Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 23 juillet 2017 - 22:40  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : World Of Commodore 1993 Pasadena
(Article écrit par Laurent Itti et extrait d'Amiga News - octobre 1993)


La manifestation a eu lieu les 10, 11 et 12 septembre 1993 à Pasadena (banlieue chic de Los Angeles). Comme d'habitude, c'était l'occasion de découvrir une multitude de nouveautés, dont certaines sont vraiment époustouflantes.

Le cadre

Ça y est, c'est le grand jour. J'ai tout préparé : appareil photo, petite pile d'Amiga News à distribuer, la lettre m'officialisant comme reporter de presse. J'ai fait le plein dans ma Corvette et mis mes lunettes noires. On peut partir... Après à peine une heure de "freeway" (je ne vous dirai pas à quelle vitesse je roulais, de peur que la CHP (California Highway Patrol, vous savez, les deux rigolos sur leurs motos qui passent sur TF1) ne lisent Amiga News), j'arrive à Pasadena. Là, tout est bien indiqué, et il y a même un parking gratuit pour y laisser mon monstre.

Je note d'emblée avec grand plaisir que le célèbre WOC (World Of Commodore) s'appelle maintenant WOCA (WOC Amiga). Cela va dans le sens des efforts que Commodore fait en ce moment en se concentrant sur l'Amiga plutôt que sur les PC. La manifestation se déroule au Pasadena Center, sorte de grand Palais des Congrès, avec plusieurs salles de conférences et un grand hall central.

Sur ce, je me présente à l'entrée, où une charmante hôtesse, téléphone cellulaire à la main, me donne mon badge de presse. J'entends un vague grondement sourd émanant du grand hall au fond. C'est parti !

Commodore

Sur le stand Commodore on pouvait y essayer la petite CD32 (399 $) équipée d'une carte MPEG-1 (environ 200 $). Le standard MPEG-1 (Moving Picture Expert Group) est une norme de compression des images animées, avec perte. Cela signifie que la qualité des animations restituées n'est plus aussi bonne que celle de l'original, car un codage de la totalité de l'information contenue dans l'original ne permettrait pas d'atteindre des taux de compression suffisants. Avec une compression sans pertes (disons Lha, Zip ou ce que vous voulez), jouer des animations en plein écran et temps réel à partir d'un CD pose le double problème de la quantité d'informations que l'on peut mettre sur le disque, et surtout du débit avec lequel ce dernier doit envoyer les images au décompacteur.

Pour atteindre des taux de compression plus intéressants, le principe de la compression MPEG a été tiré d'une étude précise de la physiologie de la vision. On s'est alors rendu compte que les images contenaient beaucoup plus d'informations que ce que l'on va être capable de voir (par exemple, il est inutile de reproduire une texture compliquée d'un objet qui apparaît très sombre sur une image : l'oeil ne va pas la voir. On peut donc gagner autant d'octets en l'éliminant). Le standard MPEG introduit en outre des astuces de compression adaptées aux animations : en particulier, on ne garde pour une image que les parties qui ont bougé par rapport à la précédente.

Enfin, est inclue dans la norme MPEG une compression de la bande son, là aussi fondée sur la psychoacoustique, similaire à ce que l'on trouve sur les MiniDisc ou DCC (par exemple, un bon coup de grosse caisse va masquer les sons graves pendant quelques millisecondes, le temps pour votre oreille de se remettre de ce que vous venez de lui asséner : inutile donc de stocker les sons graves pendant quelques millisecondes après un coup de grosse caisse (masquage temporel), etc.).

Le résultat est impressionnant : on dispose maintenant sur un CD de 12 cm standard de 74 minutes de vidéo + son stéréo ! La qualité n'est bien sûr pas parfaite, mais elle vaut sans problèmes celle d'un très bon magnétoscope VHS (352x240 en 16 millions de couleurs en 25 images/sec). Ce qui est surtout intéressant dans cette technologie MPEG, c'est que même si toute l'information n'est pas conservée, nos organes sensoriels n'y voient que du feu ! Cet exploit est le résultat de longues années de recherches, et en particulier de la création de circuits intégrés ultra-rapides pour assurer la décompression en temps réel. Et ce n'est pas fini : MPEG-2 est en cours de finalisation et les nouveaux circuits seront certainement compatibles broche à broche avec les circuits MPEG-1 !

