Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 28 juillet 2017 - 00:38  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : Installation de Linux Crux 2.0 sur Pegasos II
(Article écrit par Geoffrey Charra - décembre 2005)


Crux PPC 2.0 est une distribution de Linux qui s'adresse véritablement aux utilisateurs expérimentés. L'utilisateur a un total contrôle sur l'installation car presque rien n'est automatisé. Il doit éditer les différents fichiers de configuration et également compiler un noyau pour que cette distribution fonctionne. Le but de cette distribution est d'avoir un minimum d'outils dans une version récente et maitrisée.

Cette distribution se positionne à l'opposé de Linux Ubuntu ou de Linux Yellow Dog, dans lesquelles un maximum de choses sont automatisées pour une installation aisée avec interface graphique.

Ce chapitre n'entre donc pas dans tous les détails et s'adresse plutôt aux utilisateurs ayant des connaissances Linux.

Préparation

Téléchargez l'image ISO de Crux PPC 2.0 par exemple sur crux-fr.org/iso/crux-2.0/contrib/crux-ppc-2.0.iso et gravez-la sur un CD. Sous SmartFirmware, appuyez sur "Esc" et saisissez la commande suivante à l'invite de commande :

boot cd boot/zImage-Pegasos root=/dev/cdroms/cdromX

Le "X" après "cdrom" est le numéro de CD dans lequel est inséré le CD de Crux PPC (0 ou 1).

Exemple :

boot cd boot/zImage-Pegasos root=/dev/cdroms/cdrom0

Après le chargement du noyau, connectez-vous en "root" (sans mot de passe). Créez si nécessaire des partitions pour Crux PPC avec l'outil "parted" (mais le plus simple est de le faire sous MorphOS comme expliqué dans l'installation de Debian) avec la commande "parted /dev/discs/discX" (remplacez "X" par 0 ou 1).

Note : réservez environ 1 Go d'espace disque pour la partition système de Crux (l'installation nécessite entre 200 et 500 Mo mais il vaut toujours mieux prévoir un peu de marge pour installer des applications supplémentaires).

Créez ensuite les systèmes de fichiers EXT3 et le fichier d'échange (Swap) avec les commandes suivantes :

mke2fs /dev/discs/discX/partY
mkswap /dev/discs/discX/partS

Où "X" est le numéro du disque (0 ou 1), et "Y" et "S" respectivement les numéros de partition système et d'échange (numérotés à partir de 1).

Exemple :

mke2fs /dev/discs/disc1/part1
mkswap /dev/discs/disc1/part2

Montez la partition sur laquelle vous souhaitez installer la distribution :

mount /dev/discs/discX/partY /mnt

Exemple :

mount /dev/discs/disk1/part1 /mnt

Dans le cas où vous souhaiteriez utiliser plusieurs partitions (autres que celle d'échange), faites, par exemple, pour monter une partition en "var" :

mkdir /mnt/var
mount /dev/discs/disc1/part3 /mnt/var

Activez ensuite votre partition d'échange :

swapon /dev/discs/discX/partS

Exemple :

swapon /dev/discs/disc1/part2

Installation des paquetages

Tapez ensuite la commande "/usr/bin/setup" pour lancer l'installation. Cette commande permet de lancer un outil graphique qui va vous permettre d'installer les paquetages que vous souhaitez. Choisissez au moins tous les paquetages de "base". Si vous n'êtes pas sûrs, sélectionnez tous les paquetages, car dans cette distribution il n'y a pas de vérification de dépendances entre paquetages.

Configuration du système

Saisissez les commandes suivantes qui vont vous permettre de positionner votre nouvelle partition comme partition système pour poursuivre l'installation :

mount -t devfs devfs /mnt/dev
mount -t proc proc /mnt/proc
chroot /mnt

Saississez un mot de passe root avec la commande "passwd".
Avec l'éditeur "pico", éditez le fichier "/etc/fstab" afin de configurer votre système de fichiers ("pico /etc/fstab/").
Si vous vous êtes limités à un disque système et un disque d'échange, vous n'aurez qu'à décommenter les lignes nécessaires et à les changer par le bon nom de disque :

Exemple :

#<filesystem>         <dir>          <type>        <options>                   <dump>  <pass>
/dev/hdb1             /              ext3          defaults                    0       1
/dev/hdb2             swap           swap          defaults                    0       0
/dev/cdroms/cdrom0    /cdrom         iso9660       ro,user,noauto,unhide       0       0

Éditez maintenant le fichier "/etc/rc.conf" afin de configurer le type de clavier, le fuseau horaire et la langue. Changez par exemple la valeur de "KEYMAP" pour la mettre à "fr" et celle de "HostName" à "pegasos".

Éditez les fichiers "/etc/rc.d/net", "/etc/hosts" et "/etc/resolv.conf" pour configurer vos paramètres réseau si vous le souhaitez.

Le fichier "/etc/hosts" donne la liste des machines connues par votre Pegasos, chaque ligne est de la forme "<adresse IP> mon-hôte.mon-domaine.org aliases".

Exemple :

127.0.0.1 localhost.localdomain localhost
192.168.0.1 www.mon-domaine.org monrouteur

Le fichier "/etc/resolv.conf" doit contenir l'adresse de votre serveur de noms (si vous en utilisez un) et votre domaine. Entrez notamment votre adresse IP et le masque réseau dans ce fichier.

Compilation du noyau

Pour compiler le noyau, entrez les commandes suivantes :

cd /usr/src/linux-2.6.8.1
patch -p1 -i ../pegasos-2.6.8.1-cumulative-27092004.patch
make menuconfig

Menuconfig est un outil graphique dans lequel vous pourrez configurer tous les paramètres de votre noyau. Par défaut, vous pouvez utiliser un fichier dédié au Pegasos en faisant "Load" et en saisissant "../linux-2.6.8.1.config-Pegasos" dans la partie "Load".

Lancez ensuite la compilation de la manière suivante :

make all && make modules_install

Laissez compiler (opération assez longue) et copiez ensuite les fichiers résultants au bon endroit :

cp arch/ppc/boot/images/zImage.chrp /boot/vmlinuz
cp System.map /boot/System.map

Démarrage sous Crux PPC

Pour démarrer la distribution, entrez la commande : "boot disk@I,X:Y boot/vmlinuz root=/dev/hdZY+1", où "I" est votre numéro de port IDE, "X" le numéro de disque, "Y" le numéro de partition en partant de 0 et "Z" la lettre correspondant au numéro de disque (a=1, b=2, etc.).

Exemple :

boot /pci/ide/disk@0,1:0 boot/vmlinuz root=/dev/hdb1

Vous vous retrouvez alors sous une distribution très minimale. Pour installer de nouveaux paquetages ou faire des mises à jour, vous aurez besoin de la commande "pkgadd".

Faites "man pkgadd" pour en savoir plus sur cette commande. Attention, je rappelle que les dépendances entre paquetages ne sont pas gérées. A l'inverse, la suppression des paquetages est réalisée à l'aide de la commande "pkgrm". La commande "pkginfo" permet quant à elle d'interroger la base de données d'installation des paquetages. Enfin, la commande "pkgmk" permet de créer de nouveaux paquetages.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]