Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 16 mai 2022 - 23:54  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Theatre Of Death
(Article écrit par Seb et extrait de Joystick - novembre 1993)


Imaginez un jeu de guerre programmé et conçu par quelqu'un qui déteste les jeux de guerre, qui ne peut supporter l'absence d'animations, l'aspect strict du genre, les menus, les temps de réflexion, et qui a toujours voulu massacrer ses adversaires directement, en mains propres et bientôt pleines de sang. Imaginez ça bien fort, et il y a de grandes chances que vous arriviez à un produit proche de Theatre Of Death, le dernier jeu de Psygnosis.

Theatre Of Death

Petit sprite s'en va-t'en guerre

Theatre Of Death va vous transformer, en une poignée de secondes, en roi du massacre, en général d'une armée d'égorgeurs que vous enverrez sur toutes sortes de champs de batailles. L'action de Theatre Of Death est vue d'au-dessus, avec un léger effet de perspective tout à fait charmant.

Le jeu tout entier est divisé en quatre mondes bien distincts, quatre vastes régions contrôlées par des dictateurs militaires que vous allez tenter de déloger. Chacun des quatre mondes propose des graphismes totalement différents, le premier se déroule en pleine campagne, avec de l'herbe, des routes et des petites rivières ; le second vous envoie dans le désert ; le troisième vous fera combattre en région polaire ; et le dernier sur la Lune, carrément, avec les installations militaires futuristes, les bases spatiales et les magnifiques cratères. Évidemment, chaque monde propose une dizaine de niveaux différents. Le tout étant assez difficile, vous comprendrez aisément que Theatre Of Death est loin d'être un jeu qui se termine en une petite poignée de soirées, aussi nuits blanches soient-elles.

Theatre Of Death

Vos hommes sont sur le terrain, ça y est, prêts à recevoir vos ordres les plus suicidaires. Première joie, les sprites qui les représentent sont minuscules, tout mignons, des sortes de Lemmings armés jusqu'aux dents. Du coup, ils se déplacent dans des décors qui semblent bien vastes. Les graphismes ne sont pas excellents, les couleurs sont peu nombreuses et relativement tristouilles. Mais on verra rapidement que l'intérêt du jeu a été placé ailleurs.

Avec un bouton de la souris, vous cliquez sur un de vos hommes pour indiquer que c'est lui que vous voulez diriger. Ensuite, il suffit de cliquer directement à l'écran pour qu'il se rende sur la position pointée, contournant tout seul, comme un grand, les obstacles qui traînent. Les animations des personnages sont très réussies, même si elles ne font que quelques pixels de haut. L'autre bouton de la souris sert tout simplement à tirer, dans la direction où vous cliquez. C'est à ce moment précis que le sourire s'installe sur les lèvres du joueur, c'est là qu'il s'aperçoit que rapidement Theatre Of Death va se transformer en un violent massacre jubilatoire.

Toutes sortes d'armes sont disponibles dans le jeu : mitraillettes, lance-roquettes, lance-flammes, grenades, caisses de dynamite, etc. Elles servent non seulement à éliminer vos adversaires, mais également à faire exploser les éléments de décors qui se trouvent sur le terrain. Vous pouvez mettre le feu aux arbres avec le lance-flammes, faire sauter une baraque à la dynamite, ou faire exploser des tonneaux de carburant. Un vrai plaisir ! Génial !

Des missions variées et de plus en plus complètes

Les missions sont extrêmement diverses, cela va du massacre pur et dur de toutes les forces ennemies, à la mission commando pour délivrer des prisonniers. Sur le terrain, vous trouverez des véhicules, chars, transports de troupes, réacteur dorsal (dans le monde lunaire), ou même hélicoptères. Joie et bonheur, si vous faites entrer un personnage dans l'un d'eux, vous pourrez alors le piloter et continuer à tirer en utilisant les armes dudit engin. Foncer sur un groupe d'ennemis, en tirant comme un fou en hélicoptère, est absolument éclatant !

Theatre Of Death

Un jeu superbement original

Impossible de décrire tout ce qui vous tombe sur le coin de la tronche dans Theatre Of Death, impossible de faire une liste exhaustive de tous les petits détails qui mettent le joueur en joie, qui le font hurler de plaisir : cela aurait été bien trop fastidieux, et il faut laisser des surprises à ceux qui auront la très bonne idée d'acquérir le jeu. Personnages qui flippent devant le danger et qui se rendent à l'ennemi, intelligence des personnages dirigés par l'ordinateur, espions à la solde de l'ennemi qui vous tirent dans le dos, cadavres sanguinolents qui restent au sol, bref, tout plein d'ingrédients pimentés qui vous feront bondir de surprise en surprise.

Theatre Of Death

Theatre Of Death, jeu génial et parfait ? Non, tout de même, le jeu a malheureusement des défauts techniques. Ou plutôt, les programmeurs ont décidé de ne pas se prendre la tête à réaliser un jeu à la mode, avec des graphismes ultra sophistiqués et toute la clique des délires techniques. On s'en fout, ce n'est pas grave, dans le cas de Theatre Of Death, la jouabilité est tellement réussie qu'on pardonnera les graphismes relativement moyens et les défilements loin du sommet la fluidité. Theatre Of Death m'a énormément plu, je vais encore passer un temps fou dessus, rien de plus certain ; et je prends le pari que le principe sera copié et pompé de nombreuses fois dans l'année oui vient. Tant mieux !

Theatre Of Death

1. Voilà, vos hommes sont prêts à partir à l'attaque, ils sont impatients, le sang de l'ennemi doit couler.
2. Des caisses traînent un peu partout. Ramassez-les pour augmenter l'énergie de vos hommes ou pour recharger leurs armes.
3. Selon les missions, vos hommes seront armés différemment : fusils-mitrailleurs, lance-flammes, lance-roquettes...
4. Des dépôts de munitions vous permettent de recharger ou de changer d'armes à tout moment.
5. Ras-le-bol de foncer à deux pattes, montez à bord d'un hélicoptère, d'un char ou d'un transporteur de troupes.
6. Et hop, vos ennemis vous attendent ici, l'arme à la main, les pieds bien enfoncés dans la boue.
7. Si vous traînez trop longtemps dans l'eau, les requins font surface et gobe vos vaillants soldats avec le sourire.

Nom : Theatre Of Death.
Développeurs : Software Shed.
Éditeur : Psygnosis.
Genre : jeu d'action/tir.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 7,5/10.

Les points forts :

- Les niveaux sont nombreux et de plus en plus difficiles, ce qui assure une durée de vie tout à fait conséquente.
- Le maniement est extrêmement simple et efficace. Et pourtant, vous pouvez contrôler chaque personnage, chaque véhicule, sans passer par des menus.

Les points faibles :

- Les défilements ralentissent un peu quand il y a trop d'animations à l'écran.
- Les graphismes ne sont pas au sommet de la qualité actuelle, les couleurs sont un peu pauvrettes.
- Les contrôles peuvent être un peu difficiles.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]