La CD32 équipée de sa carte MPEG peut jouer des VideoCD, qui s'annoncent comme un nouveau standard (appuyé par Philips, JVC, etc. donc on ne plaisante plus !) destiné à faire disparaître les magnétoscopes VHS. En effet, deux CD 12 cm coûtent bien moins cher que la production qu'une cassette VHS... Pour ceux qui sont intéressés par les Photo CD de Kodak, sachez que tout est prêt dans la CD32, et que Commodore attend que Philips lâche sa licence exclusive signée avec Kodak (du temps du CD-i).

Je pense que vous avez déjà toutes les autres informations techniques sur la CD32 : je rappelle tout de même en vrac au cas où : 68EC020, 2 Mo mémoire Chip, 1 ko de mémoire non volatile, puces AGA, lecteur de CD double vitesse, manette 11 boutons (genre celle de la Super Nintendo), sorties S-Video, composite et RF (ce qui voudra dire PAL par prise antenne en Europe), convertisseurs 18 bits pour le son, mixable directement avec les canaux audio de l'Amiga qui se cache dans la bête, deux ports série (un pour un clavier en option, et un pour un modem, par exemple pour jouer à plusieurs via le téléphone), et un port d'extension complet 32 bits avec tous les signaux importants dans l'Amiga (la porte ouverte à des contrôleurs de disques durs, des genlocks, etc.).

Une démo tournant sur les CD32 du stand Commodore laissait présager des choses assez extraordinaires : par exemple, on voit deux petits avions se poursuivant en défilement horizontal saccadé et résolution pourrie. "tchh tchh tchh" fait l'un en tirant sur l'autre. Puis une voix s'élève : "est-ce comme cela que vous concevez les jeux vidéo ? Pas nous !" et un superbe avion en 3D ray-tracing fait voler l'écran en éclats et vous évite de justesse ! Pas de doute, la CD32 surpasse de loin tout ce qui existe.

A l'autre extrême de la gamme, on pouvait aussi admirer un énorme A4000T (on ne peut plus utiliser le mot "tower", il a été déposé il y a déjà longtemps par une compagnie concurrente qui se réveille enfin pour taper sur tout le monde, il va falloir s'en passer dorénavant !). Il est annoncé pour fin novembre 1993, et comporte : deux ports vidéo, un contrôleur SCSI-II en standard en plus de l'IDE, cinq ports Zorro III et cinq baies pour mettre vos multiples disques !

Amiga 4000T

Jeff Porter (directeur de l'ingénierie de Commodore International) a livré très peu d'informations sur les développements en cours : les cartes DSP repartent, elles avaient simplement été retardées par le développement de la CD32, l'AAA arrivera fin 1994, avec le RTG, les développements réseau vont très bien et AmigaOS 3.1 est fini, il n'y a plus qu'à faire la boîte. Enfin, concernant un futur plus lointain, Jeff Porter indiquait que les Amiga à base de processeur RISC étaient toujours à l'étude : ce sera pour plus tard, mais ce sera un très bon processeur (ils sont en train de faire une étude des différents processeurs RISC existants ou annoncés).

Et les autres...

Ambitious Technologies

Ils présentaient le Toaster Oven, un gros boîtier T (ou "tower [TM]" si vous préférez) dans lequel on pouvait mettre indifféremment sa carte mère d'A3000 ou A4000. Onze ports, dix baies (cinq en 5,25", quatre en 3,5" plus le lecteur standard), alimentation 300 Watts, deux ventilateurs, blindage électromagnétique complet, etc. bref, "it's huge" comme on dit ici ! Surtout, un replacement astucieux de la carte fille des Amiga 3000/4000 évite de gaspiller des ports quand on met des cartes "épaisses". Le Toaster Oven sera distribué en France, sous un autre nom (parce que, bon, le Toaster, ici...). Tout cela pour un SRP (suggested retail price = prix public conseillé, c'est-à-dire en clair prix maximum) de 799 $ [1519 W. 134th Street, Gardena. CA 90249, États-Unis].

