Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 19 novembre 2017 - 20:48  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : VX1000
(Article écrit par Éric Lapalu et extrait d'Amiga News - décembre 1995)


Le VX1000, le premier caméscope numériques DVC Sony grand public

Sony nous avait annoncé une petite révolution numérique pour la fin d'année, et effectivement le 1er septembre 1995 les premiers caméscopes numériques DVC étaient disponibles à la vente, pour la "modique" somme de 28000 FF TTC. Aussi toute l'équipe de vidéonumérique était impatiente de savoir si les résultats espérés par certains, étaient au rendez-vous "presque une Betacam pour 30 000 FF !".

Pour ce premier contact nous avons voulu comparer les images en sortie YC d'une tri CCD professionnelle (EVW537) avec celles fournies par notre caméscope grand public et nous avons eu quelque surprise. Il aurait bien sûr était plus intéressant de comparer la sortie YUV de la 537 avec la sortie RVB de la VX1000 mais la sortie numérique n'est toujours pas exploitable.

Techniquement vôtre

Ce nouveaux caméscopes utilisent le support DVC, format numérique développé conjointement par plusieurs constructeurs, le DVC devrait être compatible entre marques et surtout vers le haut avec le futur DVCPro. La cassette DVC est environ 40% plus petite qu'une cassette HI8, offrant ainsi aux constructeurs la possibilité de réduire la taille des caméscopes, tout en augmentant leurs performances.

VX1000

Il est seulement important de retenir que le signal vidéo est traité en YUV pour les chrominances, et échantillonné à la moitié de sa fréquence (6,75 MHz), par comparaison le signal YC ne dépasse pas les 2 MHz, et le format Betacam SP 5,5 MHz. La définition annoncée concernant la luminance plafonne vers 13,5 MHz, et enregistre 500 lignes (dans la mesure ou la tête de caméra les développent). Le son, lui aussi numérique, offre une voie stéréo 16 bits/44 kHz, et une voie stéréo 16 bits/48 kHz ou deux voies stéréo 12 bits/32 kHz dont une seule est actuellement utilisé en lecture. L'insertion audio ou vidéo est enfin possible séparément à la différence du HI8 grand public. Concernant le code temporel ("time code") il est de type SMPTE et s'inscrit séparément de façon définitive sur la bande, il est ainsi possible d'insérer un plan son ou image sans toucher au code temporel, enfin !

Prise en main

Déballez, le petit nouveau nous rappelle par son aspect anodisé son prédécesseur, le VX1 (premier caméscope tri CCD HI8). La batterie installée, la prise en main s'avère surprenante pour un habitué des caméscopes d'épaule, mais avec un peu de pratique ! L'ergonomie assez proche d'un appareil photo par sa prise en main s'avère rapidement efficace et la poignée très pratique permet de varier ses plans (travelling, pano...).

Le zoom

Première mauvaise surprise en regardant l'objectif. Si l'on dispose bien d'une bague de mise au point, aucune bague manuelle de zoom n'est disponible, condamnant le cadreur lors de déplacement rapide, à dépendre du bon vouloir du zoom dont le temps de zooming se situe aux alentours de cinq secondes pour le passage d'un plan large à un plan serré.

VX1000

Tout les vidéastes un tant soit peu consciencieux ont pour habitude de faire le point en position télé pour enfin recadrer en plans large, d'ou entre autre l'utilité d'un zoom manuel debrayable). Monsieur Sony pourquoi avoir supprimé un élément essentiel dans la conception d'une caméra réservé à des utilisateurs expérimentés ?

La focale

10* 5,9-59 f 1;6 équivalent d'un zoom photo (43-430). Deuxième mauvaise surprise : n'aurait-il pas été préférable de supprimer le zoom numérique à l'avantage d'un vrai grand-angle, certes il est toujours possible de rajouter une bonnette mais au détriment de la qualité optique (déformation luminosité). Le zoom numérique 20* étant plus du domaine du gadget.

Diaphragme

Pourquoi ne pas avoir équipé l'objectif d'une vraie bague de diaphragme, certes plus coûteuse mais tellement plus opérationnelle en tournage, et puis à ce niveau d'investissement le particulier est certainement prêt à payer 800 FF de plus pour un accessoire aussi indispensable. Bien sûr, il est toujours possible d'utilisée la molette de correction de diaphragme.

Le viseur

Contrairement à certains de mes confrères anglais, je ne peux pas vraiment dire que la lisibilité du viseur couleurs m'ai particulièrement enthousiasmé. Certes, les 180 000 pixels sont bien présent et permette de se faire une idée sur la mise au point et sur la balance des blancs, d'autant plus que Sony plein de bonnes intentions a pourvu son caméscope d'une option très pratique en tournage, les zébras : permettant au cadreur de juger du seuil de surexpositions, par les hachures affichées à l'écran. Idée fort sympathique mais transformant le viseur en "couloir à zébrure", ce qui est comme vous pouvez en douter est fort désagréable surtout vue la taille du viseur. Alors pourquoi ne pas avoir choisir un viseur noir et blanc surdimensionné de type professionnel, tellement plus opérationnel en condition de tournage. Par contre, l'afficheur bleuté situé sous le viseur donnant les indications de réglage du caméscope est des plus agréables et demanderait à être généralisé sur d'autres modèles.

VX1000

Au scanner

La connectique est classique pour la partie analogique : YC (Ushiden) et vidéo composite (Cinch), la sortie numérique par contre l'est beaucoup moins, elle n'est malheureusement pas exploitable actuellement. Une parenthèse tout de même concernant cette sortie puisqu'il faut savoir que le concept physique du DVC interdit toute deuxième génération en numérique, façon DAT (scandaleux mais commercial). Il faudra donc repasser par une deuxième génération analogique (bien que par le virtuel ?). La prise casque et microphone est de type jack 3,5 (toujours pas de XLR). Pour le montage on retrouve la classique prise LANC qui pour cause de manque de temps n'a pu être testée avec Videodirector, mais devrait fonctionner (à vérifier tout de même).

