Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 27 février 2021 - 05:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'Eye Of The Beholder
(Article écrit par Cyrille Baron et extrait de Joystick - août 1991)


Hommage ou pompage ? Qu'importe, grâce à SSI, les joueurs sur Amiga et PC disposent d'un nouveau logiciel similaire à Dungeon Master.

Eye Of The Beholder

Eye Of The Beholder ressemble en effet comme deux gouttes d'eau au célèbre jeu de rôle Dungeon Master. Les bonnes idées étant faites pour être copiées, SSI a donc repris sans vergogne les caractéristiques qui ont fait le succès de Dungeon Master en y apportant quelques plus concernant la gestion des personnages. En fait, le logiciel se propose ni plus ni moins de plonger le joueur dans l'environnement des nouvelles règles de l'Advanced Dungeons & Dragons.

L'action se déroule dans le monde de Forgotten Realms bien connu des adeptes des jeux de rôle. Cette première aventure (il y en aura d'autres, chic !) va entraîner votre équipe dans les sous-sols de Waterdeep. En effet, Piergeron, maire de la ville, a reçu d'inquiétantes nouvelles concernant Xanathar, un triste sire dont on ne sait rien, si ce n'est qu'il incarne le mal à l'état pur.

Eye Of The Beholder

Commençons par créer un équipe : au début, quatre aventuriers peuvent être commandés mais en cours de route, deux "non players" (personnages se joignant momentanément aux aventuriers) peuvent faire un bout de route avec vous. Contrairement à Dungeon Master, la gestion des membres de l'équipe est beaucoup plus fine. Comme dans une vraie partie d'AD&D, on tire son personnage. On peut choisir parmi six races des deux sexes, neuf alignements et six classes (métiers). Les personnages multiclassés sont également envisageables. Bien entendu, le programme tient compte des spécificités de chaque catégorie. Ainsi, une même équipe ne pourra comporter un paladin et un personnage chaotic evil. Reste à choisir une icône représentant le personnage (on a l'embarras du choix). Ceci fait, le programme effectue un tirage aléatoire de points qu'il attribue à six caractéristiques : force, sagesse, constitution, intelligence, dextérité et charisme. Si le résultat ne vous convient pas, vous pouvez demander d'autres tirages.

Eye Of The Beholder

En ce qui concerne la magie, 23 sorts de mage et 14 sorts de clerc, répartis en cinq niveaux, sont utilisables. D'après son niveau, le joueur choisit ses sorts avant chaque période de repos. Aussi sévère qu'un maître de donjon humain, le programme attribue en début de partie deux sorts de niveau 1 et un sort de niveau 2. Différence notable avec Dungeon Master, c'est le joueur qui choisit le sort dans la liste qui lui est attribuée au départ. Naturellement, clercs et paladins disposent de sorts de soins ; en période de repos, le programme demande simplement si l'on souhaite qu'il les utilise.

De plus, les aventuriers peuvent trouver en cours de partie des parchemins ou des fioles mais attention, il faudra avoir le niveau requis pour les utiliser. Cet aspect gestion mis à part, Eye Of The Beholder se comporte exactement comme Dungeon Master : on dirige les personnages dans des couloirs représentés en 3D dans une fenêtre. A l'aide du curseur de la souris, on pose ou ramasse directement les objets dessinés à l'écran. Ensuite, on clique sur l'un des membres de l'équipe représenté entouré de cases qui correspondent aux différentes parties de son corps. Pour manger, on agite sur une icône en forme d'assiette.

Bien sûr, il est prévu de pouvoir échanger des objets d'un personnage à l'autre. Comme dans Dungeon Master, on peut se créer des "camps de base" ou même baliser sa route en posant des objets : le programme les garde en mémoire. De même, lesdits objets peuvent être lancés sur un monstre, les portes peuvent servir à écraser ceux qui se trouvent dessous, les trappes permettent de passer à un niveau inférieur du souterain. C'est pareil.

Parmi les dix-neuf types de monstres rencontrés, certains reconnaîtront même de vieux amis : vers, araignées, golems et naturellement beholder : vous savez, ces yeux volants qui lancent des sorts. Après tout, les simulateurs de vol se ressemblent tous. Un nouveau type de jeu est né : le Dungeon Master. Tant mieux.

Eye Of The Beholder

Le graphisme, plutôt sympathique, est aussi fort (trop) inspiré de Dungeon Master. Portes, boutons, taille des couloirs et des salles. Garder l'interface utilisateur de Dungeon Master est une bonne "idée" puisqu'elle est quasi-parfaite mais on aurait préféré plus de diversité en ce qui concerne les décors. On retrouve donc les commandes qui permettent d'avancer, reculer, tourner et marcher en crabe. Léger plus, une boussole est en permanence affichée à l'écran.

Le son, lui, apporte cependant un indéniable plus, surtout en ce qui concerne les bruitages. Pour une fois en effet, pas trop de musique tonitruante mais des ambiances. L'écho d'un pas lointain, un éboulement, de l'eau qui tombe goutte à goutte, un raclement sinistre. C'est très prenant. A noter que le jeu est livré avec une carte sommaire des trois premiers niveaux de souterrains.

Nom : Eye Of The Beholder.
Développeurs : Westwood Studios.
Éditeur : SSI.
Genre : jeu de rôle.
Date : 1991.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 250 FF.

NOTE : 8,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]