Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 27 juillet 2017 - 06:41  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : AmiExpo Cologne 1991
(Article écrit par Bruce Lepper et Gilles Bourdin et extrait d'Amiga News - décembre 1991)


Soixante quinze mille amigaïstes ont fait d'Amiga '91 à Cologne le plus grand rassemblement jamais vu autour de la machine. Avec 5000 visiteurs de plus que l'année dernière, Amiga '91 était six ou sept fois plus important qu'un salon typique aux États-Unis.

Évidemment, cet engouement a créé quelques problèmes pour les organisateurs, surtout le premier jour, quand bon nombre d'enthousiastes ont dû attendre plusieurs heures avant de franchir l'unique porte d'entrée. Mais une fois à l'intérieur, ils étaient bien plus confortables que l'année dernière, avec un total de quatre halls dédiés aux grandes catégories d'activités possibles avec cet ordinateur versatile. Les couloirs étaient très spacieux et larges mais ressemblaient plutôt au périphérique de Paris à 18 heures un lundi soir... On avait du mal à se déplacer.

Il y a actuellement environ 900 000 Amiga en Allemagne, et le chiffre magique d'un million sera probablement atteint à la fin de l'année 1991. Le chef de Commodore Allemagne, Helmut Jost, se déclarait très satisfait à la conférence de presse pendant la journée professionnelle qui a précédé l'expo.

Un A2000 Plus ?

Les journalistes avaient une question fort intéressante à poser à M. Jost : "Il existe déjà un Amiga 500 Plus, existera-t-il un jour un Amiga 2000 Plus ?"

Bien qu'il n'ait pas dit oui, ni prononcé le nom "Amiga 2000 Plus", la réponse était quand même dans l'affirmative. Commodore, énonca M. Jost, est en train de travailler dans cette direction et une machine est prévue dans un avenir proche.

M. Jost n'a fait aucune référence à une future version de l'Amiga 500 qui, selon le manuel de présentation de la gamme Amiga 500 (première édition, juin 1991) sera fourni avec le nouveau système d'exploitation AmigaOS 2.0, l'Agnus 1 Mo, 512 ko de mémoire et une possibilité d'expansion à 1 Mo avec l'extension A501 existante. Cette machine, qui serait en fait un A500 standard tournant sous 2.0, serait équipée du nouveau circuit Denise comme toutes les machines fabriquées actuellement.

Pas de déclaration non plus sur l'avenir du lecteur de disquette Amiga haute densité, promis l'année dernière en équipement standard sur l'Amiga 3000T. Les 3000T livrés actuellement sont équipés d'un lecteur Amiga normal, mais d'après les quelques informations que nous avons pu avoir, Commodore serait en train de perfectionner l'utilisation de ce lecteur sous AmigaDOS. Sa capacité sera de 1,44 Mo, et non pas le 1,75 Mo dont on parlait l'an dernier.

A500 Plus

C'est à Cologne que Commodore a choisi de présenter officiellement son nouveau A500 Plus. Livré en standard avec le système 2.04 (Workbench 37.67 et Kickstart 37.175 en ROM), comportant les disquettes système, le manuel et les ROM 512 ko déjà installés, l'A500 Plus contient aussi les nouveaux coprocesseurs graphiques de l'ECS déjà utilisés par l'A3000, à savoir Denise et Fat Agnus 2 Mo.

Denise, en plus des anciennes résolutions, permet les nouveaux modes suivants :
  • Productivity : 640x480 non entrelacé en 4 couleurs parmi 64.
  • Productivity Lace : 640x960 entrelacé en 4 couleurs parmi 64.
  • Super Hires : 1280x256 non entrelacé en 4 couleurs parmi 64.
  • Super Hires Lace : 1280x512 entrelacé en 4 couleurs parmi 64.
Le Fat Agnus 2 Mo permet d'avoir en standard 1 Mo de mémoire vidéo, extensible à 2 Mo. Le Mo en standard se trouve sur la carte mère du 500 Plus. Le Mo en option est sur la carte d'extension A501 Plus. Cette nouvelle version de la A501 ne contient plus d'horloge puisque celle-ci est maintenant intégrée à la carte mère de l'A500 Plus. Sachez enfin que la carte A501 est compatible A500 Plus et peut donc toujours être utilisée. L'inverse est impossible ; une carte A501 Plus ne pourra pas être utilisée dans un A500. On obtient les configurations possibles suivantes :
  • A500 Plus avec A501 : 1,5 Mo de mémoire Chip.
  • A500 Plus avec A501 Plus : 2 Mo de mémoire Chip.
L'A500 Plus devrait être compatible avec toutes les extensions de type A520 ou GVP. Des réserves sont à émettre dans le cas de bidouillages tels que les petits disques durs internes, les extensions mémoire internes de grosse taille (supérieures à 1 Mo) et les désentrelaceurs. Il est possible que la nouvelle architecture de l'A500 Plus avec les coprocesseurs ECS pose des problèmes à toutes ces extensions "sauvages".

