Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 22 juillet 2017 - 12:46  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : Computer '95 (Cologne 1995)
(Article écrit par Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - décembre 1995)


Le salon a battu son plein comme chaque année et Amiga Technologies était le repère central, remplaçant Commodore. Tous les constructeurs et développeurs ayant un nom dans le monde de l'Amiga étaient présents et pas un n'était venu sans son lot de nouveautés. Bref, le monde de l'Amiga vit, et même se remet de sa déprime. Il n'est besoin que de voir les visiteurs repartant avec de gros paquets dans les bras ayant pour noms Amiga Magic et M1438S. En effet, les coffrets Amiga 1200 et les nouveaux moniteurs Microvitec de Amiga Technologies ont fait un tabac. Agnus soit loué.

Cologne 1995

Amiga Technologies

La situation présente

Le paquet pour A1200, dont la composition a été réalisée par les collaborateurs anglais est certainement le premier maillon de la reprise. Tout ce qui concerne l'A1200 est directement supervisé par Gilles Bourdin. La distribution a également commencé chez Quelle, la grande chaîne allemande et AT est encore en pourparlers avec Karstadt. Le prochain modèle aura un processeur plus rapide, un lecteur de CD avec MPEG et une connexion Internet. La set-top box, elle est en cours de réalisation. Le boîtier tour 4000 sort incessamment sous peu et les douzes premiers A4000T "made in Germany by Escom" étaient exposés sur le stand.

Cologne 1995

L'avenir

Le prochain processeur à équiper les futurs Amiga est enfin connu : le PowerPC 604. Le jeu de composants sera plus puissant, on s'en doute, mais pour l'instant, on n'en sait pas plus.

La priorité est à l'environnement logiciel qui doit être très riche, selon Petro Tyschtschenko, et est commandé officiellement à des développeurs. Samedi soir avait d'ailleurs lieu dans les salons secrets de l'expo une grande réunion de développeurs. Que n'étions-nous petite mouse pour glaner quelques aperçus du prochain système... Les cartes d'extension seront produites par AT, ou sous licence d'autres firmes par des maisons tierces.

Le bus PCI serait plus avantageux que le Zorro III car plus standard. Enfin, de bonnes nouvelles pour tous les utilisateurs : la technologie PowerPC Amiga ne sera pas réservée qu'aux nouveaux modèles AT.

Le prochain moniteur, qui sortira en 1996, sera un 17 pouces dont le balayage horizontal couvrira une bande passante de 15 à 64 kHz. AT a entrepris la confection d'un serveur Internet avec pages Web et accès FTP pour le DP et le shareware (page Web : www.amiga.de). Même les développeurs et les constructeurs recevront une assistance conséquente sur ce serveur qui sera ergonomique et professionnel.

Il n'y aura ni montage ni réparations à l'usine de Braunschweig, seulement un centre de distribution et d'échange de pièces détachées.

Le calendrier d'expositions est déjà bien rempli chez AT : Bits & Fun à Munich, aux États-Unis à Video-Toaster Expo et au Comdex. Est également envisagée en Angleterre un "World of Amiga".

Sur le stand bien central, il était difficile de se frayer un chemin jusqu'à ces hommes en noir qui officiaient sur des programmes légendaires. Autant des "computer freaks" recrutés pour l'occasion que tout le gratin d'AT se relayaient autour des 4000T ou des 1200. Des allumés secouaient véhémentement la tête sous leur casque virtualisant. Au fond, une petite porte ouvrait sur une petite salle avec un bar privé qui servait autant de salle de repos que d'antichambre aux bureaux où se traitaient les échanges commerciaux. Bref, AT était au coeur du salon, avec Amiga Magazin qui vendait ses revues, des tee-shirts et même des tasses pour ne pas oublier au petit déjeûner que si on est si fatigué, c'est parce qu'on a pianoté trop tard la nuit.

Cologne 1995

Cologne 1995

Phase 5

Oh la pénurie !

