Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 08 août 2022 - 04:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Darkmere: The Nightmare's Begun
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - mai 1994)


Bien des années après Cadaver, Core Design remet au goût du jour le jeu d'aventure en 3D isométrique avec le très attendu Darkmere.

Darkmere: The Nightmare's Begun

La famille des arlésiennes de la micro-informatique compte à présent, avec la sortie de Darkmere, un membre supplémentaire. Ce n'est pas moins de dix-huit mois de retard qu'accuse le programme, prévu à l'origine pour octobre 1992 ! Accouchement difficile, donc, mais au moins Core Design aura eu le mérite de mener le projet à terme en dépit de toutes les difficultés rencontrées. Il ne tient plus qu'à vous, de pénétrer dans l'univers médiéval-fantastique de Darkmere.

Un elfe parmi les hommes

Dans une contrée terrorisée par un dragon du nom d'Enywas, un elfe, bravant l'interdiction formelle d'intervenir dans les affaires humaines, décide de porter secours aux villageois décimés par les assauts du saurien ailé. Au terme d'un combat acharné, Gildorn parvient à tuer et à vaincre Enywas, mais il est banni par les siens pour sa faute et s'installe parmi les hommes. Pas ingrats pour deux sous, ces derniers le couronnent bientôt et lorsque le monarque s'éprend d'une jeune elfe amnésique trouvée errante, c'est avec joie qu'ils accueillent l'arrivée d'une nouvelle reine. Cette union porte rapidement ses fruits et Berengaria, en vertu d'une ancestrale tradition elfe, part dans la forêt mettre au monde un prince héritier.

Darkmere: The Nightmare's Begun

C'est à partir de là que les choses commencent à sérieusement se gâter, car les jours passent et la jeune mère ne reparaît pas. Malgré une fouille minutieuse des environs, Gildorn ne retrouve, parmi les arbres, qu'un bébé abandonné, son fils. Il sombre alors dans la mélancolie et se terre dans son château, laissant son royaume tomber aux mains de brigands et coupe-jarrets sans réagir. Pire encore, un mystérieux nuage sombre s'avance vers la contrée, et avec lui retentissent à nouveau les chants de guerre, depuis longtemps oubliés, des orques des Montagnes de l'Est. Vous incarnez le Prince Ebryn, devenu un vigoureux guerrier nanti d'une épée enchantée, et allez tenter de remplir la triple mission de mettre fin à la malédiction du Darkmere, repousser les légions du mal et retrouver votre mère disparue.

Pour représenter les aventures d'Ebryn, Core Design a opté pour des graphismes en 3D isométriques. Vous déplacez le héros à l'aide de la manette à travers le vaste univers du jeu et parlez avec une foule de personnages vous permettant peu à peu de progresser. Mais cela ne sera, la plupart du temps, pas gratuit, vos vis-à-vis réclamant bien souvent que vous accomplissiez diverses tâches pour eux en échange de leurs précieux renseignements. Untel vous demandera de porter un message pour lui, tandis qu'un autre voudra vous voir lui ramener un objet. Tout cela vous oblige à d'incessantes allées et venues, et la taille du jeu étant assez imposante, il est fortement conseillé d'établir un plan des lieux afin de vous y retrouver.

Vous trouverez par ailleurs sur votre chemin, de nombreuses clefs jonchant les pavés de la ville. Certaines servent à ouvrir des coffres, tandis que d'autres vous ouvriront l'accès de maisons laissées à l'abandon. En fouillant ces dernières, vous découvrirez de nombreux objets, armes, potions, parchemins ou encore victuailles régénératrices d'énergie. Ces dernières vous seront particulièrement utiles, car le monde de Darkmere est particulièrement dangereux, et vous risquez à tout moment de tomber sur des bandits, des orques ou encore des dragons qui en veulent à votre vie.

Fort heureusement, vous disposez de votre fidèle épée, celle-là même qui occit jadis Enywas, ce qui vous permet de faire des ravages parmi vos ennemis. Darkmere prend alors des allures de jeu d'arcade, Ebryn disposant de deux mouvements (un coup de haut en bas ainsi qu'un autre, transversal celui-là) et enfin d'une parade. Bon plan, votre épée magique se nourrit de l'énergie vitale des monstruosités que vous affrontez, ce qui signifie que chaque coup porté à l'adversaire fait grimper votre barre d'énergie. Attention cependant à ne pas vous attaquer à un personnage innocent, car cela produit alors l'effet inverse et vous ôte de vos forces.

Darkmere: The Nightmare's Begun

A1200 de rigueur !

L'un des points forts de Darkmere est incontestablement ses graphismes, particulièrement réussis. L'atmosphère oppressante du jeu est traduite par les rues sombres du village, qu'éclairent difficilement quelques torches à la flamme vacillante. Les personnages sont également finement dessinés, mais on peut regretter que le logiciel ne comporte pas davantage d'ennemis différents.

Pour ce qui est de l'animation, un Amiga 1200 ou plus rapide est fortement recommandé, car cette dernière ralentit fortement sur A500 et autres petits Amiga lorsque plusieurs sprites se déplacent simultanément, ce qui nuit un peu à la bonne marche des combats. De plus, chaque changement d'écran occasionne de longues secondes de "réflexion" sur les machines à base de 68000, ce qui devient pénible lorsque vous avez un long chemin à effectuer pour vous rendre où vous le souhaitez.

L'aspect sonore du programme est en revanche assez bien réalisé, le bruit du vent sifflant dans les rues se mêlant aux cris et ahans lors des combats. Tout juste peut-on regretter qu'aucune musique n'intervienne au cours de la partie, l'unique thème étant joué lors de l'introduction.

Darkmere: The Nightmare's Begun

Bref, voilà un jeu très sympathique (si vous disposez d'un A1200), doté d'un scénario très fouillé et doté de superbes graphismes, mais qui accuse un peu son âge sur le plan technique. S'il était sorti en temps et en heure, Darkmere aurait compté parmi les meilleurs jeux d'aventure/action sur Amiga. Hélas pour lui, il ne s'agit plus en 1994 que d'un logiciel situé dans la bonne moyenne des productions sur cette machine, ce oui n'est déjà pas si mal.

Nom : Darkmere: The Nightmare's Begun.
Développeurs : Zero Hour.
Éditeur : Core Design.
Genre : jeu de rôle.
Date : 1994.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Les graphismes donnent au programme une solide ambiance.
- Le monde de Darkmere, très vaste, laisse augurer de nombreuses heures de jeu.
- Le logiciel est intégralement traduit en français.

Les points faibles :

- De nombreux ralentissements sensibles sur A500 et autres Amiga 68000.
- Pas de musiques pendant la partie !
- Aucune installation sur disque dur possible et de très longs temps de chargement.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]