Le bus d'extension côté gauche est toujours présent et inchangé. On petit ajouter 8 Mo de mémoire externe, ce qui porte la mémoire totale possible à 10 Mo. Toutes les extensions de l'A500 qui utilisaient ce bus pourront donc être utilisées sur l'A501.

Venons-en à la compatibilité logicielle. Les problèmes éventuels peuvent se produire à deux niveaux. D'une part, les nouveaux coprocesseurs ECS, d'autre part les nouvelles ROM peuvent en être la cause. De mes expériences avec la version 2.0 du système d'exploitation de l'Amiga, je peux vous rassurer en vous disant que pratiquement tous les logiciels applicatifs ou de bureautique tourneront sur l'A500 Plus. D'une manière générale, on peut dire que tout ce qui a fait ses preuves sur l'A3000 tournera aussi sur l'A500 Plus.

Les nouvelles versions des logiciels sortant actuellement gèrent les nouveaux modes graphiques de l'ECS comme le Productivity. Vous pouvez donc, si vous possédez un écran multisynchro, travailler en mode VGA sans scintillement. Citons parmi ces logiciels PPM d'Upgrade Editions, Powerpacker Pro 4.0, MaxonCad, Wordworth et en général tous les logiciels qui ouvrent un écran Workbench.

Et les jeux ? Les problèmes peuvent être plus fréquents. La meilleure solution reste ici l'utilisation de cartes permettant d'installer plusieurs versions du Kickstart en ROM et de passer de l'une à l'autre à l'aide d'un interrupteur. Vous pouvez contacter Bus Plus qui propose ce genre de montage. Cette solution n'éliminera cependant pas les problèmes causés par les nouveaux coprocesseurs Denise et Agnus. Dans ce cas, il faudra espérer que les éditeurs de jeux mettront leur version à jour.

Le kit ROM 2.0

Notons que vous pouvez, si vous le désirez, mettre votre A500 à niveau en achetant chez Commodore (bientôt) le paquet de mise à niveau 2.0 comprenant les disquettes système 2.0, la ROM 2.0 et le manuel. Ce coffret était en vente au salon à Cologne à un prix de 190 DM (environ 630 FF). Nous attendons des nouvelles de Commodore France pour savoir à quel prix ils veulent commercialiser cette mise à niveau. Vous pouvez aussi vous procurer les nouveaux coprocesseurs Denise et Agnus présents dans l'A500 Plus et les remplacer par les anciens (attention à la garantie si votre A500 a moins d'un an).

La seule chose que vous ne pourrez pas faire, c'est installer 2 Mo de mémoire vidéo. Le maximum pour un A500 sera 1 Mo dans le cas où vous avez une extension A501. A propos, toutes ces possibilités de mise à niveau sont aussi valables pour l'A2000B. Quelques réserves cependant pour l'A2000A et l'A1000, mais ne perdez pas espoir : des solutions existent pour toutes les machines.

Bref, je dirais : joueurs exclusifs, abstenez-vous. Gardez votre A500 et vos ROM 1.3, les nouveautés de l'A500 Plus ne vous apporteront rien. Bidouilleurs malades, foncez. Voilà de quoi vous occuper pendant longtemps. Utilisateurs d'applications et d'utilitaires et joueurs occasionnels, vous pouvez y aller ; vous n'aurez pas beaucoup de problèmes et la plupart de vos logiciels fonctionneront correctement et même parfois mieux sur un A500 Plus que sur un A500.

Émulateurs

Oserons-nous commencer par le pseudo-émulateur Amiga pour PC, projet spectaculaire mais pas encore terminé ? Ou le grand absent, ReadySoft avec sa nouvelle carte A-Max II Plus ? Outre la gestion AppleTalk et une interface MIDI, A-Max II Plus sera compatible avec le System 7 d'Apple. Le journal Amiga World a annoncé sa disponibilité, mais ReadySoft au Canada nous répond "Pas avant janvier 1992."

KCS présentait la version A2000/A3000 de son Power PC Board, un émulateur PC XT Turbo gérant le mode VGA 16 couleurs. La version A3000 tourne plus vite que la version A2000 en raison de la mémoire 32 bits plus rapide de l'A3000. Pour plus d'informations concernant le prix et la disponibilité en France, vous pouvez contacter Bus Plus qui en est l'importateur officiel [Bus Plus, (1).45.80.05.66, Fax : 45.88.63.82].

Il y avait aussi un émulateur Amiga pour PC (si, si) présenté par Comptec. Il s'agit d'une carte d'extension reprenant la structure d'un Amiga 500 Plus. La carte peut recevoir 8 Mo de mémoire Fast et 2 Mo de mémoire Chip. Elle inclut un désentrelaceur, un port MMU et un port PC ainsi que toutes les entrées/sorties de l'Amiga. La même société propose aussi des cartes multiports pour A500. Ainsi la Slot Board rajoute cinq ports AT, une sortie vidéo, six connecteurs Zorro II et deux MMU.