Amiga World

Là aussi, on offrait des anciens numéros, et -très bonne idée- des fiches cartonnées résumant en une page double face, les commandes d'AmigaOS avec un exemple type. De plus, on y vendait une cassette vidéo qui présentait les gagnants d'un concours d'animation en synthèse (48 min). Amiga World a maintenant une petite soeur, Desktop Video World, magazine multiplate-forme (Amiga, PC, Mac) axée vidéo [80 Elm St., Peterborough, NH 03458, États-Unis].

Axiom Software

Quelques produits ici comme Pixel 3D, ANIM Workshop et WaveMaker. Ce dernier permet de créer des logos animés avec LightWave.

Centaur Development

Sur un grand et beau stand, on pouvait admirer les capacités du paquetage OpalVision, dans sa version complète. En particulier les puces Roaster qui font des effets 3D en temps réel (genre page qui se tourne, ou image qui vient du fin fond du cosmos en tournoyant) sont assez bluffants. D'autant que le tout se passe en 24 bits. Je n'insiste pas étant donné que le produit est déjà bien connu en France et que les nouveautés présentées ici ont déjà été annoncées depuis belle lurette et ne sont pas encore disponibles. Enfin, les fous de vidéo vont pouvoir avoir mieux que ce fameux Toaster (ici, l'OpalVision se présente vraiment en concurrente du Toaster, avec publicités comparatives à l'appui !). Des démos étaient faites régulièrement par des pros et sur écran géant : très intéressant, bravo ! [P.O. box 3959. Torrance, CA 90503, États-Unis].

Chaocity

Chaocity a annoncé deux nouveaux produits : GeoForge et Fridae. GeoForge est un outil de conception de paysages permettant de créer en fractal des planètes entières. Fridae est une sorte d'agenda qui vous rappelle les événements importants.

Computer System Associates (CSA)

Cette société américaine présentait trois produits sympa : la carte accélératrice 40/4 Magnum, avec un 68040/33 MHz, jusqu'à 64 Mo de mémoire (en barrettes SIMM) et un contrôleur SCSI-II pour A2000 ; Twelve Gauge, un accélérateur pour A1200 avec un 68030/50 MHz (33 MHz pour la version "LC" de la carte), support coprocesseur, mémoire, SCSI et interface réseau, aussi présenté en version "low-cost", avec un 68030 moins rapide ; et enfin CSANET, une interface réseau bas prix. Je ne vous dirai pas les prix spéciaux pratiqués lors du salon, afin de ne pas trop vous dégoûter de n'être pas venus ! [7564 Trade St. San Diego, CA 92121, États-Unis].

Creative Computers

L'un des plus grands magazines Amiga aux États-Unis faisait une gigantesque braderie. Les machines et les cartes partaient à tour de bras. Des photos dans le prochain numéro... [4453 Redondo Beach Blvd. Lawndale, CA 90260. États-Unis].

Digital Creations

Outre la dernière version de Brilliance, le logiciel de dessin pour AGA, on trouvait sur ce stand une solution intéressante pour ceux qui manquent de ports vidéo : The Video Slot Box qui est en fait un boîtier de PC mini-tower [TM] (oups, je veux dire mini-T) dans lequel est installée une extension de bus avec plein de ports, une grosse alimentation, et tout. Cette société a aussi annoncé SuperGen, un genlock haut qualité pour 749 $.

Digital Micronics Inc.

Ils présentaient une carte MPEG pour A2000, A3000 et A4000, avec le même circuit (C-Cube) de décompression que celui présent en option dans la CD32. Des sorties NTSC, PAL, RGB, etc. hélas complètement indépendantes de la vidéo Amiga, une interpolation horizontale temps réel pour afficher du 704x240 en 16 millions de couleurs à 25 images/sec. L'intérêt de cette carte est de pouvoir créer soi-même des animations MPEG (la compression, qui doit se faire de façon logicielle car les nouveaux circuits ne font que de la décompression, doit ramer de façon assez sévère !). Le tout pour un SRP de 1295 $.

