Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 02 octobre 2022 - 20:23  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Theme Park [AGA]
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - novembre 1994)


Hourra ! Grâce à des développeurs comme Bullfrog, l'Amiga voit encore naître de beaux et grands jeux. La preuve, son dernier grand succès, Theme Park, sort aujourd'hui sur A1200 et A4000.

Theme Park

La grenouille a de la mémoire ! Bullfrog ne semble en effet pas avoir oublié la machine sur laquelle il s'est fait un nom. Populous I & II, ainsi que Powermonger sont autant de titres qui ont contribué à faire de la société de Peter Molyneux ce qu'elle est devenue aujourd'hui. Et comme cet éditeur britannique n'est pas un ingrat, il continue à alimenter le standard de Commodore, au coeur même de ses heures les plus noires, en logiciels. Voilà sans doute pourquoi nous retrouvons à présent, avec un plaisir non dissimulé, ce nouveau monument de la simulation économique qu'est Theme Park.

Ceux d'entre vous qui ne connaissent pas encore ce logiciel, qui ne l'ont jamais vu dans ses versions PC ou PC CD-ROM doivent sans doute faire la grimace à la seule énonciation de "simulation économique". Il est vrai qu'il s'agit là d'un genre ayant donné naissance à de nombreux bides, de l'ancêtre Rock Star à Rags To Riches, pour arriver enfin au plus récent, mais toujours aussi soporifique Detroit. Mais attention, évitez de tomber trop vite dans l'amalgame facile, car Theme Park n'est pas une simulation économique comme les autres, de par son, euh, thème, justement.

Theme Park

Grâce à ce logiciel, vous allez pouvoir entrer dans la peau, bande de schizophrènes, d'un directeur de parc d'attractions. Si, si, un vrai, avec ses montagnes russes, ses trains fantômes et autres pompes à fric genre buvettes ou restaurants. Le but, comme toujours en ce bas monde, sera de soutirer un maximum d'argent à vos visiteurs, de devenir immensément riche, l'argent ainsi récolté vous permettant d'inonder la planète entière de Disneyworlds, qui à leur tour augmenteront votre capital, ce qui... bon, j'arrête là, je crois que vous avez compris. Je sais, cela peut paraître un peu vain comme quête, mais c'est bien connu, l'argent, plus on en a, plus on veut en gagner.

Bienvenue aux capitalistes en hauts de forme

Mais attention, les loisirs de cinq milliards de personnes, et ce qu'ils sont prêts à dépenser pour les occuper, cela représente un sacré gâteau, une fortune considérable à amasser. Il est donc assez logique que vous ne soyez pas le seul à vouloir vous en attribuer la plus grosse part. La concurrence s'annonce du reste nombreuse et acharnée, puisque ce ne sont pas moins de 39 autres parcs qui vont entrer en compétition avec le vôtre pour l'obtention du titre envié de villégiature de rêve.

Theme Park

Seulement voilà, comme je vous le laissais supposer, cela n'est guère facile, voire carrément ardu pour être franc. Comme vos "vrais" collègues, vous serez confrontés à toute une foule de problèmes divers qui viendront constamment vous empoisonner la vie. La difficulté de satisfaire votre jeune clientèle, de répondre à toutes leurs attentes et leurs besoins, les exigences de vos fournisseurs, les revendications de vos employés ou l'usure de vos attractions sont autant d'épines qui viendront se ficher dans votre pied, mais nous verrons un peu plus loin tout cela dans le détail.

Pour l'heure, vous n'êtes qu'un ambitieux jeune homme à la tête d'un capital variant de 100 000 crédits à 200 000 crédits, selon le niveau de difficulté choisi. Votre première action sera donc de sélectionner le pays au sein duquel vous allez implanter votre premier parc. Vingt-trois pays différents, situés sur les cinq continents, vous sont proposés, chacun ayant ses propres caractéristiques. Population locale, taux d'imposition, d'inflation ou d'intérêt, richesse de l'économie et même conditions météorologiques sont autant de facteurs qu'ils vous faut prendre en compte, car tous influent sur votre future réussite... et modifient le prix d'achat des terrains de manière très sensible ! Plus le pays sélectionné est riche, beau et agréable, et plus l'acquisition d'une parcelle de terre vous coûtera cher. À noter l'humour grinçant de Bullfrog, qui propose comme pays le moins onéreux (0 crédit, encore moins cher que l'Alaska)... l'Angleterre !

