, Super72, DBLNTSC, DBLPAL, avec encore le choix entre Lores, Hires, S-Hires, plus entrelacé ou non entrelacé.

Impression

Quelques réglages, qui ne sont pas le point fort du logiciel. Les imprimantes reconnues sont Primera, PrimeraPro, FotoFun, PostScript et SuperPrefs (genre Workbench).

Autres spécificités

Une particularité des gadgets cycliques d'ImageFX est de progresser dans un sens lorsqu'on clique sur leur moitié droite et à l'envers sur leur moitié gauche. On peut, si on le désire, ne pas charger les images par fenêtre de requête, mais par vignettes avec le "Browser" (fig. 15), puisque le programme permet de sauvegarder celles-ci. C'est plus visuel, mais ça prend plus de place sur disque dur.

ImageFX 3.0

ImageFX gère également la mémoire virtuelle, ce qui peut être pratique lors d'opérations lourdes, et/ou de mémoire insuffisante, mais il faut alors de la place sur disque dur et de la patience, parce que ça ralentit notablement les opérations. ImageFX peut charger sur un écran public, le Workbench, ou son propre écran. ImageFX est livré avec un manuel des plus complets, explicatifs, détaillés, illustrés, enfin un manuel modèle de 250 pages environ... avec un index bien fait, fait assez rare pour le signaler.

Additifs

Livrés avec ImageFX, on trouve diverses icônes de démarrage qui permettent de lancer le programme dans un environnement différent ou sur un aspect particulier comme sur un "Hook" (fig. 11). D'abord, un grand plus qui n'est offert par aucun autre concurrent dans le même paquetage, CineMorph, un programme de morphose, qui s'il n'est pas le meilleur, n'en est pas moins très honnête (fig. 12). Il permet en effet de faire de la morphose non seulement d'images fixes mais également de séquences.

ImageFX 3.0

ImageFX 3.0

Ensuite, un programme de modification par lot en ARexx assez simple mais suffisant pour des petits travaux d'animation, IMP (Image Multi Processor) (fig. 13). Plus élaboré, également livré avec, nous avons ce morceau de choix qu'est AutoFX (fig. 14). On peut dire qu'il est à ImageFX ce qu'était ProControl a ADPro. Il suffit de choisir ses images à gauche pour les faire passer dans la liste de droite, choisir ses commandes ARexx dans une fenêtre de requête et d'appuyer sur "Begin". Là, tous les paramètres vous sont demandés, et une fois tout saisi, le traitement se fait automatiquement. Génial.

ImageFX 3.0

ImageFX 3.0

Enfin, TAM permet de faire des animations de transfert, c'est-à-dire qu'il met des images chargées dans le voyant de chargement d'un butineur genre AWeb, Voyager, IBrowse, Netscape, Opera, etc.

Et puis, il y a ViewTek, le célèbre programme de visualisation universelle, que personnellement je n'ai jamais beaucoup apprécié. Mais on vous le donne en prime, alors, plaignez-vous...

ImageFX 3.0

Voilà, tout cela, c'était jusqu'à hier, beaucoup d'entre vous connaissent déjà, mais vous pourriez le relire et y (re)découvrir des possibilités oubliées ou ignorées. A moi, qui utilise le programme quotidiennement, cela m'a bien rafraichi la mémoire ! Passons donc à présent à celle que vous attendez tous, j'ai nommé la version 3.0 !

Installons-nous

L'installation des six disquettes se fait dans un nouveau répertoire, ImageFX 3.0 (il faudra s'en souvenir en cas de problèmes de chargement de fichiers annexes et corriger les assignations). On peut installer pour 68020 avec FPU, 68040, 68040 avec FPU, 68060, sans optimisation ou toutes les versions à la fois.

Alors, c'est comment ?

Et bien voilà, regardez bien la figure 16. A première vue, on s'aperçoit qu'on peut dorénavant ouvrir plusieurs fenêtres, que dans les fenêtres il y a des réglets et des gadgets "+" et "-" pour le zoom. Sinon, la fenêtre de commandes n'a pas beaucoup changé ; si pourtant, un tout petit gadget insignifiant à droite des caractéristiques de l'image mais qui cache une puissante nouveauté : les "layers" ou calques, si vous préférez. On voit d'ailleurs cette petite fenêtre qu'est le gestionnaire de calque.

ImageFX 3.0

Encore une autre nouveauté dans cette figure, l'avez-vous remarquée ? C'est dans la fenêtre de balance des couleurs. Il y a un zoom dans la prévisualisation et on peut déplacer la zone visualisée à la souris. Et puis, dans la fenêtre en haut à droite, le fond en damier caractéristique des programmes utilisant les calques. Bon, arrêtons cette découverte à la volée et analysons posément les améliorations.

