Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 01 décembre 2021 - 14:14  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Dans les coulisses du développement d'Uridium 2 (quatrième partie)
(Article écrit par Derek De La Fuente et extrait de Joystick - janvier 1993)


Voici la quatrième partie du journal de bord d'Andrew Braybrook sur le développement de son nouveau jeu de tir, Uridium 2.

Octobre, deuxième semaine

Cette semaine démarre avec une expérience. Quand vous êtes assis en train de programmer et que vous vous demandez si le jeu que vous écrivez sera le dernier sur une machine donnée, vous commencez à réfléchir à tout ce dont la bécane est capable, à tout ce que vous n'avez pas encore exploité.

L'une de ces caractéristiques est le mode double plan (Dual Playfield), avec deux décors de fond différents simultanément à l'écran, en défilement différentiel ou pas, avec un nombre de couleurs limité pour chacun. Je commence donc à me poser des questions, à réfléchir pour déterminer s'il serait trop difficile de gérer deux écrans en même temps, qu'est-ce que cela pourrait donner, visuellement parlant et si le jeu sera plus lent ou plus rapide qu'en mode 32 couleurs.

Uridium 2

La première chose étonnante que j'ai découvert est qu'il est inutile de lancer six plans de bits pour obtenir le mode double plan. J'ai toujours vu le mode deux écrans en sept couleurs chacun, et j'ai toujours pensé qu'il devait en être ainsi, mais dans le manuel matériel de référence de l'Amiga, il est indiqué que l'on peut utiliser n'importe quel mode entre deux et six plans. Très utile, puisqu'avec cinq plans uniquement, j'utiliserai autant de mémoire écran que j'en utilise actuellement dans le programme tel qu'il est fait, et trois couleurs devraient suffire largement pour le fond.

J'ai copié le programme tout entier d'Uridium 2 dans un autre répertoire de mon PC ; ainsi, je peux tout modifier sans avoir tout à refaire si mon expérience s'avère un échec. Mon objectif est d'obtenir une version en double plan d'Uridium 2 avec des graphismes débiles, juste pour tester la rapidité. Cela m'a pris environ un jour et demi de programmation. J'ai dû changer toutes les routines d'affichage, les routines de défilement, la routine de construction des Copper, et j'ai dû écrire un deuxième programme de construction de décors de fond.

Parce que mon programme expérimental n'affichait que les trois premiers plans des graphismes en les tirant des éléments à cinq plans, j'ai obtenu des résultats assez inattendus. Certaines couleurs sont devenues transparentes, ce qui montrait beaucoup plus du champ arrière. L'effet de défilement différentiel est ainsi bien plus prononcé, montrant l'écran arrière en permanence. La plupart des gens qui ont vu cette nouvelle version étaient impressionnés ; c'est pourquoi je pense que cela peut valoir le coup de continuer l'expérience et de convertir les graphismes en véritables éléments en trois plans ; ce qui cause un problème pour la séquence d'introduction, puisque l'écran plasma et la police en 3D prennent tous les deux 32 couleurs et ne pourraient être utilisés sept couleurs.

J'ai réfléchi et pensé alors à un programme qui serait capable de décider de lui-même, selon les conditions, s'il devait afficher l'écran en mode double plan ou en 32 couleurs. Certaines routines ne pourraient fonctionner pour les deux modes, et je ne pourrais faire tourner le programme actuel en 32 couleurs à cause des graphismes résidents, ceux que l'on retrouve dans chaque niveau, qui sont codés en sept couleurs. Je ne veux pas stocker deux programmes différents, la mémoire étant limitée.

Autre problème, réussir à choisir les sept couleurs, sachant que deux d'entre elles doivent être noires et blanches, ou presque noires et presque blanches. Pourquoi donc les graphistes créent-ils leurs palettes avec des couleurs dans n'importe quel ordre ? Un programmeur les mettrait en groupes de couleurs ou de brillance pour pouvoir exécuter facilement des effets de fondu enchaînés, par exemple. Que peut-il bien se passer dans la tronche d'un graphiste ?

Octobre, troisième semaine

Je n'ai toujours pas vu de palette qui me plaise réellement, je suis donc obligé de revenir à la version 32 couleurs. Je dois me décider rapidement, ne pouvant continuer à développer les deux versions en parallèle pendant longtemps. Chaque fois que je trouve un bogue, je dois faire des modifications dans les deux programmes. Mark Bentley est maintenant responsable des graphismes, sa première tâche consiste à trouver une palette de sept couleurs satisfaisante.

Uridium 2

J'ai apporté quelques modifications à la version double plan : différentes vitesses de défilements différentiels, la possibilité d'afficher l'écran en trois couleurs par-dessus celui en sept couleurs, et l'indépendance totale de l'écran trois couleurs pour l'utiliser, par exemple, pour afficher un ennemi de fin de niveau imposant.