DKB Software

La société de Dean K. Brown annonçait sa nouvelle carte graphique Piccolo, pour Zorro II ou Zorro III (détection automatique, et réglage de la vitesse des transferts en conséquence), avec Blitter 32 bits et tout le tralala. Cette carte est présentée comme une solution bas prix, qui de plus "ne sacrifie pas le nombre de couleurs à la résolution" : et hop, du 800x600 en 24 bits. et jusqu'à 1280x1024 en 8 bits (256 couleurs). Euh ben... et le 1280x1024 en 24 bits, où est-il ? Là, je n'ai pas du tout compris parce qu'il y a déjà la Retina qui... euh, enfin, bon.

Sinon, on pouvait admirer Peggy, une carte MPEG qui nous décompressait des animations MPEG dans un A4000 aussi bien qu'une CD32. Très intéressant pour tous ceux qui ont envie de travailler avec des animations MPEG en ayant des possibilités de contrôle et de création plus étendues que ce que peut offrir une manette de jeu 11 boutons...

Enfin, DKB présentait de nombreux petits trésors : MegAChip (2 Mo de mémoire Chip pour A500, A2000 et CDTV - vous la connaissez certainement déjà), DKB 1202 (8 Mo de mémoire + copro + horloge pour A1200), DKB 3128 (128 Mo de mémoire en Zorro III), The Clock (horloge temps réel pour A1200), etc.

Expert Services

Il présentait la Picasso II RTG, avec un gros slogan "RTG is here" et des T-shirts donnant la définition du mot "ReTargetable Graphics". Comment ? La fameuse RTG est arrivée ? Bon, en fait, il s'agit d'un RTG "maison", mais qui ne posera aucun problème pour passer au vrai RTG dès que Commodore le sortira. Donc un bon compromis en attendant... pour les possesseurs de Picasso II. On pouvait aussi y voir DisplayMaker, un nouvel Application Builder, très bien fait [7559 Mall Rd., Florence, KY 41042, États-Unis].

Great Valley Products

Leur animation phare était l'annonce de leur nouvelle carte graphique EGS 28/24 Spectrum qui sortira début octobre 1993 (donc elle doit être sortie ?). Cette carte peut produire des modes vidéo (NTSC, PAL et même SECAM !), mais aussi des résolutions supérieures (1600x1280 8 bits, 1280x1024 8 bits, et 800x600 24 bits). Elle a un Blitter, est "RTG-ready", s'adapte automatiquement Zorro II ou III, émule le Workbench, on peut en mettre plusieurs dans un même Amiga (genre écran haute résolution pour un modeler 3D, et résultat tel qu'il sera enregistré sur un autre écran en résolution vidéo), etc. En un mot, c'est encore un très bon produit GVP !

L'A1230 Turbo+ Performance Series II, outre son nom qui en jette, propose un 68030/50 MHz, de la mémoire 32 bits 60 ns Zero-wait State jusqu'à 32 Mo, connecteur pour SCSI, coprocesseur 68882, horloge, etc. pour A1200. Disponible en octobre/novembre 1993 pour un prix inconnu.

L'A1291 SCSI kit est un contrôleur SCSI qui se branche sur la carte précédente, avec toutes les options habituelles de GVP (FaaastROM, etc.). Enfin, on annonçait TBCPlus, une carte de TBC avec SMPTE/EBU time code receiver/generator dans n'importe quel format VITC/LTC (j'espère que je suis clair), frame grabber, frame buffer, composite keyer, etc. Disponible en novembre 1993.

Heifner Communications Inc.

Ils présentaient et vendaient Pegger, un logiciel de compression JPEG automatique et transparent (comme peuvent l'être par exemple des logiciels de compression de disque dur, qui court-circuitent le système, compressent les données juste avant de les écrire sur le disque, et les décompressent à la lecture. Cela marche très bien sur Amiga, et de façon très propre car les points d'entrée et de modification dans le système sont nombreux). Bon, bien sûr, ça rame un petit peu, car la compression JPEG n'est quand même pas une mince affaire, mais c'est néanmoins une très bonne idée. SRP : 99,95 $ [4451 1-70 Drive NW, Columbia, MO 65202, États-Unis].

