Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 16 janvier 2022 - 11:34  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Body Blows
(Article écrit par Seb et extrait de Joystick - avril 1993)


Après le succès monstrueux de Street Fighter 2, en arcade, sur consoles et maintenant sur micro-ordinateurs, il était aisé de prévoir que les clones n'allaient pas tarder à pointer le bout de leur groin.

Body Blows

La talentueuse équipe de Team 17 s'est lancée dans la réalisation d'un jeu de ce genre, Body Blows, mais plutôt que de se contenter de copier, ils ont essayé d'apporter de nouveaux éléments, et encore un peu d'originalité. Le but a été atteint. Le principe du jeu est simple à mourir, deux personnages se font face, et chacun doit tenter de massacrer l'autre. Pour cela, chaque concurrent dispose de toute une panoplie de coups. Reste alors à les enchaîner de la façon la plus surprenante possible, tout en évitant les attaques de l'adversaire.

Dans Body Blows, il y a neuf combattants tous issus de milieux et, parfois, de pays totalement différents : un ninja, un Cosaque, une nana tout droit venue d'Espagne, un homme d'affaire New-yorkais, un catcheur professionnel, un boxeur, un guerrier shaolin et des jeunes hommes divers. Chaque personnage peut coller des coups de poings, des coups de pieds, accroupi, debout ou en sautant. Chacun dispose aussi de coups plus particuliers, souvent proches de la magie et en rapport avec sa culture. Le ninja peut tourbillonner sabre en avant, le Cosaque peut s'enfoncer dans la terre et le shaolin faire la roue, par exemple. Ces coups spéciaux sont plus difficiles à mettre en oeuvre et demandent parfois un peu d'entraînement.

Body Blows

Le maniement est ultra-simple, pointer dans une direction avec la manette déclenche un mouvement, faire la même chose avec le bouton de feu en déclenche d'autres. Chaque combattant dispose d'une barre d'énergie, et le premier qui fracasse l'autre deux fois a gagné la manche. Rien de plus bête. Rien de plus efficace non plus. Il est possible de jouer seul contre l'ordinateur, ou bien d'affronter un autre joueur humain : dans ce dernier cas, avant de se lancer dans le combat, chaque joueur choisit son personnage parmi les neuf proposés. Chaque adversaire vous attendra dans son lieu de prédilection.

Un autre mode, plus original, est aussi disponible : le tournoi. Vous pourrez y jouer à quatre joueurs, ou à huit. L'ordinateur tire les combats au sort, chaque match est à élimination directe, puis les gagnants s'affrontent à la suite jusqu'à ce qu'on arrive à la finale et, enfin, jusqu'au grand vainqueur. Ce mode de jeu est assez motivant et promet des luttes sanglantes, qui risquent même d'en faire naître d'autres, devant l'écran, cette fois.

Body Blows

La réputation des programmeurs de Team 17 n'est plus à faire, ils ont déjà eu l'occasion de prouver leur haut niveau de maîtrise, notamment avec des titres comme Project-X. Body Blows, par son scénario, ne laissait pas beaucoup de place aux délires techniques, et pourtant Team 17 a réussi à caser quelques performances. Les sprites des personnages sont de grande taille. Pas énormes à mourir, mais tout de même bien plus grands que ce qu'on a l'habitude de voir. La surface de jeu prend quasiment tout l'écran, là aussi c'est assez inhabituel, et les décors défilent agréablement quand les combattants atteignent les bords de l'écran, ou quand ils sautent un peu haut, laissant apparaître la suite du décor.

C'est au tour du son de nous en mettre plein la tête. Les musiques et les bruitages sont d'excellente qualité, et chaque personnage balance des phrases échantillonnées pour ponctuer certaines de ses actions. Très réussi. Avec de telles spécifications, le joueur se fait une véritable joie d'écraser son poing sur la face de son adversaire, enfoncer un bide à coup de pied, ou fracasser un crâne au sabre ; ça relève du bonheur intense quand l'action est ponctuée de cris déchirants et d'effets visuels éprouvants.

Body Blows a tout de même deux petites faiblesses. D'une part, les chargements sont assez énervants, on change de disquette assez souvent, dès que le jeu passe d'un menu à un autre pour arriver jusqu'aux combats. Cela dit, c'est surtout l'Amiga qui est en cause, mais bon, quand on est un joueur intransigeant, on assume jusqu'au bout. Autre faiblesse, les graphismes ne sont pas extraordinaires, même s'ils sont très soignés. Justement, ils le sont un peu trop, ils manquent de profondeur et, surtout, les animations des personnages ne sont pas assez décomposées. Certaines postures sont même assez mal foutues, le personnage a des jambes trop longues par rapport au torse, ou autre malformation dans le genre.

Body Blows

Cela dit, on oublie ces petits problèmes assez rapidement, le jeu étant maniable et rapide. De plus, certains des coups inventés sont assez originaux, avec le ninja qui disparaît et réapparaît devant le joueur, ou encore le cosaque qui s'enfonce dans le sol et ressort sous les pieds de son adversaire. Body Blows est certainement l'un des meilleurs jeux du genre sur Amiga, les bastons sont un véritable plaisir.

Nom : Body Blows.
Développeurs : Team 17.
Éditeur : Team 17.
Genre : jeu de combat.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 7,5/10.

Les points forts :

- Les sprites de Body Blows sont de grande taille, sacrément au-dessus de la moyenne. Du coup, frapper sur ses petits camarades devient une véritable partie de plaisir.
- Au niveau son, bruitages ou musiques, Body Blows en impose méchamment, avec tout plein de numérisations et des compositions réussies.
- Certains personnages ont des coups très originaux, parfois même, très drôles.

Les points faibles :

- Les graphismes sont assez plats, un peu trop classiques, sans grande créativité.
- Les personnages auraient mérité plus d'étapes d'animations, même si l'ensemble du jeu est suffisamment rapide.
- Assez peu de coups possibles.
- Les changements de disquettes énervants.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]