Si vous avez connu la version C64 d'Uridium, vous vous souvenez peut-être de la séquence inter-niveaux, lorsque l'on voyait le Manta survoler un vaisseau ennemi en train de disparaître peu à peu. Cette séquence utilisait une caractéristique du C64 qui n'a malheureusement pas été reprogrammée pour l'Amiga. Le mode texte du C64 permettait de réactualiser 64 pixels en un caractère, en modifiant un seul octet. L'Amiga dispose d'un écran bitmap énorme, il faut donc réactualiser des tonnes de données en permanence. Essayer de reproduire le même effet que sur C64 aussi rapidement s'avère donc impossible ; je vais alors préparer une toute nouvelle séquence. La caméra montrera le vaisseau ennemi de loin, alors qu'un petit vaisseau s'en échappera laissant les explosions fuser de toutes parts. Le Manta apparaîtra alors en plein écran avant de partir en hyperespace. Tout cela reste de la théorie, pour l'instant.

Nous disposons maintenant d'une palette expérimentale et Mark a brillamment converti les graphismes 32 couleurs en sept couleurs ; je peux donc construire une démo jouable sur disquette afin de la montrer à d'autres personnes, pour décider de la version à choisir définitivement. Nous avons retenu une gamme de couleurs dans les tons rouges-oranges-jaunes pour créer des explosions valables. Le peu de couleurs restant ne nous permet d'ajouter que quelques bleus. Je ferai varier les palettes d'un vaisseau à l'autre pour afficher plus de couleurs, et je peux en ajouter d'autres encore dans le fond sur l'écran trois couleurs. Le champ d'étoiles qui se trouve encore derrière peut afficher huit couleurs ; le résultat ne devrait donc pas être trop mauvais.

Octobre, quatrième semaine

Quelqu'un est venu avec d'excellents arguments et une bonne batte de baseball, et a réussi à me convaincre de garder cette nouvelle version d'Uridium 2, avec les deux plans et les sept couleurs. Quelques éléments du jeu ont dû être modifiés pour tourner avec le nouveau système. Les bombes lâchées par le vaisseau Manta doivent vérifier qu'elles ne touchent pas des éléments de la couche supérieure, bien sûr, mais aussi de celle du dessous. Jason Page est venu au bureau pour me faire écouter de nouvelles musiques de sa création. Il a aussi rééchantillonné quelques-uns de ses choeurs. La musique sonne donc encore mieux et elle prend 60 ko de moins, ce qui nous laisse un peu de place pour améliorer la qualité du son des numérisations vocales.

Uridium 2

J'ai travaillé sur la partie du jeu où l'on dirige un robot. J'ai créé un lot de graphismes qui s'affichera par-dessus les graphismes de fond pour les faire disparaître lentement. Alors que les générateurs monteront lentement, le niveau commencera à se mélanger, le joueur devra continuer à se déplacer rapidement pour ne pas rester coincé contre des blocs. Un problème apparaît rapidement, mon programme sature à cause du nombre trop élevé de sprites que cette technique implique. J'ai donc essayé cette technique sur des écrans sans défilement, mais le programme sature encore.

Octobre, cinquième semaine

Jason Page a apporté quelques modifications à ses vieilles routines sonores. Nous avons décidé que le programme devait être capable d'arrêter une musique en un point donné, en lancer une autre puis reprendre la première là où elle en était. Cela donne un peu plus de liberté au musicien pour créer des musiques qui accompagneront les arrivées des chefs de fin de niveaux, ou pour balancer des musiques de fanfares quand le joueur met la pause. Nos jeux précédents continuaient à jouer la musique à un niveau sonore de zéro pendant la pause ; ainsi, le joueur qui reprenait le jeu entendait la musique à un autre point. J'ai repris tous les modèles d'attaque de la vieille version C64 d'Uridium, puis je les ai convertis à mon nouveau format. Je les ai déplacés dans la mémoire et ai rechargé les anciens sans faire de copie de sauvegarde ; du coup, j'ai perdu pas mal de boulot.

Si je recharge les anciens déplacements, c'est tout simplement pour pouvoir faire tester le jeu rapidement et voir comment les gens réagissent face à la difficulté.

Novembre, première semaine

J'ai commencé à travailler sur un nouvel élément, l'affichage d'une petite carte dans le panneau de contrôle. Le problème, avec les vaisseaux d'Uridium, est qu'ils sont très longs et très fins, un affichage sur tout l'écran serait hors proportions ou tout petit, une carte qui défile en bas de l'écran serait plus utile. Le facteur de réduction que je vais utiliser transformera un bloc de 16 pixels sur 16 en un point d'un pixel ; ce sera donc une carte de contours qui montrera la forme des vaisseaux ainsi que les murs. J'ai ramené une pédale d'effet qui modifie le niveau de la voix pour que Jason Page puisse créer d'autres effets sonores. Il ne veut pas utiliser sa voix, nous allons donc la déguiser en la baissant de tonalité. Il lui reste environ 100 ko de place mémoire pour les voix.

Nous sommes restés la fin de la semaine à Paris, au SuperGames Show. L'hospitalité française étant toujours aussi agréable, nous avons passé un bref mais très plaisant séjour.


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Article précédent]