Non loin d'AT, le stand de Phase 5 (les producteurs de Fastlane Z3, CyberStorm, CyberGraphX et Blizzard) présentait des merveilles, mais... ne vendait rien. Tous les espoirs de tant d'amigaphiles déçus : les cartes Blizzard à base de 68060 pour A1200 et 2000 sont prêtes, mais hélas à cause de la pénurie de processeurs de chez Motorola, il va falloir se résoudre à attendre jusqu'en janvier, voire février pour que nos écrans s'affolent. Seuls AT et MacroSystem (DraCo) ont réussi à obtenir des 68060 en nombre suffisant. Il est même des rumeurs que la production s'arrêterait, mais alors Aérospatiale ne serait pas du tout content. On peut se demander si les 68060 à 66 MHz verront le jour. D'après un cadre de Motorola tout se passe bien et les rumeurs sont sans fondement. Mais il n'est plus question de nouveaux-nés dans la famille 68000. Elle s'arrête là.

Phase 5 ne s'est heureusement pas seulement concentré sur ces produits, ils vont certainement nous étonner bientôt. J'ai dit plus haut qu'ils travaillent en étroite collaboration avec AT sur les prochains processeurs PowerPC pour les modèles à base de Zorro III. Et en voici la première mouture, encore au stade expérimental.

PowerUP

Dans une vitrine de joaillier, sur du velours noir, elle est là : elle s'appelle pour l'instant PowerUP. Deux processeurs vont l'équiper : en bas de gamme, le MPC603e cadencé à 100 MHz et pour un usage plus professionnel le MPC604, d'abord à 100 MHz, puis à 132 MHz et enfin à 150 MHz. Suivra ensuite un vrai 64 bits, le MPC620 à 300 MHz qui est encore à l'étude, puis d'autres viendront pour poser la barre toujours plus haut. Phase 5 a décidé d'élargir son bus à 64 bits pour les extensions et d'y adapter un bus local système avec passerelle optionnelle pour PCI.

Phase 5 va donc produire pour les Amiga actuels des cartes dans une fourchette de prix allant de 1000 à 2000 DM, alliant une haute qualité, une grande compatibilité et une flexible extensibilité. Se greffera dessus un riche ensemble système logiciel centré sur CyberGraphX 3.0.

Mais Phase 5 ne se cantonne pas là. Ils ont réuni une équipe de programmeurs système chevronnés qui ont pour but, comme chez AT, d'adapter le système d'exploitation Amiga, avec son excellent Exec responsable d'un des plus efficaces et concis multitâche au monde, aux processeurs PowerPC. Ce système devra, en effet, être capable d'émuler les programmes écrits jusqu'à présent pour les différents membres de la famille 68000. Ce n'est que plus tard que les programmes pourront être écrits en code natif PowerPC.

Pour les développeurs commerciaux et privés, des précartes d'évaluation seront mises à leur disposition dès le début 1996 et ils recevront un soutien logistique appuyé tant de Phase 5 que de Motorola. Ils peuvent déjà s'adresser à Phase 5. Les personnes intéressées peuvent également envoyer leur adresse afin de recevoir une documentation sur ces modèles PowerPC dès qu'elle sera disponible. Les acheteurs d'une carte accélératrice de chez Phase 5 recevront un certificat qui leur permettra d'obtenir un prix de mise à niveau sur les cartes PowerPC. Les acheteurs d'une carte à base de 68060 bénéficieront d'une déduction de leur carte lors du passage au PowerPC définie dans un programme "Trade in".

CyberGraphX 3.0

Une nouvelle version du déjà incontournable système graphique est nécessaire. Elle doit en effet prendre en compte les processeurs PowerPC à venir, mais il est en même temps possible de l'améliorer pour les Amiga actuels et principalement de l'accélérer notoirement pour les puces AGA des A1200/4000. Cette version va mettre en oeuvre de nouvelles routines en matière de calcul 3D et de fonctions multimédias, ce qui facilitera aux développeurs la réalisation de programmes dans ces domaines, grâce à la grande compatibilité entre les diverses machines. Ceci devrait constituer un pas marquant dans bon nombre d'applications ainsi que dans la qualité graphique des jeux. Une nouvelle génération pourrait bien s'amorcer là. L'avenir semble donc florissant puisque des maisons comme Almathera, Maxon, ProDAD, SoftWood et d'autres, préparent d'ores et déjà des programmes utilisant toute la puissance de PowerPC et seront prêts lorsque les cartes sortiront sur le marché.

