Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 17 octobre 2018 - 02:45  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de The Patrician
(Article écrit par Jean-Loup Jovanovic et extrait de Tilt - novembre 1993)


Réalisé par l'équipe allemande d'Ascon Software, The Patrician est une réussite. Comme quoi, même les développeurs peu connus peuvent produire de très bons jeux !

The Patrician

Il était un petit navire

Sans doute, comme moi, n'avez-vous que des notions assez confuses de ce qu'il se passait au XIVe siècle en Europe du Nord. C'est sur cette période d'expansion commerciale qu'est basé le jeu. L'Amérique n'a pas encore été découverte, et le commerce hollandais est à son apogée.

La Hanse, fédération démocratique des villes de cette région, regroupe les marchands sous sa houlette. Vous, jeune propriétaire d'un navire, allez vous lancer dans le commerce, dans le but de devenir riche, d'acquérir de l'importance dans votre ville, et, qui sait, de devenir l'Ancien (Eider) de la Hanse ! Quatre joueurs peuvent jouer ensemble, mais il est impossible d'utiliser pour cela un modem ou mieux, un réseau local.

The Patrician

De ce fait, les manipulations deviennent d'autant plus complexes qu'il y a de joueurs. Au départ du jeu, vous devez choisir une ville, qui vous servira de quartier général. Vous disposez d'un petit bateau et de quelques deniers (des thalers), ce qui s'avère insuffisants et la première chose à faire est d'obtenir un emprunt. Vous êtes encore totalement inconnu, et les intérêts risquent d'être importants, donc calculez bien vos besoins. Il ne vous reste plus qu'à acheter des denrées (24 sont proposées) à bas prix pour aller les revendre dans une autre ville, si possible avec un bénéfice substantiel. Les prix des denrées varient bien évidemment en fonction de nombreux paramètres. Peu à peu, vous accumulerez de l'argent, achèterez d'autres bateaux, ferez construire des entrepôts, organiserez des convois...

Plongée dans l'Europe médiévale

Cela peut sembler simple au premier abord, mais la richesse de ce jeu apparaît progressivement. Par exemple, pour augmenter votre popularité dans votre ville, vous pouvez organiser des fêtes, donner de l'argent aux pauvres, construire une église ou encore corrompre les adjoints du maire en place.

The Patrician

L'ambiance médiévale est parfaitement rendue. Les graphismes sont très bons, et les différents thèmes d'époque, utilisent à merveille la puce audio de la machine. Il n'y a pas de bruitages, mais dans un jeu de ce type, ce n'était pas nécessaire. Le jeu est divisé en écrans : chantier naval, marché, église, mairie, etc. L'interface utilise la souris et/ou le clavier avec bonheur, et il suffit de cliquer sur un panneau ou un objet pour avoir accès à leurs commandes. Le manuel, très clair, présente à la fois les commandes et un historique de la région. Cet historique, très instructif, fourmille d'information pour le joueur.

La conversion du jeu en français a été réalisée par Silmarils. Il y a quelques petites erreurs et quelques bogues graphiques, mais c'est dans l'ensemble, une réussite.

The Patrician

Conclusion

J'aime beaucoup The Patrician. Ce jeu qui parait au départ enfantin, révèle sa richesse, à la manière d'un Railroad Tycoon ou d'un Elite. Car, contrairement à beaucoup de jeux de ce type, vous êtes réellement intégré au monde qui vous entoure. Chaque action entreprise, chaque choix influencent l'opinion publique. Vous pouvez certes (et ce sera votre premier réflexe) faire sans arrêt le commerce de denrées chères (vin, fourrures, ou mieux, poivre). Et les prix fluctuent en corollaire. Mais il vous faudra alors compenser le mécontentement dû aux faillites d'autres marchants. De même, vous pouvez tout à fait vous lancer dans la spéculation, achetant pour faire monter les prix et en revendant ensuite pour les faire baisser. Mais c'est à vos risques et périls. The Patrician est un jeu complexe, très riche, et il vous passionnera pendant des semaines et des mois.

Comparatif avec Railroad Tycoon

Comme The Patrician, Railroad Tycoon est une simulation économique de grande qualité. Vous dirigez une société ferroviaire que vous devez faire prospérer en construisant astucieusement des voies et en organisant le trafic selon les besoins. Railroad Tycoon est à la fois plus simple et peut-être un peu mieux conçu que The Patriclan (il profite de l'immense talent de Sid Meier, également auteur de Civilization). Vous n'avez pas à gérer les denrées transportées, ce qui est à l'avantage du second. Mais sa grande qualité (et la lacune principale de The Patrician) est la possibilité d'organiser les transports, puis de les laisser fonctionner seuls. The Patricien ne permet pas cela : il est nécessaire de gérer chaque tableau manuellement, ce qui s'avère finalement un peu fastidieux. Difficile de dire finalement quel jeu est le meilleur, c'est aussi une affaire de goût. Alors, vous préférez les trains ou les bateaux ?

Un autre avis

Je suis d'accord avec Jean-Loup Jovanovic : The Patrician est un jeu d'une très grande profondeur. J'ai passé plusieurs heures à y jouer et j'ai la certitude d'avoir à peine entr'aperçu toutes les possibilités du jeu. Il est vrai que, au début, on se dit qu'acheter, vendre, acheter, vendre... est un peu lassant, mais ne vous y trompez pas : le commerce n'est, dans ce jeu, qu'un moyen et en aucun cas un but en soi. Vous pouvez être mêlé à toutes les activités d'un grand armateur du XVe siècle : la politique, les fêtes publiques et religieuses, le Conseil de la Cité sont autant de scènes sur lesquelles vous devrez apprendre à tenir votre rôle si vous voulez monter dans la hiérarchie sociale. Si vous aimez les jeux où les retournements de situation abondent, les jeux où chacune de vos décisions doit être mûrement réfléchies, n'hésitez pas un seul instant : The Patrician vous comblera pendant des mois [Serge D. Grun].

Nom : The Patrician.
Développeurs : Triptychon.
Éditeur : Ascon Software.
Genre : jeu de gestion économique.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Très simple d'accès malgré sa richesse.
- L'ambiance est très bien rendue.

Les points faibles :

- Quelques erreurs et bogues dans la version française.
- Prévoyez six mois au moins si vous voulez devenir l'Ancien !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]