Vue d'ensemble

Le plus simple, jetons un coup d'oeil dans Directory Opus et comparons les répertoires respectifs des deux versions. Les répertoires sont les mêmes. Le programme principal est passé de 571 108 octets à 665 096. Sinon, pas de changement notable à part l'arrivée du JetStream.guide (voir plus loin) et de deux icônes de démarrage nommées ImageFX_Classic et ImageFX_Toaster. Certains hooks ont été optimisés pour 68060, comme Bubble, Crystallize, Lightning, Liquid, Sparkle, Clouds, Page-Curler, Splash.

Les calques

Voilà l'amélioration majeure de cette version 3.0. C'est simple, dès qu'une image est chargée, le petit gadget n'est plus grisé, il suffit donc de le cliquer pour ouvrir la fenêtre du gestionnaire de calques (layer manager). Dedans, on y voit le nom de notre image et une liste vide avec simplement écrit "(no layers defined)" (fig. 17).

ImageFX 3.0

Un gadgetounet à droite du nom appelle un menu proposant :
  • Nouveau calque.
  • Nouveau calque à partir du tampon.
  • Chargement d'un calque.
  • Clonage d'un calque.
  • Suppression d'un calque.
  • Copie du calque vers le tampon.
  • Déplacer le calque.
  • Calque un niveau plus haut.
  • Calque un niveau plus bas.
  • Réduire les calques à un seul.
Toutes ces options parlent d'elles-mêmes. Là, je ferai tout de même un léger reproche. Il aurait été préférable de mettre des gadgets directement dans la fenêtre plutôt que d'aller chercher un menu. On aurait pu inverser l'ordre des calques par du glisser et déposer, et pour bouger le contenu du calque, une option avec la touche médiane de la souris aurait souri à ceux qui en possèdent une. La touche droite n'aurait pas pu faire l'affaire puisqu'elle est traditionnellement réservée dans ImageFX au changement de priorité des écrans. C'est devenu inutile maintenant puisqu'il n'y a plus qu'un seul écran, la touche droite devrait pouvoir être utilisable, mais ils ont préféré la laisser au contrôle de la fenêtre de palette.

Ajoutons un calque et écrivons quelque chose dessus (on peut remarquer que dès qu'on a un calque présent, il s'ajoute automatiquement un gadget A aux R,G,B en haut de la fenêtre de commandes, puisque pour chaque calque, on a un masque de transparence alpha).

Lorsqu'on double-clique sur le nom d'un calque, une fenêtre de réglages s'ouvre. En bas de la fenêtre, un curseur permet de modifier la transparence globale de chaque calque. Il suffit ensuite de rentrer tous les éléments dont on veut composer l'image, un par un. Faisons un essai. Je charge une image, elle me servira de fond. Je rajoute un calque où je place un texte en vert ; un autre calque où je place le même texte en noir pour faire l'ombre. Je déplace ce dernier calque d'un niveau vers le bas, pour que le texte noir soit caché par le texte vert. Je sélectionne le calque 1 (texte vert) et grâce à "move layer", je positionne mon texte précisément.

Je fais la même chose avec le texte noir et en le décalant légèrement. Je règle la transparence de ce calque à 50%, pour que l'ombre soit comme portée sur l'image de fond. On aurait pu faire la même chose sans les calques mais cela aurait été plus difficile, sans compter qu'on peut toujours changer sa disposition, ses couleurs, etc.

Regardez attentivement la figure 18, on y apprend beaucoup. D'abord, on y voit les calques 1 et 2 qui ont été inversés dans la fenêtre "Layer Manager", on voit des yeux à droite des noms de calques, il suffit de cliquer sur un oeil pour faire disparaître/apparaître un calque. On voit que le calque 2 est sélectionné et que la fenêtre de réglages ("Layer Settings") a été ouverte par un double-clic sur le nom "layer 2". Dans cette fenêtre, le mode peut prendre tous les états qu'on a déjà vus dans le paragraphe "Composite". Ensuite, la transparence peut-être précisément ajustée, comme la position du calque par rapport au fond. Enfin, "Mask layer" permet de masquer les calques, comme on aurait pu s'en douter. On remarque encore sur cette figure que les fenêtres de réglage des outils peuvent rester en permanence (en haut à droite "Brush" et "Drawing Options"), et qu'on a ouvert deux fenêtres du même projet ! On peut dorénavant ouvrir autant de fenêtres qu'on veut (ou plutôt qu'on peut) dans ImageFX, ça manquait, non ?

ImageFX 3.0

D'innombrables possibilités découlent de l'usage des calques, et seule l'expérimentation permet d'en découvrir les richesses.

FX Forge

FX Forge est un hook optimisé pour 68060 qui permet d'utiliser des formules simples de textures algorithmiques "Filter Factory" très répandues sur l'Internet pour des logiciels PC et donc téléchargeables. L'interface est très riche en réglages (fig. 19) et les possibilités sont très intéressantes (fig. 20). On peut bien sûr en créer de nouvelles. Pour en savoir plus sur la Filter Factory, un document PDF (qu'on peut lire avec Ghostscript) se trouve sur le CD de Photoshop ou sur le site à www.adobe.com ainsi qu'à ftp.novadesign.com.