2-GO!

Déjà évoquée dans les brèves allemandes, cette carte est un bizarre hybride qui veut venir se glisser dans le lit de notre Amiguette. A base de DSP (processeur à signal numérique souvent utilisé pour les cartes audio) de grande puissance, le nom rigolo (prononcé à l'anglaise "To Go", c'est-à-dire "aller") signifie en réalité 2 "G"iga "O"pérations par seconde. Équipée du vraisemblablement plus puissant DSP à l'heure actuelle sur le marché, le TMS320C80 de Texas Instruments (également connu comme "MVP"), la carte actuellement en cours de développement sera particulièrement à l'aise dans le multimédia et les calculs mathématiques. Elle était en démonstration sur une application qui se déplaçait en temps quasi réel (avec une manette de jeux !) dans un lot de Mandelbrot jusqu'à 3000 itérations.

Ce processeur TMS320C80 combine sous son manteau quatre DSP en parallèle, un processeur principal RISC atteignant 50 MIPS (millions d'instructions par seconde) et un coprocesseur à virgule flottante permettant 100 MFLOPS (million d'opérations en virgule flottante par seconde). Ces six processeurs peuvent travailler indépendamment les uns des autres en parallèle grâce à un cache de 50 ko divisé en deux blocs qui peuvent à travers plusieurs unités échanger des informations et de plus simultanément charger ou délivrer des données à la mémoire par un ensemble mémoire-CrossBar. Les transferts internes atteignent ainsi 4,2 Go/s, tandis que les échanges avec l'extérieur par le contrôleur indépendant ont une bande passante de 400 Mo/s. C'est impressionnant, n'est-ce pas ? Ce n'est pas fini. Le TMS320C80 peut encore, avec son contrôleur vidéo, piloter deux mémoires indépendantes pour la numérisation et la production d'images vidéo.

Voilà pour le processeur. Il lui faut donc une carte à sa mesure. C'est ce que les ingénieurs de Phase 5 tentent de réaliser avec la 2-GO! Une mémoire extensible jusqu'à 64 Mo, une interface Zorro III extrêmement rapide, qui en mode "burst" (rafale) permet jusqu'à 32 Mo/s, des entrées-sorties vidéo de qualité CCIR601 et audio 16 bits stéréo fourniront à l'Amiga des numérisations et productions vidéo et audio avec toutes compressions possibles, ainsi que de la visualisation 3D ou du dessin-retouche en temps réel.

Quelques données techniques réalisées avec un MVP cadencé à 40 MHz (la production en série est prévue à 50 MHz) pour vous mettre les octets à la bouche :
  • Drystones (processeur RISC Master seul) : 130 000.
  • H.261 Compression et décompression vidéo (CIF) et G.278 Compression et décompression audio simultanée : 25 images/s.
  • Décodage JPEG 352x240 YCrCb (4:2:2) : 6 ms.
  • Codage JPEG 352x240 YCrCb (4:2:2) : 8 ms.
  • Opération matricielles 3x3 (multiplication 8x8) : 40 Mo/s.
  • Polygones à 50 pixels en lissage Gouraud : 750 000/s.
Les applications pratiques ?

On peut bien les imaginer, mais voici quelques exemples :
  • Compression vidéo en plusieurs standards, compression et décompression JPEG ou MPEG en temps réel, ou n'importe quels algorithmes comme fractals ou Wavelet ou bien encore à venir.
  • Travail audio en haute qualité, temps réel avec des fonctions d'effets. Avec un contrôleur de disque dur très rapide, 2-GO! peut servir d'enregistreur audio multipiste.
  • Vidéo-conférence avec Numéris et unité intégrable aux réseaux de télécommunications pour les utilisations les plus diverses.
  • Emploi en sous-système 3D, par exemple en combinaison avec les logiciels CyberGraphX 3.0.
  • Emploi d'"extension" en tant que coprocesseur pour les programmes de confection d'images de synthèse 3D.
La sortie de cette carte a été retardée par la situation incertaine des derniers mois. Pourtant, la mise sur le marché accompagnée de divers logiciels est "prévue" pour le premier semestre 1996. Le prix serait en baisse, c'est-à-dire entre 3000 et 3500 DM.

