Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 12:52  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : VIScorp rachète l'Amiga
(Article écrit par Bruce Lepper et extrait d'Amiga News - mai 1996)


Dans un mois rempli de rebondissements, l'Amiga a encore changé de main (le rachat est à 95% certain au moment où nous écrivons) et se retrouve la propriété de VIScorp, une jeune société américaine.

La revente de l'Amiga pour 40 millions de dollars après seulement un an chez Escom a été annoncé après la révélation de pertes de 125 millions DM par le constructeur allemand et la démission de son fondateur et président Manfred Schmitt. Il a été remplacé à la tête d'Escom par Helmut Jost, ex-directeur de feu Commodore Allemagne.

Manfred Schmitt
Manfred Schmitt

Helmut Jost
Helmut Jost

Qui est VIScorp ?

VIScorp est une société de recherche et développement, fondé en 1990 et soutenue par des investisseurs privés, qui avaient déjà une licence pour l'utilisation de la technologie Amiga dans son produit, une set-top box. La firme ne compte que 14 employés (dont beaucoup sont des ex-développeurs Amiga, et non des moindres), mais dispose de ressources de 200 millions de dollars et collabore avec de grands comptes beaucoup plus puissants qui n'ont pas encore été nommés.

Bill Buck, président de VIScorp, n'a pas caché que son objectif primaire était d'obtenir la technologie Amiga pour sa set-top box. Dans une conférence de presse à l'expo World of Amiga à Londres, il a néanmoins donné quelques réassurances quant à la continuation de soutien de l'Amiga comme ordinateur, mais a demandé plus de temps pour prendre les décisions nécessaires.

Bill Buck
Bill Buck

"Nous sommes des gens qui croyons en cette plate-forme et en cette communauté."

"Nous pensons que le monde est sur le point de changer en beaucoup de choses, et nous pensons que l'internet fait partie de ce changement."

"Nous pensons qu'au début la raison d'être de l'Amiga était de rendre l'ordinateur plus accessible aux gens, et l'un des moyens d'accomplir cela était de le brancher sur un téléviseur. Et c'est cela que nous allons faire. Nous allons ramener l'Amiga vers son point de départ, mais, nous allons aussi garder la place de l'Amiga d'aujourd'hui."

Questionné sur les effets du rachat sur le projet Walker il a répondu : "Beaucoup de ces choses sont encore à décider. Comme vous pouvez imaginer, nous avons beaucoup de travail. Curtiz (Curtiz Gangi, Chef d'Opérations de VIScorp) est allé là-bas et j'y étais la semaine avant. Nous sommes actuellement en train d'analyser la situation, mais j'espère pouvoir clarifier beaucoup de choses à notre conférence de presse à Francfort avec Escom le 24 avril."

Curtis Gangis
Curtis Gangis

(Bruce Lepper : pour nos lecteurs qui n'ont pas d'ouverture sur Internet, nous avons convenu avec 3615 Amigatel de passer quelques lignes d'informations en provenance de cette conférence de presse à partir du 25 avril).

Carl Sassenrath, l'auteur d'Exec est directeur logiciel chez VIScorp. Les 14 ko de code qui s'appellent Exec est le noyau du système Amiga, et l'auteur de la première version de juillet 1985 (et pendant les quelques années qui ont suivi), n'est autre que Carl Sassenrath, directeur logiciel chez VIScorp. Il a déjà exprimé son opinion sur la situation actuelle. Un utilisateur d'Amiga lui a posé la question suivante :

"J'ai récement lu des choses au sujet du rachat d'AT par VIScorp. Je connais votre réelle implication dans l'Amiga et Exec. En fait, j'ai toujours votre "Guru Book #1". Pourtant, bien que je sache que l'Amiga est entre de très bonnes mains, je me pose toujours des questions sur son futur. Est-ce que la technologie Amiga sera seulement utilisée dans les set-top boxes TV, ou bien continurez-vous à développer la partie ordinateur ?"

Réponse From : VIScorp <carl@pacific.net> : "John : Ce que je dis à tout le monde, c'est de ne pas se faire de soucis. Nous sommes tous des amoureux de l'Amiga ici, chez VIScorp. Contrairement à Escom ou même à Commodore, VIScorp ne compte pas une seule personne travaillant sur PC dans son équipe de développement. Nous sommes des vrais fans de l'Amiga depuis le début. Personnellement, je n'envisage pas de tuer l'Amiga. En fait, j'espère pouvoir construire un "Amiga qui tue" !

Carl Sassenrath
Directeur logiciel, VIScorp

PS : SVP, postez ceci partout, parce que je suis fatigué de répondre aux mêmes messages de tant d'amigaïstes. Gardez la foi ! C'est pour le meilleur !"

Dave Haynie : "Pas de panique !"

Dans un message sur Internet le 12 avril, Dave Haynie a donné ses premières réactions :

"Aujourd'hui, une entreprise déjà positionnée sur le marché du set-top box pourrait faire pire que vendre un ordinateur personnel possédant une technologie voisine de celle qu'il exploite déjà. Après tout, ceci signifie que l'on peut exécuter les programmes d'un ordinateur personnel avec une set-top box étendue, ou recevoir la TV numérique sur un ordinateur personnel muni des extensions adéquates. Ceci les rend tous deux plus valables que les modèles ne le permettant pas. Ceci peut donner l'opportunité de vendre des set-top box à la technologie d'avant-garde..."