GfxBase

Je ne sais plus s'ils avaient vraiment un stand à eux, mais j'ai vu quelque part la dernière version de leur logiciel de terminal X11R4. Je rappelle que le principe de ce logiciel est de permettre à l'Amiga d'afficher des écrans X Window alors qu'il tourne toujours sous AmigaOS, et pas sous Unix. L'Amiga reçoit alors des commandes d'affichage en provenance d'une carte Ethernet par exemple, et les exécute dans un bel écran Amiga, défilable, etc. le tout étant parfaitement multitâche. L'Amiga ainsi équipé devient donc le terminal graphique le plus puissant à ce jour, puisqu'on peut exécuter des applications AmigaOS en même temps, et même ouvrir plusieurs écrans X sur un seul Amiga, y compris avec des Window Managers différents ! Le paquetage vient avec une série de programmes, et une gestion complète de l'AGA (en particulier un mode 800x600 256 couleurs en Super72, ou du 1440x568 PAL) [1881 Ellwell Dr. Milpitas, CA 95035].

Lightworks Graphics

Cette entreprise présentait une interface et un logiciel permettant de faire des animations contrôlées par de la musique. Le système se compose d'une boîte se branchant sur le port parallèle avec deux entrées audio et une dizaine de potentiomètres rectilignes. En fait, il semble que ces derniers ne servent que de sorte de clavier déporté (ils n'ont pas d'action directe dans la boîte, mais leur position peut être lue par l'Amiga). Ensuite, on dispose d'un logiciel très bien fait avec une belle interface graphique pour régler les effets. Bon, d'accord, ceux-ci sont souvent un petit peu "faciles" pour un Amiga (beaucoup de cyclages de couleurs, etc.), mais cela me semble néanmoins une idée originale pour mettre dans une boîte de nuit avec projection sur écran géant, en remplacement de l'éternel laser qui dessine des courbes de Lissajous... [2685 Burnside Rd., Sebastopol, CA 95472, États-Unis].

MegageM

C'est une petite entreprise qui proposait des produits originaux : AmiVR, des lunettes à cristaux liquides pour visualiser de la 3D avec un réalisme saisissant. Le principe est simple : on fait scintiller l'image pour l'oeil gauche et l'image décalée pour l'oeil droit par un bon affichage en mode entrelacé, et les lunettes se comportent comme un diaphragme d'appareil photographique, laissant passer la lumière vers l'oeil gauche pendant que l'image pour l'oeil gauche est affichée, et de même pour l'oeil droit. Cela existait déjà, mais l'originalité vient d'une version prévue pour marcher sans ordinateur : la synchronisation des lunettes se faisant sur les pics de synchro de n'importe quel signal vidéo. Vous pouvez alors enregistrer vos animations 3D préférées sur magnétoscope, et les visualiser plus tard sans devoir faire appel à l'Amiga. SRP : 300 $ pour une paire de lunettes, 400 $ pour deux paires branchées sur la même interface (deux spectateurs).

Plusieurs logiciels étaient en outre visibles : RPaint 1.0, un programme de dessin piloté par ARexx, des logiciels d'expérimentation sur les fractales, les réseaux de neurones, etc. Sur le même stand, Cahocity présentait GeoForge. un générateur de planètes et de terrains fractals conçu pour être utilisé avec Vista Pro (disponible en décembre 1993, pour 69 $), et Fridae!, un logiciel d'agenda complet (avec alarmes, rappels de dates importantes... disponible en avril 1994, pour 49 $ [MegageM, 1903 Adria, Santa Maria, CA 93454. États-Unis] [Cahocity, 221 Town Center West #259, Santa Maria, CA 93454, États-Unis].

Migraph

Enfin ! Un scanner à main couleur 18 bits 200 DPI, faisant aussi 64 vrais niveaux de gris en 400 DPI, et qui vient en standard avec un logiciel d'OCR (Optical Character Recognition, permet de "lire" les pages de texte que vous numérisez, et d'en sortir un fichier ASCII). Je me suis bien sûr jeté sur ce logiciel, et je l'ai trouvé très bien : les caractères qu'il n'a pas reconnus étaient des cas difficiles (lettres collées), et en général, sa suggestion était bonne. Il peut apprendre des nouvelles polices de caractères, est rapide et très pratique à utiliser grâce à une interface graphique astucieuse. SRP de 599 $ avec le logiciel [37200 Pacific Highway #12, Federal Way, WA 98003, États-Unis].