"Where do you want to be tomorrow?" est le motto de Phase 5 (où voulez-vous vous trouver demain ?).

MacroSystem

DraCo

DraCo, la terminologie latine de la constellation du Dragon (une des moins connues, bien qu'une des plus étendues dans le ciel boréal) est à l'origine du nom de la nouvelle vedette du monde des cousins Amiga. Toutes les cartes et sous-produits du DraCo portent le nom d'une étoile de cette constellation (Eltanin, Altais, Rastaban, etc.). On parle du DraCo déjà depuis plusieurs mois dans Amiga News, je ne m'étendrai pas dessus dans cet aperçu du salon. Par contre, je vous promets un essai vraiment détaillé dans les numéros qui viennent puisque j'ai personnellement craqué (ces lignes sont d'ailleurs les premières DraCo-écrites). Le stand MacroSystem présentait six unités en démonstration, avec de l'audio (Toccata), du dessin (Xi-Paint avec tablette graphique Wacom), vidéo avec VLab-Motion, etc. pour montrer la quasi totale compatibilité de la bestiole. La nouvelle carte graphique équipant le DraCo est une Altais (en fait une Retina BLT Z3 allégée de tout ce qui la ralentissait encore).

Deux versions étaient en vente sur le salon :
  • DraCo 060 50 MHz, 4 Mo de mémoire, carte graphique Altais 4 Mo, lecteur de CD x4, lecteur de disquette multiformats. 5995 DM.
  • DraCo 040 33 MHz, 4 Mo de mémoire, carte graphique Altais 1 Mo, lecteur de disquette multiformat. 4495 DM.
La mémoire vive équipant le DraCo est de la PS/2 standard. Il n'empêche qu'en vue de la sortie du 68060, il est conseillé d'avoir de la 60 ns. MacroSystem prendra en charge le remplacement du processeur et du quartz (soudé).

La carte DEC Alpha qui permettra des records de vitesse "sortirait" en janvier/février pour environ 4500 DM. Elle sera utilisable pour les logiciels existants soit avec des bibliothèques (un peu lent), soit avec un recompilateur distribué avec la carte (plus rapide), en attendant des versions spécifiquement dédiées.

Les autres produits présents étaient les produits déjà existants, comme VLab dans toutes ses versions, VLab-Motion, Retina BLT Z3 (1 ou 4 Mo), Retina (1, 2 ou 4 Mo), les cartes audio Maestro et Toccata, V-Code.

Du côté logiciel, ADPro, FRED et Morph Plus, Diavolo, FolioworX et PhotoworX, MovieShop, AnCoS, Samplitude, Xi-Paint 3.2.

Le futur

Une set-top box, semblable à celle d'AT est en préparation, une carte Altais 64 bits compatible genlock avec overlay vidéo et vidéo en fenêtre à 50 MHz pour le début 1996, de nouvelles Toccata, une carte Palladin à 68030 33 MHz SCSI-2 pour l'Amiga 2000 avec un emplacement pour une carte VLab-Motion bus DraCo, de nouvelles versions de VLab, Maestro BR et de MovieShop.

Ingenieurburo Helfrich

Le clou du salon

La Piccolo-SD 64, était bien sûr le cheval de bataille du stand, mais dans un coin sans marque particulière, discrète au point que je ne l'avais pas remarquée, une carte très expérimentale (à tel point qu'elle ne tournait encore que sur un PC, c'est dire) reproduisait en temps réel sur un écran 1024x768, nos merveilleux visages ébahis sur les faces de six cubes qui évoluaient, tournoyaient, se déformaient. Cette carte a pour l'instant été baptisée "ImagINE" et tourne grâce à un processeur néerlandais, qui s'appelle également Imagine, permettant 8000 MIPS ! (selon la doc)(on va bientôt parler en GIPS). Ceci est la première carte utilisant le processeur...

