Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 24 août 2017 - 08:51  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Wild Streets
(Article écrit par Antekrist et extrait de Emunova - septembre 2008)


Ah, Wall Street, Martin et Charlie Sheen réunis pour la première fois dans un film ! Wall Street ! Mais si vous savez, cette fameuse rue du non moins fameux quartier d'affaires new-yorkais. Eh bien aucun rapport malgré une légère homonymie si on prononce vite et avec un accent de merde.

Wild Streets

Nan, Wild Streets, c'est plus un mix entre Miami Vice et le Punisher de Marvel. De la tarte aux phalanges, des os qui craquent et une panthère qui rendrait verte de jalousie celle de la peinture Dulux Valentine.

American beauty

Nous sommes en 1998, et la ville de New York est séparée en deux : d'un côté les bas quartiers laissés aux mains des petits gangs, et de l'autre les pavillons bourgeois des caïds de la drogue qui ont la mainmise sur l'économie locale. Au milieu de tout ça, la CIA. Le gouvernement charge le leader de la fameuse agence, "The Boss", de donner un bon coup dans la fourmilière, et les opérations coup-de-poing menées à travers la ville finissent par payer.

Wild Streets

Les barons du crime voient fondre leur emprise, et décident de réagir : The Boss est kidnappé pour lui faire cracher l'emplacement et le nom de ses hommes sur le terrain. Vous êtes envoyé à la rescousse du grand patron.

Un flic et une panthère amis-amis

En dehors de son scénario étonnamment travaillé pour un jeu du genre, Wild Street est un beat'em up on ne peut plus convenu. Il s'agit de traverser les cinq tableaux (pavillons, bas-fonds, rues et ruelles de New York) qui le composent en les vidant de la racaille et des boss qui les infestent, puis de faire le chemin inverse pour revenir au bercail.

Votre personnage compte la plupart du temps sur ses poings et ses pieds, dont il alterne les coups sur les mâchoires ennemies. Il peut aussi effectuer un coup sauté ravageur.

Wild Streets

Il officie également avec un 357 Magnum. Le revolver n'est muni que de six balles, mais une seule suffit pour abattre un ennemi de base, et n'importe quel boss meurt en moins d'un chargeur. Ceci dit, les chargeurs de rechange sont plutôt rares.

Pour le sortir du pétrin, il pourra aussi compter, lors du voyage aller, sur une panthère noire qui l'accompagne et saute de temps en temps sur ses ennemis. Elle n'est pas énormément réactive, mais pourrait vous sauver la mise une fois ou deux.

Même si le voyage retour ne vous oppose à aucun boss, il n'en est pas plus facile pour autant puisque votre animal ne vous suit plus. A la place, vous devrez protéger The Boss, qui lui ne sert à rien d'autre qu'à se prendre des coups par vos agresseurs.

Un poing c'est tout

Plusieurs points font de ce Wild Street un jeu de combat très moyen. Pour commencer le visuel. Le jeu de Titus se veut très réaliste, avec un scénar' pas original mais cohérent (et surtout, il y a un scénar', ce qui n'est pas le cas pour beaucoup de jeux du genre), des décors crédibles, détaillés et assez ternes pour coller à la "vraie vie". Et paradoxalement des personnages hypes, notre héros bodybuildé conservant tout l'attirail du parfait flic cool, avec débardeur, jean moule-paquet et Magnum dans la poche arrière.

Wild Streets

C'est déjà nettement moins réaliste, et les ennemis n'arrangent rien : tous les loubards se ressemblent, à croire que la rue n'a accouché que de trois personnes qui se sont clonées à l'infini ; les boss pour leur part, font trois mètres de haut, on se croirait dans Hokuto no Ken, et ont un tic rigolo : l'écran où vous les affrontez étant fermé (comprenez que vous n'en sortirez pas tant que vous ne l'aurez pas vaincu), si jamais le boss en sort il réapparaît de l'autre côté, comme les cibles sur rail au jeu de tir à la carabine dans les fêtes foraines. Au temps pour l'aspect réaliste !

Ceci dit, rendons à César ce qui n'appartient pas à la grand-mère de votre facteur : le jeu est beau, doté de musiques prenantes lorsqu'on est dans le feu de l'action (mais un peu chiantes à la longue) et très bien animé, la panthère semblant plus vraie que nature. Par contre, pas de défilement, on passe d'écran en écran.

Cela dit, c'est à peu près tout. La maniabilité est vraiment douteuse, le perso répond très mal et la panthère est plus un gadget qu'autre chose vu le peu d'efficacité qui la caractérise. La difficulté pourrait sembler mince au vu de l'abrutisme des ennemis, mais on sait tous que la force du nombre l'emporte toujours, et c'est vrai qu'ils deviennent une plaie lorsqu'ils sont nombreux sur vous : on s'en prend alors plein la gueule sans pouvoir réagir, ce qui nous rappelle une frustration que l'on n'avait plus ressentie depuis Vigilante. Qui plus est, votre vie (et votre pistolet) ne se recharge qu'en fin de niveau.

Avec ses cinq doubles niveaux, Wild Streets est d'une longueur convenable pour un beat'em up, mais il se montre aussi rigide et répétitif que ses confrères de première génération. Le passage à la vitesse supérieure du genre ne se fera que l'année suivante, alors il faudra encore patienter un peu.

Nom : Wild Streets.
Éditeur : Titus.
Genre : beat'em up.
Date : 1990.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 4/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]