Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 17 novembre 2017 - 18:24  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Le VideoCD et ses dérivés
(Article écrit par David Brunet - décembre 2003)


Assez peu répandus en Europe pendant pas mal de temps, le VCD et ses dérivés n'en demeurent pas moins un type de vidéo intéressant. Surtout quand on sait qu'ils sont totalement compatibles avec l'Amiga...

Le VideoCD

Le VideoCD ou VCD est l'un des premiers supports numériques grand public à voir le jour, il a été créé au début des années 1990 par Philips en collaboration avec JVC, Matsushita et Sony. Son utilisation couvre à la fois le domaine cinématographique et celui de l'informatique. A l'instar du CD audio et du CDROM (CD de données pour l'informatique), toutes ses caractéristiques techniques ont été consignées dans un livre, le White Book.

Son format reprend donc celui des CD, c'est-à-dire un disque en polycarbonate, d'un diamètre de 12 cm et d'une hauteur de 12 mm. Le VCD peut contenir 74 minutes (parfois 80) de vidéo, ce qui est souvent insuffisant pour y stocker l'intégralité d'un film, d'où l'obligation d'utiliser un deuxième CD. Son format vidéo est le MPEG-1 (format SIF, Standard Input Format) qui génère des images de 352x288 à 25 images par seconde pour du PAL et en 352x240 à 30 images par seconde pour du NTSC. Le débit d'encodage de la vidéo varie de 650 kbits à 1150 kbits. Avec ces limitations visuelles, les vidéos sont souvent peu nettes et présentent des amas de pixels lors de scènes rapides ou ayant un fond de teinte homogène.

Du côté du son, c'est légèrement mieux avec un son MP2 (mono, stéréo, Doldy Surround, Dolby Surround Pro), soit plus précisément un son 16 bits, échantillonné en 44,1 kHz avec un débit d'encodage de 224 kbits. Le VideoCD a la possibilité d'associer à la piste vidéo une piste audio stéréo de qualité d'un CD audio, mais autorise aussi d'avoir deux pistes audio en mono (canal droit et canal gauche) pour l'utilisation de deux langues différentes. Les taux de transfert cumulés du VideoCD (audio + vidéo) ne doivent pas excéder 1440 kbps.

Enfin, le VideoCD hérite d'une partie des possibilités du CD-I avec l'ajout de l'interactivité comme les menus et les sous-titres. Ce format de CD vidéo est donc assez obsolète mais ses caractéristiques archi-standard (support sur CD, vidéo en MPEG, etc.) en font un produit grand public et lisible quasiment partout (ordinateur avec lecteur de CD, console de jeux, lecteur DVD, baladeurs CD/MP3...). Sur Amiga, la lecture de VCD ne pose pas de problème. Les logiciels AMP et MPlayer les lisent d'une manière excellente, y compris les sous-titres. Les cartes de décompression MPEG permettent aussi de lire des VCD mais après la FMV (Full Motion Vidéo) de la CD32, rare ont été ce type de carte sur le marché Amiga. On peut tout juste espérer que la gestion des fonctions de décompression MPEG soit instauré le plus rapidement possible sur MorphOS et AmigaOS. La création de VCD depuis un fichier MPEG est assez facile, il suffit d'utiliser VCDGear qui créera, à partir de la piste MPEG, deux fichiers (un .bin qui contiendra les données et un .cue qui contiendra des informations diverses sur la piste). Ensuite, il ne reste plus qu'à charger votre fichier .cue dans un logiciel de gravure gérant le Mode2/2352 Bin/cue (comme BurnIt ou les dernières versions de MakeCD) et graver le CD.