L'Imagine processeur fourni la capacité de gérer les processeurs et de la mémoire pour une carte compacte graphique et/ou de traitement de l'image d'une puissance de 8000 MIPS. Il suffit d'ajouter de la mémoire pour les instructions et données, image VRAM et/ou DRAM, un DAC et/ou ADC, melangés avec un peu de "glue logic" et voilà le système de base. Il y a une option d'horloge multividéo qui permet l'affichage d'images en direct (PAL, SECAM ou NTSC) sur un écran haute résolution non entrelacé.

Effectivement, quand je souriais, mon image, sur les faces des trois cubes, qui tournaient follement sur eux-mêmes et faisaient des trajectoires inattendus sur le moniteur, tout en changeant de taille et de forme, souriait aussi. Vous avez compris ?

Cologne 1995

La carte de Helfrich sera d'abord disponible sur bus PCI pour machines avec Windows NT, et ensuite sur bus Zorro III pour Amiga 3000 et 4000 au début de l'année prochaine. Prix : 6000 DM (environ 21000 FF) avec 8 Mo de VRAM. Il y aura "peut-être" un deuxième produit à base de ce processeur, moins performant, au prix de 2500 DM (environ 9000 FF).

La carte Imagine sera livrée avec bibliothèques pour LightWave, Scala et d'autres logiciels.

ProDAD

Toute la clique

Les excellents produits, tous compatibles entre eux, étaient en démo, Adorage, ClariSSA, Cavin, Monument Titler (V1 Monument Classic ou V2 Monument Designer). Le stand se jumelle comme chaque année avec Electronic-Design, le spécialiste du genlock. Deux nouveautés : Animage, qui permet la combinaison de plusieurs animations en différents formats, dimensions ou nombres de couleurs et calcule ainsi une animation finale (à la différence de ClariSSA qui dispose en temps réel plusieurs animations mais à des hauteurs différentes) et ImageVision (de chez ImageLab Technology), un programme de multimédia (genre Amiga Vision mais beaucoup plus moderne, complet, plus beau mais plus simple à utiliser). Elecronic-Design proposait un paquet "Hollywood" composé d'un Amiga 1200, un genlock et des logiciels.

IrseeSoft

Tout pour l'impression

IrseeSoft présentait son "enfin moderne" (même la version 3.0 de l'année dernière avait encore un aspect Workbench 1.3) version 4.1 de TurboPrint (absolument géniale, test pour bientôt) et toute une gamme de papiers dont des papiers glacés pour des présentations parfaites (test également avec TurboPrint).

Picture Manager 3.0 Professional

Les catalogues d'images 24 bits sont devenus quatre fois plus rapides. La qualité des mini-images a été "drastiquement" améliorée. PMPro 3 lit à présent 20 formats différents et en écrit 15. De nouvelles fonctions ont fait leur apparition : rotation, redimensionnement, miroir, réduction de couleur, détection de bordure de zone, gamma et augmentation de la netteté. La compatibilité graphique : CyberGraphX, EGS Piccolo et Spectrum, Picasso, Retina, Merlin, ECS et AGA. Copie et conversion sont automatisables, menus contextuels et fonctions ARexx. Livré avec des utilitaires et "Photo View" pour charger les photos-CD. Bref un nouvel Art Department...

Les autres

Amiga Oberland, le plus grand distributeur de produits matériels et logiciels Amiga en Allemagne présentait la version 3.0 de Reflections (l'animateur a été intégré et le logiciel fonctionne beaucoup avec la technique glisser-déposer), je vais faire un test dans les prochains numéros. Également présentes les dernières versions de Final Writer (4.0) et Final Data (3.0).

