Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 23 octobre 2017 - 15:17  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : Installation de Linux Debian sur Pegasos I et II
(Article écrit par Geoffrey Charra - décembre 2005)


Cet article a pour but de vous aider à installer Linux/Debian sur votre Pegasos I ou II. Debian est une distribution Linux complète destinée aux utilisateurs qui souhaitent avoir un environnement disposant de toutes sortes de logiciels.

1. Types d'installation

Avant d'installer Linux Debian, il faut vous assurer que vous avez suffisamment de place sur votre disque dur (au moins 3 Go). Il est de toute façon recommandé d'installer Linux sur un second disque si votre premier disque est par exemple dédié à MorphOS.

Il y a trois manières d'installer Linux sur un Pegasos, mais dans les trois cas il faut une connexion à Internet :
  • Netinstall : démarrage sur un noyau minimal et installation par Internet.
  • Installation complète sur CD (14 CD !).
  • Netinstall partiel : installation minimale par CD, puis complétion de l'installation après redémarrage par Internet (c'est la méthode que je recommande sur Pegasos I).
Attention : il existe des noyaux spécifiques Pegasos I différents des noyaux spécifiques Pegasos II.

Image ISO du CD Linux Debian Sarge 2.4.27 Pegasos I (305 Mo) :
sarge-pegasos1-netinst-2004.10.25.iso.

Image ISO du CD Netinstall Linux PowerPC 4.0r0 (2007 - 233 Mo) :
debian-40r0-powerpc-netinst.iso.

Si ces liens ne sont plus actifs, une image ISO (format NRG) de secours se trouve sur www.noname.fr/obligement/files/debiansarge_pegasos.nrg.

Téléchargez l'image ISO correspondant à votre type de Pegasos, et gravez-la sur un CD. Des informations complémentaires pour les utilisateurs de Pegasos I sont disponibles sur le site pegasos.powerpc.ch.

2. Préparation du disque dur

Il est possible de créer les partitions dans Linux, mais le mieux est de les créer dans MorphOS pour qu'elles soient reconnues par les deux systèmes. Il faut par ailleurs effacer le Master Boot Record si le disque dur a été utilisé dans un PC.

2.1 Suppression du MBR (Master Boot Record)

Cette étape est nécessaire si le disque n'est pas neuf. Pour cela, nous allons utiliser HDWrite qui disponible sur le CD d'installation de MorphOS (MorphOSBoot:morphos/c/hdwrite), avec une commande du type :

hdwrite ide.device numero_disque_dur mossys:c/reboot 0

Exemple pour le disque 1 :

hdwrite ide.device 1 mossys:c/reboot 0

2.2 Formater les partitions

Avec SCSIConfig, vous devez créer deux partitions. Une pour Linux lui-même, l'autre pour la partition Swap :
  • Pour la partition Linux, vous avez besoin d'au moins de 2 Go, choisissez "Custom FileSystem", et entrez le type "0x4c4e5800".
  • Pour la partition Swap, il vous faut au moins 200 Mo, choisissez "Custom FileSystem" et entrez le type "0x53575000".
Maintenant, il faut que vous soyez capable d'identifier l'emplacement de vos partitions Linux. Ceci est très important pour l'installation.

Exemple : si vous n'avez qu'un seul disque dur et qu'il est sur ide.device, unité 0 comme cela :

DH0: FFS
DH1: FFS
DH2: SFS
DH3: SFS
DH4: SFS
DH5: Linux
DH6: Linux
DH7: Swap

Pour Linux, la partition Ext2fs si votre disque dur est en unité 0 -> /dev/hda6.

/dev/hda -> unité 0
/dev/hdb -> unité 1
/dev/hdc -> unité 2
/dev/hdd -> unité 3

Pour le SCSI :

/dev/sda -> unité 0
/dev/sdb -> unité 1
/dev/sdc -> unité 2
/dev/sdd -> unité 3

Ainsi si vous utilisez un second disque vierge vous aurez comme partition : /dev/hdb1 et /dev/hdb2.