VideoCD
Compression MPEG-1
Débit Constant, 1150 kbps
Résolutions 352x288 (PAL)
352x240 (NTSC)
Audio MPEG-1 layer 2, 224 kbps
Espace disque
pour 1h30 de film
970 Mo
Menus interactifs Oui
Multi langues Sous titres + 2 pistes audio en mono

Le Super-VideoCD (S-VCD)

SuperVCD Le Super-VideoCD est la deuxième génération de VideoCD. Pour créer cette nouvelle génération de VCD, le gouvernement chinois a mis en compétition, en 1998, trois projets : le Super-VideoCD (développé par le China Recording Standards Committee), le High-Quality VideoCD (développé par le Consortium CD Vidéo, qui regroupe JVC, Matsushita, Philips et Sony, c'est-à-dire les sociétés qui ont créé la spécification "White Book" du VideoCD original) et le China Vidéo Disc (développé par C-Cube Microsystems et des entreprises chinoises). Les deux premiers projets précités ont gagné et ont fusionné leurs spécifications en une seule norme sous le nom de Super-VideoCD. Le but, pour la Chine, de fabriquer une nouvelle génération de VCD, vient, premièrement, du fait que son gouvernement voulait contourner les redevances émanant de l'utilisation des technologies DVD (MPEG-2, son multicanal compressé, etc.) et ainsi ne plus dépendre des sociétés étrangères dans ce domaine, et deuxièmement, de proposer à son marché intérieur un produit au rapport qualité/prix imbattable. Le S-VCD chinois est donc moins cher que le DVD zone 6 et Philips n'a pas hésiter à fermer le marché du S-VCD à la Chine, excluant de fait l'Europe et l'Amérique du Nord, pour ne pas concurrencer les DVD qui sont bien plus rentables dans ces pays-là.

Chaoji VCD est une spécification de compatibilité pour les lecteurs de VCD. Elle est apparue en novembre 1998 pour que le parc de CVD, déjà conséquent, soit encore utilisable avec les lecteurs S-VCD. Un lecteur Chaoji VCD est capable de lire les formats VCD, S-VCD et CVD.

Les caractéristiques du S-VCD sont reprises du VCD original tout en l'améliorant. Son support est toujours en polycarbonate, avec un diamètre de 12 cm et d'une hauteur de 12 mm. Grâce à la compression MPEG-2, le S-VCD s'approche très nettement des DVD en terme de qualité. L'image a une résolution de 480x576 en 25 images par seconde pour du PAL et de 480x480 en 30 images par seconde pour du NTSC. Le taux de transfert peut être indifféremment constant ou variable avec un maximum de 2 600 kbits.

Deux formats sont disponibles pour le son : le MPEG-1 Layer II (alias MP2), qui est utilisé dans le VideoCD, et le MPEG-2 Multichannel, destiné au son multicanal en 5.1. Bien que de meilleur qualité, le MPEG-2 Multichannel est moins utilisé en raison de la relative rareté de décodeurs pour ce type de son. Comme pour les VCD, le son est en 16 bits, échantillonné en 44,1 kHz, avec un débit d'encodage de 32 kbits à 384 kbits. Deux pistes de deux canaux chacune permettent au S-VCD d'être multilingue, autorisant deux langues en stéréophonie et jusqu'à 4 langues en monophonie. L'utilisation du MPEG-2 Multichannel réduit cependant ces possibilités à seulement une langue, mais en qualité 5.1.

En outre, on peut inclure jusqu'à 4 sous-titrages au total. Et l'ajout de menus interactifs et de chapitres est aussi possible. En tout, le S-VCD permet de stocker 74 mn (voire 80) de vidéo en qualité VideoCD ou 45 minutes de vidéo en qualité optimale proche de celle du DVD. La faible capacité du CD oblige là encore à utiliser un deuxième voire un troisième CD pour visualiser un film dans son intégralité. Mais avec un prix très bas par rapport au DVD, une qualité de haut niveau et compatibilité avec de plus en plus de lecteurs DVD de salon, le Super-VideoCD est une bonne alternative en matière de vidéo.