Village Tronic vendait ses cartes Ethernet Ariadne, réseau parallèle Liana, le logiciel de connexion Internet AmiTCP/IP et la carte Picasso 2 RTG avec ou sans Pablo, son module vidéo. Un paquet à 700 DM comprenait Picasso, Pablo, Main Actor Pro et Maxon Cinema 4D. Ailleurs, nous avons vu la carte Picasso pour Mac.

Maxon, qui glisse aussi vers le PC, faisait des démos sur tous ses nombreux produits : Maxon Cinema 4D V3 (nouvelles versions : 3 et Professional 3), Maxon Cinemafont, Maxon Cinemaworld (paysages pour Cinema 4D), Maxon Cinematree (arbres fractals), Maxon Magic 3 (petites utilités pour le Workbench), Maxon Tools 2, Maxon Pascal 3, Maxon Sigmath 2.5 (nouveau), Maxon Basic 3, Maxon ASM 1.1 (assembleur), Maxon Hothelp 3 (bibliothèque d'aide en ligne à la programmation, version DP, version développeur et projets AmigaOS 3.x), Maxon Multimedia, Maxon Twist 2 (banque de données), Maxon Viruscope 2, des CD (Cinema 4D Classic et Raytrace Pro), MaxonCAD 2.5, une bibliothèque pour MaxonCAD (architecture extérieure, intérieure, électronique, électrotechnique, fluidique, construction de machines), Maxon PLP 2.1 (conception de circuits intégrés et de platines), Maxon C++, Maxon Twist Organizer (nouveau), Maxon Cinemabuch (effets spéciaux pour Cinema 4D) et des CD d'objets, etc.

Hippo Books, une nouvelle collection de CD ou de manuels avec disquettes remplis de trucs et d'exemples spécialisés (malheureusement en allemand, encore une possibilité pour les traducteurs). CD : Workshops interactifs pour Imagine 3.0/3.3, Deluxe Paint V, Morph Plus. 560 Mo. 39 DM.

Manuels Imagine 3.0 (chacun à 69 DM, nombre de disquettes entre parenthèses) :

3D-Confection de titres (4).
Construction d'objets (3).
Techniques de mapping (2).
Production de vidéos parfaites (5).
Imagine 3.0/4.0 Trucages de films (8). 98 DM.
Deluxe Paint V. Cours rapide d'animation. (4).
Adorage 2,5 : 100 effets (3).
Cours rapide Lightwave : objets, effets spéciaux, titres (10). 98 DM.
Morph Plus : effets spéciaux (2).

Les Editions Gabrielle Lechner

Fidèle à son poste, la belle éditrice munichoise donne toujours la note féminine dans ce monde masculin majoritaire. Elle avait des nouveaux titres notamment sur les transmissions et réseaux, Scala et Maxon Cinema 4D.

HK Computer propose Graffito24 (à ne pas confondre avec Graffiti, vu également sur le salon, boîtier externe genre de résurrection d'HAM-E qui fournit 256 couleurs dans une palette de 262000 avec seulement 4 plans de bits), un numériseur 24 bits temps réel qui fonctionne en PAL, SECAM et NTSC.

Conclusion

On le voit, l'Amiga renaît de ses cendres, même si les délais ne sont pas exactement respectés, c'est quand même un tour de force réalisé par l'équipe d'AT. Cette année a, à vue d'oeil, eu autant de visiteurs que l'année dernière, les premiers 1200 et les moniteurs se sont vendus comme des petits bretzells et tout le monde a été content. Quelques pessimistes vous diront gnagnagna, ne les laissez pas décourager l'espoir général. Dommage que le morose Fat Freddy de notre confrère n'était pas là pour voir ça.

La divergence règne, dans toutes ces cartes qui ont essayé de prendre le relais pendant la crise, les processeurs s'emballent de tous côtés avec des performances toujours plus pharamineuses, mais c'est toujours autour de la technologie Amiga, avec son esprit, ses amoureux, ses logiciels, son domaine public, ses particularités, l'avantage des minorités, ses anciens combattants, mais surtout le génial système.

Haut les coeurs, haut les processeurs, il va y avoir encore quelques salons à Cologne.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]