3. Installation

3.1 Première partie

Insérez le CD de Debian dans le lecteur et redémarrez votre Pegasos. Entrez dans l'invite du firmware (appuyez sur "Esc", si vous êtes en autodémarrage) et tapez la commande suivante :

boot cd install/powerpc/vmlinuz-chrp.initrd root=/dev/ram

L'installation démarre. Vous allez devoir répondre à un certain nombre de questions dans l'ordre suivant :
  • Choose language : "French" ; Pays : "France" ; Clavier : "fr-latin9".
  • Interface réseau : "eth1 : VIA Rhine II".
  • Nom de machine : entrez ce que vous voulez, par exemple "pegasos".
  • Nom de domaine : laissez ce champ vide.
  • Partition : sélectionnez la modification manuelle et choisissez le disque où vous avez préparé des partitions pour Linux. Par exemple si vous avez créé deux partitions nommées DH4 et DH5 sur le disque 1 (HDB) :
    • DH4, système de fichier "EXT3" ; point de montage "/" ; amorçage : présent ; fin de paramétrage de la partition
    • DH5, système de fichier "swap" ; fin de paramétrage de la partition.
L'installation démarre ensuite réellement. Laissez votre machine travailler jusqu'à ce qu'elle vous rende la main.

A la fin de l'installation, le logiciel d'installation de Debian va vous indiquer la commande à utiliser pour démarrer Linux depuis le firmware. Notez scrupuleusement cette commande importante !

Exemple :

boot hd0:0 boot/vmlinuz-2.6.8-powerpc root=/dev/hdb1

Vous pouvez maintenant terminer la première partie de l'installation et redémarrer.

Note : après le premier démarrage, Linux va essayer de télécharger certains modules manquants par Internet. C'est là que peut de nouveau se poser le problème d'adresse MAC de certains Pegasos I.

3.2 Installation du système de base

Tapez la commande qui vous a été fournie par le programme d'installation de Debian. Exemple :

boot hd0:0 boot/vmlinuz-2.6.8-powerpc root=/dev/hdb1

Une fois que Linux aura redémarré, Debian vous guidera pendant le processus d'installation du système de base.

Configuration système de base de Debian

OK ; Horaire GMT : non ; Mot de passe root : ce que vous voulez ; utilisateur : entrez votre nom ; login : laisser par défaut et choisir un mot de passe.

Configuration outil de gestion des paquetages

Examiner autre CDROM : non
Faut-il ajouter une autre source : non (pour l'instant)

Sélection des paquetages

Choisir les paquetages que vous voulez. Vous pouvez également installer les paquetages de manière manuelle.

Une fois l'installation des paquetages terminée, vous pouvez toujours relancer le logiciel d'installation (Aptitude) en tapant la commande "base-config" (en tant qu'administrateur "root").

4. Trucs et astuces

4.1 Information générales sur l'utilisation de Linux

Utilisateur "root"

L'utilisateur root est "l'administrateur", cela signifie que le root a tous les droits. Dans une console, pour passer en mode root, tapez "su" et le mot de passe de root.

Aide à propos d'une commande

Pour avoir de l'aide à propos d'une commande : dans une console, tapez "man la_commande".

4.2 Installation/désinstallation de logiciels

Installer/désinstaller un logiciel (ou paquetage)

Pour installer un paquetage facilement : ouvrez une console et passez en root. Tapez "apt-get install votre_paquetage".

Exemple : "apt-get install tuxracer", "apt-get install kdevelop", etc.
Pour enlever un paquetage : "apt-get remove the_package".

Installer un logiciel à partir de ses sources

Désarchivez l'archive : "tar -xzvf l_archive" (si c'est une .tar.gz) ou "tar -xjvf l_archive" (si c'est une .tar.bz2).
Allez dans le répertoire où se trouvent les sources du programme : "cd le_répertoire_archive".
Passez en mode root.
Tapez : "./configure && make && make install".
Le programme devrait maintenant s'installer.

Installer les logiciels à partir d'Internet

Pour installer les paquetages directement depuis le miroir Debian (pour connexion à Internet rapide), vous devez :

Installez netselect: "apt-get install netselect", puis "apt-get install netselect-apt".
Laissez travailler netselect : "netselect-apt unstable".
Netselect crée un fichier nommé "sources.list", copiez-le dans /etc/apt/.
Mettez à jour la base de données des paquetages : "apt-get update".
Mettez à jour votre système avec les derniers paquetages : "apt-get upgrade".
Vous avez maintenant un système à jour et n'importe quel paquetage installé avec apt-get sera téléchargé du Web !