Les cartes 68040

Le phénomène le plus frappant en matériel est la décision, de tous les développeurs de cartes accélératrices 68040 pour Amiga 3000, de mettre de la mémoire rapide sur les cartes elles-mêmes. Les premières cartes 68040 pour A3000 utilisaient la mémoire 32 bits sur la carte mère de l'A3000, c'était une solution moins chère et qui semblait tout à fait logique.

Mais les essais ont montré que la mémoire de la carte mère ne va pas assez vite pour le 68040. C'est une surprise, surtout du fait qu'au moment de son introduction, l'Amiga 3000 était présenté comme le support presque idéal pour le circuit 68040 de Motorola.

Il y avait bien sûr aussi les cartes accélératrices pour A2000 et A3000 à base de 68040. RCS Management et Progressive Peripherals & Software présentaient chacun leurs bombes de 25 MIPS cadencées à 25 ou 50 MHz qui atteignaient des vitesses telles que les programmes de tests plantaient en essayant de calculer leurs performances avec des messages d'erreur du genre "speed to high, couldn't calculate performance"... Les prix vont en général de 3000 à 4000 DM, selon la mémoire installée. Les versions A3000 sont moins chères car elles utilisent la mémoire présente sur la carte mère de l'A3000. L'importateur français pour la carte 68040 de Progressive Peripherals & Software est EVS. La carte de GVP, elle, sera très bientôt disponible. Comme les autres, elle comporte sa propre mémoire.

AmiExpo 1991 Cologne
Progressive 2000/040

Le DCTV

Le produit qui a fait tourner beaucoup de têtes est le DCTV, une solution couleur en externe pour tout Amiga, disponible depuis un an aux États-Unis en version NTSC et maintenant ici en Europe en version PAL. Il sera le grand concurrent pour le HAM-E, plus cher mais comportant un numériseur vidéo. Ce produit sera distribué en France par CIS à partir de décembre à un prix entre 5000 et 6000 FF.

Le produit qui se propage plus vite qu'un feu de forêt est TVPaint de Tecsoft. Il existe déjà sur les cartes AVideo, Harlequin et VD2001. En préparation sont les versions GVP Impact Vision 24, et bientôt probablement Visiona. Les dernières versions de TVPaint sont compatibles avec le langage ARexx. TVPaint pour la carte VD2001 passe de 8000 à 5000 FF HT.

Le Supra 9600

Chez Supra, on pouvait admirer le dernier né des modems, le Supra 9600. Proposé à un prix de 1295 DM (4400 FF), ce modem gère les modes CCITT V32 (9600/4800 bps), V22bis (2400 bps), V22/Bell 21 2A (1200 bps) et V21/Bell 103 (300 bps). En standard est intégré le protocole de compression et de correction d'erreur CCITT V42bis qui permet des vitesses de transfert allant jusqu'à 38 400 bps si votre modem est connecté à un autre modem gérant le protocole V42bis.

On dispose aussi des modes de compression MNP 2-5 permettant des vitesses jusqu'à 19 200 bps. Le Supra 9600 se règle automatiquement au moment de la connexion afin d'obtenir les meilleures performances possibles. Il est compatible Hayes et est compatible avec toute machine et tout logiciel de communication. Aux États-Unis chez certains VPC ce modem est à 479 dollars avec des frais de port de 45 dollars. Le seul inconvénient est qu'on vous le livrera avec un transformateur 110 V que vous devrez changer pour l'utiliser en France.

Les cartes sonores SunRize

Advanced Systems & Software présentait les cartes sonores SunRize 12 et 16 bits (AD1012 et AD1016) pour A2000 et A3000 qui permettent de traiter le son en temps réel et d'échantillonner à des fréquences très élevées. La carte 12 bits est proposée à 1095 DM, la version 16 bits à 4000 DM.

Les capacités de la carte 16 bits sont impressionnantes : en effet, elle est équipée d'un processeur DSP56001 de Motorola qui délivre une puissance de 12,5 MIPS. Des fonctionnalités comme l'égalisation graphique, filtres numériques, effets d'écho ou d'environnement sont possibles en temps réel. On peut connecter cette carte par voie numérique directement à des lecteurs CD ou DAT. Le standard SMPTE longitudinal code temporel permet de synchroniser la sortie audio avec des sources vidéo à des fréquences de 24, 25 et 30 images par seconde.

Le logiciel Studio 16 livré avec les deux cartes permet l'utilisation de mémoire virtuelle puisqu'on peut sauvegarder les échantillonnages directement sur disque dur. Le port ARexx permet à Studio 16 de communiquer avec d'autres programmes. L'architecture modulaire de Studio 16 lui permet d'évoluer selon les besoins de l'utilisateur.

