Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 29 juin 2017 - 12:41  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de HiSoft Basic 2.0
(Article écrit par Kamel Biskri et extrait d'Amiga News - septembre 1994)


La plupart des logiciels sur Amiga sont écrits en langage C. Si celui-ci vous rebute, pourquoi ne pas aller voir du côté des BASIC... Mais avant, il faut savoir où on débarque.

Présentation

De ce côté, rien à redire, sauf peut-être une documentation épaisse de 626 pages en anglais. La disquette permet via Installer l'utilisation du logiciel sur disque dur ou sur disquette (l'installation complète requiert un disque dur et de la mémoire pour une meilleure utilisation). La configuration de base est le Kickstart 1.3 et 1 Mo de mémoire.

La documentation vous apprendra comment utiliser l'éditeur, compiler un source en passant en revue le débogueur, etc. en fait, la prise en main du tout. Une partie est réservée aux commandes avec leurs arguments (référence). Au départ, on vous explique comment utiliser le manuel si vous êtes débutant (partie tutoriel) ou confirmé. Ceux d'entre vous ayant vécu l'ère des 8 bits ne seront pas dépaysés. Malgré cela, le but de l'ouvrage n'est pas de former au langage BASIC. Il se peut que le néophyte rencontre quelques difficultés. Si c'est le cas, procurez-vous un ouvrage sur le sujet.

Utilisation

Là, je pense avant tout à trouver une place à notre BASIC. On sait qu'AMOS est plutôt destiné à la production de programmes demandant de la rapidité au niveau graphique, et que Blitz Basic permet en plus de l'AMOS de faire des programmes utilisant le système de l'Amiga. Le HiSoft Basic, lui, est capable de faire comme l'AMOS avec plus de difficultés et un moins bon résultat. Il reste les applications "sérieuses". Ceci implique pas mal de dispositions à avoir, et certaines contraintes sont dures à surmonter.

HiSoft Basic 2.0

Jetons tout de même un regard sur ces possibilités. Au niveau de l'utilisation du produit, il n'y a rien à redire. HiSoft nous propose des produits, je dirai clefs en main. Si vous avez déjà vu le HighSpeed Pascal ou bien Devpac 3, vous savez de quoi je parle. Pour les autres, j'annonce : multiples fenêtres d'éditions, on compile, édite, débogue par un simple clic de la souris. Les commandes standards d'un éditeur de texte sont présentes... En fait, tout est disponible pour pouvoir développer une application.

Il manque tout de même quelque chose de très important : l'aide en ligne. Sur AMOS, elle est parfaite, sur le Blitz Basic, un peu obsolète mais là, rien du tout. Je n'ai pas réussi non plus à changer de mode d'écran, je valide mais rien ne se passe.

HiSoft Basic 2.0

Un grand avantage de ce BASIC, outre le fait que pratiquement tout soit intégré, c'est la rapidité de compilation. Si votre source dispose de multiples includes, vous avez la possibilité de créer des fichiers Token dans lesquels sont présentes toutes les définitions du système Amiga que vous utilisez (l'équivalent des GST sur le SAS). Évidemment, toutes les commandes usuelles du BASIC sont présentes, avec en plus le "Select Case",, l'équivalent du "Switch Case" du C, en passant par les classiques "While Wend", "Do Loop"...

Mais là où il me semble que le bât blesse, c'est que l'HiSoft Basic est surtout fait pour l'utilisation du système Amiga. En effet, les commandes d'ordre graphique ou autre n'existent pas. L'AMOS et le Blitz Basic sont capables en standard de visualiser des images ou des animations IFF, de jouer des musiques Soundtracker ou MED.... alors que l'HiSoft Basic doit pour cela utiliser les bibliothèques Amiga et autres. Cela a son avantage : le programmeur sait au moins comment le système fonctionne, de cette manière il connaît bien le coeur de l'Amiga. Mais au niveau temps de développement, ce sera plus long. Alors apprenez à bien écrire vos routines, car elles vous serviront plus tard. Pour les moins courageux, le paquetage comprend des exemples sur le format IFF sur les dataTypes, les taglists, l'audio, la Gadtools...

Ainsi, vous aurez tout le loisir de vous y pencher pour savoir comment cela fonctionne. Les exemples ont toujours été très didactiques. Toutefois, l'accès aux structures de l'Amiga n'est pas des plus corrects, du point de vue en tout cas de la forme. En effet, il n'existe pas de commandes spécialement faites pour accéder au coeur de notre machine. Alors, cela se passe à grand renfort de Peek et Poke. Ça marche mais convenez que ce n'est pas très élégant.

HiSoft Basic 2.0

HiSoft Basic 2.0

Un plus pour ce langage mais que je mettrai entre guillemets, car je n'ai pas eu l'occasion de le vérifier, c'est la compatibilité avec certains BASIC du monde PC, plus l'AmigaBasic et la version Atari de l'HiSoft.

Conclusion

En guise de fin, je dirai qu'au niveau prise en main, efficacité, rapidité de compilation, c'est du tout bon. Après, quand on connaît le créneau qui nous est imparti, il vaut mieux y réfléchir.

L'utilisation du système Amiga n'est pas des plus simples, cela est dû en partie au multitâche de notre machine. On sait que le Kickstart est développé en C et en assembleur. Donc la majeure partie des outils qui rendent la programmation "aisée", génèrent des sources C pour la plupart. Si vous souhaitez développer des applications pro, il vous faut des documentations sur l'Amiga. Celles-ci ne sont prévues que pour le C, alors quelques rudiments de C sont nécessaires. Vous voyez où je veux en venir : pourquoi ne pas faire du C tout simplement ou bien alors créer une dynamique de gens passionnés par ce BASIC, se prendre en main et écrire des outils pour celui-ci ? Pour ma part, je n'ai rien vu de tel dans le domaine public mais il faut bien un début à tout.

Je conseillerai donc ce langage, pour les gens qui connaissent bien le BASIC et l'AmigaBasic, pour ceux qui ont la version 1 et peut-être pour les personnes envisageant de programmer aussi sur PC (des conseils sont donnés dans la documentation pour créer du code portable plus facilement). N'hésitez pas non plus à contacter HiSoft afin de savoir si une collection de domaine public existe, ou des clubs dont l'aide ne saurait être négligeable.

Nom : HiSoft Basic 2.0.
Éditeur : HiSoft.
Genre : programmation BASIC.
Date : 1994.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 79,95 £.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]