Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 16 janvier 2022 - 11:02  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Waxworks
(Article écrit par Calor et extrait de Joystick - février 1993)


Si vous n'avez raté aucun des épisodes de Massacre À La Tronçonneuse et autres le Lendemain De La Nuit Du Retour Des Morts-Vivants Ressuscités, si vous avez aimé Elvira, alors ce jeu ne peut que vous plaire.

Waxworks

Cela parce que l'on est ici, quand même, dans un domaine très particulier, celui des films/jeux gore. Attention, j'ai bien dit "gore", pas "horreur". La distinction est fondamentale pour les puristes. D'un côté, vous avez le gore avec tout plein d'hémoglobine à 2 FF le litre mais pas forcément "horrible" ; et de l'autre, vous avez l'Horreur, avec un grand H, avec pas nécessairement des effets spéciaux à tout rompre, mais par contre, servie par une ambiance vraiment prenante.

Waxworks donc, vous l'aurez compris, appartient à la première catégorie. Ne vous attendez alors pas à un scénario des plus passionnants : ce n'est, en fait, qu'un prétexte pour vous plonger dans des scènes plus sanguinolentes les unes que les autres. Vous êtes l'heureux bénéficiaire d'un héritage, suite à la mort de votre oncle Boris (ça alors, où est-ce qu'ils ont pu aller chercher tout ça ! En voilà une idée originale !). Mais cette maison n'est pas vraiment ordinaire ; d'ailleurs, ce n'est pas vraiment une maison mais un musée de cire (comme le titre l'indique).

Waxworks

Votre oncle avait, en effet, une curieuse passion : il reconstituait des scènes "historiques" de meurtres, le musée des horreurs quoi. Mais voilà, ce musée détient également un grand mystère : votre frère jumeau Alex a disparu dans les tunnels de cette bâtisse il y a déjà quelques années. Et votre oncle croit fermement que votre famille est sous l'emprise d'une malédiction surnaturelle. Vous devez donc entrer dans les quatre "tableaux" de cire du musée de votre oncle, pour comprendre ce qui s'y passe.

Ces tableaux vous "téléportent" dans quatre univers différents et, d'ailleurs, complètement indépendants les uns des autres : l'Égypte Antique, l'Angleterre victorienne à l'apogée de Jack l'Éventreur, des mines remplies de mutants et l'inévitable et inévité cimetière regorgeant de zombies. Ben vous voyez, c'est simple ! Vous rencontrerez donc la plupart des créatures qui peuplent les films de gore.

Waxworks

Le système de jeu est inchangé par rapport aux Elvira : c'est ni plus ni moins un pâle Dungeon Master avec de l'exploration, des énigmes et des combats à tout rompre. Le système d'acquisition des points d'expériences est, à ce titre, assez bizarre : chaque "pas" vous fait gagner un point ! Toutes les actions dont les phases de combat, se font entièrement à la souris et ce ne sont donc pas des questions techniques qui risquent de vous déranger.

Les graphismes sont également identiques, beaux et travaillés, avec leur tendance habituelle à virer au rouge. L'ambiance est servie par des musiques plus glauques que jamais. On peut cependant vraiment regretter la simplicité des animations des combats ainsi que des bruitages, qui aurait pu rendre les choses encore plus horribles. Quant aux problématiques "accès disquettes", malgré les dix disquettes, elles sont bien gérées et ne risquent pas trop de vous détourner de l'atmosphère macabre.

Waxworks

Si, contrairement à moi, vous avez été enchanté par Elvira, Waxworks n'aura donc aucun mal à vous replonger dans le même genre d'angoisse.

Nom : Waxworks.
Développeurs : Horrorsoft (Tynesoft).
Éditeur : Accolade.
Genre : jeu d'aventure.
Date : 1992.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Le thème gore est exploité sous quatre différents "angles" : Égypte, Angleterre victorienne, mines et l'inévitable cimetière.
- Les graphismes sont beaux et travaillés.
- Réservé aux amateurs d'égorgés sanguinolents, de morts-vivants cannibales, de macabés dégoulinants de cervelle, etc.

Les points faibles :

- Il n'y a aucune interaction entre les différentes parties du jeu.
- Le scénario est très léger et semble avoir été un simple prétexte : quatre "tableaux" de cire, quatre thèmes.
- La gestion des points d'expériences est bizarre ou rigolote (hem !).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]