Theme Park

Une fois votre choix arrêté, vous vous retrouvez devant votre futur parc, pour l'instant un immense terrain vide entouré de murs. A la manière d'un Sim City, il va s'agir pour vous d'agencer sur cette propriété chemins, attractions et boutiques. Ayez soin de rendre les déplacements les plus aisés possible pour vos visiteurs, afin que ceux-ci puissent à leur guise se rendre à la destination de leur choix sans avoir à effectuer de longs détours. Plus vous les fatiguerez, et plus vite ils éprouveront l'envie de rentrer chez eux !

Hooligans et papiers gras

Au départ, vous ne disposez que de quelques maigres attractions : un château-trampoline gonflable, et un stand de glaces constituent la totalité de vos connaissances ! Il va donc vous falloir investir dans la recherche afin "d'inventer", année après année, de nouvelles machines et magasins pour surprendre et distraire vos visiteurs. Ça y est, vous avez disposé les quelques bâtiments "connus" et avez tracé chemins et files d'attente pour les relier ? Il est alors temps de penser à embaucher du personnel : vous ne pensiez tout de même pas que tout cela allait fonctionner tout seul ?

Theme Park

Si vous voulez éviter que votre parc ne soit rapidement envahi par les Hell's Angels ou autres voyous, vous allez avoir besoin de gardes pour assurer la sécurité et reconduire à la porte les indésirables. Dans le même ordre d'idée, vous allez avoir recours à de nombreux "techniciens de surface" pour garder vos allées libres de papiers gras, canettes vides, compatibles PC, consoles japonaises et autres ordures ménagères. C'est typique, ça, les gens jettent leurs saloperies partout, puis se plaignent de ce que l'endroit est repoussant de saleté ! Enfin, le client a toujours raison...

Le temps accomplissant son oeuvre destructrice, il est également bon d'avoir sous la main quelques mécaniciens afin d'aller réparer vos attractions avant qu'un accident ne se produise. Vos clients sont là pour faire le plein de sensations fortes, certes, mais en toute sécurité ! Enfin, vous pouvez embaucher des hommes déguisés en requins, nounours, poulets afin de distraire les enfants le long des allées du parc, ainsi que de distribuer des parapluies si le temps venait à se gâter (souvenez-vous, le but est d'empêcher les gens de rentrer chez eux avant que leurs poches ne soient aussi vides que les caisses de l'OM). Attention, ces misérables sangsues (vos ouvriers, s'entend) ne gagnent jamais suffisamment d'argent à leur goût (mais toujours trop au vôtre), et il est possible que vous vous retrouviez de temps à autre devant un délégué syndical aux prétentions exorbitantes. Il faut alors mener les négociations afin de trouver un moyen terme entre leurs souhaits et les vôtres. Prenez garde à ne pas faire la sourde oreille aux revendications de vos hommes, vous les verriez bientôt installer des piquets de grève devant l'entrée de votre parc. Je ne suis pas sûr que vos clients apprécient...

Voilà, vous êtes cette fois paré, il est temps d'ouvrir Pinkyland au public ! Avec l'arrivée du premier bus, une nuée de mioches se rue sous vos yeux émerveillés vers les attractions, chacun d'eux générant au passage un très agréable bruit (numérisé) de tiroir-caisse. Mais les difficultés ne font pour vous que commencer ! En effet, ces sales *!#@ de garnements sont bigrement difficiles, et ils auront presque toujours quelque chose à reprocher à votre superbe parc. Heureusement, Theme Park vous donne la possibilité de "fliquer" absolument tout le monde. D'un simple clic sur l'icône "?", votre curseur change de forme et se tient prêt à espionner le moindre de vos visiteurs ou employés. Sélectionnez alors un personnage et vous saurez ce qu'il pense de votre domaine, s'il s'ennuie et combien d'argent il lui reste en poche. En pratique, cela donne des icônes signifiant "j'ai faim", "j'ai soif", "je n'en peux plus de marcher", "les prix sont trop élevés" ou encore "où sont les toilettes ?", et bien d'autres choses encore. Ce sont ces sondages dans l'esprit de vos clients qui vont vous guider dans l'aménagement de votre piège à gogos.