"De toute façon, ils vont pas mal ensemble et cette décision est pleine de logique. Je sais qu'il ne faut pas recourir à la logique quand on parle d'affaires et d'ordinateurs, mais en attendant plus d'informations, c'est quelque chose à creuser. Au moins, il n'y a aucune raison de paniquer, ce pourrait être plutôt une bonne chose."

Petro explique le pourquoi et le comment

Petro Tyschtschenko, président d'Amiga Technologies, a expliqué la situation d'Escom aux journalistes, développeurs et commerçants, conviés à la conférence de presse à Londres.

Petro Tyschtschenko
Petro Tyschtschenko

Voici quelques extraits de son discours.

"En 1995, quand Escom à acquis la propriété intellectuelle de Commodore, Escom était en bonne posture financièrement. L'année 1994 avait été excellente. Escom a sauvé l'Amiga, et depuis le début de la production mi-septembre, la nouvelle société Amiga Technologies a vendu 40 000 Amiga 1200, 13 000 moniteurs, et 2000 A4000T."

"Escom est actuellement en difficulté. Une mauvaise saison de fêtes de Noël et le passage de profits à perte des stocks importants en sont les raisons principales. Cette situation a directement frappé AT. Escom n'a pas les finances pour soutenir AT, surtout en publicité, recherche et développement."

"Il fallait trouver une solution. J'ai envisagé de nombreuses possibilités, beaucoup de différentes alternatives. Personnellement je pense que VIScorp est l'une des meilleures solutions. C'est une possibilité très intéressante pour notre avenir."

Licence... et plus

En décembre un accord de licence était signé entre AT et VIScorp pour la production du set-top box Amiga. Ce produit est orienté vers les réseaux, et tire avantage d'un système comme celui de l'Amiga, avec ses modes vidéo et son système d'exploitation compact. Les relations entre AT et VIScorp ont développé à partir de ce moment-là et sont devenus de plus en plus proches.

"VIScorp est une société orientée vers la recherche et le développement basée sur la technologie Amiga. D'anciens ingénieurs de Commodore travaillent pour VIScorp, et le résultat sera une synergie appréciable pour le développement de l'Amiga en général. Le marché des set-top boxes est énorme et sera un moteur fantastique pour nos activités."

"Comme j'ai dit hier à notre équipe, cette procédure n'aura pas d'effet pour nos affaires de tous les jours et nos projets en cours, ni sur ma position comme président de la société." (Bruce Lepper : ayant prononcé ces mots, Petro s'est retourné vers Bill Buck pour lui faire un grand sourire, geste qui a beaucoup amusé le nouveau patron de l'Amiga)

"Nous voudrions que la migration soit aussi douce et transparente que possible, pour notre société mais aussi pour nos partenaires d'affaires et la communauté Amiga. Je suis confiant que toutes les chances seront de notre côté, dans l'avenir. Quand cet accord sera finalisé, AT retournera à une société américaine qui comprend notre technologie et sa fabrication."

VIScorp by Bill Buck

Le rêve américain ?

"Nous sommes une petite société américaine qui a profité de toute la publicité merveilleuse et l'anticipation dans les médias à propos de l'Internet. Nous l'avons utilisé comme levier dans les marchés de capitaux américain."

"Résultat : nous avons 200 millions de dollars "market cap". Avec ceci nous pouvons encore faire levier pour gagner le financement dont nous avions besoin pour faire marcher nos affaires."

"Nous réalisons le "rêve américain" en ce moment et nous espérons soutenir cette technologie et exporter notre vision au monde."

M. Buck a précisé que VIScorp était créé avec des fonds privés en 1990, mais a changé de direction en novembre 1994. Il est intéressant de constater que depuis son lancement, la Visual Information Service Corp n'a pas encore commencé à vendre ses produits.

Mais après nos rencontres avec les différents meneurs de la société nous avions un soupçon qu'il y a une très bonne raison pour cet achat, qui sera peut-être dévoilée à Francfort le 24 avril. Malgré tous les apparences, l'initiative pour le rachat est venu de VIScorp. Pourquoi ? La dernière grande commande pour set-top boxes (pas l'Amiga set-top box de VIScorp) était pour pas moins que cinq millions d'unités, et le marché en est encore à ses balbutiements. Nous avons posé la question : en cas d'une commande de cette grandeur, VIScorp aurait-il payé plus de 40 millions de dollars à Amiga Technologies sous les termes de sa licence ? La réponse est oui, beaucoup plus.

VIScorp compte 14 personnes, éparpillées un peu partout dans le monde, y compris en Californie, en France, au Japon, à Chicago, et, en dernier mais en plus significatif, à West Chester, Pennsylvanie, foyer de développement où résidaient (et résident encore pour bon nombre) de nombreux développeurs Amiga employés par Commodore.

Le personnel de VIScorp compte dans ses rangs Carl Sassenrath, auteur de l'Exec (voir plus haut), et Don Gilbreath, Chief Technical Officer. Don a travaillé pour Commodore International pendant plus de dix ans, de 1980 à 1992. Sous sa direction comme directeur de produit et développement de marché, Commodore a créé le CDTV. Curtis Gangi a également travaillé sur ce projet chez Commodore. David Rosen de VIScorp est aussi un ex-employé de Commodore.

Don Gilbreath
Don Gilbreath

En Angleterre, VIScorp travaille avec Optonica. En France en ce moment, une étude pilote est en cours chez un grand client à Bordeaux. Décidément, Bordeaux attire l'Amiga...


[Retour en haut] / [Retour aux articles]