SunRize Industries, le créateur de ces cartes travaille avec des sociétés comme Dr. T's et Blue Ribbon SoundWorks afin de soutenir l'utilisation de leurs cartes par d'autres logiciels. Les possesseurs de Bars&Pipes pourront donc utiliser AD1016 comme canal MIDI.

Chez GVP, on découvre le DSS (Digital Sound Studio), une solution complète incluant un échantillonneur de son d'une résolution de 8 bits avec réglage de volume séparé. Le logiciel livré offre une interface utilisateur graphique facilitant l'enregistrement, l'édition d'échantillons et inclut en prime un séquenceur quatre pistes interfacé MIDI en entrée. Des effets du genre réverbération sont en outre disponibles.

Chez Advanced Systems & Software était également présentée l'extension mémoire Blizzard Turbo Memory Board qui allie les fonctionnalités d'une extension mémoire pouvant être équipée avec 8 Mo de mémoire et celles d'un accélérateur MC68000 à 14 MHz. On peut en plus charger la ROM de l'Amiga en mémoire, ce qui double la vitesse d'accès au système, d'autant plus que la ROM est alors cadencée à 14 MHz, sans état d'attente (waitstates).

Cette carte était présentée dans un A500 Plus. Elle est compatible AmigaOS 2.0 et ECS. Le montage se fait sur le socle du 68000 et peut donc aussi être utilisée dans un A2000. Le prix annoncé était 329 DM sans mémoire. Les puces mémoires de type 256 ko x 4 ou 1 Mo x 4 peuvent être utilisées [Advanced Systems & Software, Francfort, Tél : (0).69.548.8130, Fax : (0).69.548.1845].

Maxon

Maxon présentait la dernière version de son émulateur ST Chamäleon pour A500/A2000/A3000. Ils ont enfin réussi à faire fonctionner leur émulateur sur un A3000 en utilisant le TOS 1.4. Comme je l'ai déjà dit le mois dernier, Chamäleon peut émuler jusqu'à huit ST simultanément, sans toutefois gérer le multitâche, quand un ST fonctionne, les autres sont gelés (comme sous Windows), idem pour AmigaOS. On passe de l'un à l'autre avec la combination de touches "Amiga+N". Prix : 348 DM.

MaxonCAD est un produit intéressant de par son prix et ses fonctionnalités. Pour 449 DM on a un logiciel complet de CAO implémentant toutes les fonctions standard : toutes formes géométriques de base (lignes, cercles, ellipses, arcs, arcs elliptiques), texte en tailles diverses, plusieurs possibilités de conception pour les formes géométriques de base (parallèles, tangentes à deux éléments, cercles tangeants à deux éléments), diverses fonctions de modification (rotation, changement d'échelle, étirement, reflet, séparation, arrondissement), fonctions de mesure, etc.

Il existe également une version simplifiée à 249 DM ainsi qu'une version turbo pour les processeurs 68881/2 à 489 DM. On peut également se procurer des bibliothèques d'objets industriels aux normes DIN au prix de 99 DM chacune.

PLP est un logiciel de conception de circuits complet gérant le standard SMD et comportant un routeur automatique. Des cartes de taille variables sont gérées ainsi que des cartes double face. Le logiciel peut fonctionner en mode entrelacé ou non et comme pour MaxonCAD, on peut ajouter des bibliothèques spécifiques. Le prix est de 249 DM.

Sigmath, toujours de Maxon est un logiciel éducatif de mathématiques se composant de trois parties distinctes mais intégrées au même logiciel : analyse de courbes (dérivation, intégrales, calcul de tangeantes et de points nuls, maxima, minima, limites de la fonction, résolution de fonctions différentielles, représentation graphique). Une partie de calcul matriciel est également intégrée, offrant toutes les fonctions nécessaires. Enfin, la partie statistique avec calcul binomial, calcul et analyse de régressions et résolution d'équations, etc. Le tout pour 149 DM [Maxon Computer, Eschborn, Tél : 0.6196.481811, Fax : 0.6196.41137].

L'échantillonneur Maestro

Un bidule très intéressant était visible sur le stand de MacroSystem (l'éditeur de Medusa, l'émulateur Atari ST) : la carte Maestro. Cette interface audio numérique permet tout simplement d'échantillonner en 16 bits et d'éditer du son en provenance d'un lecteur CD équipé d'une sortie directe numérique. La carte à enficher dans un A2000 ou A3000 possède une interface numérique coaxiale et une interface optique numérique. Elle reçoit directement le son du CD sous forme numérique en mémoire et peut ensuite le sauvegarder sur disque dur, sans perte de qualité.