ImageFX 3.0

ImageFX 3.0 ImageFX 3.0

Les ressources PC pour Photoshop sur netins.net/showcase/wolf359/ffaq.htm incluent une galerie de greffons sur netins.net/showcase/wo1f359/adobepc.htm dans la section "plugins". Il y a également la Page du Groupe de Discussion sur Filter Factory à pluginhead.eyecandy.com dont on peut télécharger la collection, les idées et les discussions sur www.fhd-stuttgart.de/~ws01/zip/fftext.zip.

Cinematte : une certaine analogie avec certains effets de "keying" trouvés dans les programmes utilisant un genlock ou bien MovieShop.

Clouds : module externe et complètement nouveau. Optimisé pour 68060. Très complexe et de longs calculs pour obtenir de beaux nuages. Beaucoup de réglages dans lesquels on nage un peu, il faut bien le dire, mais une fois qu'on a capturé une belle configuration, il vaut mieux la sauvegarder. Je vous montre quatre essais, les deux suivants n'ont qu'une couche, et ceux d'après ont deux et trois couches (fig. 21).

ImageFX 3.0

Measure : très simple, il suffit de tendre une droite entre deux points pour en obtenir l'éloignement en pixels. Merci Pythagore.

Pagecurler : cet effet optimisé pour 68060, faisant des effets de pages qui tournent, n'est pas très riche en réglage. On ne peut pas choisir deux couleurs différentes pour l'ourlet et le fond et on ne peut pas non plus définir les caractéristiques de l'ourlet, donc pas animable (fig. 25).

ImageFX 3.0

Scatter : celui-ci découpe l'image en petits carrés et les déplace aléatoirement (fig. 24).

ImageFX 3.0

Splash : c'est un effet animable optimisé pour 68060 qui imite des mouvements d'ondes de propagation de gouttes d'eau à travers lesquels l'image est vue par transparence (fig. 23).

ImageFX 3.0

Wireless : permet d'enlever des fils, des câbles, des éléments linéaires d'une image ou d'une séquence entière. Il bénéficie d'une table translucide.

Le manuel

Le manuel pour la version 3.0 est un additif au gros manuel. Il fait 60 pages.

Quelques remarques

Tout est génial, ou presque tout, puisque voici tout de même quelques points négatifs qui m'ont sauté aux yeux. Le module de chargement GIF n'est plus inclus, il sera facile aux possesseurs de la version 2 de l'inclure. Je conseille d'ailleurs à tous de laisser la version 2 en parallèle pendant quelque temps de façon à pouvoir comparer ou charger des fichiers manquants jusqu'à personnalisation complète de la nouvelle mouture.

Les formats bitmap ne sont plus automatiquement convertis en RGB, Nova présente ceci comme une amélioration, moi pas. Les gadgets cycliques ne réagissent plus à l'envers quand on les clique vers la gauche. Lorsqu'une fenêtre d'outil est restée ouverte sur l'écran, son gadget reste grisé.

J'ai trouvé quelques petits bogues également, j'ai toujours du mal à savoir si elles viennent du logiciel ou du DraCo. Quelques plantages dans la découpe automatique ("autocrop") et le redimensionnement de brosses. La découpe ne fonctionne pas en mode bitmap, il découpe bien la zone, mais il la remplit de noir. Les ascenseurs des fenêtres d'images ne fonctionnent pas correctement. Parfois, on veut sauver en JPEG, mais il sauve en ILBM, il faut d'abord sauvegarder dans un format différent puis revenir à JPEG et là, ça marche.

Je vais bien sûr signaler tous ces bogues à Nova Design qui fournira sûrement un correctif. Il faut bien voir aussi que les effets les plus complexes demandent de la mémoire vive, éventuellement de la place sur disque dur et un processeur rapide. Pour les nuages particulièrement, avec le 68060 et le programme optimisé pour, j'ai attendu jusqu'à 10 minutes de traçage. Et lorsque j'ai exagéré avec les paramètres, il m'a été répondu "pas assez de mémoire" malgré mes 112 Mo... Enfin, un dernier reproche : le rafraîchissement a besoin d'une sérieuse optimisation. Lorsqu'on utilise TVPaint, le rafraîchissement est instantané car les programmeurs étaient des as du codage et de la démo. Nova Design ferait bien de se trouver un tel "freak"...

Conclusion

La concurrence est sérieuse, Art Effect est un excellent programme qui offre beaucoup d'options, mais il ne gère que trois calques et ici, l'énorme richesse d'effets complétée par les calques et la fonction "Défaire", tous deux illimités, font d'ImageFX 3.0 "LE" programme de l'année dans l'environnement Amiga. Chacun se doit de le posséder, il devrait être intégré au système. :-)

Nom : ImageFX 3.0.
Développeurs : Nova Design.
Genre : retouche d'images.
Date : 1998.
Configuration minimale : AmigaOS 2.04, 68020, AGA, 16 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 124,95 $ (ou 79,95 $ pour la mise à jour).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]