Super-VideoCD
Compression MPEG-2
Débit Constant ou variable, 2600 kbps
Résolutions 480x576 (PAL)
480x480 (NTSC)
Audio MPEG-1 layer 2 ou MPEG-2 Multi-Channel 5.1, jusqu'à 384 kbps
Menus interactifs Oui
Multi langues Sous titres + 4 pistes audio en mono ou 2 pistes audio en stéréo

Les autres formats de VCD

Après la venue des VCD et S-VCD, d'autres formats sont arrivés sur le marché, mais avec un décrochage par rapport à la norme d'origine, ce qui implique des incompatibilités avec certains lecteurs DVD.

L'Extra-VideoCD (ou X-VCD) est l'un d'eux, il peut se résumer en un "S-VCD codé en MPEG-1". La norme VCD a un débit maximal assez faible (1150 kbits) car la vitesse de lecture des lecteurs CD de l'époque était faible. Avec l'accroissement de cette vitesse, la question d'augmenter le débit des VCD s'est rapidement posée. Le X-VCD a donc un débit d'encodage pouvant atteindre les 2600 kbits (vidéo et son cumulés), et une résolution intéressante de 480x576 à 25 images par seconde en PAL et 480x480 à 30 images par seconde en NTSC. Le son est codé en MPEG-1 layer 2 avec un débit de 32 à 384 kbits. Ces caractéristiques en font un format mieux géré que les S-VCD par les lecteurs DVD actuels, mais avec l'avancée progressive de la technologie, les lecteurs DVD seront de plus en plus compatibles avec les S-VCD ce qui rendra l'utilisation des X-VCD obsolète.

X-VCD
Compression MPEG-1
Débit Constant ou variable, 2600 kbps
Résolutions 352x288 à 480x576 (PAL)
352x240 à 480x480 (NTSC)
Audio MPEG-1 layer 2, jusqu'à 384 kbps. Gestion AC3 Dolby 5.1.
Espace disque
pour 1h30 de film
1,7 Go
Menus interactifs Oui
Multi langues Sous titres + 4 pistes audio en mono ou 2 pistes audio en stéréo

Le D-VCD (Double-VideoCD) est un VCD avec un débit plus élevé, soit 3000 kbits. L'image est plus nette et les artefacts de mouvement disparaissent. Par contre, la résolution demeure en 352x288 pour du PAL et 352x240 pour du NTSC.

Le DS-VCD (Double Super-VideoCD) est un S-VCD avec un débit plus élevé. Il peut monter jusqu'à 5000 kbits donc certains lecteurs DVD sont incapables de les lire, par contre la qualité des vidéos est encore meilleure.

Le XS-VCD (eXtra Super-VideoCD) est un S-VCD avec une résolution et un débit différent. Le débit peut atteindre 5000 kbits et la résolution est de 576 pixels sur 352, 480, 528, 544, 704 ou 720. Dans la famille des VCD, c'est ce format qui possède la meilleure qualité de vidéo.

Enfin, le CVD (China Vidéo Disc) est un des successeurs présumés du VideoCD, au même titre de le HQ-VCD et le S-VCD. Il a été développé par C-Cube et des sociétés chinoises et commercialisé avant ses deux autres concurrents, mais il n'a finalement pas été retenu par le gouvernement chinois. Malgré cette défaite, ce format est resté populaire grâce à des caractéristiques quasi semblables au "vrai" S-VCD et une compatibilité avec la plupart des lecteurs de DVD. Les différences techniques par rapport au S-VCD résident dans un format différent de sous-titres et une résolution de seulement 352x480 ou 352x576.

Encore un avenir ?

Les VCD s'appuient sur la technologie CD, donc leurs prix sont extrêmement bas. L'arrivée des DVD aurait pu tuer les VCD mais force est de constater qu'ils sont toujours là et que les constructeurs de lecteurs DVD n'ignorent plus ce phénomène et proposent dorénavant l'estampillage "compatible VCD/S-VCD" comme un argument commercial.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]