La sortie audio se fait en 14 bits, et ce sans utiliser la carte Maestro, mais les canaux audio classiques de l'Amiga. Cela signifie que tout Amiga peut jouer les échantillons de Maestro en 14 bits sans la carte ! Le logiciel fourni permet les opérations classiques d'édition et de filtrage du son. On peut aussi convertir les échantillons au format 8 bits pour obtenir la compatibilité avec les autres logiciels de traitement du son. On obtient ainsi la meilleure qualité possible en 8 bits qu'un échantillonneur peut offrir sur Amiga.

Maestro échantillonne avec les fréquences suivantes : 32 kHz (DAT Longplay), 44,1 kHz (CD ou DAT), 48 kHz (DAT). Le prix de 250 DM est vraiment intéressant au regard des capacités de Maestro [MacroSystem, Witten, Tél : 0.2302.80391, Fax : 0.2302.80884].

Vortex et Gold Disk

Chez Vortex, on travaille également beaucoup sur les émulateurs PC. Quand je leur ai demandé s'ils avaient l'intention de faire une version A3000 de l'ATonce, ils m'ont répondu qu'ils étaient en train de terminer une carte passerelle 386 SX VGA 16 MHz pour l'A3000 qui devrait sortir en janvier 1992 et coûter environ 1000 DM. Elle devrait être présentée la première fois au salon Amiga de Berlin en mars 1992. Vortex annonce aussi l'A-Tonce Plus pour Amiga 500 et 500 Plus. Elle dispose d'un processeur de type 80286 cadencé à 16 MHz et dispose de 500 ko de mémoire ainsi que d'un emplacement pour coprocesseur arithmétique. Elle tourne sous les versions 3.2 à 5.0 de MS-DOS et 5 et 6 de DR-DOS.

AmiExpo 1991 Cologne
ATonce Plus

Sachez aussi que Gold Disk a annoncé la version 2.1 de Professional Page. Les bogues de la version 2.0 ont été corrigés et cette nouvelle version est censée tourner deux fois plus vite grâce à une nouvelle gestion des polices. La mise à niveau est gratuite pour les possesseurs de Pro Page 2.0.

Le club Amiga Télécom Paris y était aussi

Le club Amiga Télécom Paris (Emmanuel et Fabrice) était également présent au salon de Cologne. Voici leur reportage.

Avec 200 exposants, l'expo occupait pendant quatre jours les halls 5, 6, 7 et 8 du vaste parc des expositions de Cologne, soit plusieurs fois l'Apple Expo. La première journée était réservée aux professionnels. Plusieurs séminaires spécialisés leur étaient également réservés pendant le salon (sur l'A3000, le Workbench 2.0, l'Amiga-Unix, le multimédia, le CDTV, le C...) ainsi que des conférences sur la musique et MIDI, le graphisme et l'animation, l'animation en 2D...

Il y a eu également des discours publics organisés par la presse allemande (sur les jeunes et les jeux, les virus, le piratage, le domaine public (avec Fred Fish)). Certaines personnalités mythiques étaient présentes tels Mat Dillon et Fred Fish.

Les auberges de jeunesse des environs étaient remplies d'amigaïstes venus de partout, parfois avec leur matériel. Un point noir tout de même pour un salon international : aucun effort de langue n'était fait vis-à-vis des étrangers et rares étaient les docs en anglais. A quelques stands il était carrément impossible de communiquer autrement qu'en allemand.

Quelques français dynamiques exposaient ou visitaient : CIS chez GVP, Tecsoft qui montrait TVPaint et Harlequin. Nous avons croisé l'équipe de MicroPunch et le vice-président des BUGSS ainsi qu'Essonne Mailing, mais nous avons raté la délégation d'Amiga News (qui pourtant était bien là). Les halls délimitaient à peu près les activités professionnelles (machines, matériel, cartes accélératrices, vidéo, progiciels, compilateurs...), grand public (logiciels et périphériques classiques, domaine public) et ludiques.

Pour résumer les grandes tendances, nous avons assisté à une invasion d'A3000, de cartes graphiques, de matériel vidéo, de cartes 68040, d'A500+, CDTV et à une ruée sur le Kit ROM 2.0.

Dans les descriptions qui vont suivre, il convient de se méfier des prix : il s'agit d'un salon, d'un autre pays, et parfois de produits en cours de sortie (voire en préversions). Très grossièrement, les tarifs étaient 30% moins chers que ceux pratiqués en France.

Les cartes accélératrices et mémoire

Beaucoup de constructeurs proposaient des cartes 68040 pour environ 22 000 FF, et parfois jusqu'à 14 000 FF, mais, assez curieusement, les tests de performance les situaient souvent quasiment au même niveau de puissance qu'un A3000/030. Attention donc, un processeur ne suffit pas. Il faut être à la hauteur sur tous les composants de la carte qui sont autant de goulots d'étranglement (horloge, vitesse de la mémoire...). La Fusion Forty annonce trois fois la vitesse d'un A3000 (soit 30 fois un Amiga de base), la carte de GVP (non présente) cinq fois. Il faut donc attendre un peu ou payer pour les valeurs sûres.