Theme Park

Aussi cynique que passionnant

Autre aspect, aussi cynique et réaliste que drôle de Theme Park, il vous est possible d'arnaquer vos clients ! Votre stand de jeu de massacre ne rapporte pas assez ? Aucun problème, il vous suffit d'indiquer au logiciel que vous voulez réduire les chances de gagner, et quelques clous viendront maintenir à leur place les boîtes de conserves. Vos stands de boissons ne marchent pas suffisamment bien ? Il suffit alors d'augmenter la concentration en sel de vos frites, et vous verrez une foule de petits assoiffés se diriger droit vers eux. Il n'y a pas de petits profits, vous pouvez donc également augmenter la quantité de glaçons dans vos verres de Coca ou de graisse dans les hamburgers. Mais prenez garde à ne pas exagérer, car si vos visiteurs trouvent la nourriture de trop mauvaise qualité, vous ne les reprendrez plus à en acheter !

Puisque l'on aborde les boutiques, pensez également à visiter régulièrement vos stocks afin de connaître vos réserves de steaks, boissons ou crèmes glacées et le cas échéant, à passer une commande. L'anticipation est le meilleur remède contre la rupture de stock ! A l'instar de vos employés, vos fournisseurs peuvent soudainement décider d'augmenter leurs prix. Menez alors, comme pour les revendications salariales, des négociations pour tenter de trouver un terrain d'entente, car ils ont autant besoin de vous que vous d'eux !

Avec toutes les caractéristiques énumérées jusqu'ici, Theme Park serait déjà un titre d'une richesse exceptionnelle, convenez-en. Pourtant, les options de ce jeu ne s'arrêtent pas là, puisqu'il vous est également possible de jouer en bourse ! Chacun des 40 parcs d'attractions est en effet coté sur les places financières, ce qui vous permettra, si vous savez anticiper sur les tendances du marché, de réaliser de bienvenus bénéfices complémentaires. Mais la bourse est une arme à double tranchant, il faut donc également se méfier de vos concurrents qui peuvent tenter à votre insu une OPA sur votre oeuvre en rachetant, peu à peu, des actions jusqu'à se retrouver majoritaires dans votre propre entreprise. C'est une expérience, je puis vous l'affirmer, des plus désagréables !

Je pourrais continuer ainsi à vous décrire par le menu toutes les options et fonctionnalités de Theme Park, mais le logiciel est tellement complet qu'il me faudrait encore bien des pages. Voyons donc plutôt ce qu'il en est de sa réalisation. Une chose est sûre, adapter ce titre sur Amiga a du être un véritable casse-tête pour les programmeurs de Bullfrog. Animer en temps réel des milliards de petits bonshommes qui courent d'attraction en attraction, boivent, mangent, baillent (aïe, pas bon signe, ça !), rient ou pleurent, représente un véritable exploit ! Pourtant, les développeurs de Theme Park AGA se sont tirés de cette tâche herculéenne avec les honneurs. Bien sûr, l'animation est un peu moins rapide que sur une usine à gaz à 20 000 balles, mais cela reste jouable, et c'est bien là le principal.

Le graphisme, mignon comme tout, et les sons restent quasiment identiques à la version PC, on note seulement quelques couleurs en moins et des dégradés au lieu des vraies ombres. Même l'introduction en images de synthèse précalculées de cette dernière est toujours présente (dans une résolution inférieure, toutefois, et avec moins de séquences et voix) sur cette nouvelle version. Un nouveau succès en perspective pour Bullfrog !

Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un aussi bon jeu sur Amiga (depuis The Settlers, pour être précis), c'est un vrai bonheur de retrouver Theme Park sur ma bécane chérie ! Amiga vaincra !

Quelques attractions

Theme Park 1. L'observatoire spatial.
2. La fusée planétaire.
3. Les parasols tournants.
4. La super toupie.
5. Le spectacle de clowns.
6. L'arbre cabane.

Nom : Theme Park [AGA].
Développeurs : Bullfrog.
Éditeurs : Theme Park.
Genre : jeu de gestion économique.
Date : 1994.
Configuration minimale : Amiga AGA, 68020, 2 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8,5/10.

Les points forts :

- La richesse incroyable du jeu.
- Les animations, nombreuses et variées.
- L'originalité du thème (Park).

Les points faibles :

- Bon, il faut bien le reconnaître, faute de posséder un A4000, c'est tout de même un peu lent, dommage.
- Une version en deçà de la version PC 256 couleurs.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]