Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 23 août 2017 - 11:50  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Surproduction d'Amiga ? La réponse de Petro Tyschtschenko...
(Article écrit par Bruce Lepper et extrait d'Amiga News - juin 1998)


Petro Petro Tyschtschenko, directeur d'Amiga International, Inc., a été récemment accusé dans la presse française d'avoir été coupable de grosses erreurs de gestion pendant la période Escom, et en particulier d'avoir fait fabriquer trop d'Amiga (en France, chez Solectron) sans étude préalable du marché. Nous avons profité d'une rencontre récente avec Petro pour demander sa version des événements. La voici.

"En juin 1995, Escom m'a donné la responsabilité d'Amiga Technologies Gmbh. Mon premier but était de faire revenir sur le marché les Amiga 1200 et 4000 existants, pour montrer au marché que l'Amiga était de retour après une absence d'un an et demi. Nous étions convaincus, avec le président d'Escom, Manfred Schmitt, qu'il y avait encore un marché pour ces machines."

"Nous avions demandé à tous les distributeurs Amiga dans le monde leurs prévisions de ventes. J'ai reçu des prévisions de marchés majeures, et j'ai immédiatement diminué les chiffres de 50%. Pendant les douze précédentes années, j'étais responsable de la logistique chez Commodore, et je connaissais les marchés (trois ans pour l'Allemagne, quatre ans pour l'Europe, et cinq ans au niveau mondial). Ma fonction de directeur de la logistique internationale chez Commodore pendant cinq ans était justement de recevoir les prévisions des marchés internationaux, alors j'avais une très bonne connaissance des marchés Amiga, et je savais que les prévisions étaient optimistes, et de combien. Je savais combien d'Amiga avaient été vendus en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, etc. Je rapportais directement à Mehdi Ali."

"Alors, j'ai diminué les prévisions de 50% et puis j'ai demandé à Manfred Schmitt son accord pour la production de 50 000 unités d'A1200. Il m'a répondu : 50 000 unités ? Vous êtes fous. Vous n'êtes pas la personne qu'il me faut. Il nous faut produire au moins 120 000 machines pour réussir. Je l'ai averti qu'il ne serait pas possible d'en vendre autant, mais il a insisté."

"Pour l'A4000 en tour, j'ai demandé 10 000 machines. Il a répondu qu'il fallait doubler cette quantité."

"Puis, j'ai préparé le plan de fabrication, et nous avons découvert qu'il était impossible de construire 120 000 unités d'A1200. Les matériaux disponibles nous permettaient d'en fabriquer 87 000 seulement. Alors, nous avons démarré la production, et j'étais déjà content que la quantité soit de 87 000 et non pas de 120 000 !"

"Pourtant, nous avions beaucoup de commandes, et en trois mois, nous avons livré 50 000 unités, exactement ce que j'avais prévu. Il en restait donc 37 000."

"Nous avons réalisé un bon bénéfice sur ces machines, et la faillite d'Escom qui a suivi, n'a rien à voir avec l'Amiga. Amiga Technologies n'avait pas de dettes. Chez Solectron en France, nous avons eu provisoirement des dettes parce que la production a dû être stoppée, suite à la faillite d'Escom. Mais ceci (environ un million de DM) a été payé par l'administrateur de la faillite."

"Gateway a acheté les stocks restants, et depuis, je fais écouler ces stocks pour un prix qui est moins élevé que le coût de fabrication. Nous vendons également les pièces détachées par Internet, parce que nous avons été contactés par beaucoup de gens qui n'ont pas pu trouver les sources de ces pièces sur le marché. Certains distributeurs m'ont critiqué pour ces ventes par Internet, mais je réponds que si les distributeurs n'assurent pas ce service vital, nous devons le faire nous-mêmes. Beaucoup d'utilisateurs ont des anciennes machines qu'ils veulent garder en vie, il leur faut des pièces. Ce service est très positif pour garder l'Amiga en vie."

D'après Petro, les stocks restants d'Amiga seront bientôt écoulés. Il compte sur les sociétés telles DCE, Index, Phase 5, et sur le département de recherche et développement d'Amiga Inc., pour de nouveaux produits. Et, au fur et à mesure que les 1200 deviendront rares, le prix augmentera, dit-il.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]