Les cartes 68030 sont légion et touchent même l'A500 : citons la VXL 30 de MicroBotics (et importée en FRance par Bus Plus) mais attention à l'option 68EC030 sans MMU, donc pas d'Unix ni d'A-Max II. La carte Commodore A2630 n'est pas enterrée. Bien au contraire, elle se maintient dans le peloton de tête et présente un excellent rapport qualité/prix. Les prix ne baissent pas vite : 5000 à 7000 FF en général pour ces cartes.

On trouvait aussi des extensions mémoire spécialisées : ADRom 510 (IDC) avec 1 Mo de mémoire Chip supplémentaire à 700 FF pour l'A500, Memory Master (BSG) avec carte mémoire pour l'A3000 jusqu'à 128 Mo par pas de 8 Mo, Access 32 (JCT) avec une carte mémoire pour l'A2630.

Dans le domaine mémoire de masse, la nouveauté vient de l'intégration de mini-disques durs avec leur contrôleur à l'intérieur d'un A500. ICD et Gigatron proposent ainsi respectivement les Novia et Arriba. Le premier offre 20 Mo, le second 46 ou 60 Mo.

Les cartes graphiques

Il y avait beaucoup de cartes graphiques, qui sont souvent de simples framebuffers se comportant comme un périphérique vers lequel on envoie une image qui s'affiche alors sur un moniteur : sans matériel dédié (l'équivalent des puces de l'Amiga) ou couche logicielle pour le remplacer, on ne pourra guère qu'afficher des images précalculées, et il ne faut pas espérer faire des animations en temps réel.

La carte Harlequin est un framebuffer affichant jusqu'à 910X576 pixels en 24 bits (16 millions de couleurs), des versions plus complètes adjoignent un canal alpha (8 bits de plus disponibles pour la transparence, le "compositing" ou le tampon de profondeur "Z-buffer") ou un double tampon mémoire (deux pages d'écran, pour une animation bien coulée). Pour la vidéo, l'image est entrelaçable, genlockable ; le logiciel de base sait charger de l'IFP ainsi que tous les formats utilisés par les grands logiciels d'image. Tecsoft habille cette carte d'une couche logicielle, sa sympathique palette semble assez rapide (certes elle était montrée sur A3000, comme tout le monde...).

A un autre niveau, X-Pert propose avec la carte Visiona une solution matérielle impressionnante : processeur T80 (c'est un transputer), fréquence pixel de 135 MHz, taux de transfert de 150 Mo/s, mémoire à 20 ns. Elle reconnaît tous les formats vidéo, en version 4 Mo elle affiche par exemple jusqu'à 1024X1024 pixels en 32 bits, 5792X5792 ou 4096X8192 avec 1 bitplane. Ils ont créé un v-Intuition et un v-graphics.library de façon à ce que le Workbench tourne tout simplement sur la carte, avec fenêtres, icônes et souris ! Avec ça, on peut commencer à faire de l'animation temps réel (nous avons vu tourner Vista Pro). Évidemment, le prix est en conséquence (24 000 FF en 2 Mo et 32 000 FF en 4 Mo).

X-Pert propose aussi des "stations graphiques" regroupant dans un boîtier tour un A2000C (Amiga 2000 ECS + ROM 2.04) avec 68030, carte graphique et disque dur jusqu'à 2,2 Go.

Parmi les cartes pro, il y avait aussi l'Impact Vision de GVP.

Les machines

Côté machines, l'A500 était vendu 2300 FF, l'A2000 4500 FF, l'A3000 25 MHz avec disque dur de 105 Mo à 16 000, ou 24 000 FF pour la version tour.

AmiExpo 1991 Cologne
Shuttle pour A500

L'A500+, le nouvel A500 sous système 2.0 avec Kickstart 2.0 en ROM, 1 Mo de mémoire Chip extensible à 2 Mo, horloge interne (mais toujours alimentation externe), est tombé à 2800 FF en fin de salon.

Dans le grand stand de Commodore, une équipe de trois techniciens répondait aux questions (bravo pour le soutien technique de Commodore Allemagne !). On y trouvait aussi le Kit ROM 2.04 pour tous modèles d'Amiga au prix de 700 FF (disquette Workbench 2.0, ROM Kickstart, documentation) ; mais pour que ça marche, il faut avoir ou ajouter Fat Agnus (8372A), mettre la nouvelle Denise (8373) et disposer de 1 Mo de mémoire au moins.