4.3 Installer la dernière version de XFree

Il est toujours mieux d'avoir la dernière version stable de quelque chose plutôt que d'utiliser une ancienne version. La nouvelle version peut être plus rapide, plus jolie, plus stable et avoir de meilleurs pilotes graphiques.

Pour cela, il faut récupérer les sources car il n'y a pas de binaires pour XFree86 sur PowerPC. Allez sur www.xfree86.org et téléchargez les dernières sources.

Normalement, vous devriez télécharger quatre fichiers sur votre partition Linux : trois nommés "X420-srcx.tgz" (où x = 1 à 3) et un nommé "4.2.0-4.2.1.diff.gz". Ce dernier est le correctif pour la version actuelle (optionnel).

L'équipe XFree86 met à disposition les sources pour chaque mise à jour "importante" comme la version 4.1.0 et la 4.2.0 mais pour les petites mises à jour, seul le correctif est fourni. Donc, vous devez télécharger les dernières sources (actuellement la V4.2.0) et le correctif (4.2.1).

4.3.1 L'installation

A) Compiler et installer à partir des sources

Vérifiez que vous êtes bien en root.
Tout d'abord, installez les paquetages nécessaires pour compiler XFree :

apt-get install ncurses-dev
apt-get install zlib1g-dev
apt-get install libpam0g-dev

Désarchivez l'archive : "tar -xzvf X420-src1.tgz" (faites de même pour les deux autres fichiers). Ceci devrait créer un répertoire nommé "xc" et le correctif : "tar -xzvf 4.2.0-4.2.1.diff.gz".

Corriger les sources :
Copiez 4.2.0-4.2.1.diff.gz dans le répertoire xc.
Appliquez le correctif en tapant "gzip -d".
Compilez XFree, dans le répertoire xc : "make World && make install".

Cela va prendre beaucoup de temps, sûrement quelques heures ! Soyez patient(e) ! Une fois ceci terminé avec succès, vous devriez avoir la dernière version de XFree86.

B) Utilisez Apt-get (pour les connexionx Internet rapides seulement)

Nous allons utiliser apt-get pour installer XFree facilement. En fait, la dernière version disponible est "instable". C'est pour les tous derniers paquetages mais comme ils ne sont pas testés, il n'ont pas la mention "stable". Nous allons donc demander à apt-get de mettre à jour notre système en "instable" en récupérant la dernière version de XFree (ne vous inquiétez pas, instable avec Debian n'est en fait pas instable !).

Passez d'abord en root.
Installez netselect : "apt-get install netselect", puis "apt-get install netselect-apt".
Laissez travailler netselect : "netselect-apt unstable".
Netselect crée un fichier nommé "sources.list", copiez-le dans /etc/apt/.
Mettez à jour la base de donnée des paquetages : "apt-get update".
Mettez à jour votre système avec les derniers paquetages : "apt-get upgrade".

Voilà ! Vous avez maintenant la dernière version de XFree86. Notez cependant qu'une version "Unstable" de Debian est peu recommandée. Il reste préférable de compiler les sources.

4.3.2 Raccouris clavier et commandes dans XFree (interface graphique de Linux) :

Pour passer du mode texte (console) à XFree, appuyez sur "Ctrl+Alt Fx" (où x = 1 à 6, 7=XFree).
Pour facilement monter ou retirer un disque, utiliser KwikDisk du menu KDE.
Pour tuer XFree (en cas de plantage) : appuyez sur "Ctrl+Alt+Backspace".
Pour tuer un logiciel : lancer "xkill" dans une console et cliquez sur le vilain programme !
Pour tuer une programme en mode texte, utiliser la commande "kill" (man kill pour plus d'aide).

4.4 Monter des partitions de systèmes d'exploitations différents

Comment monter une partition FFS sous Linux ?

Premièrement, seules les partitions FFS sont gérées. La commande est simple, en mode root, tapez : "mount /dev/xxxx /mnt/mapartitionamiga -t affs" (pour monter la partition "xxx"). Vous pouvez aussi ajouter une ligne dans /etc/fstab pour monter votre partition Amiga à chaque démarrage :

/dev/xxxx /mnt/myamigaparitoopn affs user,noauto 0 0

Comment monter une partition Linux sous MorphOS ?