Moonlighter Software

Cette firme d'Orlando, Floride, présentait Ami-Back, Ami-Back Tools, et TapeWorm, qui est un système de fichiers pour lecteur de bande SCSI (DAT, QIC. etc.). Cela transforme donc votre lecteur de bande en disque dur amovible... sauf en ce qui concerne la vitesse ! J'imagine le délire quand on tape "dir" sur une DAT 2 Go pleine à craquer. Combien d'heures de musique peut-on enregistrer sur une DAT, au fait ? SRP de 55 $ [3208-C E. Colonial Drive #204, Orlando, FL 32803, États-Unis].

Oxxi

Oxxi présentait VideoStage, un logiciel permettant de faire du titrage, des effets de transition de page, de combiner graphismes et sons, de piloter des genlocks.... bref, un petit studio à la maison, le tout pilotable par ARexx. Superbase 4 dernière mouture s'appelle SBase 4, et propose une multitude de nouvelles possibilités que je ne vais pas détailler ici. Entre d'autres produits, j'ai enfin remarqué Amiga Client Software, qui permet d'introduire votre Amiga dans un réseau local Novell. SRP : 199 $ pour un client, 499 $ pour cinq, et jusqu'à 5999 $ pour 250 [P.O. box 90309. Long Beach, CA 90809, États-Unis].

Scala, Inc.

Ils avaient un gros stand avec de nombreux écrans, et une bonne chaîne Hi-Fi pour nous offrir de la véritable présentation multimédia de qualité. On y dégustait des animations réalisées avec les tous nouveaux Scala Multimedia MM300 et InfoChannel IC500. Les nouveautés dans la version MM300 incluent des outils de dessin, la possibilité de redimensionner des brosses ou images, un tramage rapide (algorithme de Floyd-Steinberg), une fonction permettant de calculer la palette optimale lorsque l'on veut afficher plusieurs images sur un même écran, une temporisation absolue des scripts (au lieu de simplement donner les pauses entre les pages), une requête de fichier qui montre des versions réduites des images (sortes d'icônes, "thumbnails", comme on dit ici), brosses ou animations sur votre disque, lecture directe depuis le disque dur d'échantillon sonore sans limitation de taille, et de nombreux effets de transition (avec des noms idiots comme d'habitude, comme par exemple "nuclear"...). C'est beau, c'est chaud, et cela arrive chez CIS dans le courant du mois d'octobre 1993.

Soft-Logik Publishing Corp.

L'éditeur de PageStream annonçait la version 3.0 de ce logiciel de PAO, avec à l'appui une grosse publicité comparative avec comme conclusion : "the choice is clear. PageStream 3.0 beats XPress 3.2 and PageMaker 5.0. Pro Page 4.1 isn't even in the running". Comme je n'y connais pas grand chose en PAO, je ne vais pas trop m'étendre là-dessus, d'autant que la sortie est imminente (on m'a assuré fin octobre 1993). SRP de 395 $, avec possibilité de mise à jour à prix réduit, y compris pour les possesseurs de Pro Page ! Par ailleurs, TypeSmith 2.0 est un logiciel de création de polices de caractères vectorielles, qui a l'air très bien fait (SRP : 199 $) [11131 F.S. Town Sq., St. Louis, MO 63123, États-Unis].

Systems Development Services, Inc.

Cette société présentait un logiciel éducatif prévu pour fonctionner sur les machines équipées de lecteur de CD, Robokeet Super Speller, qui va vous apprendre l'orthographe. Très bien pensé, en fonction du public visé : les lettres sont affichées dans une police manuscrite, plus proche de ce que l'on apprend à l'école, on entre les caractères grâce à la manette sur un clavier ABCD... (dans l'ordre alphabétique) affiché à l'écran : il est déjà suffisamment difficile d'apprendre l'alphabet ; si en plus il faut retrouver les lettres dans le désordre sur un clavier QWERTY, où va-t-on ! Le support CD a permis de stocker tous les mots prononcés en voix naturelle, beaucoup plus instructive (accent tonique, ...) que la voix synthétique, et il y a de nombreuses animations amusantes. Sur le stand, on trouvait des bonbons et une publicité du produit sous forme de feuille à colorier. Je me suis, bien entendu, précipité pour en prendre une ! [Rt. 4, Box 41AA, Dupont Plaza, Room 2W, Parkersburg, WV 26101, États-Unis].