Les A3000 peuvent bénéficier des ROM Kickstart. Des EPROM pour démarrer en 2.0 sont prévues pour les cartes A2620 ou A2630. Réfléchissez aux problèmes de compatibilité avant de passer en 2.0 ! Les améliorations successives du nouveau système portaient, entre autres, sur ce point mais certains programmes (notamment des jeux) posent problème. A vous de voir si vous utilisez votre machine comme console de jeux et possédez tout ce qui est sorti depuis l'origine, ou si vous employez des logiciels propres et modernes et souhaitez profiter de modes graphiques accrus, d'un système d'exploitation et d'une interface graphique encore plus conviviaux et finis.

Unix

En matière d'Unix, ça bouge : l'A3000T Unix avec 8 Mo de mémoire et 200 Mo de disque dur coûte 30 000 FF, la licence autorisant plus de deux personnes connectées en même temps (pour l'utilisation industrielle) revient à 7000 FF, et surtout, X Window tourne en couleur et en vitesse avec la carte graphique A2410 TIGA, proposée avec la machine (elle a été conçue par l'université de Lowell). Un processeur spécialisé T34010 gère les 1024X1024 pixels en 8 bits (256 couleurs parmi 16 millions). Le prix n'est pas encore fixé, mais devrait tourner autour de 7000 FF.

GVP prépare actuellement un pilote Unix pour sa propre carte graphique. La première version de l'A3000/UX (avec X Window en noir et blanc géré à 100% par logiciel et tournant sur l'écran normal de l'Amiga) était décevante par sa lenteur. Il n'y a maintenant plus rien à dire sur ce point !

Pour ce qui est des réseaux, l'Amiga est en retard, ce qui est très fâcheux pour les applications industrielles. Pourtant, au salon, la société Advanced Computer Design proposait une panoplie complète, qui a de quoi rendre incrédule :
  • AmigaNet 2.0, protocole propriétaire basé sur Ethernet à 10 Mb/s permettant le partage des ressources (imprimante. disque).
  • Novell : Netware sur Ethernet.
  • TCP/IP : livré avec FTP, Telnet, NFS.
  • Serveur X Window : nécessite 3 Mo de mémoire, livré avec son kit développeur.
  • Double Talk : réseau AppleTalk (partage des ressources et de fichiers) à vitesse double s'il n'y a que des Amiga.
  • TssNet/DECNet : réseau utilisé sur Vax, utilise la prise série (!) ou une carte Ethernet.
Si cette offre peu ordinaire se confirme, on pourrait donc maintenant intégrer des Amiga en réseau avec le monde PC, Mac, Unix, Vax... A quand une interface de connexion avec l'hyperchannel de Cray ?

Vidéo

En matière de vidéo, nous avons vu toutes sortes de framegrabbers à tous les prix (ceci étant plus ou moins lié à la vitesse d'acquisition). Nous avons notamment assisté à une démo du DCTV (vendu dans les 3500 FF) qui décompressait en temps réel trois minutes du film "Retour Vers Le Futur" depuis un disque dur capable de supporter le choc, en qualité vidéo, sans trop de pertes de qualité pour ce qu'on pouvait en juger, et en son 16 bits.

Le but du DCTV n'est bien sûr pas de remplacer les magnétoscopes par des disques durs. Ce ne serait pas très rentable. Mais c'est une façon d'illustrer les performances.

AmiExpo 1991 Cologne

Dans un tout autre domaine, à signaler chez ICD le "Flicker Free Video" qui supprime le scintillement en mode entrelacé tout en fonctionnant sous genlock. Il requiert un moniteur VGA de type multisync et, bien entendu, un A500 ou A2000. Logiciels

Côté logiciel, SAS (ex-Lattice) présentait SAS C 5.10b et prévoyait la 6.0 (bibliothèques totalement ANSI) pour cet été. On susurre l'arrivée prochaine d'un compilateur C++.

Une société à surveiller de près : Maxon propose un assembleur intégré avec débogueur symbolique (520 FF), un Kickpascal également intégré mais sans débogueur (870 FF), un générateur d'interface graphique nommé RTC et générant de l'objet compatible Blink (210 FF), un compilateur C++ annoncé pour janvier 1992, et une version commerciale de Messy Doss (210 FF), ce qui est surprenant puisqu'au départ c'était un DP...

Pour ceux qui aiment les émulateurs, Maxon présentait aussi Chamäleon II, un émulateur Atari ST permettant de faire tourner jusqu'à huit sessions simultanées. Nous avons également vu un compilateur Modula 2 orienté objet (mais générant du Modula 2 classique à la demande), M20P (de A+L un autre macro-assembleur avec éditeur, éditeur de liens et débogueur sous 2.0, OMA (de Mark & Technick)).

Il y avait également beaucoup à voir en image : Art Department Professional, logiciels de retouche d'images 24 bits gérant la compression JPEG, et Scala, un logiciel de post-production vidéo.