Pour cela, il faut télécharger le système de fichier Ext2/Ext3 pour MorphOS (home.elka.pw.edu.pl/%7Emszyprow/programy/ext2filesystem/). Le fichier "ext2fs_0.4_mos.lha" contient le nécessaire pour gérer le système de fichier Linux Ext2 et Ext3. En suivant le fichier "readme" à la lettre, il ne devrait pas y avoir de problème pour l'installer et avoir accès à la partition Linux de manière transparente.

4.5 Problèmes réseaux avec certains Pegasos I

Sur les Pegasos I (April 1), l'adresse MAC ne semble pas toujours être valide. On se retrouve par exemple avec une adresse MAC FF:FF:FF:FF:FF. Il existe un moyen de contourner ce problème en changeant l'adresse MAC sous Linux. Par contre ce changement est perdu lorsqu'on redémarre (il peut donc être intéressant de sauvegarder cette suite d'instructions dans le fichier ".bshrc" ou dans un fichier script lancé à la main).

Tout d'abord, il faut connaître la bonne adresse MAC de la carte réseau. Mettons par exemple que votre adresse MAC sous MorphOS est 0F:0F:0F:0F:0F (pour cela cherchez dans votre pile TCP/IP, par exemple Miami).

On demonte la carte Ethernet 0 : "ifdown eth0 down"
On met la bonne adresse MAC (celle qu'on a sous MorphOS) : "ifconfig eth0 hw ether 0F:0F:0F:0F:0F"
On remonte le tout : "ifdown eth0;ifup eth0"

Pour ceux qui ne maîtrisent pas Unix/Linux vous pouvez éditer un petit script de la manière suivante :

Lancement d'un éditeur : "pico adresse_mac.sh"
Saisie des instructions précédentes.
Ctrl+X pour terminer, "O" pour sauver.
Passage du script en mode exécutable : "chmod 700 adresse_mac.sh"
Exécution du script après chaque redémarrage : "sh adresse_mac.sh"

Remarque : cette méthode est un contournement. Le meilleur moyen de résoudre le problème d'adresse MAC sur Pegasos I April 1 est à terme de prendre une autre carte réseau.

4.6 Perte de la gestion du réseau (Pegasos I ou II)

Pendant l'installation de Debian, il se peut que vous n'ayez plus de gestion du réseau en fonction du périphérique réseau que vous utilisez, de votre version de noyau ("kernel") ou peut-être de votre matériel. En effet, les noyaux récents reconnaissent toutes les interfaces du Pegasos (Ethernet 10/100, gigabit, FireWire, carte réseau PCI éventuelle) et il se peut qu'il n'ait pas utilisé la bonne par défaut. Pour vérifier cela, ouvrez une console avec la combinaison de touches "Alt-F2". Identifiez-vous en tant que "root" (il n'y a pas encore de mot de passe).

Essayez de faire un "ping" sur par exemple Google avec la commande "ping www.google.fr". Si la commande fonctionne (tapez Ctrl-C pour la stoper), cela signifie qu'il n'y a pas de soucis et que vous pouvez repasser sur la console d'installation avec la combinaison de touches "Alt-F1". Dans le cas contraire, vous devez trouver quelle est l'interface que vous utilisez dans le fichier-journal du noyau grâce à la commande "dmesg |grep eth". Si vous n'utilisez pas de carte PCI, normalement : eth0=gigabit, eth1=firewire, eth2=ethernet 10/100. Il vous faut éditer le fichier "/etc/network/interfaces" avec la commande "pico /etc/network/interfaces".

Dans ce fichier, remplacez tous les "ethx" par votre interface. Tapez Ctrl-X pour quitter, "O" pour confirmer et "Entrée" pour valider. Il vous faut également redémarrer la couche réseau avec la commande "/etc/init.d/networking/restart" avant de pouvoir refaire le test du ping. Vous pouvez repasser sur la console d'installation avec la combinaison de touches "ALT-F1".


[Retour en haut] / [Retour aux articles]