SunRize Industries

Ce spécialise de l'audio présentait sa nouvelle solution Studio 16, à base d'AD512 ou AD516, dont l'application présentée était la sonorisation complète d'un morceau de film : 8 voix 16 bits, time code, éditeur complet et très pratique des enchaînements temporels (dans le même genre que ce que j'avais testé sur l'ADC16 de Xanadu : les échantillons sont représentés pas des petites briques que l'on pose sur une partition qui défile horizontalement ; on peut faire du "cross-fading", etc.).

L'interfaçage avec le magnétoscope était parfait (on pilotait le scope à la souris), et le résultat digne d'un studio d'enregistrement professionnel. Après la démo, j'ai en outre eu le plaisir d'être tiré au sort et de gagner un CD avec une centaine d'échantillons (genre "voiture de course qui démarre à foooond" (tiens, j'aurais pu le faire moi-même, celui-là !) ou "rafale de AK47" (ah, ben j'aurais pu aussi l'enregistrer sans problèmes : il suffit d'aller à South Central L.A. la nuit !), des bruits de pas sur du gravier, des portes qui claquent, etc.). J'ai beaucoup apprécié !

Autre produit montré : la carte DD524 d'entrées/sorties audio numérique. Elle offre une interface d'entrées/sorties AES/EBU ou S/PDIF à votre Amiga 2000/3000/4000.

U.S. Cybernetics Inc.

Enfin ! On l'attendait, on en rêvait, on s'apprêtait même à commencer à en faire la schématique, mais elle est arrivée : une carte à transputers pour Amiga. Le produit a été très bien conçu : DMA entre le premier transputer et l'Amiga, bibliothèque du côté Amiga pour simplifier l'interfaçage logiciel, puis le premier transputer (un T800 qui exécute un système d'exploitation multitâche et tire 30 MIPS, et dispose de 4 Mo de mémoire 32 bits) communique avec ses potes par quatre liens série 2 Mo/sec. L'architecture est donc on ne peut plus flexible (il suffit de connecter les transputers entre eux par des petits morceaux de câble série ; on peut alors s'amuser à tester différentes configurations : anneau, arbre, hypercube, etc.).

Il y a un compilateur C pour les transputers, avec toutes les fonctions standard trafiquées pour marcher avec l'Amiga (quand on fait un "printf" dans un programme en C sur un transputer, le message est re-routé vers une fenêtre de l'Amiga). La carte de base devrait coûter moins de 1000 $, et les transputers additionnels moins de 500 $. Le stand présentait une application classique (un logiciel de mandelbrot, où le travail se partageait entre le 68040 de l'Amiga et trois transputers), mais qui démontrait que le tout marchait sans problèmes [1950 Stemmons Freeway #5001, Dallas, TX 75207, États-Unis].

Utilities Unlimited

Il présentait bien sûr Emplant qui émulait un petit Mac IIx couleur en multitâche avec l'Amiga, avec gestion d'un bon nombre de cartes graphiques. Mais toujours pas d'autres émulations, malgré les annonces alléchantes (Mac Quadra, Mega ST, PC 486, C64/128, Atari 800/600, et Super Nintendo !). Donc : patience...

Bilan

Ce fut un bon week-end bien rempli et très instructif. Encore une fois, le monde de l'Amiga brille par son dynamisme et son inventivité. Espérons seulement que Commodore se mette à faire de véritables efforts commerciaux ! Sur ce, j'en ai vraiment assez de taper depuis des heures un texte français plein d'accents sur le clavier QWERTY de mon bon vieux terminal VAX (je tape "/'e" à la place de "é" (style LaTeX), et un petit programme écrit par Olivier Jeannet en cinq minutes remettra tout cela en place une fois arrivé en France). Je vous laisse donc à vos nuages et à votre pluie : une partie de beach volleyball m'attend.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]