Les réglages

Il sont nombreux et accessibles par menu ou directement. La majorité des commandes est reportée à l'arrière de la caméra, évitant ainsi toute manipulation intempestive. Ainsi l'on peut trouver un large écran à cristaux liquide affichant compteur, niveaux sonores, et divers réglages.

Réglage sonore : le niveau sonore du micro est enfin réglable et ceci, par le biais d'une petite mollette situé sur le côté gauche de la caméra (très pratique).

Réglage vidéo : accessible par menu, il est possible d'intervenir sur le signal vidéo (couleur, contraste, définition, balance des blancs, netteté, sensibilité (0 ou -3 db)) sont ainsi entièrement paramétrables et mémorisables. L'exposition se règle par le biais d'une molette à 20 paliers, à la façon d'un appareil photo. Il est possible de sélectionner des modes" priorités diaphragme" ou "vitesse" (réglables aussi, avec pas moins de 20 vitesses d'obturation, 1/3 au 1/10000 de secondes).

Effet : là aussi l'amateur n'est pas volé (gadget ?), solarisation, intervallomètre, format 16/9, fondu enchaîné. Il est à noter une fonction fort originale pour une caméra, le mode photo qui "shoote" une image en haute résolution pendant cinq secondes, cette image pourra ensuite être imprimée ou numérisée.

Alimentation

La trappe arrière ouverte laisse apparaître une batterie de type lithium-ion.

Accessoires

Une imprimante vidéo devrait bientôt être proposée aux alentours de 8000 FF permettant d'imprimer les images gelées, la résolution annoncée est de 512x708 sur un format de 76x108 mm.

Un flash sera bientôt disponible (aux alentours de 1000 FF), commandé par la prise LANC il se déclenche automatiquement à la mise en marche de l'imprimante, dès que possible nous en espérons un test.

Sont fournies avec le caméscope un filtre, un câble YC, un câble vidéo composite, un pare-soleil, un protège oeilleton, une batterie et bien sûr une alimentation secteur.

Résultat

Le son : presque aucun reproche, car ici ce n'est pas la qualité d'enregistrement qui est mise en cause, mai plutôt l'isolation entre le micro et la carrosserie du caméscope, qui reproduit aussi les bruits du zoom ou du moteur d'entraînement des bandes. L'achat d'un micro supplémentaire suffisamment éloigné est donc indispensable.

L'image : selon le type d'utilisateur on passe du fabuleux au pas mal pour le prix, comme vous pouvez vous en douter l'amateur s'extasiant devant la qualité des images, le professionnel plus réservé se laisse malgré tout surprendre.

Qualitativement, l'image est nettement mieux définie que sa petite soeur HI8 VX1 les 500 lignes enregistrées se font ressentir, même si la sortie YC plafonne à 450 lignes, les détails paraissent mieux définis (la bande passante n'est pas seulement une valeur chiffrée elle s'apprécie à l oeil nu !). Les couleurs beaucoup plus franches ce détachent mieux, ainsi sur une mire on obtient une bonne séparation calorimétrique.

Surprenant

D'autre part, je n'ai remarqué aucune différence notable entre la sortie directe et l'image enregistrée, surprenant pour du matériel amateur. Par contre, avec des images peu éclairées, le bruit vidéo caractéristique du matériel grand public réapparaît, certes atténué par le TBC intégré. Concernant ce bruit vidéo nous avons remarqué que même sur des images tournées en extérieur un léger bruit était perceptible dans les parties sombres, ce bruit est certainement inexistant en sortie numérique, aussi la suspection irait plutôt vers le convertisseur numérique/analogique dont le rapport signal sur bruit doit plafonner vers 44,8 db.

Concernant les problèmes de "dropout" visible avec certaines bandes métal, nous n'avons eu aucun problème particulier ceci grâce aux composants électroniques prévus à cet effet (bravo).

Note : parmi les menus de configuration de la caméra nous avons remarqué, une possibilité de baisser la sensibilité de la caméra à -3 db, permettant peut-être de réduire ce problème de bruit vidéo, là aussi par manque de temps nous n'avons pu le vérifier.

Les comparatifs effectués entre la 537 et la petite VX1000 nous ont malgré tout surpris surtout pour du matériel grand public. La sortie YC sur la VX1000 offrait une chroma plus franche que sur la 537 avec des contours plus nets (moins de jitter) certes pas de beaucoup, mais suffisamment pour être visible à l'oeil nu. Par contre, concernant la définition, et malgré le fait que sur une mire la VX1000 offre des résultats équivalents, les plans tournés en position grand angle avec la 537 font malgré tout la différence (les images semblent plus fouillées), cela étant certainement du surtout à l'objectif, dont le prix est équivalent pratiquement à celui du caméscope.

Conclusion

Ce premier contact donnera lieu nous l'espérons à un test plus complet car il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce caméscope qui, ne l'oublions pas, est le premier à rentrer dans l'ère du numérique (la concurrence devrait suivre).

Alors si l'on peut bien parler de révolution en terme de support d'enregistrement et de qualité d'image (pour du matériel grand public), il en est par contre autrement en terme de conception (de nombreux efforts seront encore nécessaires), mais n'est-ce pas là un choix délibéré du constructeur pour bien segmenter son marché ? (professionnel/particulier). Pour finir, un souhait : pour 15000 FF de plus, une EVW300 ou 327 docké en DVC.

Nom : VX1000.
Constructeur : Sony.
Genre : caméscope.
Date : 1995.
Prix : 28 000 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]