Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 20 août 2014 - 12:41  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Hombre
(Article écrit par David Brunet - mai 2008)


Hombre ("homme" en espagnol) fut un projet de circuit "tout en un" initié par Commodore et Hewlett-Packart. Ce fut aussi le dernier projet de Commodore en matière de jeu de composants.

Historique

Le développement de Hombre débuta dans le plus grand secret en 1991/1992. Un seul ingénieur travailla dessus durant les deux premières années : Edward Hepler. Ce docteur en ingénierie électrique diplômé de l'Université de Philadelphie arriva chez Commodore pour concevoir Andrea, le contrôleur mémoire du jeu de composants AAA alors en développement.

Il travailla sur de nouveaux types de puces comme par exemple un composant unique incluant à la fois un processeur 680x0 de Motorola et les fonctions logiques de l'AGA. Ou encore une puce avec un processeur SIMD pour le traitement graphique. Et c'est à partir de cette dernière que démarrera Hombre, le projet de puce pour la prochaine génération Amiga.

L'AAA, qui devenait de moins en moins intéressant techniquement à cause de ses retards successifs, fut annulé en faveur de Hombre. La collaboration avec Hewlett-Packard vint notamment du fait que Hombre devait intégré son nouveau processeur, le PA-7150. A partir de là, une période de 18 mois de développement avait été estimée pour la sortie de la première machine basée sur Hombre.

Caractéristiques

Les caractéristiques que l'on peut réunir à propos de Hombre sont éparses. De plus, comme le projet fut loin d'être achevé, elles furent sujettes à modification.

Hombre aurait dû être un système complet basé sur deux puces CMOS de 0,6 micron. L'une pour le processeur avec un coeur RISC, un moteur de rendu 3D (d'où le nom "RISC 3D" donné parfois par la presse), un Blitter, un processeur audio, une interface CD, une interface pour périphériques, une interface pour le bus et des contrôleurs pour l'affichage et la mémoire. L'autre puce aurait fait office de contrôleur vidéo.

Ainsi architecturé, Hombre nécessitait très peu de composants extérieurs (une ROM, de la mémoire vive,...) et pouvait ainsi être utilisé pour des machines peu chères comme une console de jeu ou une set-top box. Et avec l'ajout d'un ASIC (Application-Specific Integrated Circuit) pour se connecter à l'interface des périphériques, on pouvait avoir un micro-ordinateur, là encore, bon marché. Enfin, Hombre était également configurable pour être installé sur une carte fille (PCI) pour servir par exemple de carte graphique additionnelle.

Contrairement aux autres jeux de composants Amiga, Hombre était tout à fait incompatibles avec ses prédécesseurs.

Voici ses principales caractéristiques :
  • Système sur deux puces.
  • Processeur central PA-7150 à 125 MHz.
  • Bus interne en 64 bits capable de gérer de la mémoire 32 et 64 bits.
  • Processeur graphique 3D de 4 à 24 bits avec fonctions d'ombrage gouraud et de placage de texture.
  • Résolutions graphiques jusqu'en 1280x1024 en 16,7 millions de couleurs.
  • Mode d'affichage Chunky uniquement (pas de bitplan).
  • Présence d'un Blitter, d'un Copper et d'un moteur DMA.
  • Support de quatre "playfields" en 16 bits et pouvant avoir des modes graphiques différents.
  • Compatible PAL, NTSC et compatibilité prévue avec les normes HDTV.
  • Pas de sprites matériels (seul un pour le curseur de la souris), remplacés par des fonctions du Blitter pouvant générer des sprites de façon logicielle.
  • Processeur sonore issu de la puce Mary du AAA (8 voies 16 bits), sans doute modifié pour ajouter un DSP.
Le processeur PA-RISC a été choisi car il répondait aux besoins du projet : puissant, bon marché et compatible avec Windows NT. Le PA-RISC était aussi suffisamment petit pour être placé dans une puce contenant déjà d'autres unités (comme le Blitter, le Copper, le contrôleur système) et offrait un jeu d'instruction extensible pour de futures mises à niveau. Il fut ainsi préféré aux MIPS R3000, MIPS R4200 et PowerPC 601.

Concernant l'architecture de la machine haut de gamme, Commodore aurait inclus Hombre dans l'Acutiator, la nouvelle architecture modulaire conçue par Dave Haynie.

Du côté du logiciel

Très peu de choses ont réellement été faites au niveau logiciel. Le seul travail fut celui d'Allan Havemose à propos des bibliothèques 3D (peut-être que Commodore aurait pris une licence OpenGL ?). Dans un premier temps, l'AmigaOS n'avait pas sa place dans les projets Hombre. Les dirigeants de Commodore avaient prévus de porter d'abord Windows NT. Une adaptation de l'AmigaOS pour processeur PA-RISC aurait demandé un temps et des moyens que l'entreprise n'avait pas. L'éventuel AmigaOS pour PA-RISC aurait fait fonctionner les anciennes applications Amiga via un émulateur. Et on ne peut pas ne pas s'interroger à ce propos : sans compatibilité avec les anciens jeux de composants et avec un éventuel système non-compatible avec la logithèque Amiga, les machines Hombre auraient-elles été considérées comme des Amiga ? Elles auraient symbolisé une rupture nette dans la lignée Amiga.

Conclusion

Si Commodore n'avait pas connu la banqueroute, les futures générations d'Amiga auraient été équipées du jeu de composants Hombre. La période des 18 mois de développement devait aboutir à la sortie d'une nouvelle console de jeux (peut-être nommée "CD64") pour Noël 1995, et éventuellement sur un nouvel ordinateur quelque temps après.

Le travail sur Hombre n'a pas été enterré du jour au lendemain lors de la faillite de Commodore en avril 1994. Quelques ingénieurs ont travaillé dessus (certes à un rythme lent) jusqu'à la fin 1994. De plus, Edward Hepler tenta, en 1997, de contacter les propriétaires de la marque à ce moment-là (Gateway 2000) à ce sujet, mais il ne reçut jamais de réponse.

En avril 2000, Anti Gravity renomma la puce tout-en-un de son projet BoXeR (nouvelle carte mère Amiga Classic) en Hombre : celle-ci, jamais terminée, aurait inclut toutes les spécificités de l'AGA, et même plus, en un seul composant.

Hombre démontra, pour une ultime fois, les qualités de l'ingénierie de Commodore gâchée par une direction incompétente.

Nom : Hombre.
Constructeur : Commodore.
Genre : projet de jeu de composants.
Date : 1991-1994.
Prix : NC.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]