Parmi les synthétiseurs d'image, Caligari (d'Octree) a retenu notre attention (même s'il ne fait pas partie de la jeune génération, il le mérite). Cette équipe de trois développeurs a construit un modeleur interactif intuitif, avec beaucoup d'outils comme les boîtes de déformation (FFD), l'extrusion et la modification de portions de surfaces... Pour arriver au niveau des "grands" sur station de travail, il faudrait pouvoir animer des objets (avec articulation), introduire des surfaces "douces" (splines), etc. mais c'est un travail énorme et le résultat est déjà impressionnant. Le rendu est rapide car projectif : on choisit de ne pas faire de ray-tracing ; il me semble effectivement préférable de limiter les méthodes "brute force" aux endroits où on en a vraiment besoin (reflets, transparence), et encore ce rendu en repousse la nécessité en calculant ombres et "map d'environnement" (reflets) à partir de la scène.

Il n'y a pas encore de texture 3D (matériau taillé dans la masse) ni de "bump" (faux relief), mais on peut plaquer des images sur les objets. Entre Caligari et la nouvelle génération (Real 3D, 3D Pro, et autres Volumm 4D), il me semble que l'on s'achemine peu à peu vers des logiciels qui méritent le label "pro".

On nous a confiés que l'Amiga commençait à être reconnu en image et en vidéo : configuration A3000 Unix couleur dans Computer Graphics World de septembre. Le Video Toaster de NewTek a lui aussi été très remarqué dans la profession, notamment au SIGGRAPH 91. Dommage qu'il n'y soit pas marqué "Amiga" dessus...

Jeux

Le salon était réellement immense (environ cinq fois la superficie de Micro & Co). Et comme à chaque fois, les jeux constituaient en quelque sorte le "parent pauvre" de cet Amiga Show. Peu de vraies nouveautés ludiques étaient présentées mais certains jeux étaient cependant au stade final de leur conception. C'était le cas de Formula One Grand Prix, le nouveau jeu de chez MicroProse réalisé par Geoff Crammond (déjà auteur de l'excellent Stunt Car Racer).

Chez Electronic Arts, on pouvait voir une version plus avancée de Black Crypt, très semblable en apparence à Dungeon Master. Populous 2 était également visible et attirait une foule de spectateurs teutons. Le stand de Factor 5, les concepteurs de Turrican, était pris d'assaut par une foule de fans déchaînés. Ceux-ci s'arrachaient posters, T-shirts et surtout le CD de Chris Hulsbeck, compositeur attitré de la série des Turrican. Une belle image de Turrican 3 était visible sur le stand. Le jeu sera dans un premier temps développé sur Mega Drive mais, étant donné l'insistance du public, il n'est pas impossible que Factor 5 réalise une version Amiga.

AmiExpo 1991 Cologne
Factor 5 (Thomas Engel, Julian Eggebrecht, Holger Schmidt)

Mirrorsoft, pour sa part, avait organisé plusieurs démonstrations de karaté pour célébrer la sortie de l'excellent First Samurai. Combat au poing et au sabre, le spectacle très réussi attirait du monde. Quelques jeunes allemands ont même pu s'essayer aux arts martiaux.

AmiExpo 1991 Cologne
Sur le stand de Mirrorsoft, deux champions d'arts martiaux annonçaient la sortie de First Samurai

Outre l'Amiga, les sociétés allemandes se consacraient également au CDTV. Software 2000, par exemple, annonçait la parution d'une série de jeux de réflexion sur la nouvelle machine de Commodore (Shiftrix, Lettrix, Cubulus et Magic Serpent) ainsi qu'un jeu d'aventure du nom de Holiday Maker. On ignore pour l'instant si ces produits seront distribués en France (comme beaucoup d'autres jeux qui sont retenus aux frontières par la barrière des langues).

Nous avons aussi pu admirer une série de jeux développés cette fois sur un lecteur de CD vidéo qui se connecte à l'Amiga. Au programme, Shadow Of The Stars, Voyage To The New World, Space Ace, Dragon's Lair, Thayer's Quest et Firefox, la plupart de ces titres étant disponibles en borne d'arcade. Malheureusement, le coup prohibitif de l'appareil (4500 FF environ en version "bas de gamme") en limite énormément l'intérêt.

Au final, côté jeu, un salon réussi mais sans grande surprise, la plupart des produits et logiciels présentés ayant déjà été annoncés auparavant.

Conclusion

Voilà dans les grandes lignes, ce que nous avons retenu du cru 1991 de l'Amiga Messe de Köln. C'est incomplet et pas toujours précis, mais il faut dire que deux jours ne pouvaient nous suffire pour tout voir, et que nous avons un peu "papillonné" entre les stands.

Ce salon était dans l'ensemble très intéressant même s'il gagnerait à assumer ses visiteurs étrangers (interlocuteurs et docs en anglais indispensables, moyens de paiement...). Pour voir toutes les nouveautés dans notre contrée reculée, il va vous falloir attendre encore un peu. Espérons que cela ne tardera pas trop.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]